• BONJOUR A TOUS ET

    bienvenue (2)

     CHEZ FRANCESCA 

  • UN FORUM discussion

    http://devantsoi.forumgratuit.org/

    ............ ICI ............
    http://devantsoi.forumgratuit.org/

  • téléchargement (4)

  • Ma PAGE FACEBOOK

    facebook image-inde

    https://www.
    facebook.com/francoise.salaun.750

  • DECOUVERTES !

    petit 7

  • BELLE VISITE A VOUS

    aniv1

    PETITS COINS DE PATRIMOINE QUI SERONT MIS EN LUMIERE AU DETOUR DE NOTRE REGION DE FRANCE...

  • Cathédrale St-Etienne-Auxerre

    St-Etienne Cathédral, Auxerre

    « La restauration est une opération qui doit garder un caractère exceptionnel. Elle a pour but de conserver et de révéler les valeurs esthétiques et historiques du monument et se fonde sur le respect de la substance ancienne et de documents authentiques. Elle s’arrête là où commence l’hypothèse, sur le plan des reconstitutions conjecturales, tout travail de complément reconnu indispensable pour raisons esthétiques ou techniques relève de la composition architecturale et portera la marque de notre temps. » citation Charte de Venise, art. 9, ICOMOS, 196.

  • M

    JE SUIS ORIGINAIRE MOI-MEME DE LA BOURGOGNE....

  • FRANCE EN IMAGES

    G

    « Un monument restauré traduit les connaissances, les ambitions, les goûts, non seulement du maître d’oeuvre mais aussi du maître d’ouvrage : c’est le vrai révélateur de l’appréhension des édifices par une génération donnée, qui leur permet de reconnaître pour sien un édifice centenaire. » citation de Françoise Bercé.

  • amis

  • Méta

  • amis

  • Architecture Française

    5

  • Artisanat Français

    1

  • A

  • amour-coeur-00040

  • montagne

    Tout devient patrimoine : l'architecture, les villes, le paysage, les bâtiments industriels, les équilibres écologiques, le code génétique.

  • 180px-Hlézard1

  • Patrimoine Français

    3

    Citation sur la France.
    !!!!
    La France, je l'aime corps et biens, en amoureux transi, en amant comblé. Je la parcours, je l'étreins, elle m'émerveille. C'est physique. Pour l'heure, c'est le plus beau pays du Monde, le plus gracieux, le plus spirituel, le plus agréable à vivre. En dépit de ses défauts, le peuple français a des réserves inépuisables de vigueur, d'astuce et de générosité. j'écris cela en toute connaissance de la déprime qui périodiquement enténèbre nos compatriotes. Ils ont une pente à l'autodénigrement, une autre au nihilisme. Je suis français au naturel et j'en tire autant de fierté que de volupté. J'ai pour ce vieux pays l'amour du preux pour sa gente dame, du soudard pour la servante d'auberge, de l'érudit pour ses grimoires, du paysan pour son enclos, du bourgeois pour ses rentes, du croyant des hautes époques pour les reliques de son saint patron... J'ai la France facile, comme d'autres ont le vin gai ; je l'ai au coeur et sous la semelle de mes godasses. Je suis français, ça n'a pas dépendu de moi et ça n'a jamais été un souci. Ni une obsession. Toujours un bonheur...

    Dictionnaire amoureux de la France - Denis Tillinac.

  • a bientot

LA PROVINCE

 

La province est une division administrative utilisée dans plusieurs États, depuis l’Empire romain. Le terme latin provincia a donné la Provence.


En France
 sous l’Ancien Régime une « province » désignait un certain type de division du territoire, en parallèle avec les généralités. En France, depuis un décret de l’Assemblée Nationale du 15 janvier 1790, les « provinces » ont été remplacées par les départements. Depuis 1790 le terme « province » n’est plus utilisé administrativement en France, excepté en Nouvelle-Calédonie qui est divisée en 3 provinces administratives. Néanmoins en France le mot « province » peut encore désigner un territoire traditionnel plus grand qu’un « pays » traditionnel, par exemple la province de Savoie ou la province de Normandie. L’expression en province signifie hors de la région parisienne, regroupant ainsi un ensemble de régions hétérogènes dont la seule spécificité est la périphérie. Dans ce sens, il s’agit d’un terme dépréciatif, souvent remplacé par l’expression en région, moins connotée.

Cette expression est qualifiée par certains comme étant géographiquement inepte, économiquement et politiquement aberrante, puisque la « province » représenterait 82 % de la population et plus de 95 % du territoire français. Pour d’autre au contraire cette expression traduirait une réalité intemporelle : la hiérarchie des styles de vie entre Paris et le reste de la France. Pour désigner cette « France sans la province d’Île-de-France », on a tendance à préférer aujourd’hui l’expression « en région(s) », qui présente les mêmes caractéristiques. Au Québec, c’est aussi l’expression « en régions » qui est utilisée, bien que le mot province y ait une existence légale.

En France, sous l’Ancien Régime, les provinces étaient les différentes régions dont était composé le pays, jusqu’à la création des divisions administratives départementales en 1790.

Aujourd’hui, le terme province reste utilisé pour désigner les ensembles géographiques régionaux qui en sont issus, et qui conservent une identité tant culturelle qu’ethnologique.

Emprunté aux institutions de l’Empire romain, le mot est apparu au xve siècle et n’a cessé de se diffuser tant dans les actes officiels que dans l’usage populaire ou commun. Quel que soit le siècle ou le dictionnaire consulté, la définition du mot reste souvent floue, en raison de la coexistence de plusieurs systèmes de découpages territoriaux sous l’Ancien Régime. Certains géographes, même parmi les plus célèbres, Onésime Reclus, ont largement critiqué l’idée de provinces et d’identité provinciale, niant parfois que le mot recouvre quelque réalité tangible. De fait, les multiples listes et cartes dénombrant les provinces de France ne sont ni parfaitement superposables ni exactement comparables.


Essais de définition : il s’agit d’un territoire, en général de grande étendue, dont les habitants se reconnaissent des origines, des mœurs, des usages, des langues et des institutions communes, qui se sont traduites par des statuts, coutumes et des privilèges particuliers, en général différents des provinces voisines. La province est en général formée de la réunion de différents pays plus petits, comprend souvent plusieurs grandes villes et sa division la plus commune se fait en « haute » et « basse ».

Avant la Révolution, la France était constituée de circonscriptions territoriales issues de l’histoire, de la géographie et du peuplement qui étaient différentes selon les différents pouvoirs qui s’y exerçaient, avec des catégories différentes comme métropoles, provinces, diocèses, duchés, baronnies, gouvernements, états, élections, généralités, intendances, parlements, pays, bailliages, etc.. suivis d’un nom de région qui était souvent le même, sans recouvrir la même étendue géographique. Ainsi, le ressort du parlement d’Artois ne correspondait pas au même territoire que le gouvernement d’Artois ou que l’intendance d’Artois.

L’Assemblée constituante de 1789, après avoir aboli au cours de la nuit du 4 août tous les droits et les usages particuliers aux différentes régions (que l’on nommait aussi privilèges comme ceux des classes, noblesse et clergé), décida d’instituer un découpage uniforme du territoire, les départements, et que ce découpage serait le même pour les différentes fonctions de l’État : militaire, religieuse, fiscale, administrative, universitaire, judiciaire, etc. La ville choisie comme chef-lieu de chaque département aurait dû concentrer les sièges de chacune de ces fonctions et posséder à la fois une préfecture, un tribunal, une université, une place militaire, un évêché, une bourse, une foire, un hôpital, etc.. Les protestations des villes qui remplissaient depuis toujours l’une de ces fonctions et qui se voyaient ainsi dépouillées, qui de leur cour d’Appel, qui de leur arsenal, qui de leur université, qui de leur foire, empêchèrent d’exécuter complètement ce plan.

 La notion la plus ancienne : Cités des peuples gaulois, vient ensuite les :

Provinces romaines : l’organisation normative

Provinces ecclésiastiques : des cités aux diocèses

Provinces judiciaires : les parlements, les bailliages et sénéchaussées

Provinces fiscales : pays d’États, élections, généralités et intendances

Provinces militaires : des grands fiefs aux gouvernements

 Fichier: France Orléans panorama 01.jpg

Une liste officielle du xviiie siècle se trouve dans les lettres patentes royales publiées le 4 mars 1790 qui faisaient suite aux décrets de l’Assemblée nationale des 15 janvier, 16 et 26 février ordonnant la division de la France en quatre-vingt trois départements. Ce document donne l’impression qu’il s’agit d’une division du royaume en provinces qui sont au nombre de quatre-vingt-neuf. Cette liste a suscité des critiques d’universitaires actuels (cf Romanet, Berlet), en particulier qu’il serait illusoire de vouloir intégrer toutes les provinces dans un ensemble cohérent, rationnel, systématique, structuré et surtout parfaitement juxtaposé ; « On demeure confondu quand on voit avec quelle assurance les géographes-historiens enseignent, depuis un siècle, que la France était divisée en un nombre fixé de provinces méthodiquement classées et délimitées » (Armand Brette).

En réalité, cette liste n’est pas celle des vraies provinces qui sont au nombre de trente-deux (gouvernements militaires), ni celle des diocèses ou des ressors des parlements, mais celle des circonscriptions fiscales ou celle des pays de coutumes (bailliages et sénéchaussées).

Laisser un commentaire

 

leprintempsdesconsciences |
Lechocdescultures |
Change Ton Monde |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | C'est LE REVE
| Détachement Terre Antilles ...
| ATELIER RELAIS DU TARN ET G...