• BONJOUR A TOUS ET

    bienvenue (2)

     CHEZ FRANCESCA 

  • UN FORUM discussion

    http://devantsoi.forumgratuit.org/

    ............ ICI ............
    http://devantsoi.forumgratuit.org/

  • téléchargement (4)

  • Ma PAGE FACEBOOK

    facebook image-inde

    https://www.
    facebook.com/francoise.salaun.750

  • DECOUVERTES !

    petit 7

  • BELLE VISITE A VOUS

    aniv1

    PETITS COINS DE PATRIMOINE QUI SERONT MIS EN LUMIERE AU DETOUR DE NOTRE REGION DE FRANCE...

  • Cathédrale St-Etienne-Auxerre

    St-Etienne Cathédral, Auxerre

    « La restauration est une opération qui doit garder un caractère exceptionnel. Elle a pour but de conserver et de révéler les valeurs esthétiques et historiques du monument et se fonde sur le respect de la substance ancienne et de documents authentiques. Elle s’arrête là où commence l’hypothèse, sur le plan des reconstitutions conjecturales, tout travail de complément reconnu indispensable pour raisons esthétiques ou techniques relève de la composition architecturale et portera la marque de notre temps. » citation Charte de Venise, art. 9, ICOMOS, 196.

  • M

    JE SUIS ORIGINAIRE MOI-MEME DE LA BOURGOGNE....

  • FRANCE EN IMAGES

    G

    « Un monument restauré traduit les connaissances, les ambitions, les goûts, non seulement du maître d’oeuvre mais aussi du maître d’ouvrage : c’est le vrai révélateur de l’appréhension des édifices par une génération donnée, qui leur permet de reconnaître pour sien un édifice centenaire. » citation de Françoise Bercé.

  • amis

  • Méta

  • amis

  • Architecture Française

    5

  • Artisanat Français

    1

  • A

  • amour-coeur-00040

  • montagne

    Tout devient patrimoine : l'architecture, les villes, le paysage, les bâtiments industriels, les équilibres écologiques, le code génétique.

  • 180px-Hlézard1

  • Patrimoine Français

    3

    Citation sur la France.
    !!!!
    La France, je l'aime corps et biens, en amoureux transi, en amant comblé. Je la parcours, je l'étreins, elle m'émerveille. C'est physique. Pour l'heure, c'est le plus beau pays du Monde, le plus gracieux, le plus spirituel, le plus agréable à vivre. En dépit de ses défauts, le peuple français a des réserves inépuisables de vigueur, d'astuce et de générosité. j'écris cela en toute connaissance de la déprime qui périodiquement enténèbre nos compatriotes. Ils ont une pente à l'autodénigrement, une autre au nihilisme. Je suis français au naturel et j'en tire autant de fierté que de volupté. J'ai pour ce vieux pays l'amour du preux pour sa gente dame, du soudard pour la servante d'auberge, de l'érudit pour ses grimoires, du paysan pour son enclos, du bourgeois pour ses rentes, du croyant des hautes époques pour les reliques de son saint patron... J'ai la France facile, comme d'autres ont le vin gai ; je l'ai au coeur et sous la semelle de mes godasses. Je suis français, ça n'a pas dépendu de moi et ça n'a jamais été un souci. Ni une obsession. Toujours un bonheur...

    Dictionnaire amoureux de la France - Denis Tillinac.

  • a bientot

LAC DES ROUSSES en JURA (39)

Posté par francesca7 le 27 juillet 2013


Le lac des Rousses est implanté dans le fond du Val de l’Orbe, synclinal orienté nord-est sud-ouest. Ce vallon prend naissance au niveau des Rousses d’Amont et se poursuit sur environ 20 km en direction du nord-est.

-       Altitude : 1 059 m
– Longueur maximale : 2 000 m
– Largeur moyenne : 400 m
– Largeur maximale : 550 m
– Superficie : 97 ha
– Profondeur : 22 m

LAC DES ROUSSES en JURA (39) dans Jura lac-rousses3-300x225

Le lac des Rousses, appelé autrefois Quinsonnet ou Quintenois, est le seul lac de Franche-Comté situé dans le bassin versant du Rhin.

Ce plan d’eau (un des plus élevés du Jura français) et son bassin versant font partie du réseau hydrographique rhénan, cas unique parmi tous les lacs franc-comtois.

Le plan d’eau est le siège de toute une vie lacustre qui se développe au-dessus et au-dessous de sa surface. Les espèces qui peuplent le lac des Rousses sont la truite fario, le brochet, la perche, la tanche, le gardon, le corégone, le chevesne. Les trois premières sont carnassières, les autres se nourrissent plutôt de vers de vase et du plancton en suspension dans les eaux du lac.

Des réaménagements sur le site ont été effectués en 2009, proposant ainsi
– une aire de pique-nique aménagée avec tables et barbecue 
– un terrain de pétanque 
– des terrasses engazonnées situées à proximité du restaurant 
– une placette en sable stabilisé équipée de parking à vélos 

Le nouveau bâtiment nautique est aussi le point de départ du sentier piétonnier qui rejoint le site naturel remarquable du rocher du lac. Un platelage en bois d’une longueur de 450 m a été réalisé afin de permettre aux randonneurs de traverser la tourbière en toute tranquillité sans endommager l’environnement fragile. 

Le public dispose également de toilettes qui sont situées sous le restaurant du Chalet du lac, ainsi que d’une douche extérieure et d’un point d’eau. 

Le lac est situé sur la commune des Rousses, au nord-est du village, dans le département du Jura, non-loin de la frontière franco-suisse. Grâce à sa situation en altitude, il gèle en période hivernale, ce qui permet d’y pratiquer le patin à glace et le char à voile. Lac de surcreusement glaciaire, il se situe dans la haute vallée de l’Orbe, qui est en fait un synclinal coincé entre les anticlinaux calcaires jurassiques du Risoux et du Noirmont. Il est entouré de tourbières et de marécages.

 

Situé au pied du Risoux, à 1059 m d’altitude, le lac des Rousses est une nappe d’eau de 2 km de long alimentée par l’Orbe. Le plan d’eau et son bassin versant font partie du réseau hydrographique rhénan, cas unique parmi tous les lacs francs-comtois. Le lac des Rousses et la haute vallée de l’Orbe présentent une très grande valeur patrimoniale liée à leur étendue et à leur cortège floristique et faunistique: 24 plantes et 5 insectes protégés

au plan national ainsi que quelques oiseaux très rares en font sans conteste un des ensembles de marais et de tourbière les plus riche du département du Jura.

la documentation de Natura 2000.

Autre documentation

Quelques kilométres plus loin, côté Suisse, le lac de Joux, majestueux (9 km2), puis le petit lac Brenet après le village « Le Pont« . Parmi les sommets qui l’entourent, le Mont Tendre culmine à 1679 m. Par infiltrations dans les roches calcaires du Jura, l’eau resurgit dans les grottes de Vallorbe. On s’intéressera particulièrement aux extraordinaires fourmis des bois qui ont colonisé le massif entre Bière et Le Brassus, accessible par le col du Marchairuz

 

 

Publié dans Jura, LACS DE FRANCE | Pas de Commentaire »

Ceux qui possèdent Le Léman

Posté par francesca7 le 27 juillet 2013


Ceux qui possèdent Le Léman dans LACS DE FRANCE images-31

La beauté et la tranquillité du lac attirent de plus en plus d’investisseurs, dont de riches étrangers.

A quelques encablures du centre-ville de Thonon-les-Bains, le parc public de Corzent. Sur 4,7 hectares de verdure au bord du lac Léman s’étendent pelouses, châtaigniers, hêtres, tilleuls. Il y a deux ans, lors de l’ouverture des grilles au public, Jean Denais, le maire de la ville, évoquait son inspiration romantique. »Avec ses cheminements sinueux et son belvédère, le parc était exemplaire de la conception paysagère des propriétés du littoral lémanique du XIXe siècle », lançait-il. Une inauguration hautement symbolique. Le Conservatoire du littoral, le conseil général de Haute-Savoie et la ville de Thonon avaient réussi à réunir 3 millions d’euros pour racheter cette propriété privée, et rendre un petit bout des bords du Léman à ses habitants. Depuis des décennies, boosté par la renommée internationale d’Evian, le Chablais, entre plages et montagnes, attire des populations fortunées venues d’ailleurs… et qui s’approprient les meilleurs terrains au bord de l’eau. « Après les industriels du nord de la France sont arrivés des Iraniens, à la suite du chah d’Iran, propriétaire d’un chalet à Saint-Paul-en-Chablais, puis des émirs du Golfe, et enfin des nouveaux riches russes. Sans oublier les Suisses. Le problème, c’est que l’Etat n’a pas les moyens de renchérir quand une grande propriété est en vente », résume un haut fonctionnaire en poste en Haute-Savoie depuis de nombreuses années.

Petit grain de sable concernant le parc de Corzent : Emmanuel Rouxel, journaliste au Messager, l’hebdomadaire local, après une enquête fouillée auprès de différentes autorités locales, révèle que le cheikh Sultan Ben Hamdan al-Nahyan, proche des dirigeants des Emirats arabes unis, a donné pour cet espace de verdure 700 000 euros, afin de financer les travaux de réaménagement. Le cheikh habite justement à Corzent, dans une demeure en bord de lac, estimée à une douzaine de millions d’euros. Cet attachement à la préservation du patrimoine naturel s’accompagnait tout de même d’une petite contrepartie. Ben Hamdan Al-Nahyan obtenait l’autorisation par la préfecture de Haute-Savoie de faire construire un ponton de 42 mètres sur le lac, alors que la loi de 1976 n’autorise que 15 mètres. Raison invoquée : son très gros bateau risquait de toucher le fond du lac trop près de la rive, à Corzent. De quoi faire hurler les écologistes locaux, les Thononais étant, selon eux, »spoliés des rives de leur lac par un roi du pétrole ».

Crésus. 

Cette « spoliation » ne concerne pas que Thonon, mais aussi les 58 kilomètres de rives françaises du lac Léman, allant de Tougues à Saint-Gingolph. Pour faire simple, au moins la moitié des propriétaires seraient dans l’illégalité. Soit parce que des constructions ne possèdent pas d’autorisation, s’élevant sur le domaine public, version alpine des paillotes méditerranéennes, soit en raison des barrières et des haies empêchant les promeneurs de marcher le long le lac. A Corse-sur-Léman, le fameux « chemin du douanier », qui permet aux piétons de longer un cours d’eau ou un lac grâce à une servitude de 3,25 mètres, a été rangé au rayon des souvenirs. Il n’y a pas dans le Chablais d’écologistes musclés, sur le modèle de l’association suisse Rives publiques, qui mènent des opérations coup de poing, consistant à déboulonner ou à scier les grilles qui bloquent l’accès aux plages. Il est vrai qu’à Genève à peine 37 % des rives sont accessibles.

« Notre programme porte sur 330 hectares et concerne dix communes, comme à La Châtaignière, au Domaine de Guidou, au Pré Curieux. Nous avons déjà acheté 151 hectares. Mais nous sommes freinés par le coût du foncier. Un hectare sur les bords du lac Léman coûte dix fois plus cher qu’ailleurs », constate Jean-Philippe Deslandes, responsable de la délégation sur les Lacs au Conservatoire du littoral, installée au Bourget-du-Lac. Mais, alors, n’y aurait-il plus que l’Etat désargenté et les collectivités locales pour tenter de sauver quelques mètres de berges ? Tout le Chablais serait-il tombé aux mains des étrangers ? Pas tout à fait. Le promoteur André Perracino a la réputation d’être le Crésus savoyard. On raconte que peu d’opérations immobilières d’envergure sont réalisées dans la région sans l’aval de ce monsieur de 80 ans, à la fine moustache, un cigarillo serré entre deux doigts. »Les gens qui me croient aisé ne savent pas ce que je dois. Il me reste encore à payer le prix de la passion avec laquelle j’ai fait mon métier. Et, à mon âge, je commence à passer la main. Je n’ai plus que deux ou trois projets de restauration dans le centre-ville », assure-t-il, modeste. Ses bureaux, avenue des Allobroges, dans le centre de la ville, jouent la discrétion. André Perracino a tout de même construit 1 200 logements à Thonon, et 800 autres entre Evian, Annemasse et Bonneville. »En ajoutant les commerces et les locaux professionnels, j’ai peut-être bâti près de 10 % de cette ville. Mais que me reste-t-il aujourd’hui ? Peut-être quelques dizaines de locaux en location dont je me sépare graduellement pour payer mes impôts », assure le « retraité » de l’immobilier.

Descendance. 

A deux pas des Constructions Perracino, plongé dans de vieux livres au premier étage de la bibliothèque municipale, Joseph Ticon, le président de l’Académie chablaisienne, se veut rassurant. Tous les seigneurs et autres nobliaux de la province n’ont pas disparu sans descendance. Pour preuve, les membres de sa société savante ont fait leur entrée solennelle le 12 janvier au château de Ripaille. Ce château aux quatre tours, le plus célèbre du Chablais, entre Thonon et Evian, est entouré d’un domaine viticole de 22 hectares et d’une forêt de 53 hectares. L’ancienne résidence des ducs de Savoie appartient toujours, du moins en partie, depuis la fin du XIXe siècle, aux Necker-Engel, de la famille du ministre des Finances de Louis XVI. L’histoire retient que le duc de Savoie Amédée VIII s’est retiré dans ce château en 1434 avec six de ses compagnons pour fonder l’ordre de Saint-Maurice. Mais sa retraite n’eut rien de monacale. A-t-il coulé le reste de ses jours « entouré de gais compagnons dans les délices de la bonne chère »? Voltaire assure que l’expression « faire ripaille » viendrait de cette retraite joyeuse sur les bords du lac Léman*. Mais, au hit-parade des châteaux forts du Chablais, celui d’Yvoire, avec son énorme donjon rectangulaire, agrémenté d’échauguettes, n’est pas mal classé non plus. Il a été bâti, lui, au début du XIVe siècle, par le comte Amédée V de Savoie. Comme celui de Ripaille, il est propriété familiale, et ce depuis 1655. Les barons d’Yvoire ne font pas visiter leur château, seulement le jardin labyrinthe des Cinq Sens, riche de 1 300 espèces de plantes et de fleurs. Quant au château de Blonay, sur la commune de Publier-Amphion, il a connu un destin pour le moins original en devenant le siège administratif de l’équipe professionnelle d’Evian Thonon Gaillard Football Club, avec la bénédiction de Franck Riboud, PDG de Danone, propriétaire des eaux d’Evian.

* « Notice historique sur Ripaille », de A. Lecoy de La Marche (Le Livre d’histoire, 2004).

Publié dans LACS DE FRANCE | Pas de Commentaire »

Lac du Salagou

Posté par francesca7 le 23 mai 2013

 

Lac du Salagou dans LACS DE FRANCE salagou1

 

La scène du pique-nique dans Deux hommes dans la ville de José Giovanni a été tournée sur les bords du lac en 1973.

« Zone Rouge » réalisé par Robert Enrico, sorti le 9 avril 1986, avec Sabine Azéma et Richard Anconina a été, pour parties, tourné à Celles (scènes du village incendié ) et Octon ( scènes de la visite au docteur et dans le bar)

Des scènes de « Fucking Fernand » film de Gérard Mordillat sorti en 1987 avec Marie Laforêt, Thierry Lhermite et Jean Yanne: Combat de Jean Yanne avec un crocodile dans le lac, attaque d’un panzer (tank allemand) par un avion de chasse.

Des scènes du film Toutes nos envies de Philippe Lioret ont été tournées au Lac du Salagou en 2010.

L’emplacement du lac a été décidé en raison de l’imperméabilité du sous-sol, propice à maintenir le niveau d’eau. Ce sous-sol est constitué de la « ruffe », roche formée par la combinaison de sédiments argileux et d’oxydes de fer. Ces roches sédimentaires sont datées du Permien (-280 millions d’années). C’est le résultat d’un dépôt en milieu aquatique d’eau douce calme. On trouve des coulées et cheminées basaltiques, témoins d’intenses activités volcaniques anciennes. On peut y observer des empreintes fossiles de Thérapsides au lieu-dit La Lieude.

Le lac du Salagou est un lac de retenue du barrage du Salagou. Il est situé au centre du département de l’Hérault, sur la rivière Salagou, affluent de la rivière Lergue qui se jette dans l’Hérault. Il atteint une profondeur d’environ 40 mètres.

Le lac a ennoyé une partie des communes de Clermont-l’Hérault à l’est, Liausson au sud, Octon à l’ouest, et Celles au nord. Le niveau de l’eau est à environ 140 m d’altitude. La surface du plan d’eau est d’environ 700 hectares, tandis que le volume du réservoir est égal à 102 millions de m3. Le lac est dominé par des monts et des plateaux culminant à 300 m à l’est et jusqu’à 407 m pour le Carels à l’ouest.

Le projet de barrage fut lancé dans les années 1950, dans le but de créer une réserve d’eau qui favoriserait une diversification des cultures, comprenant le développement d’une production fruitière, la viticulture devenant surproductive. Secondairement, le barrage aurait pour but de régulariser les crues de l’Hérault. Les travaux débutèrent en 1964 pour se prolonger jusqu’au début de 1969.

Alors qu’on pouvait penser, en 1968, qu’il faudrait des années pour que la cuvette de l’Escandorgue se remplisse, un seul très gros orage la combla à moitié en mars 1969. D’autres précipitations remplirent presque totalement la cuvette en quelques mois, donnant raison aux calculs des ingénieurs.

Le lac est un site touristique accessible facilement depuis les trois plus grandes villes Héraultaises (Montpellier, Béziers, Sète, surtout avec l’ouverture de l’autoroute A 75). Les domaines d’intérêt sont :

  • la géologie,
  • la baignade et beaucoup d’activités nautiques (planche a voile ;)
  • les randonnées pédestres et cyclistes autour du lac.

Publié dans LACS DE FRANCE | Pas de Commentaire »

Lac de Guerlédan

Posté par francesca7 le 22 mars 2013

 

 Lac de Guerlédan dans Bretagne lac-de-guerledan-300x200

Le lac de Guerlédan est un lac artificiel situé à cheval sur la commune de Saint-Aignan dans le Morbihan et la commune de Mûr-de-Bretagne dans les Côtes-d’Armor. Sa formation est due à la construction du barrage de Guerlédan en 1930 sur le cours d’eau du Blavet. Il matérialise, en partie, la limite entre le Morbihan et les Côtes-d’Armor. Son nom vient du breton vannetais : Gouer ledan, soit : le ruisselet large.

D’une superficie de 400 ha, long de 12 km et profond de 40 m au pied du barrage, le lac de Guerlédan est le plus grand lac artificiel de Bretagne.

Ce lac a été créé pour alimenter le barrage de Guerlédan. Le chantier dura sept ans de 1923 à 1930 et dut faire face à de nombreuses difficultés d’ordre géologique, technique et financier.

La création de ce lac et surtout celle du barrage a coupé la continuité du trafic fluvial sur le canal de Nantes à Brest qui emprunte, à cet endroit, le cours du Blavet. 17 écluses du canal furent noyées sous les eaux du lac.

Aujourd’hui le lac de Guerlédan est devenu un lieu touristique. On peut y pratiquer diverses activités nautiques ou bien se promener sur les rives du lac et profiter de jolis points de vue panoramiques, notamment au rond point du lac et à l’anse de Landroannec.

Le lac était asséché tous les dix ans depuis 1951, dévoilant ainsi un paysage étonnant : figée dans les profondeurs, la vallée engloutie ressurgit avec ses maisons, ses jardinets, ses écluses. Aujourd’hui, la technologie permet de s’affranchir de cette vidange.

L’embarcadère de Beau-Rivage, premier site aménagé sur le lac, offre de nombreuses activités qui combleront autant le pêcheur que le promeneur : déjeuner en salle face au lac, bar panoramique, location de barques, et bateau à pédales. : http://www.guerledan.com/

Les Vedettes de Guerlédan,

 beau rivage, 22530 CAUREL

 tél : 02.96.28.52.64 fax : 02.96.26.09.37

 

vidéo à partager Image de prévisualisation YouTube

Le lac de Guerlédan est un lac artificiel issu de la construction d’un barrage sur les cours (communs à cet endroit) du Blavet et du canal de Nantes à Brest. 

Mis en service en 1933 le barrage de Guerlédan inonde la vallée du Blavet sur 13Km de long, couvrant une surface de 400 ha. Sa profondeur est de 45m et son volume de 55 millions de mètres cubes. Le lac est dominé au sud vers Cléguérec, par des crêtes et la forêt de Quénécan, massif de plus de 3000 ha. Plusieurs plages aménagées sont proposées aux baigneurs dont une à l’anse de Sordan.

Contrairement à certaines légendes,  aucun village ne fut engloutit lors de l’inondation de la vallée. Seules les maisons d’écluses et quelques autres furent recouvertes par les eaux. Autrefois vidangé tous les 10 ans (la dernière fois en 1985) pour des contrôles sur le barrage, le site offrait alors un paysage lunaire attirant une foule de visiteurs…

La vallée du Blavet, engloutie pour les besoins de la production électrique, s’est ainsi transformée en un lac superbe. Au fil des ans, il est devenu de plus en plus apprécié des promeneurs et des amateurs de loisirs nautiques, au point d’être aujourd’hui l’un des principaux pôles d’attraction de la Bretagne intérieure.

Un lac aux rives découpées

Le site, il est vrai, est magnifique, avec la forêt de Quénécan et les grands bois de la rive nord qui descendent en pente abrupte jusqu’aux rives découpées du lac. Tout autour de ce paysage grandiose, rayonnent les vallées encaissées des rivières du bassin du Blavet, les gorges de Daoulas etdu Poulancre.Terre bénie des amoureux de nature sauvage et de sites pittoresques, le pays de Mûr s’offre à la découverte grâce à un réseau serré de chemins et de sentiers, de crête en vallon, de crique en falaise, de lande et fûtaie.

  • Le barrage de Guerlédan, dont la construction a commencé en 1923, a été achevé sept ans plus tard. Ce barrage était un précurseur des grands ouvrages alpins. Avec sa hauteur de 45 mètres, sa longueur de crête de 206 mètres et sa largeur à la base de 35 mètres, il était à l’époque le plus imposant du pays. Sa retenue d’eau, qui a englouti maisons, villages et forêts de la vallée du Blavet sur une longueur de 12 kilomètres, compte 55 millions de mètres cubes. Elle couvre une superficie de 400 hectares et sa profondeur atteint 40 mètres. Elle alimente une usine hydro-électrique de 23 mégawatts. On peut observer l’impressionnant ouvrage, en aval du barrage, mais on ne peut en approcher la base, incluse dans l’enceinte de la centrale électrique.

La chapelle Sainte Suzanne

A I’entrée nord de Mûr, la chapelle Sainte Suzanne dresse son élégante silhouette, au beau milieu d’un jardin ombragé par les vieux chênes qui ont inspiré Corot (le peintre, un ami du maire M. Le Cerf, était un habitué de Mûr). Au pied des grands arbres, un cercle de pierres dressé voici près de 40 ans témoigne de la perpétuation du druidisme : ici se sont tenus les «Gorsed», ces rassemblements de druides, bardes et ovates unis dans le culte ésotérique de la nature.

Un splendide rétable

  • Selon la légende, on priait autrefois sainte Suzanne non loin de là, près des fontaines de Menehiez, sur le site d’un culte préchrétien. Cette subsistance païenne incommodait le clergé local, qui a décidé de transférer la statue de la sainte au bourg de Mûr. Mais la charrette qui la transportait, emportée à un train d’enfer par des boeufs devenus subitement d’une vélocité incroyable, a subi un brutal cahot qui a éjecté la statue. Celle-ci s’est fichée en terre, debout au pied d’un grand chêne. C’est sur ce lieu qu’a été érigée la chapelle, au XVIIe siècle.
  • L’édifice, à l’élégant porche-clocher, daté de 1670, abrite un splendide rétable présentant une grande toile représentant sainte Suzanne, des statues polychromes et un ex-voto marin. On y trouve aussi un exceptionnel chemin de croix, peint sur la totalité des lambris couvrant les plafonds.

Beau Rivage, le port du lac

Situé au bout d’une pointe enserrée entre le corps du lac et une petite anse, Beau Rivage le bien-nommé se donne des allures de petite station balnéaire. Ses plages, ses campings, ses embarcadères, ses mouillages en font le grand lieu touristique de la région.

  • On y trouve également des restaurants, crêperies et cafés ouverts toute l’année. La foule ne s’y presse guère hors saison : c’est plutôt le rendez-vous des gens du pays et des pêcheurs. Le lac est poissonneux : ony trouve des perches de belle taille dépassant les 40 centimètres, des sandres de 14 livres et des brochets d’un mètre 10, dont on parle encore autour d’un petit bordeaux au retour de la pêche. « En plein hiver, c’est toujours bien calme, confie le patron de la jolie crêperie panoramique « Les pieds dans l’eau ». Mais, en été, les vacanciers sont nombreux à venir se balader, faire de la voile ou du ski nautique ».
  • Autre temps fort de Beau Rivage : l’ouverture de la pêche.  » Une armada de 400 bateaux vient traquer les allee-couverte-300x225 dans LACS DE FRANCEpremiers poissons. Sans compter tous ceux qui pêchent du bord… »

L’allée couverte de Coët-Correc

Entre Mûr et Caurel, sur les hauteurs de la Lande Blanche qui culmine à 309 mètres, l’allée couverte de Coat-Correc fait partie des nombreux mégalithes dispersés dans la campagne (menhirs et tombeau gaulois de Saint-Mayeux, allées couvertes de Liscuis). L’allée, dont on peut voir les restes de pavage entre les pierres dressées, est surplombée d’une étonnante arche d’ardoise. Elle a été bâtie à la fin du XIXe siècle par un paysan qui avait voulu christianiser ce monument païen. Elle était, à l’origine, surmontée d’une croix aujourd’hui disparue.

De là-haut, on domine de 180 mètres l’étendue du lac qui se découpe à trois kilomètres au sud.

 

 

Publié dans Bretagne, LACS DE FRANCE, Morbihan | Pas de Commentaire »

L’histoire du Lac de Châlain

Posté par francesca7 le 13 mars 2013

dans le Jura  (39)

L'histoire du Lac de Châlain dans Jura chalain_-_fontenu_jura

Le lac de Chalain est situé sur le territoire de la commune de Fontenu, dans le département du Jura (canton de Clairvaux-les-Lacs), en bordure du deuxième plateau, à 30 km de Lons-le-Saunier et 15 km de Champagnole, dans la Région des lacs du Jura français.

La présence humaine est très ancienne, comme sur le lac de Clairvaux, et notamment attestée par les fouilles menées à l’extrémité ouest du lac de Chalain en 1904, lors de l’aménagement du Bief de l’Œuf pour la production d’hydroélectricité, et reprises dans les années récentes ont mis au jour une implantation s’étendant de -4000 à -750.

Les vestiges extrêmement nombreux d’une cité lacustre occupée du Néolithique jusqu’à l’âge du bronze sont regroupés au musée archéologique de Lons-le-Saunier, en particulier une pirogue de 9,35 m, creusée dans un tronc de chêne et parfaitement conservée dans les marnes du bord du lac qui n’avait d’ailleurs pas exactement la même configuration qu’aujourd’hui. On l’a d’abord crue néolithique, mais la dendrochronologie a montré qu’elle a été taillée aux environs de l’an 1000 avant J.-C., (en -959 exactement), soit à l’âge du bronze final. Elle reposait d’ailleurs parmi les ruines d’un village également daté de l’âge du bronze, dont les fondations étaient constituées de poutres et de planches de sapin croisées à angle droit.

Depuis 1970, des fouilles ont mis à jour les vestiges des cités lacustres avec les maisons sur pilotis, une barque de 9 m et de nombreux objets, des familles néolithiques s’y étaient installées il y a plus de 5 000 ans, pour cette raison il a été classé au patrimoine mondial de l’UNESCO en 2011.


De nombreuses maisons de torchis construites sur pilotis étaient construites sur les berges du lac, éventuellement dans des zones de bosquets inondés rongés par les castors (dont les traces de dents ont été conservées sur des bois immergés du lac de Clairvaux). Desbryophytes étaient mélangés à la terre des murs, pour la consolider et peut être la rendre plus isolante, dont par Neckera crispa Hedw, il y a 5000 ans sur les maisons lacustres construites sur pilotis sur les rives des lacs de Chalain  et Clairvaux (Jura). Le site a été classé au titre des Monuments Historiques en 1911, mais une partie de ce patrimoine a été dégradée par des travaux récents, par l’abaissement artificiel en 1904 du niveau du lac, par des travaux de captage pour l’hydroélectricité qui ont fait baisser le niveau du lac de 8 mètres en quelques jours, ce qui a permis à la fois la découverte du site archéologique et détruit probablement deux tiers des couches du Néolithique et de l’âge du bronze. Le village lacustre s’est effondré à ce moment-là. En périphérie, en outre, « la mise en culture du bas-marais et le développement des labours profonds » et du drainage de la nappe phréatique. « Les ruines du village ont énormément souffert de l’utilisation de ces plages naturelles par les baigneurs qui, pendant près de vingt ans, ont arraché les poteaux néolithiques qui les gênaient dans leurs activités de loisir. Chalain 5 est un hameau du début du 30ème  siècle, construit avec de très gros poteaux en chêne ».

du_lac_de_chalain-300x182 dans LACS DE FRANCELes fouilles ont été arrêtées début octobre 2009 par manque de crédit.

Au Moyen Âge, vers le XIIIe siècle, on note l’existence d’un château-relais de chasse dans le fond de la reculée, sur une légère butte. Il reste les ruines de ce bâtiment remanié au cours des siècles (principalement aux XVIe et XVIIIe siècles) avant d’être inoccupé et finalement incendié accidentellement en août 1945.

Le lac et le domaine qui l’entoure sont passés par plusieurs mains avant de devenir en 1693 la propriété des Blandin de Chalain, qui furent seigneurs de Chalain et Fontenu, et dont la branche locale s’est éteinte dans les années 1960. L’ensemble a été alors acquis par le département du Jura.

Ce lac glaciaire est le plus grand lac naturel du département avec un site dans une reculée caractéristique. Ses falaises calcaires de 60 à 80 mètres encadrent le plan d’eau rectangulaire de 232 hectares avec près de 3 km de long, plus de 1 km de large et une profondeur maximale de plus de 30 m (chiffres précis : 2 700 m pour la longueur, 1 100 m pour la largeur et 16,2 m pour la profondeur moyenne).La reculée est orientée est-ouest et débouche sur la combe d’Ain : le déversoir du lac constitue un bief de 2 km, le Bief de l’Œuf, qui entraîne une turbine de production d’électricité avant de rejoindre la rivière.

Il est alimenté par plusieurs sources et résurgences qui parcourent souterrainement le relief karstique jurassien depuis les plateaux supérieurs et les lacs de Narlay et du Vernois.

On peut découvrir le lac depuis les belvédères de Fontenu.

 

Le lac contient une épaisse couche de sédiment de type craie lacustre.

Dans sa partie centrale, l’extrémité occidentale du lac abrite sur la zone de craies lacustres émergées à l’étiage, un rivage de haut intérêt botanique, avec des espèces protégées et inscrites sur la liste rouge des espèces menacées, devant faire l’objet d’une protection absolue. Cette bordure du bas marais calcicole est très vulnérable au piétinement. l’accès y a donc été interdit afin de protéger ces complexes paysagers intéressants et sites archéologiques protégés au titre des monuments historiques.

Le lac de Chalain est depuis les années 1950 la propriété du département du Jura qui a aménagé à l’extrémité Est un centre touristique important avec son camping haut de gamme et sa base de loisirs, dont la gestion est assurée par la Régie départementale du Domaine de Chalain. Les touristes francs-comtois mais aussi européens (néerlandais, anglais, suisses…) affluent. Le lac est ainsi un élément important du développement touristique de la région.

On y pratique toutes les activités nautiques sauf la navigation à moteur, proscrite dans un but de préservation du calme et de l’environnement. La rive constitue une longue plage très fréquentée et en partie surveillée à laquelle s’ajoutent les aménagements des communes de Marigny et de Doucier à chaque coin de l’extrémité ouest. Le CREPS de Franche-Comté, établissement public duMinistère de la Santé, de la Jeunesse et des Sports (Centre National des Sports de Plein Air) est également installé en bord de lac, sur la commune de Doucier.

La plongée, la voile, la planche à voile et la pêche (brochet, perche, corégone) complètent les activités qui animent le plan d’eau à la belle saison.

Le naturisme est officiellement autorisé sur une plage au Nord du lac, avec une pancarte en indiquant l’accès depuis le sentier.

Cette seigneurie, celle de CHALAIN, dépendit souvent de celle de Monnet (voir Warren : la seigneurie de Monnet au Comté de Bourgogne). Plusieurs familles ont porté le nom de Chalain, dont les Moreau de Chalain. La dernière famille de Chalain (subsitante, la mère de mon beau-frère en était) porte le patronyme Blandin de Chalain. Ils possédèrent château et lac jusqu’à peu après la dernière guerre mondiale. Mon arrière-grand-père Pithois, pour se rapprocher de sa fille qui résidait non loin à la Buchille (communes de Monnet, Crotenay et Pont-du-Navoy) loua lac et château l’été plusieurs années entre les deux guerres, des photos existent de cette période. Une taque de cheminée portait la fière inscription : « je suis au comte de Bourgogne ». Après la dernière guerre le château brûla du fait d’une imprudence de campeurs rapporte-t’on. Les Chalain vendirent le domaine au département du Jura qui en fit le site touristique que nous connaissons. 

Extrait écrit par : Georges-Henri FLORENTIN ghm.florentin@free.fr

Publié dans Jura, LACS DE FRANCE | 1 Commentaire »

Jura, Pays des Lacs

Posté par francesca7 le 27 février 2013

Au Pays des Lacs (Jura – 39)

Parcourons la Franche-Comté, plongeons dans le Jura et entrons sans frapper dans la Région des Lacs elle est prête à nous livrer ses secrets.

Amoureux de la nature : Venez découvrir les secrets des 20 lacs tous différents les uns des autres, certains aménagés pour les joies de la baignade : Chalain, le grand lac de Clairvaux-Les-Lacs, Vouglans, les autres restés à l’état sauvage vous offrant des vues inoubliables.

Jura, Pays des Lacs dans Jura lacs-jura

Venez vous détendre et découvrir les richesses locales ; en suivant « la Route des Lacs », vous pourrez admirer les fameuses Cascades du Hérisson soit plus de 30 cascades dont 7 importantes, flâner sur les belvédères des lacs, déguster nos succulents produits locaux : vins et fromages jurassiens tel que le Comté, apprécier l’artisanat local : le travail du bois, du cuir, de la corne…

N’oublions pas le plaisir du sport puisque la Région des Lacs est le paradis des sportifs initiés ou débutants ! De nombreux sports en contact avec la nature vous sont proposés tels que la randonnée pédestre sur nos 64 sentiers, le VTT, le canoë-kayak, l’escalade, la pêche, le canyoning, équitation, les activités nautiques…

Pour une sortie en famille ou entre amis, de toutes petites auberges à prix doux vous ouvrent leurs terrasses, l’accueil est convivial, l’atmosphère chaleureuse. Avenante est colorée, la Région des Lacs cultive l’art du bien vivre : restaurants gastronomiques ou chambres d’hôtes, campings ou gîtes de caractère…

lac_de_vouglans2 dans LACS DE FRANCE

lac de Vouglans… (39)

Office de tourisme du Pays des Lacs
36, Grande Rue -39130 CLAIRVAUX LES LACS
Tél. : 03.84.25.27.47 – Fax : 03.84.25.23.00

VISITER LE SITE 
www.juralacs.com

Lac du Jura avec le Comité départemental du tourisme Jura

Ce sont les glaciers qui, se retirant à la fin de l’ère jurassique, entaillèrent le plateau, formant des cuvettes qui devinrent autant de petits lacs, posés comme des éclats de miroir bleutés.

Paisibles et scintillants, ils offrent aux randonneurs le plaisir de balades poétiques le long de leurs rives peuplées d’une grande variété d’oiseaux.

images-23

A l’automne, le spectacle devient féerique lorsque la forêt flamboyante incendie de ses reflets les eaux.

Le lac de Bonlieu : Ce petit lac glaciaire au milieu d’un cirque recouvert par la forêt, est l’un des plus pittoresques du Jura. Ce plan d’eau d’environ 700 m de long pour 300 m de large, offre des eaux très poissonneuses. Le village de Bonlieu est le point de départ pour découvrir les cascades du Hérisson. ux tranquilles des lacs d’Ilay, de Chalain, de Chambly, de Narlay.Le lac de Chalain : Long de 2,9 km et large de 1 km, voici le plus grand lac naturel du département. D’origine glaciaire, il avait déjà attiré les hommes du néolithique. Les vestiges d’un village lacustre y ont été retrouvés au début du XXe siècle. Ils sont visibles au musée d’archéologie de Lons le Saunier. Aujourd’hui c’est l’un des sites les plus prisés en été avec ses eaux turquoises, ses rives boisées, ses plages de sable, ses campings, ses activités nautiques et son parc aquatique.Le lac de l’abbaye : Avec ses 90 ha de superficie, c’est l’un des plus importants lacs du Jura, situé dans la région du Grandvaux. En été, une petite plage permet la baignade. En hiver, il est bien souvent gelé.

Le lac et le barrage de Vouglans : Avec des 1 600 ha, c’est le 3ème lac artificiel de France. On peut en faire le tour à pied ou à VTT (82 km). Des belvédères permettent de profiter de ce site assez exceptionnel, aux faux airs de fjord avec ses rives pentues et boisées qui plongent dans une eau turquoise. Et de méditer sur le village et la vieille chartreuse qui dorment sous les flots… Et pour ceux qui ont un peu plus de temps, les berges offrent tout ce qu’il faut pour passer de bonnes vacances : ports, plages, campings, activités nautiques, plongée, pêche… Consulter notre article sur le lac de Vouglans : http://www.jura-tourism.com/vouglans-l-eau-l-air-la-vie-!,r28,d101.html  

telechargement1Le lac de Clairvaux : Reliés entre eux par un canal, les lacs n’en forment plus qu’un quand les eaux sont hautes. C’est un lieu de villégiature réputé, destiné à la baignade, planche à voile, canoés, pédalos, barques et pêche. Sur ses rives, bordées au nord par la petite ville de Clairvaux, on retrouve des témoignages de cités lacustres datant de la préhistoire.

Le lac d’Antre : Situé au-dessus du village de Villards-d’Héria et entouré de forêts, le lac est blotti au pied de la Roche d’Antre. Du sommet, le point de vue s’étend sur le lac et les monts du Jura. Les eaux de ce lac mettent 12 heures avant de jaillir sur le site gallo-romain de Villards-d’Héria, empruntant un chemin encore méconnu.

Le lac des Rousses : Le lac des Rousses est implanté dans le fond du Val de l’Orbe, synclinal orienté nord-est sud-ouest. Ce vallon prend naissance au niveau des Rousses d’Amont et se poursuit sur environ 20 km en direction du nord-est.
– Altitude : 1 059 m
– Longueur maximale : 2 000 m
– Largeur moyenne : 400 m
– Largeur maximale : 550 m
– Superficie : 97 ha
– Profondeur : 22 m
telechargement-13Ce plan d’eau (un des plus élevés du Jura français) et son bassin versant font partie du réseau hydrographique rhénan, cas unique parmi tous les lacs franc-comtois.

Le lac d’Illay, le lac de Narlay, la lac du petit Maclu, la lac du grand Maclu : Narlay, Ilay, Petit et Grand Maclu sont les lacs dominés par le « Pic de l’Aigle », un crêt de 993 m, d’où la vue s’étend sur tout le Jura des plateaux. Le Belvédère des 4 lacs est un autre point de vue magnifique sur ces lacs. Le lac de Narlay est le plus profond avec ses 48 m. Un sentier fait le tour du lac, dont sa forme triangulaire est caractéristique. Ilay est aussi appelé le lac de la Motte car il a la particularité de posséder une île ou motte. Des fouilles archéologiques attestent que la motte était déjà habitée au néolithique.

Vue du ciel, ou vue de l’un des nombreux belvédères, la Région des Lacs possède la beauté sauvage d’une nature insoumise.

Lac du Jura pour vos vacances :

Plus d’informations sur le lac du Jura, contactez les.

 Venez me rejoindre sur le FORUM : http://devantsoi.forumgratuit.org/

Publié dans Jura, LACS DE FRANCE | Pas de Commentaire »

Le Lac de Chalain en Jura

Posté par francesca7 le 21 février 2013

 Le Lac de Chalain en Jura dans LACS DE FRANCE lac_de_chalain_-_fontenu_jura

Long de 2,9 km et large de 1 km, voici le plus grand lac naturel du département. D’origine glaciaire, il avait déjà attiré les hommes du néolithique. Les vestiges d’un village lacustre y ont été retrouvés au début du XXe siècle. Ils sont visibles au musée d’archéologie de Lons le Saunier. Aujourd’hui c’est l’un des sites les plus prisés en été avec ses eaux turquoises, ses rives boisées, ses plages de sable, ses campings, ses activités nautiques et son parc aquatique.

 Le lac de Chalain (39) est situé sur le territoire de la commune de Fontenu, dans le département du Jura (canton de Clairvaux-les-Lacs), en bordure du deuxième plateau, à 30 km de Lons-le-Saunier et 15 km de Champagnole, dans la Région des lacs du Jura français.

 Ce lac glaciaire est le plus grand lac naturel du département avec un site dans une reculée caractéristique. Ses falaises calcaires de 60 à 80 mètresencadrent le plan d’eau rectangulaire de 232 hectares avec près de 3 km de long, plus de 1 km de large et une profondeur maximale de plus de 30 m (chiffres précis : 2 700 m pour la longueur, 1 100 m pour la largeur et 16,2 m pour la profondeur moyenne). La reculée est orientée est-ouest et débouche sur la combe d’Ain : le déversoir du lac constitue un bief de 2 km, le Bief de l’Œuf, qui entraîne une turbine de production d’électricité avant de rejoindre la rivière.

Il est alimenté par plusieurs sources et résurgences qui parcourent souterrainement le relief karstique jurassien depuis les plateaux supérieurs et les lacsde Narlay et du Vernois.

On peut découvrir le lac depuis les belvédères de Fontenu.

chateau-de-chalain-jura-300x207 dans LACS DE FRANCE

Histoire 

La présence humaine est très ancienne, comme sur le lac de Clairvaux, et notamment attestée par les fouilles menées à l’extrémité ouest du lac de Chalain en 1904, lors de l’aménagement du Bief de l’Œuf pour la production d’hydroélectricité, et reprises dans les années récentes ont mis au jour une implantation s’étendant de -4000 à -750.

Les vestiges extrêmement nombreux d’une cité lacustre occupée du Néolithique jusqu’à l’âge du bronze sont regroupés au musée archéologique de Lons-le-Saunier, en particulier une pirogue de 9,35 m, creusée dans un tronc de chêne et parfaitement conservée dans les marnes du bord du lac qui n’avait d’ailleurs pas exactement la même configuration qu’aujourd’hui. On l’a d’abord crue néolithique, mais la dendrochronologie a montré qu’elle a été taillée aux environs de l’an 1000 avant J.-C., (en -959 exactement), soit à l’âge du bronze final. Elle reposait d’ailleurs parmi les ruines d’un village également daté de l’âge du bronze, dont les fondations étaient constituées de poutres et de planches de sapin croisées à angle droit.

320px-Pirogue_pr%C3%A9historique_du_lac_de_ChalainDe nombreuses maisons de torchis construites sur pilotis étaient construites sur les berges du lac, éventuellement dans des zones de bosquets inondés rongés par les castors (dont les traces de dents ont été conservées sur des bois immergés du lac de Clairvaux). Des bryophytes étaient mélangés à la terre des murs, pour la consolider et peut être la rendre plus isolante, dont par Neckera crispa Hedw, il y a 5000 ans sur les maisons lacustres construites sur pilotis sur les rives des lacs de Chalain] et Clairvaux (Jura). Le site a été classé au titre des Monuments Historiques en 1911, mais une partie de ce patrimoine a été dégradée par des travaux récents, par l’abaissement artificiel en 1904 du niveau du lac, par des travaux de captage pour l’hydroélectricité qui ont fait baisser le niveau du lac de 8 mètres en quelques jours, ce qui a permis à la fois la découverte du site archéologique et détruit probablement deux tiers des couches du Néolithique et de l’âge du bronze. Le village lacustre s’est effondré à ce moment-là. En périphérie, en outre, « la mise en culture du bas-marais et le développement des labours profonds » et du drainage de la nappe phréatique. « Les ruines du village ont énormément souffert de l’utilisation de ces plages naturelles par les baigneurs qui, pendant près de vingt ans, ont arraché les poteaux néolithiques qui les gênaient dans leurs activités de loisir. Chalain 5 est un hameau du début du 30e siècle, construit avec de très gros poteaux en chêne ».

Les fouilles ont été arrêtées début octobre 2009 par manque de crédit.

Au Moyen Âge, vers le xiiie siècle, on note l’existence d’un château-relais de chasse dans le fond de la reculée, sur une légère butte. Il reste les ruines de ce bâtiment remanié au cours des siècles (principalement aux XVIe et XVIIIe siècles) avant d’être inoccupé et finalement incendié accidentellement enaoût 1945.

Le lac et le domaine qui l’entoure sont passés par plusieurs mains avant de devenir en 1693 la propriété des Blandin de Chalain, qui furent seigneurs de Chalain et Fontenu, et dont la branche locale s’est éteinte dans les années 1960. L’ensemble a été alors acquis par le département du Jura.

Le lac de Chalain est depuis les années 1950 la propriété du département du Jura qui a aménagé à l’extrémité Est un centre touristique important avec son camping haut de gamme et sa base de loisirs, dont la gestion est assurée par la Régie départementale du Domaine de Chalain. Les touristes francs-comtois mais aussi européens (néerlandais, anglais, suisses…) affluent. Le lac est ainsi un élément important du développement touristique de la région.

On y pratique toutes les activités nautiques sauf la navigation à moteur, proscrite dans un but de préservation du calme et de l’environnement. La rive constitue une longue plage très fréquentée et en partie surveillée à laquelle s’ajoutent les aménagements des communes de Marigny et de Doucier à chaque coin de l’extrémité ouest. Le CREPS de Franche-Comté, établissement public du Ministère de la Santé, de la Jeunesse et des Sports (Centre National des Sports de Plein Air) est également instLa plongée, la voile, la planche à voile et la pêche (brochetperchecorégone) complètent les activités qui animent le plan d’eau à la belle saison.allé en bord de lac, sur la commune de Doucier.

Le naturisme est officiellement autorisé sur une plage au Nord du lac, avec une pancarte en indiquant l’accès depuis le sentier.

Publié dans LACS DE FRANCE | Pas de Commentaire »

Lac de Pont en Bourgogne

Posté par francesca7 le 17 février 2013

Le lac de Pont est un lac artificiel, crée à la fin du xixe siècle, dans la commune de Pont-et-Massène, dans le département de la Côte-d’Or et la région Bourgogne.

Lac de Pont en Bourgogne dans LACS DE FRANCE pont-et-massene_10619_barrage-de-l-armancon2

21140 Pont-et-Massène

Tél. :03 80 97 26 65
Fax :03 80 97 28 04

Lac de Pont

vue_aerienne_lac_pont-300x199 dans LACS DE FRANCED’une capacité de 6,1 millions de mètres cube, le lac, directement alimenté par la rivière Armançon et les ruisseaux du Peut Crot, des Pralats, du Larrey et de Pisserotte, sert initialement de soutien à l’étiage du Canal de Bourgogne et à la régulation des crues, puis à l’alimentation partielle en eau de la commune de Semur-en-Auxois ainsi qu’aux sports et loisirs

Au coeur de l’Auxois, proche de la ville médiévale de Semur-en-Auxois (21) (3 km), le petit village de Pont-et-Massène vous invite à prendre l’air au grand lac de Pont au milieu de la forêt.

Un espace de loisirs aménagé vous offre de nombreuses activités : baignade, plage, jeux nautiques, plongeoir, location de canoës, engins nautiques à pédales et voiliers.

La zone de baignade de 800 m² est surveillée de 14 heures à 19 heures par les maitres-nageurs sauveteurs. Les différentes zones sont indiquées par des balises et des bouées.

Le grand parking à proximité, aménagé par la commune, est toujours très apprécié par les visiteurs.

Le lac de Pont est réalisé, entre 1878 et 1882, sur la rivière Armançon, afin de servir de soutien à l’étiage du Canal de Bourgogne, achevé en 1832. Le barrage est édifié en 1882 et le lac mis en eau en 1883.

le lac de Pont se situe dans la vallée sinueuse de l’Armançon. Il est bordé par une dizaine de petits bois, entre les communes de Pont-et-Massène, au nord, Flée, à l’ouest, et Montigny-sur-Armançon, au sud et à l’est. Semur-en-Auxois, la ville la plus proche, se trouve à 4 km. Le barrage est placé à la limite nord du lac.

Le lac se présente comme un épais serpentement des eaux de l’Armançon qui, long de 6 km et large de 133 m de large, couvre pas moins de 80 ha, sur un profondeur moyenne de 21 m.
La capacité maximale de son réservoir est de 6,1 millions de m3, et celle de son bassin versant de 289 km2.

La capacité d’écoulement du barrage de Pont est de 174 m3/s.

Le lac a, tout d’abord, conservé son rôle initial d’alimentation en eau du Canal de Bourgogne en eau, notamment durant la période estivale, et de contenance du surplus d’eau de l’Armançon, lors des crues printanières.

Il permet, ensuite, à une soixantaine de communes d’être alimentée par jusqu’à 6000 m3 d’eau potable par jour, via la station de pompage de Pont-et-Massène, construite en 1981, et trois lignes de filtration membranaire, construites en 2002 et 2007, par le Syndicat Intercommunal d’Adduction d’Eau Potable et de l’Assainissement (SIAEPA) de Semur-en-Auxois.

 740_001-300x219

Le lac et ses berges servent, enfin, d’aire de sports et loisirs, où se pratiquent, sous réglementation, la marche, la cueillette de champignons, le ramassage d’escargots, le VTT, l’équitation, la varappe, la pêche, la baignade (surveillée), le pédalo, le canoë-kayak, ou l’aviron.
Un circuit pédestre, faisant le tour du lac (12 km), un vaste parking et un camping (avec restaurant et sanitaires) situés sur la commune de Pont-et-Massène, ont été aménagés par la communauté de communes du Sinémurien afin de favoriser le développement des activités touristiques sur place.

Si le site ne fait pas l’objet d’une protection environnementale particulière, il jouit toutefois de plusieurs labels de qualité.

En effet, le lac de Pont fait, tout d’abord, partie des sentiers pédestres inscrits au Plan départemental des itinéraires de promenade et de randonnée, puis bénéficie des labels « Station verte de vacances » et « Tourisme et handicap » (embarcations, pontons, et commodités adaptées).

visitez en Vidéo http://www.dailymotion.com/video/xjnlv

Un réservoir d’eau potable 
Le lac de Pont a également une fonction de réservoir d’eau potable. En effet, depuis 1981, date de mise en service de la première usine de production d’eau potable à Pont-et-Massène par le SIAEPA de Semur-en-Auxois, cette ressource est exploitée pour alimenter dans un premier temps environ 35 communes. Ultérieurement, le SIAEPA a créé deux (2002) puis 3 (2007) lignes de filtration membranaire afin de traiter la turbidité de l’eau de l’Armançon. Les habitants de 56 communes adhérentes et d’une quinzaine de communes voisines (occasionnellement ou en permanence) consomment ainsi de l’eau ultrafiltrée. Cela correspond à environ 4 000 m3/j.

Un sentier de 12 km et une plage 
Le lac est bordé d’un sentier, inscrit au PDIPR, de 12 km qui permet aux promeneurs et pêcheurs de découvrir ce patrimoine inscrit depuis 1944 pour sa richesse paysagère. Le lacest également doté d’une plage surveillée en juillet et août. De nombreuses activités nautiques sont disponibles ainsi que qu’un snack-bar. 

Tourisme et Handicap lac_de_pont-300x225

La plage est labellisé « Tourisme et Handicap ». Elle est accessible pour tous les types de handicap (moteur, visuel, auditif et mental) :

  • Un cheminement jusqu’à l’eau et des places de parking proches de la plage
  • Deux TIRALOS (engin aquatique adapté) sont disponibles sur simple demande auprès du maître-nageur (présent sur le site de 14 heures à 19 heures)
  • Des sanitaires adaptés
  • Un ponton HANDIPECHE (2 emplacements)
  • Un système AUDIOPLAGE (pour les personnes mal ou non-voyantes)
  • Une table pique-nique adaptée

Christophe Gilles et Communauté de communes du Sinémurien

Publié dans LACS DE FRANCE | Pas de Commentaire »

Tour du Lac des Settons

Posté par francesca7 le 13 février 2013

Département (58) dans la Nièvre

 

EN VIDEO Image de prévisualisation YouTube

Le Lac des Settons, un des grands lacs du Morvan

Au coeur du Parc Naturel Régional

Tour du Lac des Settons dans LACS DE FRANCE 300px-lac_des_settons_-_barrage_06

D’une superficie de 360 ha, le Lac des Settons se situe en plein coeur de la Bourgogne dans un Parc Naturel Régional, dans le département de la Nièvre. Niché dans un écrin de verdure composé de forêts et de rivières, à une trentaine de kilomètres du Château de Bazoches et de Vézelay, le Lac des Settons est entouré de bois de sapins et de mélèzes, à 600 m d’altitude dans le massif du Morvan. La commune de Montsauche-les-Settons regroupe autour du bourg différents hameaux comme Montgirault, Bonin, Nataloup, Champgazon ainsi que La Faye, les Settons, les Branlasses qui sont directement situés au bord du Lac des Settons. La commune de Moux-en-Morvan borde la moitié sud du Lac des Settons du Cernay sur la rive droite jusqu’à Chevigny sur la rive gauche en passant par la queue du lac et la route touristique.

 

Le Lac des Settons, un lac de barrage

Le Lac des Settons est un lac artificiel retenu par une digue en pierre, un barrage érigé au XIXè siècle, unique en son genre. La construction fut réalisée entre 1854 et 1861 dans le double but de faciliter le flottage du bois sur Paris et d’assurer la navigation de la rivière Yonne en régulant son débit. A voir : la maison du garde et la salle des machines au centre de la digue.

 

Location près du Lac des Settons

 Louez votre gîte au Lac des Settons

Choisissez parmi une vingtaine de locations disponibles à proximité du Lac des Settons pour votre séjour tourisme en Nièvre:  Voir les gîtes et locations à proximité du Lac des Settons

Louez votre chalet au Lac des Settons

Pour un séjour dans la Nièvre en famille ou entre amis, vous aurez la possibilité de location dans un chalet avec vue sur le Lac des Settons ou dans un Village de chalets à 50 mètres du Lac.
Voir la liste des locations en chalet.

 location_lac_des_settons dans Morvan

 

Camping au bord du Lac des Settons

 

Camping détente et nature au Lac des Settons

L’environnement du Lac des Settons est un cadre privilégié pour des vacances en Nièvre. En choisissant la formule « camping détente et nature », vous optez pour un camping à taille humaine qui vous offre la tranquilité.
Voir le détail des prestations du camping

Camping avec location au Lac des Settons

Parmi les campings du bord du Lac des settons, certains vous proposeront chalet ou mobil-home en location.

Voir les différentes formules de location en camping

 

 lac_des_settons_aerien

Hôtel près du Lac des Settons

Pour votre week-end en Nièvre, nous vous conseillons un des deux hôtels situés à quelques pas du Lac des Settons. Ces deux hôtels disposent également d’un restaurant.
Plus de précisions sur ces hôtels

  Pêche au Lac des Settons

Pour les amoureux de la pêche en lac, le Lac des Settons est un site privilégié de plus de 300 hectarres classé en lac de barrage de 2ème catégorie. Les dernières vidanges du Lac des Settons ont eu lieu en 1995 et 2008.

Pêche des carnassiers au Lac des Settons

Toutes les conditions sont réunies pour faire du Lac des Settons un site exceptionnel pour la pêche du brochet : nombreux accès à pied ou en bateau, petits poissons en quantité, îles, pentes douces. Mai, juin et novembre sont les meilleures périodes. L’été, la pêche de la perche se pratique très facilement à la cuillère ou au coup.

Pêche de la carpe au Lac des Settons

Les pêcheurs apprécient tout particulièrement le Lac des Settons très propice à la pêche de la carpe pour son accessibilité, sa superficie et sa densité de belles carpes. La pêche de nuit est autorisée excepté en juillet et août.

Activités pour les enfants sur le Lac des Settons

Baignade au Lac des Settons

Le Lac des Settons est également un lac de baignade agréable et réputé. A proximité de la Base Sport et Nature Activital, une jolie plage de détente permet aux familles de goûter au joies de la baignade dans une eau de qualité (pavillon bleu). Certains campings disposent eux-mêmes de plages privées qui offrent autant de lieux de baignade
Pour profiter de la baignade en toute sécurité, 2 lieux de baignade sont surveillés en juillet et août : plage de la Presqu’île (rive droite) et plage de la Cabane Verte (route touristique).

 voile_au_lac_des_settons

Balades et randonnées au Lac des Settons

Trois boucles de randonnée à pied ou en VTT vous permettront de profiter au mieux de l’environnement du Lac des Settons : boucle du tour du lac (15km), boucle du flottage (17km) et tour du Bois du Grand Champ (5km). Le nouveau sentier de la queue du lac offre la possibilité de découvrir la richesse naturelle grâce à un parcours sur pilotis et à un observatoire de la faune et de la flore.

 Tél. : 03 86 84 51 98 – Site Internet : www.activital.net 

Base de Loisirs au Lac des Settons

Grâce à la base Sport et Nature Activital située aux Branlasses, vous pourrez pratiquer sur le lac la voile en cours particuliers ou collectifs, ou louer un catamaran ou une planche à voile à l’heure, à la demi-journée ou à la journée. Si le vente n’est pas de la partie, vous aurez la possibilité de pratiquer des activités nautiques à rame comme le canoë, la kayak et l’aviron.
Voir les prestations proposées par la Base Activital

 

VIDEO  :  Image de prévisualisation YouTube

Publié dans LACS DE FRANCE, Morvan | 1 Commentaire »

123
 

leprintempsdesconsciences |
Lechocdescultures |
Change Ton Monde |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | C'est LE REVE
| Détachement Terre Antilles ...
| ATELIER RELAIS DU TARN ET G...