• BONJOUR A TOUS ET

    bienvenue (2)

     CHEZ FRANCESCA 

  • UN FORUM discussion

    http://devantsoi.forumgratuit.org/

    ............ ICI ............
    http://devantsoi.forumgratuit.org/

  • téléchargement (4)

  • Ma PAGE FACEBOOK

    facebook image-inde

    https://www.
    facebook.com/francoise.salaun.750

  • DECOUVERTES !

    petit 7

  • BELLE VISITE A VOUS

    aniv1

    PETITS COINS DE PATRIMOINE QUI SERONT MIS EN LUMIERE AU DETOUR DE NOTRE REGION DE FRANCE...

  • Cathédrale St-Etienne-Auxerre

    St-Etienne Cathédral, Auxerre

    « La restauration est une opération qui doit garder un caractère exceptionnel. Elle a pour but de conserver et de révéler les valeurs esthétiques et historiques du monument et se fonde sur le respect de la substance ancienne et de documents authentiques. Elle s’arrête là où commence l’hypothèse, sur le plan des reconstitutions conjecturales, tout travail de complément reconnu indispensable pour raisons esthétiques ou techniques relève de la composition architecturale et portera la marque de notre temps. » citation Charte de Venise, art. 9, ICOMOS, 196.

  • M

    JE SUIS ORIGINAIRE MOI-MEME DE LA BOURGOGNE....

  • FRANCE EN IMAGES

    G

    « Un monument restauré traduit les connaissances, les ambitions, les goûts, non seulement du maître d’oeuvre mais aussi du maître d’ouvrage : c’est le vrai révélateur de l’appréhension des édifices par une génération donnée, qui leur permet de reconnaître pour sien un édifice centenaire. » citation de Françoise Bercé.

  • amis

  • Méta

  • amis

  • Architecture Française

    5

  • Artisanat Français

    1

  • A

  • amour-coeur-00040

  • montagne

    Tout devient patrimoine : l'architecture, les villes, le paysage, les bâtiments industriels, les équilibres écologiques, le code génétique.

  • 180px-Hlézard1

  • Patrimoine Français

    3

    Citation sur la France.
    !!!!
    La France, je l'aime corps et biens, en amoureux transi, en amant comblé. Je la parcours, je l'étreins, elle m'émerveille. C'est physique. Pour l'heure, c'est le plus beau pays du Monde, le plus gracieux, le plus spirituel, le plus agréable à vivre. En dépit de ses défauts, le peuple français a des réserves inépuisables de vigueur, d'astuce et de générosité. j'écris cela en toute connaissance de la déprime qui périodiquement enténèbre nos compatriotes. Ils ont une pente à l'autodénigrement, une autre au nihilisme. Je suis français au naturel et j'en tire autant de fierté que de volupté. J'ai pour ce vieux pays l'amour du preux pour sa gente dame, du soudard pour la servante d'auberge, de l'érudit pour ses grimoires, du paysan pour son enclos, du bourgeois pour ses rentes, du croyant des hautes époques pour les reliques de son saint patron... J'ai la France facile, comme d'autres ont le vin gai ; je l'ai au coeur et sous la semelle de mes godasses. Je suis français, ça n'a pas dépendu de moi et ça n'a jamais été un souci. Ni une obsession. Toujours un bonheur...

    Dictionnaire amoureux de la France - Denis Tillinac.

  • a bientot

  • Accueil
  • > Recherche : ruisseau val oise

Résultats de votre recherche

Analyse des sentiments humains au travers des contes de Fées

Posté par francesca7 le 30 décembre 2015

 
Les Fées !

Lorsqu’on prononce ces mots merveilleux devant les petits enfants, ils évoquent les belles dames des contes. La marraine de Cendrillon à la baguette magique, celle de Peau d’âne, celles qui se penchèrent sur le berceau de la Belle-au-bois-dormant, d’autres encore, belles et bonnes, parfois laides et méchantes. Tour d’horizon de celles, nombreuses et insaisissables, qui hantèrent l’Angoumois et la Saintonge…

grimm

Les contes dont les fées sont l’objet constituent une concrétisation vraie dans l’analyse des éternels sentiments humains. En un mot, c’est en soi l’expression imagée de l’action du Bien et du Mal. Le célèbre folkloriste Paul-Yves Sébillot écrit : « Les théologiens du Moyen Age admettaient l’existence des fées, et beaucoup de gens, jusqu’à la fin du XIXe siècle, affirmaient en avoir vues. » Il prétend qu’elles étaient la survivance des druidesses. L’écrivain Jacques Collin de Plancy mort en 1881, est plus catégorique dans son Dictionnaire infernal : « Nos fées ou fades (fatidicae) sont assurément les druidesses de nos pères ».

Quelle que soit leur origine ces créations légendaires semblent liées au folklore préhistorique et mégalithique. Chez nous, comme en d’autres lieux, elles gardent des trésors enfouis dans des cavernes ou sous des mégalithes. « Les fées sont au nombre de trois comme les mères, les parques, etc. ; on les dépeint souvent comme ces dernières, tenant le fuseau et la quenouille, d’où leur est venu le nom de filandières, parmi le peuple de Saintonge ; elles sont vieilles comme elles, et jettent aussi des sorts ; on leur donne le nom de bonnes, mais on le donnait également aux Euménides ; ne serait-ce pas dans le même sens, et, peut-être pour les désarmer et se les rendre favorables, ainsi que l’on flatte les tyrans et les mauvais princes », écrit l’archéologue Jean Chaudruc de Crazannes (1782-1862) dans ses Antiquités de la ville de Saintes et du département de la Charente-Inférieure.

Elles sortent surtout la nuit et s’évanouissent, souvent, aux premières lueurs de l’aube. Parfois elles recherchent, telle la Mélusine, l’amour des hommes. Des fonts qu’elles hantèrent portent les noms de Dames, de Demoiselles, de Vierges ou de Saintes. Leurs eaux ont des pouvoirs bénéfiques. Elles continuent à être l’objet d’un culte. Mais elles, les « Bonnes-Dames », ne quittent plus leurs demeures souterraines. L’âme paysanne garde innés le respect et la crainte des premiers âges de l’humanité envers ses divinités, mais l’influence du christianisme qui condamne comme sataniques toutes les manifestations des anciens cultes les fait considérer, parfois, comme maléfiques d’où la confusion des fées avec les sorcières, ou même, avec de simples revenants et les noms méprisants donnés à quelques-unes d’entre elles.

Au sein du Bulletin de la Société de mythologie française, Aurore Lamontellerie écrit en 1957 : « Après la christianisation les divinités païennes ont côtoyé dans l’âme populaire la Vierge-mère et les Saintes. On les a appelées Dames, Fées ou Fades, ce dernier terme en usage en Saintonge qui fut pays de langue d’oc. Nos fées et nos saintes, filles ennemies d’une même mère, selon le mot de Jullian, sont comme elle créatrices, protectrices des vivants et des morts, liées aux pierres, aux astres, à l’eau, aux éminences, à la végétation. Tous caractères reçus des religions anciennes ». Rappelons que l’épigraphiste et historien Camille Jullian, créateur de la chaire des Antiquités nationales au Collège de France, écrivait aussi, dans son Histoire de la Gaule : « Les Gaulois confiaient plus volontiers leur vie de chaque jour à des déesses qu’à des dieux, à des fées qu’à des lutins ». Rien d’étonnant que leur croyance se soit maintenue dans l’imagination populaire.

En Saintonge, nous apprend encore Chaudruc de Crazannes, « les bonnes gens de village les ont vues souvent filant leur quenouille et vêtues de robes d’une éclatante blancheur, particulièrement sur les bords de la Charente, près des grottes de La Roche-Courbon, de Saint-Savinien, des Arciveaux, etc. » Et, nous ajouterons : à Bagnolet, au pays de Cognac, où une méchante fée mécontente des bateliers qui refusaient de lui payer tribut détacha de la falaise située au confluent du Solençon et de la Charente le « Gros Roc » qu’elle se proposait de jeter à la rivière en un endroit où il aurait bloqué la navigation ; mais une bonne fée sauva les bateliers de la ruine. Avec ses ciseaux d’or elle trancha les galons du tablier dans lequel allait être transporté le rocher qui tomba sur le sol là où on le voit aujourd’hui. Furieuse la méchante fée se précipita dans la rivière où elle se noya.

A Saint-Simeux dans l’île d’Alliège où les femmes allaient demander leur délivrance aux fées, avant de la demander à Notre-Dame d’Alliège. A Chebrac où dans les coteaux boisés on trouve la « grotte des Fées ». Dans les prés de Villognon au « creux des Fades ». A Fontenille où non loin des lieux dits « La croix de la Dame » et « Les croix des Dames » l’on trouve « Le roc des Fades » et « Les Perrottes », deux beaux dolmens celtiques au sujet desquels on contait de curieuses légendes dans lesquelles les fées jouaient un grand rôle. Dans les prairies d’Aunac et de Bayers à la « grotte du Cluzeau » dite aussi « Trou des fadets » où se réfugiaient les fées malignes qui venaient rendre visite aux lavandières attardées l’hiver aux nombreuses fontaines qui coulent des coteaux, rapporte Favraud lors du Congrès préhistorique de France en 1912.

Ces habitants surnaturels ne sont que d’anciens génies topiques dépossédés du culte qu’on leur rendait naguère, affirme Auguste-François Lièvre dans Restes du culte des divinités topiques dans la Charente en 1882. On les retrouve plus en amont à Ambernac, dans la vallée de la Tardoire, à Montbron, à Vilhonneur à la « grotte des fadets », dans la vallée du Né, au « gouffre de la combe des Demoiselles » dans celle du Bandiat. Les fées erraient à Saint-Cybardeaux près des ruines romaines du bois des Bouchauds surnommées « Le château des Fées ».

Elles hantaient la forêt de Braconne où elles habitaient le « Trou Dufaix » (Dus Fées), véritable caverne souterraine comprenant plusieurs chambres et d’où, le matin, on voyait fumer un petit orifice ; c’étaient les fées qui faisaient du feu. Elles, les Dames mystérieuses, on les apercevait rarement. Pourtant elles sortaient par les nuits claires, se répandaient sous les grands chênes, dans leur robe de rayons de lune. Elles dansaient des rondes, des farandoles, mais n’aimaient pas être vues. Elles étaient belles, avaient de longs cheveux, portaient des diadèmes de perles. Mais si elles se fussent aperçues que vous les eussiez vues elles vous auraient entraînés avec elles et plus jamais vous n’auriez revu la lumière.

Elles fréquentaient les bois de Quatre-Vaux, de Bel-Air, les forêts de Ruffec, d’Horte, celle de la Boixe où les dolmens les « Pierres des Fades » les abritaient. Non loin de Pougné, près de Nanteuil-en-Vallée, les fées des environs se réunissaient à « La grotte des Fades » pour préparer leurs poisons. Leur supérieure avait une longue baguette d’ivoire, avec laquelle elle commandait à l’Argent-Or (un ruisseau local), ou de se répandre sur les prés, ou de tarir immédiatement. À 500 mètres de Pougné, sur la route de Nanteuil-en-Vallée, se trouve une autre « Grotte des Fades », où les Fées donnaient leurs festins, rapporte encore Favraud.

À Saint-Gourson, près du village de Puyrifaud, sur le flanc d’un petit coteau appelé l’Essart, incliné du Nord au Sud, se trouvent quelques blocs calcaires, qui laissent entre eux d’étroites ouvertures, connues sous le nom de « Trou des Fades ». Suivant les légendes locales, les Fades en gardent l’entrée et retiennent à de merveilleuses profondeurs un peuple de sauvages, condamnés à forger sans relâche des métaux éternellement résistants, et à ne quitter des ateliers ténébreux qu’une seule fois chaque année, par une nuit sombre de l’hiver, au bruit des mugissements du vent et de la pluie.

Si certains dolmens, menhirs et tumulus étaient demeures de fées, il ne faut pas oublier les fontaines. Il faudrait, écrit le Dr Bachelier en 1959 dans le Bulletin de la Société de mythologie française, citer les légendes qui entourent les fontaines pour en comprendre la signification profonde : « Vierges trouvées, Vierges fécondes ou Vierges de la délivrance, très souvent confondues, Vierges récalcitrantes. Tous les thèmes qui nous rappellent l’antique sacralisation des sources s’y retrouvent. Bien avant le christianisme la Vierge-mère immaculée était vénérée près des fontaines où se miraient les fées et ce sont encore les fées que l’on vénère souvent sous le nom de la Vierge-mère. »

Fées des fontaines ou Vierges, c’est tout un. A quelques kilomètres de Sers, à deux mètres de la chapelle de l’ancien ermitage connu sous le vocable de Notre-Dame, une fontaine sourd. Elle a la propriété de procurer du lait aux nourrices stériles et de guérir les enfants malades. On s’y rend pour obtenir de la pluie, affirme Favraud en 1898 dans Fontaines religieuses. A Birac, au pied de l’église consacrée à Notre-Dame des Combes, naît aussi une fontaine « La font des Putes » dont l’eau guérissait les plaies. Celle de la « Fontaine de la Vierge » à Laplaud, Aubeterre, guérissait des crampes et celle de « La font des Demoiselles » à Montigné, conjurait le mauvais oeil. Celle de « la Font des Dames » à Roussines guérissait de la migraine et celle de la font du même nom, à Touzac, l’épilepsie. Celle de « la Fontaine des Fées » à Saint-Yrieix guérissait le mal caduc et celle de « la Font des Demoiselles » d’Aussac, le goître, rapporte L. Bertrand dans le Bulletin de la Charente en 1947.

Lièvre avait déjà signalé quelques-unes de ces fontaines avec « la Font de la Dame » dans Rouzède, « la Font des Dames » dans Torsac, « la Font Put » dans Loubert, « la Font Putée » dans Brie de Chalais et « la Font des Putes » dans Voulgézac, lesquelles, dit-il, sont vraisemblablement autant de sources vénérées que leurs génies féminins, maudits, ont continué à hanter au Moyen Age.

Peaudane2

De nombreux lieux-dits de la contrée semblent attester l’apparition de ces êtres mythologiques. Considérons-les cependant avec circonspection car le « moulin des Dames » et le « bois des Dames » à Angoulême auraient appartenu à des personnes bien vivantes quoique retirées du monde, les religieuses de Saint-Ausone. Cependant, un autre « bois des Dames », à Ronsenac, où existe un dolmen, semble propre à être retenu. Peut-être aussi ceux de Combiers, de Lamérac, de Cognac. Les « champs des Dames » à Aussac. Le « champ des Dames » à Sireuil.

Que faut-il penser du « jardin des Dames » de Cognac, de la « Rivière des Dames » à Sainte-Sévère, de la « combe des Dames » à Asnières, de celles situées à Chateaubernard, à Couture ? Des « coteaux des Dames » à Torsac, de « l’île des Dames » à Cognac ? Du « plantier des Dames » à Champniers, du « buisson des Dames » à Saint-Séverin, de « l’enclos des Dames » à Villebois-la-Valette, des « Prés des Dames » à Saint-Mary, de la « pointe des Dames » à Jurignac et de la « pointe des Demoiselles » à Condéon, du « champ des Demoiselles » à La Chèvrerie, à Réparsac, à Saint-Angeau, à Saint-Ciers ?

Le « champ de la vieille » à Saint-Amand-de-Bonnieure pourrait être, écrit Aurore Lamontellerie, celui où l’on vit apparaître une vieille méchante fée analogue à celle des puits dont on menaçait les enfants. On relève plus sûrement : « le creux des Fadets » à Moutonneau, la « croix des Fadets » à Mainxe, les « Pierres Fades » à Lessac, « La Faderie » au Bouchage. Des lieux-dits : bois Marie, rivière de Marie, chemin de Sainte-Marie, à Saint-Aulaye-la-Chapelle-Conzac, Longré, Souvigné, on ne sait que trop penser. Il y a aussi celui appelé « Les Vierges de la font » à Dirac.

Il est difficile de classer les Fées par ordre d’importance. Tant de choses échappent à notre esprit d’hommes et de femmes du XXe siècle qui se veulent et se croient affranchis de ces croyances. On ne connaît plus leurs noms. Si l’on connaît la puissante Mélusine, la fée Braconne citée par Henry Pannéel dans ses Contes et légendes des Charentes (1946) qui dut connaître une certaine notoriété : « C’était une très belle dame vêtue comme une reine ». Elle se présente en ces termes à un brave paysan des Bassats : « Je suis la fée Braconne, qui règne sur cette forêt ». Elle était bonne et désireuse de réparer le mal causé par les mauvais génies, hélas nombreux. La fée du coteau de Magnerit, sur le territoire d’Aunac, qui apparut vers 1641 par un jour de Noël froid mais sec et ensoleillé, aux deux enfants de Jean-François de Volluyres, seigneur de Mortagne, au « creux des Fades », sa demeure, qu’elle partageait avec de nombreuses autres fées, à l’intérieur orné de rideaux de nuages bleu argent et de mosaïques roses. Avec sa robe rouge pailletée d’or, à la main une baguette magique, plus belle que le jour et dont la vie se passait à réparer le mal que faisaient les méchants et à avertir les hommes des dangers qui les menaçaient.

Une autre bonne fée c’était celle que l’on surnomma « la fée aux monghettes » et dont l’histoire fut contée par Marcelle Nadaud. Toutes les autres sont restées anonymes. On nous dit que les unes étaient belles, majestueuses. Que d’autres, les Fadettes, n’étaient que de petits êtres légers. Ce pouvaient être aussi les épouses des Fadets. Toutes les fées ne furent pas belles. Certaines étaient même très laides si l’on en croit le récit intitulé « Les Fadets » que rapporte dans Vieilles choses d’Angoumois Mathilde Mir en 1947, professeur de lettres. Les fées avaient souvent des occupations d’humbles mortelles. Elles faisaient le ménage de leur demeure et leur cuisine.

Cependant tout ce que contient de poésie le coeur humain a embelli leur domaine. Il y eut les filandières et les tisseuses qui tissaient gaze et dentelles fines, les lavandières qui lavaient si blanc, celles qui guérissaient aux fontaines, celles qui bâtissaient. On retrouve ces dernières dans les légendes se rapportant à la construction des dolmens. Mais, comme aux berges des fontaines, elles sont devenues Vierges ou Saintes.

Le dolmen de « La Pierre Blanche » entre le bourg de Bessé, Tusson et Charmé, au delà des grands bois de Bessé, aurait, disaient les grands-mères, été édifié, il y a bien longtemps, par la bonne Vierge qui descendit du ciel cette grosse pierre sur la tête, les plus petites dans son tablier de mousseline et qui la déposa en ce lieu. Autrefois une chandelle y brûlait toute la nuit. Un veau d’or est caché dessous rapportait Jacques Duquerroy, cultivateur, qui le tenait de sa grand-mère, née en 1810. C’est encore la Sainte-Vierge qui apporta l’énorme table du dolmen de Saint-Fort-sur-le-Né, sur sa tête, portant en même temps les quatre piliers dans son tablier, mais elle en laissa tomber un dans la mare de Saint-Fort en traversant le Né. En conséquence il n’en reste plus que trois. C’est encore elle qui aurait élevé le dolmen qui se trouve près du Pont des Bons Enfants au point où le ruisseau de la Font-du-Pouzon se jette dans le Né. Apportant la table sur sa tête et les piliers dans son tablier, elle en laissa tomber un au bord du Né en traversant cette rivière. C’est sur cette table que la Vierge vient repasser sa coiffe.

Parmi les fées on trouve encore celles qui exauçaient les souhaits, celles qui gardaient les trésors, celles aussi qui donnaient les maux et jetaient de mauvais sorts, celles qui les conjuraient. Au domaine de chez Vinaigre, en Ronsenac, on pouvait recueillir au XIXe siècle cette jolie légende :

A la venue du Christ, les Fées, dont le règne était fini, demandèrent une grâce au Seigneur avant de mourir. Dieu leur promit que leur dernier souhait serait accompli. « Nous désirons, dirent-elles, que nos dépouilles reposent sous des tombes de diamant ». Ainsi fut fait. Mais, comme la cupidité humaine alléchée par cette précieuse matière venait profaner ces sépultures, Dieu changea les tombes de diamant en pierre. Ce sont les menhirs et les dolmens.

Le temps a passé, les lourdes tables des dolmens sont grises et gris leurs piliers. Légende chrétienne, légende païenne on ne sait plus laquelle est la plus belle. Les fées ont toutes disparu. Partout on les cherche en vain. On ne les voit plus, seul leur souvenir persiste, tenace, aux abords de leurs demeures. Les pierres et les bois demeurent, les eaux reflètent toujours le ciel, mais les légendes, hélas, ne fleurissent plus. Qui rendra la vie à ces étranges apparitions, à ces créatures de rêve qui peuplaient nos clairières et nos combes profondes, qui dispensaient beauté, fortune, charme, magie, bien et mal, vie et mort ?

(D’après « Bulletin de la Société d’études folkloriques
du Centre-Ouest », paru en 1965)

Publié dans LEGENDES-SUPERSTITIONS, LITTERATURE FRANCAISE, POESIE FRANCAISE | Pas de Commentaires »

Sur les bords du Tarn

Posté par francesca7 le 28 juillet 2015

 

 

albi-les-bords-du-tarnAux environs d’Albi, à l’endroit appelé le Saut du Sabotet où la rivière se trouve resserrée entre deux énormes barrières de rocher, les villageois et villageoises du XIXe siècle pleuraient encore en écoutant le récit de la mort du berger Saho : il allait voir sa mie qui bientôt accepta le mariage. Mais dans l’ombre, un certain Guillaume, guidé par la jalousie, ne l’entend pas ainsi et décide de mettre à profit le dangereux passage tombant à pic sur le cours d’eau

Sur les rives ombragées de la Garonne, sur les bords de la Durance, l’habitant des campagnes transmet à ses enfants les chants de ses aïeux. Sous le ciel méridional, comme sous le ciel de la Grèce, plusieurs poètes inconnus ont célébré le dévouement et les malheurs de l’amour. Sur les rivages de l’Hellespont, de nombreuses générations se sont raconté d’âge en âge la gracieuse et touchante histoire de Léandre et de Héro. Sur les bords du Tarn, à l’endroit où cette rivière se trouve resserrée entre deux énormes barrières de rocher — appelé aujourd’hui Saut de Sabode Sabot ou du Sabot –, on se souvenait jadis du tragique récit de la mort du berger Saho.

Voyez-vous ce village caché comme un nid de tourterelle au milieu des arbres touffus qui le couvrent de leur ombrage ? Là vivait autrefois une jeune bergère qui portait le nom d’Indie. Elle était la fleur du hameau ; elle avait à peine seize ans lorsque tous les bergers des environs la demandèrent en mariage à sa vieille mère. Mais les joues d’lndie devenaient rouges comme la cerise printanière, toutes les fois qu’elle entendait les doux propos d’amour.

— Je ne veux point quitter ma mère, disait-elle, ma vieille mère qui n’a d’autre soutien que moi.

Quelques années s’écoulèrent, et lorsque le joli mois de mai revenait avec les beaux jours et les fleurs, tous les bergers allaient, la nuit, planter devant la petite maison d’Indie un jeune arbrisseau qu’ils couvraient de rubans et de guirlandes. lndie avait déjà vingt ans, lorsque revenant du village où elle avait communié, le saint jour de Pâques, elle rencontra un berger qui habitait le hameau voisin.

Ce berger avait nom Saho. Il était beau comme un ange du paradis, et son troupeau prospérait, parce que Dieu veillait sur lui pour récompenser la piété du berger. Toutes les jeunes filles en âge d’être mariées s’asseyaient, le soir, sur leurs portes, pour voir passer Saho quand il ramenait son troupeau du pâturage. Mais Saho baissait modestement les yeux et récitait ses oraisons. Cependant, il aimait la belle lndie de l’amour le plus tendre.

— Indie, lui dit-il, en revenant du village, le saint jour de Pâques, lndie, vous avez communié aujourd’hui, et je suis sûr quo vous aimez bien le bon Dieu.

— Et vous aussi, Saho, répondit la bergère.

— Longtemps j’ai cru qu’il ne fallait aimer que le bon Dieu et ma mère, répondit Saho ; mais plus souvent je vous vois, plus je sens que mon cœur s’ouvre à un autre amour. Quand vous passez près de moi, je n’ose pas vous regarder, je tremble, et puis je pleure lorsque vous vous éloignez. Demain je viendrai voir votre mère, je lui dirai si elle veut nous marier ensemble.

— Nous marier ! fit lndie en rougissant.

— Si vous ne m’aimez pas encore, lndie, vous m’aimerez plus tard.

lndie et Saho se séparèrent à l’instant ; ils avaient aperçu quelques villageois au détour du sentier. A quelque temps de là, des pleurs se firent entendre dans la maison d’Indie ; la jeune bergère avait perdu sa mère, et longtemps elle fut inconsolable. Saho ne quittait plus le village ; il craignait qu’il n’arrivât quelque malheur à celle qu’il appelait déjà sa fiancée.

Sur les bords du Tarn dans COURS d'EAU-RIVIERES de France 550px-Gorges_du_Tarn_Point_Sublime

Mais le curé du village blâma ces assiduités, et Saho revint dans son hameau, de l’autre côté de la rivière. lndie éprouva bientôt le besoin de revoir son berger bien-aimé ; elle dépérissait, la pauvre colombe, depuis qu’elle n’entendait plus la musette de Saho. Par une belle soirée d’été, la bergère s’assit sur un des rochers qui s’élèvent aux bords du Tarn, et chanta la ballade des trois jeunes filles à marier :

« Sur le bord de la rivière, sur le bord fleuri, il y a trois jeunes filles, filles à marier. Celle qui est la plus jeune ne fait que pleurer. Pourquoi pleurer, fillette, pourquoi tant soupirer ? Si je pleure, pauvrette, j’en ai bien raison ; les glands de ma ceinture dans l’onde sont tombés. Que donnerez-vous, brunette, à celui qui ira les chercher ? Je lui donnerai une rose avec un doux baiser.

« Alors le galant tire ses chausses et se lance dans l’eau ; dans l’onde le galant s’est enfoncé. La dernière vague a fait flotter les glands ; tenez, tenez, brunette, voici vos glands dorés. »

Puis lndie ajouta : « Quand j’étais petite, je gardais les agneaux ; parmi les fleurs de la prairie je ne pensais pas aux amours. Maintenant que je suis grande, je garde les moutons ; je les fais paître sur l’herbette, dans ces champs si doux. Un jour, je les ai conduits à l’onde de ce petit ruisseau ; là j’ai trouvé sur la prairie trois chevaliers gracieux.

« L’un me dit : adieu, Indie ; l’autre : adieu, amour ; l’autre me pousse dans le ruisseau comme un pêcheur jette sa ligne. Il y avait peu d’eau, je ne me suis point mouillée ; au pied du beau pommier je me suis assise. Pommier divin, qui charmes, tu as de bien belles fleurs, mais tu n’en as pas autant que mon cœur a d’amours. »

Saho tressaillit d’amour et de joie entendant les douces paroles d’Indie. La rivière n’était pas large à cet endroit, et il sauta d’un bord à l’autre avec la légèreté d’un jeune chevreau. Le lendemain, il franchit aussi la rivière ; la bergère et le berger ne pouvaient plus passer un jour sans se voir.

— Indie, ma douce amie, dit un jour Saho, marions-nous ensemble ; nous n’aurons plus qu’un seul troupeau ; nous cultiverons ensemble nos petits champs, lorsque nos en fans seront en âge de garder nos moutons.

— La volonté de Dieu soit faite, répondit Indie, et vos vœux accomplis, berger Saho.

Quelques jours après, le bruit courut dans le village que l’heureux Saho était à la veille d’épouser Indie. Tous les voisins se réjouirent, car le berger et la bergère étaient purs et innocents, comme au jour de leur baptême, et tout le monde les aimait. Un seul berger détestait Saho : ce berger s’appelait Guillaume. Il était laid à faire peur à toutes les filles, et cependant il avait osé tenir propos d’amour à Indie. Mais la bergère s’était moquée de lui.

Guillaume dissimula ses projets de vengeance ; il s’aperçut que le rocher formait une pente rapide jusqu’au bord de la rivière. Pendant le jour, il sema de petits cailloux ronds sur cette surface unie, et il se dit en riant aux éclats, comme un démon : « Ce soir, galant Saho, tu ne verras pas Indie, ta douce amie ; tu tomberas dans le gouffre, et demain j’annoncerai ta mort à l’orgueilleuse bergère. »

Quelques instants après le coucher du soleil, le berger Saho aperçut une quenouille plantée sur le rocher de la rive opposée ; c’était le signal si désiré du rendez-vous. Il voulut s’élancer pour franchir la rivière, mais les petits cailloux roulèrent sous ses pieds ; il ne put garder l’équilibre, et après avoir chancelé pendant quelques instants, il tomba dans l’abîme en criant : « Indie, je meurs, Indie, adieu pour toujours. »

La bergère entendit ce cri de désespoir qui la glaça de terreur. Elle courut au bord de la rivière, mais elle ne vit rien dans le gouffre. Le chapeau de Saho restait seul sur la rive opposée. Deux jours après on trouva le cadavre de Saho au-dessous du pont d’Albi. On le porta au village où il fut enseveli près du tombeau de la mère d’Indie.

La pauvre bergère ne pleura pas longtemps son fiancé. Elle s’endormit du sommeil du juste, et toutes les jeunes filles du village portèrent le deuil. Guillaume fut maudit ; on le chassa du pays, et l’endroit où le fiancé d’Indie avait trouvé la mort fut appelé le Saut du Sabot, où l’on construisit un pont peu avant 1840.

 

(D’après « Mosaïque du Midi », paru en 1840)

Publié dans COURS d'EAU-RIVIERES de France, HISTOIRE DES REGIONS | Pas de Commentaires »

LA VIE AU Château de Châteaubriant

Posté par francesca7 le 10 juin 2015

Château_de_ChâteaubriandLe château est situé entre la ligne de Châteaubriant à Rennes à l’est et la vieille-ville de Châteaubriant à l’ouest. Au nord, il est bordé par la Chère, qui forme des douves naturelles, et au sud, il s’ouvre sur la place Charles-de-Gaulle.

La Chère est par ailleurs retenue par une chaussée du Moyen Âge qui forme l’étang de la Torche. Cette chaussée servait d’accès à la ville médiévale et faisait partie intégrante des remparts. Enfin, le château était à l’origine bordé à l’ouest par le ruisseau du Rollard, recouvert au xixe siècle. Ce ruisseau se trouvait légèrement à l’ouest de la rue Rigale et traversait la Grande rue.

Le sous-sol castelbriantais est formé de roches sédimentaires appartenant au massif armoricain, comme du schiste et du grès, et forme des plissements et des affleurements. Le château se trouve sur l’un de ces affleurements. Abrupt au niveau de la Chère, cet affleurement descend en terrasses vers le sud.

Le château de Châteaubriant est une forteresse médiévale fortement remaniée à la Renaissance située en Loire-Atlantique, dans la ville de Châteaubriant. Le château a été établi au xie siècle sur les Marches de Bretagne et, comme ceux de Vitré, Fougères, Ancenis et Clisson, il était chargé de défendre la Bretagne face au royaume de France. Il est d’ailleurs le pendant breton du château de Pouancé, situé en Anjou.

Le château a été réaménagé plusieurs fois au cours du Moyen Âge, et la ville de Châteaubriant s’est développée autour, s’entourant elle-même de remparts au xiiie siècle. L’ensemble est élevé en baronnie auxiie siècle, puis passe aux familles de Dinan et de Montfort-Laval. Pendant la Guerre folle, au xve siècle, le château est pris par les Français après un siège. Le logis et le donjon, endommagés, sont restaurés. Enfin, au xvie siècle, le château prend son aspect définitif, avec la construction de nouveaux logis et d’une grande galerie Renaissance.

La baronnie de Châteaubriant revient à la Maison de Condé au xviie siècle. Après la Révolution française, le château, plusieurs fois vendu, accueille diverses administrations. La fermeture du tribunal en 2009 puis le départ des services sous-préfectoraux permettent d’envisager une nouvelle présentation du château aux visiteurs.

Ce château figure sur la liste des 1 034 premiers monuments historiques français classés en 1840. La protection a cependant été retirée en 1887. Il fait à nouveau l’objet d’un classement au titre des monuments historiques depuis le 11 juillet 1921. Il fait par ailleurs partie d’une liste préparatoire visant à faire inscrire les Marches de Bretagne au Patrimoine mondial de l’Unesco.

La dynastie de Brient s’éteint en 1383 et la baronnie de Châteaubriant revient à Charles de Dinan. La famille de Dinan se trouve à son tour sans postérité mâle en 1444. L’héritière, Françoise de Dinan, est l’épouse de Guy XIV de Laval, compagnon de Jeanne d’Arc. Après la mort de ce dernier en 1486, elle s’oppose au duc François II de Bretagne et fait signer le traité de Châteaubriant par lequel des barons de Bretagne font appel au roi de France pour régler une querelle interne bretonne. Le traité, qui trahit l’autorité de François II, est une des raisons de la Guerre folle, qui oppose le roi de France à ses seigneurs vassaux. La Bretagne et la France entrent en guerre, et les places fortes bretonnes sont prises les unes après les autres par les Français. Le siège de Châteaubriant, en 1488, dure une semaine, puis les assiégés capitulent.

Après le siège de 1488 et le retour de la paix, Françoise de Dinan fait reconstruire et améliorer le château. Le donjon et les logis sont ouverts par des baies et de nouvelles cheminées à décor flamboyant sont installées

Le château de Châteaubriant est la propriété du Conseil général de la Loire-Atlantique et c’est d’ailleurs l’un des trois domaines départementaux avec le château de Clisson et la Garenne-Lemot. Il est géré par une section du service Action culturelle et Patrimoine du département, qui compte un responsable du château et une équipe de trois personnes.

L’enceinte du château est ouverte aux visiteurs toute l’année et l’entrée est gratuite. Un bureau d’accueil est également à disposition pendant les heures d’ouverture. La grande majorité des intérieurs ne se visite pas, à l’exception notable de la Chambre dorée, dont l’entrée est elle-aussi gratuite. La Grande Galerie, l’escalier d’apparât ainsi que le chemin de ronde de la haute-cour sont eux-aussi en accès libre. Enfin, certaines salles du Bâtiment des Gardes sont ouvertes au public lors d’expositions temporaires. L’ensemble du château est ponctué de 25 panneaux explicatifs qui forment un parcours d’interprétation.

La direction organise des visites scolaires thématiques, destinées aux élèves de la maternelle au lycée, ainsi que des ateliers-jeux, des visites guidées payantes pour adultes en français et en anglais. Les visites guidées permettent de découvrir quelques lieux habituellement fermés, comme la chapelle. La restauration du donjon, entammée en 2012, permettra de l’inclure dans les circuits. Le projet prévoit par exemple l’installation d’un plancher panoramique à son sommet.

Château_de_ChâteaubriandLe château, ayant appartenu à plusieurs grandes familles françaises, a connu plusieurs propriétaires et visiteurs illustres. Le site est particulièrement lié à deux légendes, avivées et répandues par les historiens du xixe siècle. La première concerne Sybille, femme de Geoffroy IV de Châteaubriant. Celui-ci part en Croisade en 1252, puis il est fait prisonnier en 1250 en Égypte. L’armée est touchée par la peste, et la mort de Geoffroy IV est annoncée à Châteaubriant en 1252. Sybille fait le deuil de son mari, mais celui-ci serait revenu quelques mois plus tard. En le retrouvant, elle serait morte dans ses bras.

La deuxième légende est construite autour de Jean de Laval et sa femme Françoise de Foix. Ils sont fiancés en 1505 grâce à Anne de Bretagne. Après la mort de cette dernière puis de son mari Louis XII, le nouveau roi de France, François Ier fait venir Jean à sa cour afin de l’aider à faire l’union de la Bretagne à la France. Françoise de Foix devient dame d’honneur de la reine, Claude de France, et la favorite de François Ier. Jean fait les Guerres d’Italie, puis il est nommé gouverneur de Bretagne en 1531. Françoise de Foix est quant à elle rejetée de la cour en 1525.

Elle meurt dans la nuit du 16 octobre 1537, et des rumeurs d’assassinat circulent rapidement. Selon elles, Françoise aurait été tuée par son mari, jaloux de sa liaison avec le roi. Des légendes se construisent ensuite autour des rumeurs : Jean aurait séquestré sa femme dans une chambre, puis l’aurait saignée ou empoisonnée. Depuis, tous les 16 octobre, à minuit, une procession fantomatique défilerait dans le château. Par ailleurs, la Chambre dorée a souvent été présentée comme le lieu de l’assassinat, mais son décor actuel ne date que du xviie siècle.

François Ier a lui-même séjourné au château en 1521, 1531 et 1532. Outre Jean de Laval, parmi les propriétaires du château les plus illustres, il y a un certain nombre de femmes, notamment Jeanne de Belleville, femme de Geoffroy VIII de Châteaubriant puis d’Olivier IV de Clisson, surnommée la « tigresse bretonne » pour sa rébellion contre le roi de France, et Françoise de Dinan, gouvernante d’Anne de Bretagne, qui a pris part à la Guerre folle en trahissant le duc de Bretagne. Le château a aussi appartenu au connétable Anne de Montmorency, à Henri II de Bourbon-Condé et à Henri d’Orléans, duc d’Aumale.

Publié dans Bretagne, CHATEAUX DE FRANCE | Pas de Commentaires »

Un quête dans LA FORET DE COMPIEGNE

Posté par francesca7 le 8 avril 2015

(OISE)

250px-Poteau_du_carrefour_des_DryadesLes lieux au xie siècle occupés par la forêt étaient à l’époque gauloise un vaste marécage, qui sera partiellement cultivé à l’époque romaine comme le montrent les nombreux vestiges de fermes ou d’habitats gallo-romains.

La forêt proprement dite, autrefois appelée forêt de Cuise, s’étendait plus à l’est, probablement proche du village de Cuise. L’actuel bois de Cuise en faisait partie.

C’est là qu’en 561 selon Grégoire de Tours, le roi franc Clotaire Ier « s’en étant allé, comme il était, durant la cinquante et unième année de son règne, dans la forêt de Cuise (la forêt de Compiègne), occupé à la chasse, il fut saisi de la fièvre, et se rendit à Compiègne. Là, cruellement tourmenté de la fièvre, il disait : « Hélas ! Qui pensez-vous que soit ce roi du ciel qui fait mourir ainsi de si puissants rois ? ». Et il rendit l’esprit dans cette tristesse ».

Ce n’est que tardivement au Moyen Âge que les arbres colonisent ou recolonisent les marais, alors délaissés pour composer la forêt actuelle.

De nombreux souverains de France vont aimer y chasser. François Ier est le premier à la faire aménager en traçant 8 routes3. Louis XIV fait tracer le grand octogone et 54 routes, Louis XV et Louis XVI en feront percer d’autres, jusqu’à 200. Napoléon Ier fait amorcer la percée des Beaux-Monts. La forêt présente un relief varié se prêtant bien à la chasse : plateaux entaillés de vallons et de gorges, petites collines appelée les monts, ruisseaux et étangs.

La forêt de Compiègne compte aujourd’hui 1 200 km de routes et 311 carrefours baptisés. La forêt est aménagée depuis le Moyen Âge pour la pratique de la chasse à courre. En 1521, à l’époque de François Ier, on trace quatre axes principaux (8 routes) qui se coupent au carrefour du Puits du Roi. Sous Louis XIV, 54 nouvelles routes sont dessinées ; sous Louis XV 229.

Ces routes de chasse délimitent des triangles. Les routes autour du carrefour du Puits du Roi, lieu privilégié de chasse, forment des octogones.

En 1669, on commence à installer des poteaux indicateurs à chaque carrefour et le long des routes en forêt. Les carrefours principaux reçoivent un poteau indicateur caractéristique dessiné sous Charles X. Le nom du carrefour est à mi-hauteur du poteau, c’est-à-dire à hauteur des yeux d’un cavalier. Une marque rouge indique la direction du château de Compiègne, à l’initiative de Napoléon III, l’impératrice Eugénie s’étant égarée avec sa suite, un soir en forêt.

Promenades en forêt

La forêt compte 11 itinéraires de pistes cyclables aménagés par l’ARC. L’un d’eux relie Compiègne et Pierrefonds sur une piste de 11 3 km. L’avenue des Beaux-Monts traverse la forêt sur 4 kilomètres dans le prolongement du parc du Château de Compiègne. Le bout de l’avenue offre un point de vue sur Compiègne et notamment sur le château.

Les plantes, les arbres, les animaux, les ruisseaux, les mares… sont autant d’éléments constituant l’écosystème forestier. La forêt domaniale de Compiègne est un bel exemple de cette biodiversité que les forestiers entretiennent et gèrent au quotidien afin de la transmettre aux générations futures.  L’Office de Tourisme de l’Agglomération de Compiègne, en association avec des animateurs de l’Office National des Forêts, vous révèlent les mystères de la forêt de Compiègne.

En forêt de Compiègne, les poteaux de carrefour sont aussi très utiles. On en compte 310, tous baptisés de noms empruntés surtout à la toponymie locale, aux animaux, à la mythologie, à la vènerie, aux princes, aux officiers forestiers ; exemple : le carrefour des ruines rappelle le château de Barbe Bleue, le carrefour du dragon le combat du chevalier en armes vermeilles contre le guivre. Ces poteaux, dessinés en 1827 par Jean-Jacques Marie Huvé, architecte de Charles X, furent surmontés d’abord par deux ailes qui ornaient la boule sommitale. Au Second Empire, suite à l’égarement de l’Impératrice Eugénie, Napoléon III y fit placer, sur chacun d’eux, un trait rouge pour indiquer aux promeneurs la direction du palais de Compiègne. Ces traits rouges existent encore.

Ainsi ces poteaux ont le mérite de nous remémorer la vie passée, historique ou légendaire, de ce magnifique massif forestier forgé par les hommes.

On ne peut pas comprendre l’arbre sans l’homme, la forêt sans son histoire.

La répartition actuelle des essences forestières du massif de Compiègne est l’aboutissement de plusieurs années de gestion (coupes et plantations) pour la satisfaction des besoins de la société tout au long de l’histoire.

Le chêne a été largement utilisé pour sa production de glands et la qualité de son bois aux dépends du hêtre moins apprécié. En forêt de Compiègne, Les chênes pédonculés et rouvres couvrent actuellement 31% de la surface boisée contre 40% pour le hêtre. Sans l’intervention de l’homme, le chêne occuperait un espace beaucoup plus réduit compte tenu de la nature des sols.

Les chênaies pédonculées sont installées sur des sols frais (limons, argiles ou tourbes), riches en éléments minéraux, souvent en bas de pente, alors que les chênaies sessiliflores, plus tolérantes s’adaptent aux sols plus pauvres et secs des hauts de pente et aux sols plus asphyxiants l’hiver. La longévité du chêne pédonculé est de l’ordre de 200 ans contre 400 pour les sessiles.

Un quête dans LA FORET DE COMPIEGNE  dans FLORE FRANCAISE 300px-Kellerwald_008Plantation de chênes pédonculés : la régénération naturelle est difficile sous notre climat soumis très souvent aux gelées tardives de printemps qui détruisent les fleurs. Les bonnes glandées n’ont lieu que tous les 5 ou 10 ans. Il faut dnoc introduire artificiellement le chêne par des plantations. Il s’agit ici d’un perchis de chênes pédonculés enrichi de quelques chênes rouvres, issu d’une plantation réalisée en janvier 1976 et dégagée pendant une dizaine d’années. La première coupe d’éclaircie a été marquée à 30 ans (en 2004). Les sujets mal conformés seront extraits afin de privilégier les arbres d’avenir. D’autres coupes d’éclaircies interviendront, espacées de 4, 6, 8 ou 10 ans, au fur et à mesure de la croissance des bois. Le peuplement sera renouvelé vers 180 ans.

Les arbres situés en haut de la pente seront plus vigoureux car ils bénéficient de meilleures conditions stationnelles (sol plus riche en éléments minéraux). Bien que d’origine artificielle, l’ensemble de ces chênaies constituent un biotype privilégié pour certains arbrisseaux menacés en France ou en Europe.

Un grand nombre d’arbres remarquables y sont répertoriés dont un if, l’if de Saint Pierre en Chastres, considéré comme le plus vieil arbre de la forêt avec ses plus de 900 ans et un chêne, le chêne Saint-Jean, le plus majestueux avec ses 2,5 m de diamètre.

C’est à ces arbres remarquables que nous allons nous intéresser. La longévité des arbres leur permet en effet d’être les témoins de l’histoire humaine, ils nous fascinent par la mémoire qu’ils portent en eux. Il est important à ce titre de les respecter et de les protéger. Ces arbres remarquable renferment des espèces très rares et protégées (insectes, mousses) ; c’est pourquoi il y a lieu de les conserver et que toute déclaration concernant leur avenir doit être mesurée.

Publié dans FLORE FRANCAISE | 1 Commentaire »

Terre de refuge en Haut Bugey

Posté par francesca7 le 9 février 2015

 

 

téléchargement (2)Le Haut-Bugey est durant la Seconde Guerre mondiale le théâtre d’actions paramilitaires de la résistance. Point de ravitaillement en matériels et en vivres, il cache et rassemble ceux qui ont pris le maquis. Ses grottes et ses monts hébergent des réunions secrètes, en faisant ainsi un haut lieu de la résistance. Ces actions ont de lourdes conséquences sur la population. Aujourd’hui, le souvenir de cette page tragique de l’histoire est perpé- tué. De nombreux mémoriaux sont érigés à la mémoire des résistants et des déportés, comme le “Monument aux Maquis de l’Ain et à la Résistance” de Charles Machet à Cerdon, le monument à la mémoire des alliés à Echallon, la stèle commémorative à Izernore et le « Gisant », monument départemental de la déportation à Nantua sculpté par Louis Leygue.  

De combes en cluses, de forêts en prairies, de montagnes en collines et de lacs en étangs, la Route des Sapins du Haut-Bugey parcourt une nature étonnamment riche et préservée, baignée d’air pur. Sillonnant un relief jurassien typique entre 250 et 1200 m d’altitude, elle invite à la découverte de grands espaces encadrés de paysages majestueux et d’une campagne verdoyante, ponctuée de villages accueillants et authentiques. Le lac Genin et le marais de Vaux, le lac et l’abbatiale de Nantua, la forêt de Meyriat, la via ferrata d’Hostiaz, les aires d’envol de parapente, la station climatique d’Hauteville-Lompnes et ses célèbres carrières, le monument du Maquis d’Echallon, Oyonnax et ses expositions dédiées aux plastiques… Chacun des nombreux sites de la Route des Sapins du Haut-Bugey offre un véritable intérêt. Passionnés d’histoire, de traditions rurales et d’arts populaires, amateurs de “calme et de nature”, sportifs en quête d’émotions ou de défis, mélomanes ou gastronomes… Tous les tempéraments vibrent au rythme de ses richesses naturelles et s’enchantent de sa douceur de vivre.

Du bout du massif Jurassien à la rivière d’Ain, la Route des Sapins du Haut-Bugey dévoile sur son passage une grande variété de paysages de moyenne montagne. Ses chaînes montagneuses sont entrecoupées de vallées plus ou moins larges et de cluses qui, comme des écrins, abritent en leur cœur des lacs naturels. La cluse de Nantua est visible depuis les bords de son lac et des communes voisines. Avec un peu de hauteur, vous pouvez même l’observer des abords de la chapelle de Mornay (du XIIe siècle classée M-H). Elle s’étend au pied de l’Autoroute des Titans et du lac de Sylans, ce dernier offrant un cadre de pêche très nature. Autre cluse, autre vue : celle des Hôpitaux qui dès la sortie de la commune d’Hostiaz, depuis un surplomb, se profilera devant vous.

Sur le Plateau d’Hauteville, de nombreux marais dont ceux de Vaux et des Loups ou celui des Lèches sur les Monts Berthiand ponctuent le parcours. Les étangs Marron à Brénod, ceux du Genevray, ou encore celui de Lalleyriat scintillent dans le paysage. Enfin les combes, comme celle de Léchaud, recèlent des milieux naturels exceptionnellement riches et préservés. Jusqu’aux rives de l’Ain, la Route des Sapins du Haut-Bugey offre un point de vue privilégié sur une nature intacte et des paysages multiples.

La richesse des écosystèmes interpelle tout au long de la Route des Sapins du Haut-Bugey. Au printemps, la fonte des neiges laisse place à une nature authentique et généreuse. Les cascades et les ruisseaux bouillonnent. Des tapis de narcisses et de jonquilles bordent de majestueuses forêts de conifères, soulignées par des prairies de feuillus d’un vert éclatant. La Route des Sapins du Haut-Bugey est naturellement fréquentée par de nombreux quadrupèdes. Chevreuils, chamois, écureuils et hérissons se croisent sur les chemins et il suffit de lever les yeux pour apercevoir le ballet des mésanges, des grives, des geais ou des merles. Du bord des falaises, buses, faucons et même tichodromes échelette et bruants fous se livrent à d’impressionnants vols. Au bord des plans d’eau, les canards colvert, les “foulques” ou encore les grèbes barbotent en toute quiétude. Les rencontres sont nombreuses… 

L’activité agricole et le pastoralisme contribuent à conserver la variété des milieux naturels de la Route des Sapins du Haut-Bugey. Bovins et ovins, en broutant dans les pâturages, permettent de limiter l’avancée de la forêt et de maintenir, dans ces espaces, une flore typique (orchidées, gentianes, œillets de poète…) conférant de subtils arômes au lait qu’ils produisent. L’ensemble des activités liées à cette filière constitue l’une des ressources des habitants du Haut-Bugey. A l’approche de l’hiver, les clôtures seront enlevées pour transformer ces verts pâturages en véritable espace blanc où seuls conifères verdoyants et bleu du ciel révèleront toute leur intensité. La vie pastorale sera, quant à elle, ralentie et le temps restant, les hommes le consacreront aux activités de vie des stations (damages des pistes, ventes de forfaits…) et à l’accueil des vacanciers (hébergement et restauration).

Terre de convoitises, le Haut-Bugey a depuis toujours suscité un intérêt en raison de sa situation sur les grandes voies Lyon-Genève et Lyon Besançon. Déjà à l’époque galloromaine, les villages étaient courtisés et certains gardent encore les traces de ce passé, comme Izernore où subsistent les vestiges d’un temple et des objets présentés dans son musée archéologique. Plus tard, appartenant au Duc de Bourgogne, le Haut-Bugey est placé sous la puissance de grands prieurés (Chartreuse de Meyriat) puis de familles féodales, comme le seigneur de Mont-Royal ou les puissants sires de Thoire. Les châteaux des Terreaux à Saint Martin du Fresne, de Coiselet, de Dortan et bien d’autres encore témoignent de la puissance de la seigneurie jusqu’en 1402 où, faute de successeur, le Haut-Bugey est confié au Comte de Savoie, devenant ainsi Savoyard. Exception faite pour le Plateau d’Hauteville et son château de Lompnès qui à cette même période était déjà Savoyard. En 1601, par le traité de Lyon, les bourgades du Haut-Bugey entrent dans le royaume de France et deviennent définitivement françaises. 

Le bois est une ressource considérable pour le Haut-Bugey. Les acteurs de cette filière l’exploitent en visionnaire et valorisent cette énergie nouvelle. Des communes utilisent désormais les déchets de bois produits par les scieries, du bois déchiqueté des forêts dans leur chaufferie collective. Pour tous ces villages, ce choix permet d’assurer l’entretien des forêts environnantes et de s’engager activement dans une démarche de développement durable.

L’art et la matière ont toujours été au cœur des activités du Haut-Bugey. Les bois issus des domaines forestiers ont fait émerger de nombreux savoir-faire et même la pierre extraite du sol calcaire du Plateau d’Hauteville a aussi fait naître une véritable activité. Plus récemment à Oyonnax, la plasturgie a contribué à faire du Haut-Bugey une région où tous les talents randofenec124039219646_arts’expriment, dans l’art comme dans l’industrie.

La Route des Sapins du Haut-Bugey dispose d’un cadre exceptionnel pour bon nombre de sports et loisirs. Pour les amateurs de sensations fortes, aviation légère, parapente, via ferrata, escalade, parcours aventure et parcours dans les arbres ou encore canyonning… garantissent des moments inoubliables. A un autre rythme, les villages de la Route des Sapins du Haut-Bugey offrent une multitude de sites de loisirs et de circuits pour pratiquer la randonnée, le VTT, le cyclotourisme ou la moto. Enfin, été comme hiver, la Route des Sapins du Haut-Bugey se prête aux sports de glisse : ski nautique, dériveur, planche à voile ou simplement baignade pour les moins téméraires. Sur la terre ferme se pratiquent aux beaux jours, le ski-roues, le roller-ski ou le trikkes, et sur neige, la raquette, le ski alpin, le ski de fond et la randonnée en traîneaux à chiens

 

Publié dans Autre région, FLORE FRANCAISE | Pas de Commentaires »

Sur les berges de l’Etang de l’Or

Posté par francesca7 le 9 février 2015

 

 

280px-Etang_de_l'orL’étang de l’or est en même temps, le sujet du roman le plus connu de Gaston Baissette, médecin et écrivain d’origine melgorienne. C’est aussi le sujet du poème L’estanc de l’ort d’Alexandre Langlade, poète languedocien du dix-neuvième siècle.

L’organisation parcellaire actuelle trouve son origine dans les travaux de drainage des marais entrepris au XVIIIe siècle. Sur les berges Nord de l’étang les hommes ont construit un système hydraulique afin de drainer les terres salées et de les irriguer avec de l’eau douce. A certains endroits des marais salants été exploités, activité abandonnée aujourd’hui (ancien marais salant au Sud-Ouest du site classé, près de l’actuel aéroport). La pêche dans l’étang représentait une activité économique importante autrefois, mais subit aujourd’hui une nette régression.

L’étang de l’Or est une étendue d’eau située au sud-est du département français de l’Hérault. Il est séparé de la mer Méditerranée par un cordon dunaire de 600 mètres de largeur au minimum.

D’une surface de plus de 3000 hectares et d’une profondeur maximale de 1m, l’étang de l’Or (appelé aussi parfois « Étang de Mauguio ») est classé depuis 1983 au titre de la loi de 1930. Sa surface immergée est majoritairement sur le territoire de Mauguio. À l’ouest, un petit morceau appartient à Pérols, de même à l’est pour Marsillargues, etau sud-est, La Grande-Motte en détient une partie limitrophe avec une pointe du territoire d’Aigues-Mortes.

L’étang est entouré de rivages sur les territoires de Pérols à l’ouest, Mauguio au nord, Candillargues et Lansargues au nord-est, Marsillargues et Aigues-Mortes à l’est, La Grande-Motte au sud-est et Mauguio au sud-ouest avec la station de Carnon.

Il est entouré par Pérols à l’ouest et les communes du canton de Mauguio, dont La Grande-Motte et le quartier melgorien de Carnon installées sur le cordon dunaire qui sépare l’étang de la mer Méditerranée.

En occitan, l’étang de l’Or s’écrit Estanh de l’Òrt, ce qui signifie étang du Jardin.

L’étang de l’Or, ou étang de Mauguio, appartient au chapelet des étangs côtiers du Languedoc-Roussillon. Dans un contexte de conservation environnementale, la démarche Natura 2000 (procédure d’initiative européenne), permet de protéger les espèces et les habitats menacés, afin d’assurer la conservation du patrimoine local. 

La frange des roseaux qui borde l’étang offre un refuge aux canards, foulques et poules d’eau, qui s’y reproduisent au printemps. Par-dessus la roselière, l’étang de l’Or s’étire presque jusqu’à l’horizon. Dans cette lagune peu profonde mais très productive, les algues et herbiers se développent, les crustacés, poissons et oiseaux s’alimentent. 

Au fil de la balade, vous traverserez un ruisseau la Capoulière, vous apercevrez une cabane où vient nicher la chouette chevêche. Tout au long du sentier vous pourrez apercevoir également avocettes élégantes, aigrettes garzettes ou encore le héron cendré… 

Depuis longtemps, l’homme tire profit des ressources de l’étang. Les Traditionnelles cabanes furent des lieux de travail mais aussi de calme et d’évasion. 

L’étang de l’Or se situe au 5ème rang des étangs littoraux après Berre, Thau et Salse-Leucate. Cet étang a une constitution complexe ce qui lui confère une grande fragilité. En effet, sa situation attractive le rend vulnérable. Un des objectifs du Syndicat Mixte du Bassin de l’Or est de sensibiliser le public à l’importance des zones humides, et donc de l’étang. La faune et la flore, fragile et vulnérable représentent un des attraits les plus identitaires de cet espace naturel. 

Etang de Mauguio ou Etang de l’Or est séparé de la mer méditerranée par un mince lido sableux, non inclus dans le site classé. Une partie de ce lido est occupée par les constructions des stations balnéaires de Carnon à l’Ouest, et de la Grande-motte à l’Est. La seule communication de l’étang avec la mer se fait le grau de Carnon (grau artificiel transformé en port). L’étang de l’Or et ses marais possèdent une grande valeur paysagère, écologique, hydrologique, et patrimoniale (réseau hydraulique et activités traditionnelles). Cette importante étendue d’eau aux couleurs changeantes selon la lumière livre une impression d’immensité et de calme : c’est une unité de paysage remarquable, notamment perceptible depuis les routes très fréquentées (2×2 voies) qui ceinturent l’étang à l’Ouest, au Sud et à l’Est. Si l’on atteint les berges de l’étang par le Nord, cheminant le long des canaux et roubines, traversant les prairies humides, frôlant les roseaux et gouttant la salicorne, c’est une autre perception de la lagune qui s’offre aux curieux. Le paysage qui enveloppe le plan d’eau est riche et diversifié, on découvre une ambiance feutrée au parfum salé, et une nature bien vivante.

L’étang de l’Or est le creuset d’une culture « cabanière » : à de multiples endroits des « cabanes » ont été construites, le long du canal du Rhône à Sète et du canal de Lunel, aux embouchures des rivières, sur les berges de l’étang, ou dans les marais. A l’origine utilisées par les pêcheurs et chasseurs, certaines sont maintenant des maisonnettes habitées toute l’année. Elles finissent parfois par former de véritables hameaux : les cabanes du Salaison, de Pérols, et de Lunel ont été exclues du site classé. D’autres, plus isolées ou plus pittoresques, sont inclues dans le site classé et font l’objet d’un suivi régulier (cabanes des Pointes ou cabanes du Roc par exemple).

800px-Etang_de_l'OrAu niveau écologique, l’étang de Mauguio et ses berges possèdent un intérêt avifaunistique de tout premier ordre. Cette zone humide constitue à la fois une étape migratoire et un lieu de reproduction et d’alimentation pour de nombreuses espèces d’échassiers et de laro-limicoles (Flamant rose, Echasse Blanche, Busard des roseaux, Butor étoilé, Râle d’eau, Grèbe à cou noir, Sterne naine, Gravelot…) La richesse écologique de l’étang s’observe également à travers la présence d’une cinquantaine d’espèces de poissons (migrateurs et sédentaires), de nombreux batraciens et reptiles, et de la diversité floristique (par exemple le bois d’Espous, au Nord-Est de l’aéroport, présente un intérêt botanique exceptionnel, mêlant essences végétales des bords des eaux – peuplier blanc, orme, frêne – et essences de la garrigue comme le pin d’Alep et le chêne vert). L’équilibre écologique de l’étang reposent en partie sur les infrastructures hydrauliques. Cette lagune est par ailleurs d’un grand intérêt hydrologique, puisqu’elle correspond à l’exutoire naturel d’un bassin versant de plus 400 km², drainant une dizaine de cours d’eau et canaux (dont la Cadoule, le Salaison et le Bérange).

Sources : http://smgeo.free.fr/index_2.htm  et  www.pole-lagunes.org

 

 

 

Publié dans LACS DE FRANCE | Pas de Commentaires »

Nostalgie DU PAYS de RETZ (Bretagne)

Posté par francesca7 le 24 septembre 2014

 

téléchargement (2)MAINTENANT le Pays de Retz est dans mes mains comme un objet menu, ramassé, précieux. Je le tiens tout entier entre mes doigts et je le tourne ainsi qu’une de ces noix sculptées sur lesquelles on découvre des palmiers, des singes, des navires ou les travaux d’Hercule. Il me suffit d’un regard pour l’embrasser, d’un geste pour le parcourir. Si je veux m’arrêter sur un détail, il me faut me baisser. J’ai l’impression d’être un géant chaussé de ces terribles bottes de sept lieues qui nous privent de flâner aux lacis du paysage.

Comme la quarantaine rapetisse le champ de notre enfance ! Cet univers qui m’a dominé, je le domine à mon tour. La rivière n’est plus que ruisseau, la montagne simple mamelon, et la distance s’est repliée sur elle-même à la façon d’un décamètre que l’on met dans sa poche. J’ai grandi en âge, en compréhension, en méthode. Mon service d’imagination est à l’ordre et il suffit d’un déclic pour qu’il déploie ses synthèses. J’ai grandi en moyens aussi, étant armé de l’automobile, arpenteuse implacable des routes.

Montez à côté de moi et je vous emmène à Paimboeuf. Nous n’irons pas en festonnant la côte, par Pornic, Sainte-Marie, Préfailles, et cette baie en croissant - la concha - qui arrondit sa courbe blonde de la pointe Saint-Gildas à Mindin. C’est le trajet du touriste, la route d’émeraude, en bordure des falaises, des sables, des pinèdes, sans quitter le leitmotiv du vieil Océan jongleur qui soutient le film. Non, nous irons au plus court. Nous couperons d’un trait la presqu’île, du sud au nord, en passant par le Clion, Saint-Père-en-Retz. Il y a là des petites routes, empierrées d’une silice blanche, qui éblouissent au soleil et donnent une poussière dure comme de l’émeri, mais qui savent, au gré des ondulations, emmêler aimablement les points de vue aux bocages.

Voilà le pays : des houles successives, très douces, allongées dans le sens de la Loire, dernières rides, semble-t-il, du Sillon de Bretagne. Autour du Clion dont l’église porte clochette à l’extérieure de son bonnet pointu comme une folie, la terre est encore rabougrie par le voisinage de la mer. On franchit le canal de Haute-Perche, couleuvre jaune tapis dans les prés bas, sur un ponceau encadré de platanes malingres. Un carrefour. La route monte, l’humus paraît, roux et fort, chargé de choux bleus, de betteraves vertes ou d’emblavures fleuries de coquelicots. La haie devient plus dense, fournie d’ajoncs, d’aubépines, de genêts au coeur sucré et de saules. Des chênes bien faits, des frênes d’une belle venue, que l’on sent les pieds à l’aise dans une humidité grasse, abritent des fermes puissantes, baignées d’un fumier corsé. Les troupeaux sont nombreux, nets, riches : grands boeufs vendéens couleur froment, vaches claires aux lourdes tétines, baudets fringants et courts de garrot, encombrent les chemins à la douzaine. Une petite fille les mène, ébouriffée, joufflue, en tablier à carreaux, la voix aigre. Elle prend son chien dans ses bras au premier coup de trompe – « Ici, Bas-Blanc ! Ici, Pataud ! » – et se réfugie au fossé, vous laissant tranquillement aux prises avec les cornes.

Soudain la Loire, le paysage déchiré, la presqu’île qui s’abaisse, l’horizon dilué dans une brume opaline, et les beaux nuages bretons, denses et arrondis comme des nefs à l’ancre dans un ciel perlé ! Vous êtes au plus haut de l’échine, sur la butte qui dévale à Saint-Père-en-Retz, village de lait, de beurre et de fourrage, comme Saint-Viaud, Frossay, Vue, dont les pointes saillent dans l’est parmi les vergues blanches des trois-mâts voués à la mort. Le grand fleuve se devine, plutôt qu’il ne se voit, dans l’immense vallée que les prairies, les îles, les marais poussent à plat jusqu’aux premières côtes du Morbihan, et un dernier souffle de l’antique émotion, qui figea la horde à la vue de l’eau qui marche, vous passe encore au visage. La Loire des châteaux et des grâces, la Loire royale, couronnée par la renaissance tourangelle, l’amour des Valois, les grappes angevines, grouille là béante, limoneuse, en gésine. Plus de peupliers tremblants et virginaux, plus de sables en fuseaux d’or, plus de détours bleus sous le roc féodal, plus de mirages rêveurs aux quais d’une province qui file son rouet – Rochefort, Chalonnes, Ancenis, – et bavarde au verre de vin. La Loire, ici, engraisse de ses limons des herbagers millionnaires qui la parfument de foin coupé au mois des roses.

Pour arriver à Paimboeuf il faut reprendre la plaine, et tout, de nouveau, devient gris, ras, amer, comme au revers de la presqu’île, là-bas, au bord de la baie de Bourgneuf. Un soleil d’été foudroie un sol qui craque. Des touffes de ces tamaris ascétiques qui vivent sans eau, sans terre, sans abri, végètent le long de la route en compagnie de joncs flétris. On renifle déjà l’odeur des vases, cette odeur douceâtre et pourrie, que les roseaux cachent en eux comme un vice et qui me rappelle ma petite enfance, – je n’avais pas quatre ans, – du temps que nous habitions Trentemoult, au sud de Nantes, en bordure de ces marécages d’où les osiers étirent leurs fronts vultueux comme des victimes de Dante. La ville est là, basse, sans relief, derrière deux ou trois bouquets d’arbres et des usines rouges hors d’échelle.

Mais c’est une feinte, ces usines, chimie de guerre démobilisée à l’armistice qui n’a pu secouer le sommeil de la cité ! Paimboeuf est morte, à jamais morte, d’une mort légère, muette et poussiéreuse de vieille demoiselle, jadis courtisée, qui a fermé sa porte sur le monde et ses souvenirs. Dès l’abord les ruelles ont froid, le pavé cahote, l’herbe pousse, et vous voyez les façades aveuglées par des rideaux blancs conventuels qu’une main de cire écarte à la dérobée. L’humidité verte coule aux murs ; les mousses prospèrent. Au fond de couloirs tristes vous découvrez des intérieurs quiets, fanés, – comme celui de Tante Bougie, mon cher Octave, – que des capitaines au long cours ont ornés jadis de nattes, de fétiches, de coffrets en bois de santal, de bouddhas et de navires sous voiles insérés dans des bouteilles. Les épices d’Orient, affadies, ont fait place aux relents terreux des moisissures. A peine si l’on retrouve l’écho d’une essence de rose au fond d’un cristal capillaire. Sur les armoires il y a des pots de confiture à la rangette et, au seuil du jardin, une paire de socques, une canne, un chapeau à brides.

téléchargement (3) Le carreau, sous les pieds, est d’une pâleur agonisante à force d’être lavé, tandis que les planchers sont noirs. Même l’été l’atmosphère garde ce goût de fumée qu’elle prend aux âtres d’hiver où le cotret crachote. On écoute. Des fantômes, qui se nomment Zulma, Nathalie, Mariette, traversent le silence aux minces craquements de leurs souliers de soie, et vous n’êtes point tenté de les saisir. Mais, en rêvant, vous nouez autour de leurs ombres quelque roman d’attente, dolent et menu, où l’on voit fondre lentement un coeur en sucre.

Une sirène érafle l’air !… Ah ! le port ! le port de Paimboeuf, un des plus actifs du royaume au temps du Bien-Aimé où les corsaires rentraient des prises en pantenne, les négriers la cargaison des Indes occidentales, sur une rade encombrée de vaisseaux, de brigs, de flûtes, de panses hollandaises, de polacres espagnoles et des frégates de sa Majesté, l’accastillage ras sur les lisses de vibord. Maintenant le désert. Les gabarres, qui déchargeaient les navires pour remonter la rivière de Nantes, ont disparu. Les cargos portent à domicile. Et si on les entend siffler par le vent d’ouest, ce n’est pas qu’ils se soucient de Paimboeuf, mais parce qu’ils demandent un pilote ou l’entrée de Saint-Nazaire.

Les quais, plantés d’ormes magnifiques, regardent à vide le va-et-vient méthodique de la Loire qui, deux fois par jour, remonte vers sa source. L’immense estuaire se déplace d’un bloc, en nappe gaufrée, jaunâtre, que perce par endroits la vrille d’un tourbillon. A perte de vue l’eau coule, toute chargée des boues du vieux continent rodé depuis tant de siècles, absorbant les rives, les îles, les tours, et l’horizon en amont et en aval. Impression de mer plutôt que d’inondation, impression grise, poignante, aggravée par ce mouvement fluide, sans fin, qui étourdit. Les roseaux sont gris, l’herbe est grise, les cales sont grises, sauf les vases, miroir merveilleux des nues fastueuses. En face, dans les buées changeantes, on découvre, inscrites au ciel, les géométries terribles des chantiers de Trignac et le clocher de Donges, guindé sur l’eau comme un menhir. Les porteurs des Ponts et Chaussées, silhouettes déséquilibrées par la machine arrière, circulent d’une drague à l’autre, ces dragues hérissées, montueuses, dont la masse féodale surprend toujours lorsqu’on hante le fleuve au crépuscule.

La vie a deux sens comme la marée. Voiles et fumées montent au flux, descendent au jusant, bref passage analogue à celui d’un vol de canards.  Cargos, lougres, trains de péniches, tout se meut à la file, et les pêcheurs de plies dans leurs canots qui traînent des chapelets de bottereaux et lèchent les berges. La caravane se faufile entre les bouées du chenal, Pierre-à-l’oeil, Brillantes, Saint-Nicolas. Un ressac dur fouette les estacades, remue des croupissures écoeurantes. Paimboeuf contemple de ses vieilles façades rongées ces navires, qui ne toucheront plus jamais sa rade, et dont le choeur des retraités accompagne la manoeuvre. De-ci, de-là, entre les môles en beau granit, surmontés de petits phares blancs comme des cierges, une barque échoue, un homme tend son carrelet, le douanier flâne…

Si vous avez admiré le bel autel Louis XIII de l’abbaye de Busay, réfugié aujourd’hui dans l’église de la ville, avec ses angelots aimables et soufflés, allez vous asseoir sous les ormes et regardez à votre tour passer la vie. Elle va et vient, tout là-bas, sur le grand fleuve, insaisissable, et faisant des gestes que vous finissez par ne plus comprendre. L’eau dérive, sans hâte mais sans répit, avec une force indestructible, les roseaux dodinent, le vent soupire, le ciel bâille. Il faut prêter l’oreille pour discerner le clapotis du flot, le murmure des feuillages dans le silence bruissant où s’épanche parfois l’appel d’un navire. Un engourdissement lent et doux vous envahit. Le grand fleuve jongle devant vos yeux de ses innombrables facettes et vos paupières s’alourdissent. Pas de voix humaines, rien qu’un vieux couple en noir, qui sort du passé, foule les herbes à pas tremblants, s’efface. Derrière vous les mains de cire soulèvent des rideaux blancs, mais vous ne pouvez imaginer qu’un oeil regarde. Une glycine en fleurs, un pot de géraniums roses, et cette minuscule boutique, soigneusement close, qui porte le nom de Banque de France, vous étonnent. L’oubli s’infiltre, vous dissout, oubli du temps, des choses, de soi-même. Ah ! oui, des bateaux s’en vont au loin – vers quoi, Seigneur ! – sur cette eau étourdissante, mais, par bonheur, ils ne feront jamais escale ! Bienheureuse préfigure du néant, Paimboeuf dort et ne rêve pas.

EXTRAIT de ELDER, Marcel Tendron pseud. Marc (1884-1934) : Pays de Retz.- Paris : Emile-Paul, 1928.- 99 p.-1 f. de pl. en front. : couv. ill. ; 20 cm. - (Portrait de la France

Publié dans Bourgogne | Pas de Commentaires »

Histoire de l’Eugène, Le Petit Bourguignon

Posté par francesca7 le 6 août 2014

 

téléchargement (2)…A Ligny, les femmes s’activaient au lavoir deux fois par an. Elles avaient abandonné l’ancien devenu trop petit. Elles se rassemblaient autour du nouveau, bien plus vaste pour les grandes lessives du printemps et de l’automne. Dès les premiers beaux jours, la femme du maire était chargée de déterminer les dates favorables de jours sans pluie. Elle avait paraît-il, toujours prévu les meilleurs moments pour que le linge entassé pendant l’hiver puisse sécher. Elle se fiait à la lumière du ciel le soir au soleil couchant. Si le rose dominait, elle décidait du démarrage de la grande lessive. Les femmes avaient préparé depuis plusieurs jours leur stock de draps et tout le linge entassé dans des coffres et des armoires. Au petit matin, elles chargeaient les brouettes qu’elles roulaient les unes derrière les autres jusqu’au bord du bief. Les roulements des arceaux métalliques des roues formaient, sur les pavés des rues conduisant au lavoir, un concert grinçant. Les plus éloignées faisaient une halte devant la fontaine, et se désaltéraient avant de finir le parcours. Dès qu’elles apercevaient l’église, elles reprenaient courage se sachant presque arrivées. En effet, le lavoir bordant le bief était tout proche de l’édifice. La plupart s’y arrêtaient, faisant une prière pour que le ciel ne les trahît pas. Puis elles s’installaient chacune à leur place avec leur barda.

Passaient les saisons et les travaux à l’extérieur. Le jeune couple sans grandes ressources, Amélie dut retourner travailler aux champs. L’été cuisait la peau des femmes qui l’accompagnaient. Lorsqu’elle ne pouvait emmener le bambin avec elle, Marie-Louise s’en occupait.

Les fortes chaleurs de l’été avaient rendu la fenaison très pénible. Puis l’aide pendant la moisson, alors que son ventre arrondi trahissait l’arrivée prochaine de son deuxième enfant. Quelquefois, lorsqu’il pouvait s’offrir quelques instants de détente, le couple venait au bord de la paisible rivière, le Serein. II portait bien son nom ce gentil cours d’eau, transparent, laissant paraître les galets blancs, couchés au fond de son lit. Les enfants, libérés de l’école en cette saison de récolte, après leur journée de travail au champ, se retrouvaient parmi les roseaux et les nénuphars fleurissant les rives. Zéphire et Amélie passaient le pont, tout près du bief et, quittant leurs sabots, allaient rafraîchir leurs pieds meurtris par la chaleur, dans l’onde claire.

téléchargement (3)Mais si le cagnard trop intense, menaçait de faire éclater l’orage, ils rentraient sans traîner jusqu’à leur maison, proche du bief. Le Serein, gorgé par la chute brutale et violente des trombes d’eau, devenait un dangereux ruisseau, impétueux et rapide. II se gonflait de milliers de gouttes et, sortant de son lit, envahissait les berges, les prés, et les rues du village. Les plus proches habitants devaient mettre à l’abri le modeste mobilier qui garnissait la pièce principale et les paillasses servant de literie.

Autant l’hiver avait été glacial, autant l’été fut caniculaire. La saison des vendanges ne laissait pas de répit aux gens de la terre, hommes et femmes, sans oublier les enfants occupés pendant le long été à aider les parents dans les champs. Zéphire ne ménageait pas sa peine. Harnaché d’une lourde hotte en osier, il charriait les grappes de raisin que les femmes et les enfants cueillaient délicatement sur les coteaux entre Ligny et Chablis. Sur les parcelles de chaque propriétaire, s’étendaient les rangées de vignes bien alignées. L’époque des vendanges transformait la nature en véritable fourmilière.

Amélie s’était autorisé une sortie pour fêter le mariage de sa sœur tout juste âgée de vingt ans. Stéphanie avait quitté le foyer pour se louer comme femme de chambre à Auxerre. Elle vivait dans une chambrette, rue d’Egleny, et avait rencontré Achille, un homme de la ville. Cependant elle avait choisi son village natal, pour célébrer son mariage en septembre 1886. L’église, flanquée de son clocher qui dominait les toits, était prête à accueillir le nouveau couple.

Ce jour-là, le vielleux et le violoneux tiraient la noce vers l’église. Droit sur le parvis, les bras croisés, le prêtre les observait venir vers lui. La mariée apparaissait lumineuse dans sa robe de droguet gris, coiffée d’un simple voile blanc, émue. Son père l’accompagnait, vêtu de l’habit noir et du chapeau de feutre porté quatre ans auparavant au mariage d’Amélie. II semblait sévère et grave. Donner ses filles lui coûtait, en particulier Stéphanie quittant le village pour vivre en ville.

II lui en avait coûté beaucoup d’économie pour le voile d’un jour auquel sa fille ne voulait pas déroger.
De plus, elle avait demandé au colporteur-photographe d’Auxerre de se déplacer pour ce jour unique, et d’exécuter quelques clichés. Alors que les convives prenaient place dans l’église, le photographe installa son matériel. De la caisse, l’homme sortit l’appareil photographique, le pied et quelques plaques. II choisit le mur de l’édifice le mieux servi par la lumière du soleil et accrocha un drap blanc.
« Voilà une première, se dit le colporteur. Un cliché à l’extérieur en cette saison ! De quoi donner envie à mes clients de la ville ».
II avait pris son temps sous le regard des enfants et des curieux qui découvraient cet engin mystérieux. Les cloches se mirent à battre l’air frais du ciel linéen. II se frotta les mains en guettant la sortie du jeune couple.
Sous les bravos des curieux, Stéphanie au bras de son mari apparut, souriante et heureuse. A cet instant, tous les membres de la noce oublièrent la dureté de leur vie et les soucis qu’ils retrouveraient, la cérémonie terminée. Car ce jour-là était particulier et ne devait pas être entaché par la misère quotidienne.

Les époux se laissèrent guider par l’homme à l’appareil mystérieux. Devant eux furent alignés les jeunes enfants, formant une corolle autour de cette fleur épanouie. Eugène, le plus jeune, trônait devant la jeune femme. Amélie avait fait de son petit, un élégant bambin digne d’accompagner la mariée, aussi jolie que sa sœur. Son chevalier servant se montrait digne des efforts financiers consentis par son beau-père. La jeune femme répondit par un sourire à la demande du photographe coiffé du rideau noir de l’appareil. Son époux approcha son visage de celui de sa bien-aimée. Tout à coup un déclic annonça la fin de l’opération. La tête de l’homme, quittant sa cachette, réapparut. Toute l’assemblée applaudit.
Le violoneux reprit son instrument et anima le cortège qui se réorganisa. Les parents et les amis défilèrent dans la rue jusqu’à la salle commune pour fêter, autour du meilleur des chablis, cette union.
Amélie émue au moment où les jeunes époux avaient échangé leurs vœux, s’était rappelée l’émotion et les moments de bonheur vécus quatre ans plus tôt. Bien que de santé précaire, elle se réjouissait de l’arrivée prochaine de son deuxième enfant.

images (7)Chaque automne réquisitionnait toute la population dans les vignobles chablisiens. En fin de journée, Amélie se sentait disloquée par les gestes sans cesse répétés. Fourbue, elle n’aspirait qu’à un repos compensateur. Zéphire faisait son possible pour ménager sa peine. II se chargeait de faire bouillir les fèves pour le repas du soir. Un morceau de lard ou un quignon de pain en variait légèrement le goût.

La lumière des jours déclinait sans répit. Le travail à l’extérieur s’en trouvait réduit. Amélie dans l’attente de la naissance prochaine ne quittait presque plus la maison. Elle pouvait enfin passer plus de temps avec le petit Eugène. II n’allait plus passer la plus grande partie de ses journées dans les jupons de sa grand-mère. Le berceau fabriqué par son père et dans lequel il avait passé ses premiers mois, allait ressortir de derrière l’appentis pour accueillir son petit frère ou sa petite sœur.

Puis l’hiver, bien avant l’heure ! L’hiver rude. Le froid cinglant traversait la blouse et la cape de la jeune femme. Cependant elle avançait, sans se plaindre. Zéphire la soutenait surtout pendant ce mois de novembre. Enfin le jour de la délivrance arriva. La fin de l’automne bien installée dans la froidure entendit les soupirs et les cris de l’enfantement. Toinette procéda à l’accouchement. Elle n’était certes pas une sage-femme savante et diplômée. Pourtant elle avait aidé tant de mères à donner la vie.

Un dimanche soir, après les vêpres, les notables de la paroisse, hommes et femmes, s’étaient réunis dans l’église. Ils l’avaient élue à ces fonctions en raison de sa bonne et digne conduite, sa piété, son expérience et son savoir-faire. Elle coupait si bien le fil, disait-on dans les foyers environnants, qu’elle ne volait pas ses cinq sous. Ce 7 décembre 1886, ce petit bout de femme donna naissance à la petite sœur d’Eugène, Marie-Louise. Amélie était très anémiée.

Le bébé pourtant bien emmitouflé dans ses langes de laine, semblait végéter. L’allaitement ne lui était pas bénéfique. Le médecin proposa à la maman souffreteuse de la nourrir au lait de vache. Amélie ne parvenait pas à reprendre des forces. Imperceptiblement, elle se mit à tousser. Les fièvres qui l’avaient assaillie après son accouchement ne la quittaient guère. II lui était très difficile de s’occuper d’Eugène, galopin vaillant et plein de vie.
Le nouveau-né ne vécut que quelques mois. Au début de l’été 87, elle mourut, âgée de six mois. Dans le logis que la famille occupait au bord du Serein, Zéphire se tuait à sa tâche de paysan et de vigneron pour nourrir sa femme et son fils. Amélie de santé précaire ne se remettait pas de sa dernière grossesse et de la mort de sa petite fille. Les maladies couraient d’une maison à l’autre.

L’hiver prématuré était particulièrement froid et les maigres revenus du père ne permettaient pas de se fournir suffisamment en bois de chauffage. La cheminée était, la plupart du temps, alimentée par quelques bûches ramassées çà-et-là ou offertes par des voisins généreux, redevables de services rendus par Zéphire. N’écoutant que son courage, lui aussi voyait petit à petit ses forces décliner. Tout juste âgé de trente ans, il en paraissait dix de plus…

 

Source : Eugène, Petit Bourguignon – Gisèle MEUNIER – Collections des Auteurs Indépendants – 2006 – http://gisele-meunier.blogspot.com
Coordonnées de l’auteur:
Gisèle MEUNIER – Ecrivain
65, Avenue Edouard Gourdon
77330 OZOIR LA FERRIERE

Publié dans Bourgogne, HUMEUR DES ANCETRES | Pas de Commentaires »

Lac d’Annecy : retour à l’état pur

Posté par francesca7 le 23 juillet 2014

 

68 ans pour restaurer un écosystème par Patrice van Eersel, Martine Castello

C’était à la fin du printemps dernier. Il faisait encore frais, mais la marche m’avait chauffé le sang et l’eau était si belle que je n’ai pu résister. Je me suis déshabillé derrière un buisson et en trente secondes, je fendais le lac. Il était très froid, mais j’ai pensé :  » Délicieusement glacé ! » – avec l’âge j’apprécie de plus en plus ce genre de bain.

220px-Cygne-lacannecyJ’ai nagé sur une centaine de mètres. C’est en me retournant que l’expérience est devenue fantastique. Le massif de la Tournette encore enneigé se détachait, tout proche, sur le ciel bleu, dominant le village de Talloires. Brusquement, la sensation de faire partie de ce paysage grandiose m’a envahi. Le lac me portait et la montagne s’offrait à moi ! J’ai aboyé de reconnaissance et, la peau brûlante, j’ai plongé. L’eau était d’une transparence fantastique. On voyait les rayons de soleil descendre jusqu’à dix ou douze mètres. On aurait dit du cristal. En retournant vers la berge, j’ai nagé la bouche ouverte, pour mordre l’eau de plaisir.

 

On m’avait bien dit qu’après une longue période de dégradation, le lac d’Annecy était redevenu pur, et même le plus pur d’Europe. Ce que j’ignorais, c’est le travail colossal qu’il avait fallu fournir pour retrouver cette vitalité. Pas moins de soixante-huit années de résistance et d’efforts acharnés – et le travail n’est pas fini ! Aujourd’hui, le « lac bleu » a retrouvé son nom et sert de modèle à la réhabilitation de tous les lacs d’Europe. Même les Russes responsables du lac Baïkal – la plus grande étendue d’eau douce du monde, tragiquement polluée par les usines de cellulose et de ciment – sont venus voir comment les Annéciens avaient fait. Bref, l’histoire de la résurrection du lac d’Annecy vaut la peine d’être contée. Elle nous éclaire sur la complexité des écosystèmes et l’ouverture qu’exige leur compréhension ; sur la nécessité d’une politique à très long terme si l’on veut retrouver les équilibres perdus ; mais d’abord, sur la puissance des clairvoyants têtus.

 

1943-1957 : les pionniers, clairvoyants et têtus 

Tout commence en 1943, quand un médecin d’Annecy, Paul Servettaz, alerte ses concitoyens : les eaux usées de la ville ont commencé à tuer le lac. Pour attirer l’attention, il plonge devant la foule, dans une crique particulièrement sale, pour aller symboliquement boucher une sortie d’égout. Sa démonstration est scientifique, il s’en explique en conférence : bien qu’alimentées par plusieurs petites rivières et par une puissante source sous-lacustre, les eaux du lac, qui se renouvellent tous les quatre ans environ, ont de plus en plus de mal à absorber les rejets des riverains. Le docteur Servettaz, qui a un flair de pionnier, s’en est rendu compte avant les autres – tous les lacs du monde vont peu à peu connaître le même sort. Dans les années 1940, si les eaux usées de la ville d’Annecy sont pathogènes, c’est moins en raison de poisons industriels (métaux lourds, hydrocarbures, acides, solvants) ou agricoles (engrais azotés, pesticides), encore rares dans la région à l’époque, qu’à cause des substances charriées par les rejets domestiques (détergents, phosphates, matières organiques). Ces substances dopent certaines algues qui finissent au fond du lac, où elles sont décomposées par des bactéries grandes consommatrices de l’oxygène dissous dans l’eau, ce qui asphyxie peu à peu la plupart des autres espèces vivantes. Ce chaos biologique, « l’eutrophisation », se solde par des envasements, dont les riverains souffrent de la puanteur. 

 

1957-2001 : une politique à très long terme pour purifier le lac 

Au milieu du XXe siècle, la conscience écologique n’est pas encore née. La globalité des interactions entre les humains et le reste de la nature échappe à la plupart. A l’époque, on voit les choses sous l’angle sanitaire. C’est nécessaire : tous les égouts aboutissent dans le lac ! Il faudra néanmoins quatorze ans pour que les efforts du docteur Servettaz et de ses amis finissent par convaincre les autorités de huit des onze communes du pourtour du lac de créer, en 1957, le Syndicat intercommunal du Lac d'Annecy : retour à l'état pur dans LACS DE FRANCElac d’Annecy (Sila).  Sa première tâche sera de planifier une ceinture de collecteurs pour capter les eaux usées et les traiter, avant de les déverser dans le Fier, affluent du Rhône, en aval du lac, à Cran-Gévrier, dans les faubourgs d’Annecy. Comme le raconte Pierre Bruyère, actuel président du syndicat, « la tâche n’était pas facile. Il fallait faire accepter aux riverains une forte taxe d’assainissement pour réaliser ces travaux, alors estimés à l’équivalent de 350 millions de nos euros. » Une fortune pour l’époque. Gérée par un syndicat de communes – quel privé aurait pu jouer ce rôle ? 

En 1961, s’ouvre le gigantesque chantier des premiers collecteurs, sur les 38 km de rives. Il ne s’achèvera qu’en 1976, après quinze ans de travaux – et trente-trois ans après le cri d’alarme du docteur Servettaz. Peu à peu, toute la région va entrer dans le processus – car, bien sûr, même les ruisseaux éloignés finissent dans le lac. Depuis 2001, 113 communes, soit une population de plus de 250 000 habitants, sont reliées au réseau d’assainissement collectif. Près de treize millions de mètres cubes d’eaux usées sont désormais traités et rejetés chaque année loin du lac après avoir traversé 1350 km de collecteurs, 81 stations de pompage et 7 usines de dépollution. Ces dernières sont reliées depuis 2002 à une usine de « valorisation énergétique » qui transforme leurs boues pour produire de l’électricité et alimenter le réseau urbain de chauffage et d’eau chaude. 

L’effort a payé. La baignade est redevenue sans danger et l’on vient de loin pour jouir d’une eau si claire. « La transparence est la meilleure mesure de la pureté d’un lac, se réjouit Pierre Bruyère, la nôtre était de trois mètres en 1957 ; elle est de quatorze mètres aujourd’hui ! » Le lac d’Annecy est désormais considéré comme l’un des lacs habités les plus purs du monde – ce que devrait bientôt reconnaître la Convention pour la protection du patrimoine mondial de l’Unesco. Une réputation qui lui vaut de fréquentes visites d’experts internationaux. Sa régénération sert par exemple de feuille de route à celles du lac du Bourget et du Léman, dont la qualité des eaux reste très en deçà de la sienne.

 

Années 2000 : les exigences de la  complexité écologique  

Seulement voilà : l’affaire n’est pas réglée pour autant. Un lac n’est pas qu’une entité minérale, c’est un être vivant. Pur chimiquement, celui d’Annecy n’a cependant pas retrouvé sa biodiversité originelle. Celle-ci demeure fragile, à la merci du moindre déséquilibre chimique, thermique ou biologique. Un certain nombre de riverains et de groupes de pression ne veulent pas l’admettre, mais l’évidence s’impose au tournant des années 1990-2000 : une nouvelle étape doit être franchie, sur le terrain, mais d’abord dans les esprits. 

 L’alliance des scientifiques et des pêcheurs à la ligne a joué un rôle clé dans cette prise de conscience. Mené par la station d’hydrobiologie lacustre de l’Institut national de recherche agronomique de Thonon-les-Bains, le suivi scientifique du lac a commencé en 1966. Une recherche d’abord fondée sur la surveillance des paramètres physico-chimiques (taux d’oxygène, d’azote, de phosphore…), mais aussi, et de plus en plus à partir de 1992, des indicateurs de vivacité du phytoplancton, du zooplancton, de la faune et de la flore dans l’eau et sur les rives. Un gros travail qui exige, une quinzaine de fois par an, le prélèvement de milliers d’échantillons aux différentes profondeurs – le « grand lac », au nord, descend à 65 mètres. Or l’ensemble de ces données va confirmer ce que les pêcheurs – groupe de pression important – clament de leur côté depuis longtemps : en 1980, dans les eaux du lac (certes de plus en plus transparentes), on ne trouvait quasiment plus de corégone, ni de brochet, ni de lotte, ni de truite lacustre, ni d’omble chevalier… En quelques années, le détournement et le traitement des égouts a heureusement ralenti puis même stoppé cette chute de la biodiversité et les poissons sont peu à peu réapparus. Mais pas tous et leur situation demeure délicate. 

un « green deal » pour le XXIe siècle

 C’est une déconvenue pour les Annéciens et leurs voisins, qui étaient persuadés que la vie naturelle et sauvage du lac était en quelque sorte garantie par la création, en 1974, de la réserve protégée dite du « Bout du lac », à l’extrême opposé d’Annecy, 220px-Lacannecy dans LACS DE FRANCEdans une zone où pousse, depuis des millénaires, une vaste roselière, étendue de roseaux, scirpes et nénuphars. Cette fois, ce ne sont plus les pollueurs – domestiques, industriels ou agricoles – qui sont mis en cause, mais les travaux publics, l’urbanisation et le tourisme – tous ceux qui, comme nous, viennent de partout pour se baigner dans le lac bleu ! En un siècle, la stabilisation du niveau de l’eau (par les barrages en amont), l’endiguement des berges, la création de pontons et de ports ont réduit la superficie des roselières de 110 hectares à moins de 10 – avec un pic de dégradation entre 1950 et 1980. « Or les roselières, explique Damien Zanella, écologue responsable du milieu naturel au Sila, jouent un rôle fondamental dans l’écosystème du lac. Les poissons y frayent ou s’y mettent à l’abri. Elles servent aussi de niche aux oiseaux, aux batraciens et à de très nombreux insectes, comme les libellules et les éphémères, qui vivent dans ces étendues de transition entre la terre et l’eau. »  

La superficie des roselières est aujourd’hui stabilisée et elles sont à nouveau habitées par des colverts, foulques, grèbes, cygnes et autres castors. Mais leur état écologique demeure préoccupant. En collaboration avec le Conservatoire des espaces naturels de Haute-Savoie (Asters), le Sila tente de redynamiser ces zones sauvages. Différentes techniques de génie végétal sont sur le point d’y être expérimentées : protection physique par des « pieux jointifs », retalutage des berges, plantations diverses, en collaboration avec le lycée agricole de Poisy…

Dans l’idéal, il faudrait agrandir cette réserve. Cela aurait un double avantage : outre la protection qu’elles assurent aux espèces, les roselières, situées en amont, joueraient le rôle de filtre pour tout le lac, à la manière d’une version géante des systèmes de phyto-épuration dont s’équipent aujourd’hui les maisons vertes. Un projet d’extension du « Bout du lac » a été lancé au début des années 2000, défendu par l’opposition municipale d’Annecy et la plupart des associations écologistes. Mais leur action risque d’être freinée par un amendement, voté en 2005 sous la pression des promoteurs, qui modifie la loi gérant le littoral des lacs de montagne et autorise une réduction des espaces protégés et des « coupures vertes » entre les communes… 

En soixante-huit ans, la situation a énormément évolué et le lac d’Annecy va beaucoup mieux. Mais il n’est pas encore totalement ressuscité. Des combats décisifs se déroulent en ce moment même, qui décideront de son sort à long terme. 

 Parlez-nous de votre région sur  » La Vie Devant Soi «  

Publié dans LACS DE FRANCE | Pas de Commentaires »

Des rivières partout en Meuse

Posté par francesca7 le 22 juin 2014

 

280px-Meuse_Montherme

Le Département de la Meuse possède de nombreux cours d’eau de 1ère et 2ème catégorie dont vous trouverez le descriptif ci-dessous. Des étangs privés peuvent également vous accueillir, voir plus loin.  

Un site à visiter : http://michaelprobst.phpnet.org/wordpress/stage-sejour-peche-meuse

La Saulx

Rivière à truite par excellence, la Saulx est célèbre pour ces gros spécimens.
En parcourant cette jolie vallée calcaire aux paysages diversifiés et riche en patrimoine architectural, le pêcheur de salmonidés sera comblé.
Que vous recherchiez la Truite ou l’Ombre plus en aval, à vous de trouver la technique la mieux adaptée…

La Cousance

La longueur de son cours d’eau est de 28,8 km. La Cousances prend naissance à Souilly localité située sur le plateau du Barrois, dans le département de la Meuse. Elle se dirige d’abord vers l’ouest, mais après quelques kilomètres adopte la direction du nord, qu’elle maintient jusqu’à la fin de son parcours. De ce fait, elle coule parallèlement à l’Aire pendant la plus grande partie de son cours. Elle finit par se jeter dans l’Aire (en rive droite) à Aubréville, à onze kilomètres en amont (au sud) de Varennes-en-Argonne. Il existe un homonyme qui prend sa source à Narcy en Haute-Marne puis regagne la Meuse à Cousances. La Cousance serpente en Meuse avant d’aller confluer dans la Marne. Riche d’une belle population de Fario, ce ruisseau mérite le détour…

 

L'Ornain à Bar-le-Duc, franchi par le pont Notre-DameLa Chée et l’Ornain

L’Ornain est une rivière classée en première catégorie et appartient au domaine public. L’Ornain peut être considéré comme une offre de pêche de premier ordre. La rivière est densément habitée par des truites farios de belle taille, des vairons et aussi des vandoises. Situés dans le sud du département de la Meuse, la Chée et l’Ornain sont des cours d’eau de 1ère catégorie, tous deux affluents de la Saulx. Le premier présente les caractéristiques d’une petite rivière de plaine qui serpente entre pâtures et cultures, le second alterne courants rapides, grands plats et fosses profondes pour créer un cours très diversifié.

Tout au long de son parcours, la Chée est alimentée par de nombreux ruisseaux, qui servent de frayères naturelles aux truites autochtones. Les Farios de l’Ornain côtoient quant à elles, à partir de Ligny, quelques bancs d’Ombres Communs et des poissons blancs, telles que Vandoises et Chevesnes. 

Aire, Aisne, Biesme

L’AIRE d’une longueur de 125,6 km, elle prend sa source à Saint-Aubin-sur-Aire dans le département de la Meuse, à L'Aire à Varennes-en-Argonne.l’altitude 324 mètres, à deux kilomètres au sud-est de la forêt domaniale de Commercy.

Elle traverse ensuite ce département du sud au nord à la limite orientale du massif de l’Argonne, et conflue en rive droite avec l’Aisne en amont de Mouron, dans les Ardennes, par deux bras séparés d’environ 500 mètres sur les communes de Senuc et de Termes, à l’altitude 104 mètres.

Son bassin versant a une surface de 1 043 km2. Elle a un débit moyen de 13,6 m3/s.

Avant d’être capturée par l’Aisne, il y a environ un million d’années2, elle se jetait dans la Bar, un affluent de la Meuse.

Ce n’est pas une rivière navigable.

Le poisson le plus convoité par les pêcheurs de ce bassin, située à l’Ouest du département, est sans aucun doute la truite Fario. Ici, les passionnés de la pêche au toc, au vairon manié, au lancer, mais aussi de la pêche à la mouche fouettée se régalent.

En particulier sur l’Aire, cours d’eau de référence de ce bassin, où la gestion patrimoniale engagée par les principales AAPPMA depuis quelques années porte ses fruits. La qualité du peuplement de truites Fario sauvages ne cesse de s’améliorer et l’Ombre Commun semble vouloir s’y développer.

La Meuse

Des rivières partout en Meuse dans COURS d'EAU-RIVIERES de France 220px-Abbinden_der_Maas_von_der_Waal_1904_aus_Hochwasserschutzgr%C3%BCndenOù l’on peut pêcher le Gardon, la Carpe, le Sandre ou le Brochet, vous avez toutes les chances d’assouvir votre passion en venant parcourir les rives de la Meuse. Quelle soit « sauvage » ou par endroit, canalisée, la rivière vous enchantera par sa population piscicole aussi variée qu’insoupçonnée !!!

A l’image de nombreux cours d’eau, la Meuse voit son lit barré par des déversoirs et barrages qui ont pour but de régulariser l’ardeur de la rivière lors des crues. A proximité et en se conformant à la réglementation, se trouvent d’excellents postes à carnassiers, notamment en gros Brochets. De nombreux bras morts ou noues sont en communication avec la rivière et constituent des biotopes non seulement agréables et favorables à la pêche mais jouent un rôle important dans la reproduction des diverses espèces de poissons, notamment le Brochet.

Les extractions de sable ont laissé à la disposition de certaines AAPPMA des ballastières où la population de poissons est très importante, notamment les grosses carpes qui dépassent allègrement les 20 kilos. Quant aux traqueurs de carnassiers, ils auront le choix entre Brochets, Sandres et depuis peu le Silure.

A découvrir aussi, les ruisseaux de 1ère catégorie qui sillonnent la vallée et qui abritent une
importante population de Vairons et de Truites Fario.

L’accès à la rivière, dans l’ensemble est facilité par de nombreux chemins. Les voitures resteront garées le long de ceux-ci ! De nombreux campings bien aménagés sont à proximité des lieux de pêche et sont prêts à vous accueillir avec votre famille.

Orne, Longeau, Madine

L’Orne et le Longeau s’écoulent paisiblement vers l’Est. La tête du bassin versant du Longeau est classée en 1ère catégorie (18 km) jusque Saulx-les-Champlon. La pêche de la Truite au toc, est la technique la mieux adaptée sur ce ruisseau. En seconde catégorie, la pêche au coup, au vif et au mort manié, permettent de prendre des poissons blancs, Goujons, Perches et Brochets.

Que vous souhaitiez marcher et chercher les meilleurs postes, ou bien rester plus paisiblement au bord de l’eau, vous trouverez toujours un endroit poissonneux répondant parfaitement à vos attentes.
Pour les pêcheurs recherchant les grands espaces, le célèbre Lac de Madine est là… à prospecter en barque ou depuis les rives, les gros poissons trophées (Brochets, Perches, Sandres, Carpes) vous y attendent.

Les belles vallées de la Meuse :

Sillonnées par les rivières de 1ère et 2ème catégorie du même nom, vous y découvrirez de belles populations de Brochets, Perches, Carpes, Tanches, poissons blancs et Truites. Alors n’hésitez plus, venez prendre votre carte de pêche dans une de nos AAPPMA bordant ces cours d’eau.
Et croyez-moi, pour oublier ses soucis et les vicissitudes de la vie quotidienne, rien de tel qu’une bonne partie de pêche. 

Que vous gardiez le poisson que vous avez pris ou que vous le remettiez à l’eau, une seule chose comptera désormais : « revenir dès que possible dans ce petit coin de paradis ».

Fédération de la Meuse pour la Pêche et la Protection du Milieu Aquatique
Moulin Brûlé
55120 NIXEVILLE
Tél. : 03 29 86 15 70       
www.federation-peche-meuse.fr

Publié dans COURS d'EAU-RIVIERES de France, Meuse | Pas de Commentaires »

12345
 

leprintempsdesconsciences |
Lechocdescultures |
Change Ton Monde |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | C'est LE REVE
| Détachement Terre Antilles ...
| ATELIER RELAIS DU TARN ET G...