• BONJOUR A TOUS ET

    bienvenue (2)

     CHEZ FRANCESCA 

  • UN FORUM discussion

    http://devantsoi.forumgratuit.org/

    ............ ICI ............
    http://devantsoi.forumgratuit.org/

  • téléchargement (4)

  • Ma PAGE FACEBOOK

    facebook image-inde

    https://www.
    facebook.com/francoise.salaun.750

  • DECOUVERTES !

    petit 7

  • BELLE VISITE A VOUS

    aniv1

    PETITS COINS DE PATRIMOINE QUI SERONT MIS EN LUMIERE AU DETOUR DE NOTRE REGION DE FRANCE...

  • Cathédrale St-Etienne-Auxerre

    St-Etienne Cathédral, Auxerre

    « La restauration est une opération qui doit garder un caractère exceptionnel. Elle a pour but de conserver et de révéler les valeurs esthétiques et historiques du monument et se fonde sur le respect de la substance ancienne et de documents authentiques. Elle s’arrête là où commence l’hypothèse, sur le plan des reconstitutions conjecturales, tout travail de complément reconnu indispensable pour raisons esthétiques ou techniques relève de la composition architecturale et portera la marque de notre temps. » citation Charte de Venise, art. 9, ICOMOS, 196.

  • M

    JE SUIS ORIGINAIRE MOI-MEME DE LA BOURGOGNE....

  • FRANCE EN IMAGES

    G

    « Un monument restauré traduit les connaissances, les ambitions, les goûts, non seulement du maître d’oeuvre mais aussi du maître d’ouvrage : c’est le vrai révélateur de l’appréhension des édifices par une génération donnée, qui leur permet de reconnaître pour sien un édifice centenaire. » citation de Françoise Bercé.

  • amis

  • Méta

  • amis

  • Architecture Française

    5

  • Artisanat Français

    1

  • A

  • amour-coeur-00040

  • montagne

    Tout devient patrimoine : l'architecture, les villes, le paysage, les bâtiments industriels, les équilibres écologiques, le code génétique.

  • 180px-Hlézard1

  • Patrimoine Français

    3

    Citation sur la France.
    !!!!
    La France, je l'aime corps et biens, en amoureux transi, en amant comblé. Je la parcours, je l'étreins, elle m'émerveille. C'est physique. Pour l'heure, c'est le plus beau pays du Monde, le plus gracieux, le plus spirituel, le plus agréable à vivre. En dépit de ses défauts, le peuple français a des réserves inépuisables de vigueur, d'astuce et de générosité. j'écris cela en toute connaissance de la déprime qui périodiquement enténèbre nos compatriotes. Ils ont une pente à l'autodénigrement, une autre au nihilisme. Je suis français au naturel et j'en tire autant de fierté que de volupté. J'ai pour ce vieux pays l'amour du preux pour sa gente dame, du soudard pour la servante d'auberge, de l'érudit pour ses grimoires, du paysan pour son enclos, du bourgeois pour ses rentes, du croyant des hautes époques pour les reliques de son saint patron... J'ai la France facile, comme d'autres ont le vin gai ; je l'ai au coeur et sous la semelle de mes godasses. Je suis français, ça n'a pas dépendu de moi et ça n'a jamais été un souci. Ni une obsession. Toujours un bonheur...

    Dictionnaire amoureux de la France - Denis Tillinac.

  • a bientot

  • Accueil
  • > Recherche : bombarde ancien

Résultats de votre recherche

Virée au Château de Blois

Posté par francesca7 le 24 novembre 2015

 Au chateau de blois

Durant le règne de Charles le Chauve, en 854, le Blisum castrum (« le château deBlois »), édifié sur les bords de la Loire, est attaqué par les Vikings. La forteresse reconstruite est au cœur de la région dont sont maîtres les comtes de Blois, puissants seigneurs féodaux aux xe et xie siècles, dont les possessions s’étendent à la région de Blois et de Chartres, et à la Champagne. La première forteresse, la « grosse tour », fut élevée par Thibaud le Tricheur au xe siècle. Vers 1080, une charte montre Thibaud III rendant la justice « dans la forteresse de Blois, dans la cour, derrière le palais, près de la tour, au parterre situé entre les chambres à feu du palais ». À la fin du xiie siècle est bâtie dans l’avant-cour la collégiale Saint-Sauveur.

Image illustrative de l'article Château de BloisAu xiiie siècle, le château est reconstruit par la famille bourguignonne de Châtillon. Le chroniqueur Jean Froissard le décrira comme« beau et grand, fort et plantureux, un des [plus] beaux du royaume de France ». Le dernier descendant de la famille de Châtillon,Guy II de Blois-Châtillon, vend en 1392 Blois à Louis d’Orléans, frère de Charles VI, qui en prend possession en 1397, à la mort de Guy II. Lorsque Louis d’Orléans est assassiné à Paris en 1407 sur ordre de Jean sans Peur, duc de Bourgogne, sa veuve, Valentine Visconti, part vivre à Blois où elle s’éteint l’année suivante, après avoir fait graver sur les murs du château : « Rien ne m’est plus, plus ne m’est rien ».

En 1429, avant son départ pour lever le siège d’Orléans, Jeanne d’Arc est bénie dans la chapelle du château par Renault de Chartres, archevêque de Reims. Le fils de Louis d’Orléans, Charles, y est fait prisonnier par les Anglais. À son retour en 1440 de captivité en Angleterre, il fait du château de Blois un centre culturel ; il y lance un concours de poésie où s’illustre François Villon avec sa Ballade du concours de Blois. Il entreprend aussi de détruire certaines parties du vieux château, afin de le rendre plus habitable. De la forteresse de cette période ne restent dans le château actuel que la grande salle, datée du xiiie siècle, et la tour cylindrique du Foix.

Le château royal de Blois, situé dans le département de Loir-et-Cher, fait partie des châteaux de la Loire. Il fut la résidence favorite des rois de France à la Renaissance.

Situé au cœur de la ville de Blois, sur la rive droite de la Loire, le château royal de Blois réunit autour d’une même cour un panorama de l’architecture française du Moyen Âge à l’époque classique qui en fait un édifice clef pour la compréhension de l’évolution de l’architecture au fil des siècles. Les appartements royaux restaurés sont meublés et ornés de décors polychromes du xixe siècle, créés par Félix Duban dans la lignée des restaurateurs contemporains de Viollet-le-Duc.

On y trouvera par exemple, parmi tant d’autres… Galerie de la Reine

Le carrelage de la galerie de la Reine, créé par Félix Duban en terre cuite vernissée sur un modèle du xve siècle, a été restauré à la fin duxxe siècle. Il se présente sous la forme d’un réseau de formes géométriques bleues, blanches et jaunes. On peut y voir une exposition d’instruments anciens parmi lesquels :

  • un clavecin italien de Giovanni Antonio Baffo datant de 1572, remanié vers 1880 par Leopoldo Franciolini,
  • une mandoline en faïence de 1875 réalisée par Josaphat Tortat,
  • un violon en faïence de 1867, œuvre d’Ulysse Besnard,
  • une pochette de maître à danser en bois, marqueterie et ivoire.

La galerie est également ornée de bustes de rois de France, dont :

  • un buste de Henri II en bronze et marbre d’après Germain Pilon,
  • un buste de François Ier en armure du xvie siècle à l’auteur anonyme, acquis en 1926, remanié par Louis-Claude Vassé en 1756, moulage en plâtre patiné d’après une œuvre en bronze conservée au Louvre,
  • un buste de Charles IX en plâtre patiné,
  • un buste de Henri III en plâtre patiné,
  • un buste de Henri IV en plâtre.

On peut aussi observer un buste anonyme en plâtre du xixe siècle représentant Pierre de Ronsard, orné d’un épitaphe en marbre noir datant de 1607. La galerie conserve également plusieurs tableaux, dont une huile sur cuivre qui serait un portrait présumé de la princesse de Conti, vers 1610, et une huile sur toile de C. Martin, Marie de Médicis et le dauphin, 1603. En outre, la galerie abrite un ensemble de monnaies anciennes à l’effigie de Louis XII, François Ier, Henri II, Charles IX, Henri III et Henri IV.

C’est en 1850 que Pierre-Stanislas Maigreau-Blau, maire de Blois, fonde le musée des beaux-arts de Blois, qu’il installe dans l’aile François Ier. C’est en effet à cette époque que les provinces se dotent de leurs propres musées, encourageant ainsi l’étude des arts. Le maire de Blois défend son projet: « Il n’y a pas de chef-lieu de département en France qui ne soit aujourd’hui doté d’un musée. […] Il serait superflu d’examiner les avantages de ces sortes d’établissements. On sait de quel encouragement puissant ils sont pour les arts et les sciences, par les modèles ou les collections qu’ils offrent à l’étude ». Le musée sera finalement ouvert dans l’aile Louis XII en 1869.

Une seconde restauration est entreprise entre 1880 et 1913. Elle est confiée à un inspecteur général des monuments historiques, Anatole de Baudot, qui dirige essentiellement les travaux sur la restauration de la charpente et du plancher, sur quelques ornements, et sur l’élaboration d’un système d’évacuation des eaux de pluie. Alphonse Goubert, successeur de Baudot à la tête du chantier, décide de restaurer l’aile Gaston d’Orléans. C’est ainsi qu’il fait construire un escalier monumental en pierre, à partir d’esquisses de Mansart. Il crée également en 1921 un musée lapidaire dans les anciennes cuisines du château.

Pendant la seconde guerre mondiale, la façade sud du château (principalement l’aile Louis XII) est endommagée par les bombardements. Les vitraux de la chapelle sont notamment détruits. Les travaux de remise en état, commencés en 1946, sont confiés à Michel Ranjard.

Le 23 mai 1960, un timbre-poste représentant le château est émis.

Virée au Château de Blois dans Autre région 300px-Blois_LouisXII_interiorLe château est aujourd’hui la propriété de la ville de Blois. Dans les années 1990, une nouvelle restauration est conduite par Pierre Lebouteu et Patrick Ponsot. Les toitures, les façades extérieures et les planchers de l’aile François Ier, en particulier, ont été restaurés. Gilles Clément, paysagiste, a été chargé de travailler sur le parc. Pour faire vivre le château, un son et lumière utilisant les voix de Robert Hossein, Pierre Arditi ou Fabrice Luchini, écrit par Alain Decaux et mis en musique par Éric Demarsan, a été conçu dans les années 1990 : Ainsi Blois vous est conté….

Aujourd’hui encore, des restaurations ciblées continuent. Le château a accueilli 260 226 visiteurs en 2003

Publié dans Autre région, CHATEAUX DE FRANCE | Pas de Commentaires »

La naissance de la charpenterie

Posté par francesca7 le 8 novembre 2015

 

 Charpente.Notre.Dame.Paris.3

Dès que l’homme a cherché à se sédentariser, il a construit des abris avec les ressources naturelles qui l’entouraient. S’abriter et se déplacer sont donc les deux fonctions qui ont prévalu à la naissance du métier de charpentier. Jusqu’au Moyen Age, les artisans du bois ne sont pas spécialisés, ils savent à la fois couper le bois, fabriquer une charpente, un meuble ou un tonneau. Ce n’est qu’au XIIIe siècle que les différents corps de métiers du bois vont se structurer et se spécialiser en recevant des statuts particuliers. La corporation des charpentiers exerçait son autorité sur plusieurs métiers du bois : les huchiers, les tonneliers, les charrons, les couvreurs et les tourneurs. Au début du XIVe siècle ces prérogatives sont abolies et la corporation des charpentiers se divise en deux, d’un côté les charpentiers dits « de la petite cognée » qui réalisent les menus ouvrages en bois d’où le terme de « menuisier » de l’autre les charpentiers dits « de la grande cognée » qui réalisent les ouvrages de gros bois de charpente. L’apprentissage d’un charpentier durait six ans. Les charpentiers sont sous le saint-patronage de saint Blaise ou de saint Joseph.

« L’Antiquité. […] Sous le règne d’Auguste, au premier siècle de notre ère, les Romains fondent une ville sur la rive droite de la Seine, rive protégée des inondations, alors que la rive gauche était marécageuse et les îles instables. Cette ville, baptisée Rotomagus, se développe grâce à sa situation favorable : reliée par la Seine à Lutèce (Paris) et Juliobona (Lillebonne, qui était à l’époque romaine le port d’estuaire de la Seine, rôle rempli plus tard par Harfleur puis Le Havre). 
[…] Dans le courant du IIIe siècle, les quartiers périphériques sont abandonnés et la ville se rétrécit dans une enceinte carrée : c’est un castrum, c’est à dire un camp militaire. Cette transformation est la conséquence des premières invasions qui déferlent sur la Gaule. […]

Le Moyen Age. En 841, les Vikings remontent la Seine et attaquent Rouen. Ce n’est qu’avec le traité de Saint-Clair-sur-Epte, qui cède la Normandie aux Vikings, que la ville peut de nouveau se développer. Le chef Viking Rollon devient le premier duc de Normandie et fait de Rouen sa capitale. La ville s’intègre ainsi à l’espace commercial du monde viking, qui comprend toute l’Europe du Nord et les îles britanniques. […]. 

Le rayonnement de Rouen se mesure à la présence d’un atelier monétaire dont les monnaies se retrouvent jusqu’en Russie ou dans les États Latins d’Orient, les Normands du XIe siècle ayant conquis la Sicile puis participé aux Croisades. 

[…] Le commerce est très actif, grâce aux relations avec la région parisienne et l’Angleterre : les Rouennais vendentdu sel et du poisson aux Parisiens et commercialisent le vin de Normandie en Angleterre. Ils ont aussi des liens commerciaux avec l’Irlande. La ville est en outre un centre intellectuel et artistique, stimulé par la construction de la cathédrale. 
La conquête de la ville par Philippe Auguste et le rattachement de la Normandie à la France ne freinent pas la prospérité rouennaise. Philippe Auguste maintient les privilèges communaux et laisse aux Rouennais le monopole du commerce sur la Basse Seine. La ville s’accroît et devient la seconde ville du Royaume, une place qu’elle conservera longtemps. […]
La cathédrale est construite tout au long du XIIIe siècle, après l’incendie de 1200. […]

Comme ailleurs en France, l’essor des XIe, XIIe et XIIIe siècles se trouve brisé au début du XIVe siècle par le retour desfamines et des épidémies et par les conséquences de la guerre de Cent Ans, qui commence en 1337. La guerre désorganise le commerce, mais c’est surtout la Peste Noire, qui touche Rouen en 1349, qui constitue la plus grande catastrophe. […] Les difficultés de l’époque amènent en 1382 une grave révolte urbaine connue sous le nom de Harelle. La répression royale sera très dure […] provoquant la fuite de nombreux habitants. […]. 

À la suite de la défaite d’Azincourt en 1415, les Anglais mettent le siège devant Rouen, qui doit capituler au bout de six mois en 1419. C’est dans une ville tenue par les Anglais que Jeanne d’Arc est jugée et condamnée […] le 30 mai 1431. Les Français reprennent la ville en 1449 et Charles VII fait réhabiliter Jeanne d’Arc en 1456. Le retour à la paix provoque une phase d’expansion de la ville […].

Rouen à la Renaissance. L’histoire de Rouen au début de la Renaissance, c’est celle d’une ville dynamique, la seconde du royaume, dominée par la personnalité de ses deux cardinaux successifs, Georges Ier d’Amboise de 1494 à 1510, puis son neveu Georges II, de 1510 à 1550 ; ils sont à l’origine de l’éclosion de la Renaissance à Rouen. […] Ce foisonnement est rendu possible par l’essor économique de la ville depuis la fin du XVe siècle : la draperie se développe, […] mais aussi la soierie, la métallurgie… Les Rouennais envoient leurs navires pêcher le hareng en Baltique, la morue à Terre-Neuve. […] Le commerce n’est pas seulement maritime, il est aussi fluvial et terrestre, grâce à l’amélioration des communications : on ne met qu’une semaine pour aller de Rouen à Lyon ! 

Charpente.et.bahut.png

[…] La ville est alors une ville très ouverte sur le monde, les étrangers sont nombreux à s’y installer, en particulier les Espagnols et les Italiens. […] Cette ouverture est aussi intellectuelle : l’imprimerie apparaît en 1484 et l’on compte déjà 10 ateliers en 1500. […]

Les guerres de religion (1562-1598) mettent fin à cette période brillante. La ville est investie par les calvinistes en 1562, puis reprise par les catholiques, puis en 1591-92, ce sont de nouveau les protestants d’Henri de Navarre, futur Henri IV, qui assiègent la ville, mais ils échouent. Pour reprendre du terrain aux protestants, les catholiques de la contre-réforme établissent des couvents et des collèges d’enseignement. […] 

Rouen au XVIIe siècle. Aux XVIIe et XVIIIe siècles, Rouen demeure la seconde ville du royaume de France et compte environ 75 000 habitants, mais à partir du milieu du XVIIe siècle, sa population stagne et la ville perd son dynamisme. Cependant, les Rouennais restent actifs sur toutes les mers, en particulier dans le nord de l’Europe, sur la côte d’Afrique et aux Antilles, ainsi qu’en Nouvelle France, où partent colons et religieux. […] 

Rouen au XVIIIe siècle. Au XVIIIe siècle, Rouen continue d’être un grand port et un centre industriel textile. Le commerce triangulaire, qui consiste à échanger des produits de peu de valeur contre des esclaves en Afrique, puis de vendre ceux-ci aux Antilles contre du sucre, cédé au retour en Europe à un prix élevé, enrichit les armateurs. […] On décèle les prémices de la révolution industrielle dès le milieu du XVIIIe siècle, avec le développement des indiennes, tissus de coton imprimé bon marché. Ces nouvelles fabrications se font dans des manufactures, qui s’installent dans les faubourgs de la ville […].

Rouen pendant la révolution et l’Empire. Les débuts de la révolution à Rouen se déroulent sur fond de crise économique et sociale. La faim connaît son paroxysme au moment de la soudure, pendant l’été 1789, ce qui entraîne des émeutes. Les cahiers de doléances pour les états généraux sont rédigés au printemps ; celui du Tiers État, rédigé par Thouret, fait peu de place aux aspirations des plus pauvres et représente essentiellement les souhaits de la grande bourgeoisie de la ville. La noblesse et le clergé campent sur la défense de leurs privilèges. […] Après l’été agité de 1789, les nouvelles institutions se mettent en place, en particulier le conseil général de la commune, élu par les citoyens actifs. Rouen devient le chef-lieu du département de la Seine-Inférieure. […]
Pendant la période jacobine, Rouen, bien que plutôt favorable aux Girondins, ne participe pas à l’insurrection fédéraliste, qui se déroule pourtant dans des régions proches, en particulier en Basse-Normandie. […] La Terreur a surtout pour effet l’application du maximum des prix et des salaires et la déchristianisation : la cathédrale est transformée en temple de la Raison et Saint-Ouen en manufacture d’armes. De même que la période jacobine fut relativement modérée, la période thermidorienne ne voit pas à Rouen l’équivalent de la terreur blanche. Comme ailleurs, la misère est grande de 1794 à 1797 ; en l’an III, on recense à Rouen 50000 indigents sur une population de 80000 habitants. Cela amène de nombreuses émeutes populaires. La situation s’améliore à partir de 1797. 

Rouen du XIXe siècle à 1939. Le XIXe siècle est à Rouen comme ailleurs en France celui de la Révolution industrielle. Elle est basée dans la région sur l’industrie textile, plus précisément le coton. […] Rouen est reliée à Paris par le chemin de fer dès 1843. Les conditions de travail des ouvriers entraînent de nombreux conflits et la participation de Rouen à la révolution de 1848. […] Le Second Empire est une période de transformations importantes.[…]

Pendant la guerre franco-prussienne de 1870, Rouen est occupée par les Prussiens. L’essor de la ville se poursuit ensuite sous la IIIe république, avant et après la guerre 1914-18. 

De nouvelles constructions contribuent à modifier la ville. […]. C’est surtout par la vie culturelle que Rouen continue à rayonner tout au long du XIXe siècle, grâce à des écrivains comme Flaubert ou Maupassant, par les impressionnistes del’2cole de Rouen et la série des « Cathédrales de Rouen » de Monet, par la qualité de sa vie musicale symbolisée par le Théâtre des Arts. […]. Pendant la première guerre mondiale, la ville est une des bases arrières du front, et voit affluer les réfugiés du Nord de la France et de Belgique, puis les troupes et le matériel de l’armée britannique, qui contribuent à l’essor du port. L’entre deux guerres voit se poursuivre le développement de l’industrie sur la rive gauche : sidérurgie, industries chimiques, raffinerie de pétrole, chantiers navals, alors que se maintient l’activité textile, jusqu’à la crise de 1929, qui la touche durement. 

Rouen pendant la seconde guerre mondiale. Le 9 juin 1940, les troupes allemandes entrent à Rouen. L’armée française a fait sauter le pont pour empêcher le passage sur la rive gauche, mais n’a pu éviter l’occupation de la ville. […] Pendant 4 années, les Rouennais subissent la terreur nazie, les arrestations d’otages, les tortures, les exécutions, les déportations, les privations. À cela s’ajoutent les bombardements […] On compte 2000 victimes et 40000 sinistrés. Le 30 août 1944, les Canadiens libèrent Rouen. La ville est un champ de ruines. 

La naissance de la charpenterie dans ARTISANAT FRANCAIS 220px-Rouen_cathedral_c1830

Rouen depuis 1945. Les années d’après guerre sont celles de la reconstruction. […] Le choix est fait de conserver le plan ancien de la ville et la même largeur de rues. La croissance démographique et la crise du logement entraînent la construction de nouveaux quartiers.
Les transformations de la ville dans les années 70-80 sont liées à l’action de JeanLecanuet, maire de 1968 à 1993. Dans les années 70, on commence à restructurer le centre ville, […] Cependant, on prend vite conscience de la valeur architecturale des quartiers anciens […]. C’est l’époque de la restauration des façades, de la création des rues piétonnes. […] Les années 90 sont celles de la mise en service du métrobus de l’agglomération rouennaise, […] puis de l’Armada du Siècle (1999), et enfin de l’Armada Rouen 2003, de la poursuite des aménagements urbains, en particulier la transformation des quais rive droite en promenade urbaine, le retour des facultés de médecine et de droit en ville.

Rouen compte aujourd’hui près de 111.000 habitants. Elle était la ville la plus importante de la Communauté de l’agglomération de Rouen, établissement public de coopération intercommunale créé le 1er janvier 2000 et regroupant 45 communes. 

Depuis le 1er janvier 2010, cet établissement public s’est élargi pour devenir la Communauté d’agglomération Rouen-Elbeuf-Austreberthe (La CREA) qui regroupe 71 communes ; avec près de 500.000 habitants, c’est la première communauté d’agglomération française. ». 

(Texte de Jean Braunstein, agrégé d’histoire ).

Publié dans ARTISANAT FRANCAIS, Autre région, MUSEES de FRANCE | Pas de Commentaires »

L’OISE une contrée Historique

Posté par francesca7 le 3 avril 2015

 

220px-ArmisticetrainL’Oise, par sa situation géographique, a longtemps été considérée comme le dernier bastion à conquérir avant Paris. Site de passage, souvent traversée ou envahie, elle a été le théâtre de quelques-uns des faits marquants de l’Histoire de France. Les premières traces de peuplements dans l’Oise remontent à l’âge de pierre. Le climat, la fertilité des terres ainsi que l’accessibilité à l’eau ont conduit les premiers habitants à se regrouper dans cette région accueillante pour la vie humaine.

L’Oise au coeur du royaume des Francs L’Oise gauloise A partir du IIème siècle, l’arrivée et le renforcement de tribus gauloises, Bellovaques à Beauvais, Veliocasses dans le Valois, Silbanectes autour de Senlis ou les Suessions dans le Compiègnois marque la naissance des premières villes isariennes. La conquête romaine Entre 57 et 51 avant J-C, la conquête de l’Oise par Jules César et les troupes romaines se traduit par le développement des villes principales, Beauvais et Senlis, l’organisation de l’agriculture et la création d’axes de transports performants avec le pavement des voies. L

a région est alors incorporée à la Gaulle-Belgique. Le royaume des Francs Après sa victoire sur les romains à Soissons en 486, Clovis envahit la région picarde, prend la ville de Noyon et étend son royaume et fait de Paris sa capitale. Les vallées de l’Oise, de la Somme et de l’Aisne, deviennent l’épicentre du pouvoir et bénéficient d’une position dominante. En 561, à la mort de Clotaire Ier, fils de Clovis, le royaume est divisé : le Beauvaisis se trouve à cheval sur les frontières de la Neustrie, au nordouest de la France avec Soissons pour capitale et de l’Austrasie au nord-est. L’Oise devient ainsi le théâtre de la lutte entre Austrasiens et Neustrasiens.

En 778, Charlemagne est couronné roi d’Austrasie à Compiègne. L’Oise est alors une région privilégiée par les rois mérovingiens et carolingiens qui ont pris l’habitude d’y séjourner. La disparition de l’Empire carolingien En 843, le traité de Verdun consacre la division de l’Empire de Charlemagne entre ses trois petits-fils :

- Lothaire Premier, qui devient empereur, reçoit la Lotharingie, du centre de l’Italie à la Frise (Allemagne du nord),

- Louis le Germanique reçoit la Francie Orientale qui deviendra la Germanie, noyau du futur saint Empire romain Germanique,

- Charles le Chauve reçoit la Francie Occidentale. Compiègne devient alors sa capitale royale.

Les successeurs de Charlemagne règnent sur un empire affaibli par les partages de territoires et les rivalités entre héritiers. Avec le traité de Verdun, les ducs et comtes, qui avaient reçu une terre pour un service rendu, deviennent indépendants. Certains d’entre eux s’emparent même du titre royal. Ainsi, Hugues Capet est élu roi à Senlis et couronné à Noyon en 987. Sous Hugues Capet, le régime féodal s’affirme et l’autorité du roi diminue. La réalité du pouvoir passe aux mains des abbés, évêques et comtes. Le domaine royal se réduit. Il ne concerne plus que l’Île de France qui s’étend jusqu’à Compiègne, l’Orléanais et quelques îlots tels que le domaine d’Attigny.

L’OISE une contrée Historique dans OiseL’histoire du département se divise entre les différents évêchés et comtés qui prennent chaque jour un peu plus d’importance. Seules les régions de Chantilly, Senlis et Compiègne, au sud de la rivière Oise, restent dans le domaine royal rétréci. Le Moyen-Âge voit l’Oise évoluer sous l’influence grandissante du clergé. De nombreuses abbayes sont construites dans la région où le pouvoir s’exerce dans les trois évêchés de Beauvais, Noyon et Senlis. Le pouvoir du roi se heurte régulièrement à celui de l’évêque, comte de Beauvais, grand seigneur prépondérant de la région, qui devient rapidement le deuxième personnage du royaume.

L’Oise et la construction de la France Philippe Auguste, l’affirmation du pouvoir royal .. En 1180, à la mort de Louis VII, le domaine royal ne s’étend plus que du Vexin au vicomté de Bourges. La plus grande partie des terres du royaume, de l’Aquitaine à la Normandie, est sous la suzeraineté des Plantagenêt, les rois d’Angleterre. Philippe Auguste arrive alors sur le trône et n’a de cesse de renforcer le pouvoir royal.

Avec le soutien des milices bourgeoises des villes de Picardie, il mène diverses batailles contre ses vassaux trop puissants. Il va également créer les Baillis, fonctionnaires de la couronne chargés de faire appliquer la justice et de contrôler directement l’administration du domaine royal. Le pouvoir royal s’affirme à nouveau avec l’appui de fidèles vassaux, comme les évêques-comtes de Noyon et de Beauvais. Philippe Auguste fait construire de nouvelles enceintes fortifiées autour des villes. Beauvais, Clermont, Senlis et Compiègne s’entourent alors de remparts. A la fin de son règne, Philippe Auguste est devenu le plus grand prince territorial du royaume avec le rattachement au domaine royal de plusieurs comtés et évêchés. Vers une stabilité des frontières La fin de la guerre de Cent ans est marquée par le rétrécissement puis la disparition des zones contrôlées par les Anglais. Le royaume de France va s’agrandir jusqu’à atteindre ses limites actuelles.

En 1477, c‘est sous Louis XI que la Picardie est rattachée définitivement au royaume. Du XVIème au XVIIIème siècle, une fois la paix revenue, la région connait une ère de renouveau et de prospérité économique. La manufacture de tapisserie de Beauvais est par exemple fondée par Colbert en 1664.

L’Oise devient aussi un lieu de villégiature pour les rois et certains grands noms de l’histoire de France tels Molière, La Fontaine, Racine… Vient ensuite l’épisode révolutionnaire avec sa nouvelle organisation unifiée du territoire, le rattachement des dernières enclaves et la création des départements.

Le 27 juin 1790, le département de l’Oise est créé dans ses limites actuelles. Formé à partir des territoires appartenant aux deux anciennes provinces d’Île de France et de Picardie, il recouvre pour tout ou partie, plusieurs petits pays de l’ancienne France : Valois, Vexin français, pays de Thelle, pays de Bray, Noyonnais Soissonais, Beauvaisis, comté de Clermont, pays de Chaussée, Santerre et Amiénois. Il est divisé en 739 communes, 76 cantons et 9 districts.

De Napoléon Ier, à Louis XVIII, en passant par Napoléon III, Compiègne reste très prisée des dirigeants du pays. En 1870, alors que Paris et l’Oise sont occupés par les Austro-Prussiens, les élus de l’Oise aident Gambetta lors de sa fuite vers Amiens. Les guerres mondiales Durant la première Guerre Mondiale, l’Oise est occupée jusqu’à l’offensive de Joffre avec le célèbre épisode des Taxis de la Marne. Le département devient le quartier général du commandement français et le 11 novembre 1918, l’armistice est signé en forêt de Compiègne, dans la clairière de Rethondes dans le célèbre wagon de l’Armistice.

Pendant la seconde guerre mondiale, les Allemand bénéficient d’une grande supériorité technique et militaire. Beauvais est rasée par l’aviation allemande et devient la principale base de lancement des V1 et des V2 allemands à destination de l’Angleterre. Les soldats français se battent à Formerie, Erquinvillers et Noyon, mais les Allemands atteignent Paris le 18 juin.

220px-Ch%C3%A2teau_de_Pierrefonds_vu_depuis_le_Parc dans OiseDans un but de revanche, l’Armistice est signé sur les lieux même de celui de 1918, dans le wagon, à Rethondes. La reconquête par les Anglo-Américains s’effectue ensuite assez rapidement après la retraite allemande de Normandie en 1944. L’Oise est encore une fois particulièrement touchée par les bombardements. Située comme zone tampon entre Paris et le secteur nord de la France, l’Oise a, de tous temps, été une zone stratégique de première importance. C’est l’ultime rempart avant la capitale. Plus précisément, on observe que c’est la vallée de l’Oise à l’Est du département (partie de la « trouée de l’Oise ») qui canalise les principaux combats. L’Histoire fait ainsi ressortir la dualité de l’Oise à la fois « banlieue » de la région parisienne et territoire autonome servant de glacis protecteur de Paris.

Publié dans Oise | Pas de Commentaires »

Histoire du confetti

Posté par francesca7 le 19 novembre 2014

 

220px-Romains_en_Carnaval_1857_-_RecadréÀ l’origine, les confettis jetés au Carnaval étaient des dragées (une confiserie italienne semblable à la dragée). Le mot signifie « dragées » en italien.

Orthographe – Pour le pluriel, l’orthographe italienne confetti a jadis été souvent employée dans la rédaction de textes en français. Cependant, aujourd’hui, le pluriel correct du mot confetti se forme par l’ajout d’un « s » à la fin, car, quand un mot d’origine étrangère est intégré à la langue française, il cesse d’être soumis aux règles grammaticales de son pays d’origine pour être soumis aux règles grammaticales françaises (rapport du Conseil supérieur de la langue française publié dans les documents administratifs du Journal officiel du 6 décembre 1990).

Confettis dragées et boulettes de plâtre

Le lancer de bonbons se pratique toujours au Carnaval, en Allemagne. En France, le jet de confettis-dragées existait jadis dans les fêtes et pas seulement au Carnaval. Comme on peut le voir, par exemple, en 1840, lors de la cérémonie du baptême et de la bénédiction de la cloche paroissiale à Étréchy, commune située près d’Étampes :

« À ce moment, une foule immense entoura la salle du festin où l’on vit pleuvoir une grêle de dragées; la joie était grande sur tous les visages, et l’enthousiasme à son comble. »

La pratique du jet de confettis-dragées durant les fêtes fut cependant abandonnée. L’explication qu’en donne l’abbé Richard dans sa description du Carnaval de Rome en 1770 est la suivante :

« Une sorte de politesse est de jeter des dragées et des confitures sèches aux gens de sa connaissance ou à ceux que l’on veut gratifier de quelque attention. Mais comme ces dragées se perdaient en partie dans la boue ou dans la poussière, on a imaginé d’en faire de très-petites de plâtre et d’amidon, qui sont plus lourdes et plus propres à l’usage auquel on les emploie. C’est une autre espèce de jeu qui a son agrément, surtout quand dans les instants de repos, deux carrosses qui s’en veuillent, se rencontrent et peuvent former un engagement. Il y a une sorte d’adresse à lancer les dragées, et à gagner la victoire dans ces combats. Elle consiste à faire le service promptement, à couvrir son adversaire de dragées, et à n’en point recevoir. »

Une autre explication de l’abandon des dragées est fournie par le Magasin pittoresque en 1836 :

« Confetti. — Au-dessus de la foule, sur les voitures, sur les trottoirs, sur les balcons, on voit presque sans cesse une grêle de petites dragées que les masques envoient aux spectateurs et que les spectateurs leur renvoient. Autrefois c’étaient des dragées fines et exquises. Mais l’usage de ces libéralités étant devenu trop général, et ces libéralités surtout étant devenues des perfidies, on ne se sert plus aujourd’hui que de petites boules de craie ou de plâtre, auxquelles on continue, seulement par extension, à donner le nom de confettis. »

Le nouveau confetti en plâtre fut baptisé à Paris « confetti italien ». Il ne fut jamais utilisé à Paris. On le fabriquait à l’aide d’un entonnoir.Goethe en parle, dans sa description du Carnaval de Rome, auquel il assista en 1787. Sa chambre à Rome donnait sur la via del Corso, ancienne via Flaminia et haut lieu du Carnaval romain. C’est là que se déroulait notamment la fameuse course de chevaux libres clou du Carnaval.

Histoire du confetti dans HUMEUR DES ANCETRES 220px-Lautrec_confetti_%28poster%29_1894Une brochure contre les confettis en papier, parue en 1895 indique une autre recette de confettis italiens :

« Comme les macaronis, les confettis sont d’origine italienne ; à Rome, à Naples, à Nice, on emploie sous le nom de confetti, une préparation mi-sucre et mi-plâtre, formant de petites dragées qui, projetées, se brisent en laissant une poussière inoffensive aussi bien pour la personne atteinte que pour ses vêtements. »

Il existait également des confettis en terre de Pouzzoles et d’autres en amidon.

Le confetti en plâtre exista au Carnaval de Nice. Il est ainsi décrit en 1888 :

Les fêtes commencent par un défilé de chars, masques, mascarades, voitures décorées, et cela au milieu d’une bataille effrénée à laquelle toute la population prend part : la bataille des confettis.

Les confettis sont des boulettes, de plâtre coloriées, de la grosseur d’un petit pois. Celui qui veut prendre part à la bataille emporte avec lui ses munitions et, le visage protégé par un grillage en fil de fer, la tête resserrée par un bonnet, armé d’une petite pelle qui sert à lancer les confettis, se jette bravement dans la mêlée ; alors gare au premier qui l’attaque.

En 1891, parlant aussi du Carnaval de Nice dans un de ses romans, André Theuriet décrit précisément « l’attirail nécessaire pour les batailles de confettis : pelles de fer-blanc, gibecières de coutil, masques de toile métallique. » Dans le même livre on trouve l’expression « aller aux confetti » ou « se voir aux confetti » pour dire : aller à la bataille de confettis, ou : se voir à la bataille de confettis.

Le jet de confettis a été encadré légalement, comme cela apparait en 1884 dans le Règlement général de police municipale de la ville de Paramé, qui n’a pas du être le seul du genre :

ART. 55. — Il est formellement défendu à toutes personnes de tirer dans les rues, places, maisons, cours, jardins, etc., ou par les fenêtres, des armes à feu, fusées, pétards ou autres artifices.

Il est également défendu de vendre et jeter des confettis dans les rues et places de la Ville.

ART. 56. — À l’occasion des fêtes publiques une autorisation spéciale pourra être accordée pour la vente et le jet des confettis ainsi que pour permettre de tirer des pétards et feux d’artifices.

Le confetti en papier apparut au Carnaval de Nice vers 1892 sous le nom de confetti parisiens, ce qui indique bien son origine. Par la suite et durant très longtemps, le confetti en plâtre continua à exister au Carnaval de Nice, parallèlement au confetti en papier. Il fut finalement interdit au début des années 1950.

L’usage « amoureux » des confettis

En Italie, comme le rapporte un ouvrage français publié en 1842, le jet de confettis est utilisé pour approcher les femmes durant le carnaval :

Les confettis, vous diront les Italiens, c’est l’espoir des amants, c’est une invention que le petit dieu Cupidon a léguée aux mortels affligés depuis le jour où les filles des rois ne vont plus laver leur linge à la fontaine. Les confettis, c’est la terreur des maris, la consolation des jeunes et beaux cavaliers, la déclaration à la mode, pendant les jours de carnaval.

Et en effet, voyez ! si la rue est plus blanche dans cet endroit qu’ailleurs, levez la tête, et vous découvrirez que c’est parce qu’il y a deux ou trois jolies femmes au balcon voisin. Mais étrangers, nous ne retirons du carnaval que de la poussière dans les yeux, et des trous dans nos chapeaux, comme le prolétaire ne connaît des tilburys que la boue qu’ils lui envoient; mais le carnaval pour un italien, est une semaine qu’on attend toute l’année, c’est une chose sérieuse comme une conspiration.

220px-Les_confettis%2C_chanson_1895 dans HUMEUR DES ANCETRESCar ce qui manque à l’amour surtout, c’est l’occasion et l’audace ; et pendant ces jours de saturnales, on trouve à la fois occasion et audace; et bien des amours timides qui n’avaient pas eu la hardiesse de se déclarer, peuvent dire, avec une poignée de confettis, ce que leur langue refusait d’avouer dans la crainte d’un échec ; et plus d’une beauté qui aurait eu trop peu d’énergie pour répondre à un aveu, en trouve assez pour répondre à une grêle de confettis. Est-ce un crime défendu par le confesseur et le catéchisme, que de jeter des boules d’amidon ? Où est le mal, sur quel catalogue le péché se trouve-t-il inscrit? — Puis, sans y penser, la main se trompe et l’on prend un bouquet par erreur, et l’ennemi s’en saisit, et au lieu de le mettre dans son arsenal pour le rejeter, il le place à sa boutonnière, et c’est là tout un dialogue qui veut dire : maudits soient les jaloux et les importuns, qui m’empêchent de vous dire combien je vous aime. — Mais maman a beau me l’ordonner, j’ai beau le vouloir moi-même, je ne puis m’en fâcher. — Serai-je assez heureux pour avoir le droit de le croire ? — Recevez ce bouquet comme un gage que je vous pardonne. — Plutôt mourir que de m’en séparer. — Partez, mais revenez, et péchez encore.

Voilà la traduction banale, comme toutes les traductions, du plus charmant dialogue, et le père qui l’entend ne peut s’en fâcher, ce qu’il y a de plus charmant encore. A une des fenêtres du Corso, au premier étage, comme toutes les jolies femmes, pour être plus exposée au feu des batteries des voitures, se trouvait la jeune et belle romaine que nous avons déjà vue, Bianca Teobaldi, un écran de filograme à la main, pour se protéger contre les confettis qui pleuvaient de toute part autour d’elle.

Les confettis paraissent rester très longtemps un moyen privilégié pour nouer un contact amoureux avec des femmes et jeunes filles inconnues en des temps où, en principe, pour pouvoir les aborder, il faut avoir été « présenté » au préalable. Quand, en 1894, Henri de Toulouse-Lautrec dessine une affiche publicitaire pour un fabricant londonien de confettis, il représente une très jolie femme bombardée par ces projectiles lancés par des mains masculines. Les textes qui parlent des confettis dans les années 1890-1910 soulignent que les femmes sont des cibles très recherchées par les hommes durant le Carnaval, et la chanson Les Confettis à son troisième couplet en 1895 parle d’une histoire d’amour qui commence par des confettis et fini par un mariage. Cet usage « amoureux » du confetti a certainement été une raison majeure et inavouée de l’hostilité acharnée de certains envers les confettis, qui, en 1919, déboucha sur son interdiction à Paris sous des prétextes fallacieux d’hygiène et d’économies.

Le confetti moderne en papier

Confetti lors d'un évènement artistiqueOù le confetti en papier que nous connaissons aujourd’hui fut-il inventé ? Il a été avancé en France l’hypothèse que ce fut en 1884 à une fête organisée par la presse de Milan, ou au Carnaval de Pau, vers 1880. C’est ce qui est écrit dans un article conservé dans les dossiers« Actualités Carnaval » à la Bibliothèque historique de la ville de Paris. La réponse à la question de l’origine du confetti actuel parait se trouver en Italie. L’article du Wikipédia italien consacré aux confettis indique que c’est en 1875 que furent adoptées les chutes du papier utilisé pour l’élevage du ver à soie, en remplacement du confetti fait de billes en plâtre. L’idée en reviendrait à l’ingénieur Enrico Mangili, de Crescenzago, dans la province de Milan, qui a commencé à en faire le commerce. Selon certains, l’inventeur du confetti moderne en papier serait le physicien atomiste de Trieste Ettore Fenderl.

La vogue mondiale du confetti en papier commença à Paris au début des années 1890. Les journaux parisiens de ces années-là rapportent qu’elle débuta au Casino de Paris, en décembre 1891, à l’initiative de son administrateur, Monsieur Lué. Son père ingénieur àModane lui aurait fait parvenir les chutes de papier utilisées à cette occasion. Le lancement du nouveau confetti aurait eu lieu au cours d’une fête donnée pour le Carnaval de Paris, alors très grand et qui durait depuis la Saint Martin, le 11 novembre, jusqu’aux Jours Gras en février-mars, avec une reprise pour la Mi-Carême. La paternité du lancement du confetti à Paris est attribuée, sur la partition de la chansonnette « Les Confettis » éditée en 1895, « À Messieurs Borney et Desprez, Innovateur des Confettis Parisiens ».

Initialement chutes de papier perforé utilisé pour l’élevage du ver à soie, le premier confetti en papier était blanc. Il est décrit ainsi par Le Monde illustré, commentant un dessin figurant la bataille de confettis de la journée de la Mi-Carême 1892:

C’est aux bals de l’Opéra que le jeu a commencé, et par une innovation heureuse, au lieu de ces horribles bonbons de plâtre en vogue à Nice et en Italie et qui nécessitent un masque pour préserver le visage, et une housse pour garantir les costumes de leur éclaboussure, imaginez des centaines, des milliers de tout petits pains à cacheter, non collants, enfermés dans un sac, et qui, le sac ouvert, se répandent en neige voltigeante et planent dans l’air comme d’innombrables essaims de papillons blancs.

Le confetti commença à être fabriqué en grande quantité. Paris en exportait y compris à l’étranger. Les commandes comprenaient les couleurs souhaitées. Il fut même fabriqué du confetti doré.

Dès mars 1892, Pierre Véron, dans Le Journal amusant saluait le succès carnavalesque parisien des confettis :

Pour le surplus, comme plaisirs du jour, je ne vois guère dans le bilan que la mi-carême et l’exécution prochaine d’Anastay.

La mi-carême fait, d’année en année, un effort plus opiniâtre pour ressusciter la folie carnavalesque.

Cette fois, il y a cortège officiel avec gardes municipaux et visite à ce pauvre M. Carnot, qu’on met décidément à toutes les sauces. C’est le bœuf gras sans bœuf.

Mais ce qui contribue à égayer les populations plus efficacement que les patronages administratifs, ce sont les confetti. Depuis qu’on a imaginé ces affectueux bombardements, le gamin qui sommeille dans le cœur de tout homme s’est réveillé.

Ne nous en plaignons pas. Cela donne un peu d’animation à ce qui était morne, et c’est encore préférable, comme spectacle, aux échanges de gifles qui se pratiquent à la Chambre.

À ses débuts, le confetti était vendu à Paris au kilogramme ou au verre. L’emploi qui en fut fait avec le serpentin confina à une véritable épopée durant la période 1891-1914 des confettis et serpentins au Carnaval de Paris. Rapportant la journée de la Mi-Carême à Paris, Le Petit Journal écrit que le 21 mars 1895 place de l’Opéra : « On ne songeait qu’à se lancer des confettis par poignées ; le sol en était jonché à ce point qu’on enfonçait dedans jusqu’aux chevilles. »

Selon Edmond de Goncourt, l’usage des confetti à Paris où il est ignoré jusqu’à cette date débute le jour de la Mi-Carême de 1892.

Durant la bataille de confettis, des nuages de poussières s’élèvent au dessus des combattants.

La Préfecture de police de Paris cherche très tôt à circonscrire l’usage des confettis et serpentins. En juin 1893, le Gil Blas débute ainsi son article annonçant l’ouverture de la fête de Neuilly, dite : fête à Neu-Neu, dans la banlieue proche de Paris :

Hier dimanche, beaucoup de monde à l’ouverture de la fête de Neuilly.

Les serpentins, les confetti et les plumes de paon avaient été formellement interdits par la préfecture de police.

Le confetti est interdit au bal de l’Opéra en 1895. Par ailleurs, il semble que sa propagation se soit faite progressivement. Par exemple, c’est seulement en 1897 qu’il apparaît à Melun, ville située à un peu moins d’une soixantaine de kilomètres de Paris par la route.

En 1911, Charles Le Goffic écrit à propos de la vogue du confetti à Paris :

Qui n’a vu, le lendemain du Mardi Gras et de la Mi-Carême, les chaussées couvertes d’une bouillie polychrome de quinze à vingt centimètres d’épaisseur ? Il ne se dépense pas, à Paris, en une seule journée de carnaval et pour peu que le temps soit beau, moins d’un million de kilogramme de ces minuscules projectiles. Quant aux serpentins, il faut renoncer tout de bon à compter les kilomètres et les myriamètres qui s’en déroulent.

En 1899, aux débuts du confetti en papier, on voit le romancier Ernest La Jeunesse utiliser l’expression : « être en confetti », pour parler de personnes en Carnaval couvertes de confettis :

Ils franchirent des hommes et des femmes en confetti qui prenaient des apéritifs moins colorés qu’eux, des cris d’intérieur et des rires en vadrouille de crépuscule, enjambèrent des tables de gaité, entrèrent en une salle isolée du premier.

En 1900 apparaît un néologisme lié aux confettis. Utilisé durant au moins une dizaine d’années, il est aujourd’hui oublié : Confettiste : qui lance des confetti.

La bataille de confettis qui débutait le mardi gras, le jeudi de la Mi-Carême, ne s’achevait que le lendemain matin très tôt. Le journal La Justice, rapportant un fait divers survenu le lendemain du mardi gras 1902, commençait ainsi son article :

La nuit dernière, vers les quatre heures, alors que les derniers confetti étaient jetés sur les boulevards ;

La quantité de confettis utilisés au Carnaval de Paris était telle que quelques heures après la fin des grandes batailles confettistes, l’eau de la Seine à la sortie des égouts parisiens, à Clichy, se métamorphosait subitement en « une immense banquise multicolore ».

Un des hauts lieux des grandes batailles de confettis à Paris était les grands boulevards. Au moment du Carnaval de Paris 1896, Jules Claretie relevait même qu’« au lieu de livres, les libraires des boulevards avaient garni leurs étalages de sacs de confettis ; les rondelles du carnaval chassaient l’in-18 et les in-8, débusquaient les romanciers et les poètes».

En 1907, le peintre tchèque Tavik František Šimon a réalisé un tableau Mi-carême, Paris montrant la bataille parisienne de confettis sous son aspect esthétique : un Pierrot blanc jette des confettis blancs sur deux jeunes filles au milieu d’un vaste espace au sol rendu blanc par les confettis.

En 1913, un journaliste écrit poétiquement, décrivant le Carnaval sur les boulevards :

Le flot compact des promeneurs sur lesquels neigeaient les flocons polychromes des confettis roulait sur les boulevards comme dans un canal illuminé.

Juste après la bataille, les chiffonniers fouillent le tapis de confettis. Comme le rapporte le Gil Blas dans son compte-rendu des fêtes parisiennes de la Mi-Carême 1903 :

A deux heures du matin, des patrouilles de gardiens de la paix repoussaient sur les trottoirs les derniers promeneurs, ne tolérant même pas sur la chaussée les chiffonniers qui, à la lueur d’une lanterne et armés de leurs crochets fouillaient dans l’épais tapis de confettis, à la recherche de la monnaie et des bijoux perdus.

Au cours des premières années de son emploi, à chaque Carnaval de Paris, les journaux relevaient les couleurs de confettis qui avaient été à la mode à cette occasion.

330px-CARAN_DACHE_CONFETTILe 10 mars 1904, jeudi de la Mi-Carême, L’Aurore publie en première page une mise en garde contre le danger des confettis :

Gare aux Confettis.

Aujourd’hui, jour de Mi-Carême, la bataille de confetti va reprendre sur les boulevards. Que les vaillants combattants nous excusent de troubler leurs jeux par de sérieux conseils. Le Bulletin mensuel de l’Œuvre des enfants tuberculeux nous oblige à leur dire que le confetti est un redoutable propagateur du coryza, de la grippe, de la conjonctivite, de la pneumonie et d’une infinité d’autres affections des organes respiratoires. Cela tient évidemment à ce que les petites rondelles de papier teint de couleur suspectes ont été tripotées par des mains plus ou moins propres.

Les médecins constatent chaque année, après les fêtes du Carnaval une recrudescence dans les maladies des yeux, de la gorge et des poumons. Les accidents graves signalés sont nombreux qui ne laissent aucun doute sur leur origine. L’analyse microscopique a révélé, d’ailleurs, dans le confetti, la présence du bacille de la fièvre typhoïde, du microbe de l’influenza, du bacille de la tuberculose et de quantités innombrables de streptocoques, de staphylocoques et autres microbes de nom aussi baroque et non moins dangereux.

Voilà ce que nous tenions à rappeler pour mettre les gens en garde contre un danger trop sérieux. La pluie fera le reste.

La fabrication des confettis en 1911 à Paris

L’Almanach pratique du « Petit Parisien » écrit fin 1911 :

La machine à découper les confetti est une perforeuse à multiples emporte pièce. Mue par la vapeur elle découpe automatiquement de longues bandes de papier de couleur. Les petits blocs de rondelles agglomérées par la pression, tombent dans une espèce de cylindre où tournent des ailettes d’acier, avec une vitesse folle… Les petits blocs, happés, battus, s’éparpillent en mille papillons qui, chassés par le violent courant d’air, s’amoncellent à la sortie du cylindre. Là, un homme les attire avec un râteau et les met en sacs à la pelle.

 

Les confettis sont des projectiles inoffensifs et festifs qu’on lance au moment de certaines fêtes et tout particulièrement durant le carnaval.

Initialement, ce furent des dragées, d’où le nom qui lui est resté, puis des boulettes de plâtre, appelés quelquefois en France confetti italiens, et, enfin, aujourd’hui, des petits morceaux de papier ronds de différentes couleurs. On les retrouve très souvent associés au serpentin, appelé aussi à ses débuts spirale ou spirale-opéra, dont la vogue mondiale commença au Carnaval de Paris 1892.

On ignore où le confetti en papier fut précisément inventé. En revanche, il est certain que son lancement mondial eut lieu au Carnaval de Paris en décembre 1891. On les utilisait jadis au carnaval en quantité bien plus importante qu’aujourd’hui. Les confettis en papier étaient couramment vendus au kilogramme. Il exista aussi autrefois des confettis en papier parfumé.

 

 

Publié dans HUMEUR DES ANCETRES | Pas de Commentaires »

LE MARÉCHAL VAUBAN

Posté par francesca7 le 25 août 2014

 

 
 

 

SA NAISSANCE. SA FAMILLE.

Vauban, avec sa cicatrice ronde sur la joue gauche due à un coup de mousquet reçu lors du siège de Douai[1]. Tableau attribué à Hyacinthe Rigaud.Sébastien Le Prestre de Vauban naquit à Saint-Léger-de-Fourcheret, arrondissement d’Avallon (Yonne), le 15 mai de l’an 1633. Sa famille, du nom de Le Prestre était d’origine nivernaise, et possédait dans la paroisse de Bazoches, en Morvan nivernais, la petite seigneurie de Vauban, dont elle avait pris le nom. Voici, tel qu’il existe sur les registres de la commune, le texte de l’acte de baptême de ce grand homme :

« Le quinzième mai mil six cent trente trois, a esté baptisé Sébastien, fils d’Albin Le Prestre escuyer, et de dame Edmée Corminolt. Le parrain a été maistre Sébastien Clavin, prestre, curé de Cordois; la marraine Judith d’Ehain ; en présence de Georges Bierry. Signé : Clavin, Bierry et Orillard, curé. »

Le père de Vauban, qui n’était qu’un cadet, s’était ruiné dans le service, où il avait laissé le peu de fortune qu’il avait: et la situation très modeste de sa femme n’était pas de nature à modifier cet état de choses. Il y a quelques années, la maison qui vit naître Sébastien Le Prestre était encore à peu près telle qu’elle fût au XVIIe siècle. Elle est aujourd’hui transformée en grange par de regrettables travaux de maçonnerie qui lui ont enlevé tout caractère d’ancienneté. Elle fait face à une petite cour, et se trouve vers l’extrémité de la rue que suit le chemin de Quarré-les-Tombes.. Tel est le berceau de celui qui, plus tard, aimait à se dire le plus pauvre gentilhomme de France. On comprend que, dans de pareilles conditions, l’instruction qu’il reçut fut loin d’être brillante. Elle se borna à quelques notions d’arithmétique, de géométrie, ou plutôt d arpentage. Et c’est avec ce léger bagage, que le jeune Sébastien, ayant atteint sa dix-septième année, et obéissant à je ne sais quelle impulsion secrète et impérieuse, quitta un beau matin sa famille et son pays, traversa à pied une partie de la France et alla prendre du service dans le régiment de Condé qui se trouvait en ce moment sur la frontière des Pays  Bas.

 

CAMPAGNES ET TRAVAUX MILITAIRES

 

illus_bazoches023On était, à cette époque, au beau milieu des troubles de la Fronde. Le prince de Condé, déjà chef d’une faction puissante, négociait, avec l’Espagne, cette fameuse alliance, qui devait en faire, pour la couronne de France, un rebelle si redoutable. C’est dans ce parti que Vauban fit ses premières armes. Il se distingua fort dans l’exécution des fortifications de Clermont en Argonne, et, dès lors, sentit se révéler en lui ces immenses talents, qui devaient en faire un jour le plus célèbre ingénieur que les armées françaises aient produit jusqu’à présent, et que les étrangers nous envient encore, sans avoir pu l’égaler. Dans cette même année (1652), il prit une part active au  de Sainte-Menehould et s’y distingua par une action d’éclat, en passant une rivière à la nage, sous le feu de  l’ennemi. C’est de ce jour que commence, pour Vauban, cette célébrité qui ne fit que grandir sans cesse, pendant sa vie, comme après sa mort, et a fait, de son nom, l’un des plus glorieux des annales militaires.

L’année suivante, en 1653, après avoir brillamment servi, et reçu sa première blessure, dans la campagne qui s’était engagée, il tomba dans une embuscade de l’armée royale, et fut fait prisonnier. Voici en quels termes, un historien fort estimé, M. Camille Rousset rend compte de cet incident, qui, en même temps qu’il montra toute la fière énergie de cette âme d’élite, prouva en quelle haute estime le jeune volontaire de la Fronde était tenu par ses adversaires

« Un jour que Vauban était parti avec trois de ses camarades, ils tombèrent inopinément dans une patrouille de l’armée royale. Ses camarades déjà pris et lui tout prêt de l’être il trouva moyen de se jeter dans un chemin creux, et quand les royaux qui le poursuivaient s’y furent engagés à la file, tout à coup il tourna la tête, les arrêta court, et, tenant en joue leur chef, qui était un lieutenant du régiment de Sainte-Maure, il fit sa capitulation, à savoir qu’il ne serait ni maltraité, ni dépouillé, ni même démonté, de sorte qu’il entra dans le camp royal à cheval, en complet équipage et avec tous les honneurs de là guerre.

L’aventure fit du bruit ; on sut bientôt que le cavalier si avisé n’était autre que le hardi nageur de Saïnte-Menehould. Spirituel et brave, un soldat a deux fois sa réputation faite …»

Mandé par Mazarin, auprès de qui sa réputation était déjà parvenue, Vauban eut avec le cardinal un long entretien, à la suite duquel il fut engagé au service du roi, et envoyé, sous les ordres du plus célèbre ingénieur du temps, le chevalier de Clerville, au second  de Sainte-Menehould, qui fut reprise par les troupes royales, et dont Vauban fut chargé de faire réparer les fortifications.

Les travaux qu’il exécuta, à cette époque, le mirent d’emblée au premier rang des ingénieurs militaires. Dans les années suivantes, il dirigea les s de Stenay, Clermont, Landrecy, Condé, Saint-Guillain et Valenciennes. Dangereusement blessé, devant cette dernière ville, et à Stenay, il n’en continua pas moins de servir et, peu de temps après, il recevait, au  de Montmédy, trois blessures qui mirent ses jours en danger. «  Comme la gazette en parla, dit Fontenelle dans son Eloge de Vauban, on apprit dans son pays ce qu’il était devenu ; car, depuis six ans, qu’il en était parti, il n’y était point retourné et n’avait écrit à personne, et ce fut là la seule manière dont il donna de ses nouvelles. »

Ces brillants succès, qui furent accueillis dans toute la France par un sentiment de surprise et d’admiration, valurent à Vauban le commandement en chef dans les attaques des places de Graveline, d’Ypres, et d’Oudenarde. Il fut occupé, après la paix des Pyrénées, à démolir ou à construire des places, puis, dans la guerre de 1667, il eut la conduite de tous les sièges, que le roi fit en personne, reçut, au  de Donav, un coup de mousquet à la joue, dont il porta toujours la marque glorieuse, que l’habile sculpteur à qui l’on doit la statue de Vauban, à Avallon, a voulu reproduire dans le bronze. En 1668, nous trouvons Vauban occupé à fortifier les places de la Franche Comté, de Flandre et d’Artois. Il est nommé gouverneur de la citadelle de Lille qu’il venait de construire; puis emploie les courts loisirs que lui laisse le traité de paix d’ Aix-la-Chapelle, à achever les fortifications de Flandre, d’Artois, de Provence, de Roussillon et va même jusqu’en Piémont, avec Louvois, pour donner au duc de Savoie des plans et des dessins pour Verue, Verceil et Turin.

Survint la guerre de 1672. Elle ne fut pour Vauban qu’une suite d’actions d’éclat, ou de triomphes dus à son incomparable science d’ingénieur. Le plus célèbre de tous les s qu’il dirigea est incontestablement celui de Maëstricht, en 1673. Ce fut là, dit Fontenelle, qu’il commença à se servir d’une Méthode singulière pour l’attaque des places, qu’il avait imaginée par une longue suite de réflexions et qu’il a depuis toujours pratiquée. Il fit changer de face à cette partie si importante de la guerre. Les fameuses parallèles et les places d’armes parurent au jour. Depuis ce temps, il a toujours inventé sur ce sujet, tantôt les cavaliers de tranchée, tantôt les batteries à ricochet, et il avait porté son art à une telle perfection que, le plus souvent, ce qu’on n’aurait jamais osé espérer devant les places les mieux défendues, il ne perdait pas plus de monde que les assiégés.

« C’était là, ajoute l’auteur que nous venons de citer, c’était là son but principal, la conservation des hommes. Non seulement l’intérêt de la guerre, mais son humanité naturelle les lui rendait chers. Il leur sacrifiait toujours l’éclat d’une conquête plus prompte, et une gloire assez capable de séduire ; et, ce qui est encore plus difficile, quelquefois, il résistait en leur faveur à l’impatience des généraux, et s’exposait aux redoutables discours du courtisan oisif. »

  On ne saurait faire un plus grand éloge de celui qui a été un homme de guerre illustre entre tous. Et ces témoignages de l’histoire donneront toujours à la grandeur de Vauban, un caractère et une élévation tels, que si l’on peut dire que si elle n’a pas encore été atteinte, elle ne sera certainement jamais dépassée.

 Pendant la durée de la paix de Nimègue, Vauban fit le fameux port de Dunkerque, qui est considéré comme son chef d’œuvre, fortifia Strasbourg et Casai, et accomplit d’immenses travaux pour la navigation intérieure.

En 1688, la guerre s’étant rallumée, il fait les sièges de Philisbourg, de Manheim et de Frankendal, prend la place de Mons, en 1691, et l’année suivante devant Namur, conduit le siége de telle sorte, dit un historien du temps, « qu’il prit la place en trente jours de tranchée ouverte, et n’y perdit que 800 hommes, quoiqu’il s’y fut fait cinq actions de vigueur très  considérables ».

Comment suivre, dans les quelques lignes d’une notice biographique, cette existence si remplie, dont chaque jour se compte, pour ainsi dire, par une page glorieuse dans l’histoire ? Mentionnons encore le siége de Charleroy en 1693, la défense de la Basse-Bretagne en 1694 et 1695, le  d’Ath, en 1697, et enfin, le dernier  qu’il conduisit, en 1703, celui du Vieux Brissach, place considérable, qui fut réduite à capituler au bout de treize jours et demi de tranchée ouverte, et qui ne coûta pas 300 hommes.

C’est dans le cours de cette même année que Vauban avait été élevé, contre son gré, à la dignité de maréchal de France. « Ce titre, dit Fontenelle, produisit les inconvénients qu’il avait prévus. Il demeura deux ans inutile, ne pouvant être employé avec des généraux du même rang, et faisant naître des embarras contraires au bien du service. Je l’ai souvent entendu s’en plaindre; il protestait que pour l’intérêt de l’Etat, il aurait foulé aux pieds la dignité avec joie.

En ce qui touche les travaux militaires de Vauban, il nous reste à parier de ses écrits sur l’art de la guerre et des fortifications. L’œuvre qu’il a laissée est immense, admirable ; c’est une création complète en ce qui concerne les travaux d’art, l’attaque et la défense des places fortes, la discipline militaire, les campements, etc… Nous n’avons ni la compétence, ni la place nécessaire pour analyser et nous étendre davantage sur ces travaux, qui, par leur méthode et leur clarté, séduisent et attachent les esprits même les plus étrangers à cette science. Qu’il nous soit permis cependant d’insister quelque peu sur un Mémoire présenté au roi par Vauban, mémoire auquel nos derniers désastres ne donnent que malheureusement trop d’actualité.

Il est intitulé : « L’importance dont Paris est à la France  et le soin que l’on doit prendre de sa conservation. »

Vauban demande que l’on fortifie Paris, par l’exécution de travaux de défense et d’approvisionnements, tels que cette ville devienne imprenable en cas d’invasion. « Paris capitale de la France, dit-il est le vrai cœur du royaume, la mère commune des Français, et l’abrégé de la France, par qui tous les peuples de ce grand Etat subsistent, et de qui le royaume ne saurait se passer sans déchoir considérablement de sa grandeur. »

Ne dirait-on  pas que ces lignes ont été écrites de nos jours, pour servir de leçon à certains gens ? Mais continuons :

LE MARÉCHAL VAUBAN dans FONDATEURS - PATRIMOINE 170px-Conduite_des_sieges« On ne saurait, ajoute-t-il, avoir trop d’égards pour Paris, ni trop prendre de précautions pour le conserver, d’autant plus que si l’ennemi avait forcé nos frontières, battu et dissipé nos armées, et enfin pénétré le dedans du royaume ce qui est très difficile, je l’avoue, mais non pas impossible, il ne faut pas douter qu’il ne fît tous ses efforts pour se rendre maître de cette capitale, ou du moins la ruiner de fond en comble. L’usage des bombes s’est rendu si familier et si terrible dans ces derniers temps, que l’on peut le considérer comme un moyen très sûr pour la réduire à tout ce que l’ennemi voudra avec une armée assez médiocre, toutes les fois qu’il ne sera question que de se mettre à portée de la bombarder. Or, il est très visible que ce malheur serait l’un des plus grands qui peut jamais arriver à ce royaume, et que, quelque-chose que l’on fût faire pour le rétablir, il ne s’en relèverait de longtemps et peut-être jamais.

J’avoue que le zèle de la patrie et le bien de l’Etat m’y a fait souvent songer. »

 N’y a-t-il pas dans ces lignes écrites, il y a plus de deux siècles et demi, et que l’on dirait d’hier, dans ces lignes qu’on ne peut lire aujourd’hui sans une poignante émotion, n’y a-t-il pas là comme une intuition de l’avenir, comme de secrets pressentiments, qui seuls peuvent expliquer, au milieu des grandeurs et des triomphes, les tristesses et les anxiétés qui tourmentaient l’âme du grand patriote?

En même- temps qu’il trace les plans destinés à pourvoir à la sûreté de la grande ville, à la garnir de munitions de guerre et de magasins de poudre, Vauban songe à la création de cases et magasins à blé. Pour lui, l’utilité de ces établissements ne se fait pas sentir seulement pour les temps de guerre; elle existe aussi et surtout, pour les temps de paix. Ici, comme dans toutes les œuvres de Vauban, nous retrouvons la marque de sa constante sollicitude pour les pauvres. L’auteur de la Dîme royale et de tant de projets de réforme, inspirés par un profond amour du peuple, se révèle tout entier dans ces quelques ligues :

Ces précautions (emmagasinage de blé, de légumes et d avoine) seraient d’autant plus utiles que, dans les chères années, le peuple à qui l’on pourrait vendre de ces grains à un prix modique s’en trouverait soulagé, et qu’aux environs de Paris, à quarante lieues à la ronde, et le long des rivières navigables, les blés s’y vendraient toujours à un prix raisonnable, dans le temps que la grande abondance les fait donner à vil prix, à cause des remplacements à faire dans les magasins ; ainsi les fermiers seraient mieux en état de payer leurs maîtres qui perdraient moins sur leurs fermes, et le pauvre peuple se trouverait soulagé dans ses misères. »

Cette pensée si touchante, qui vient d’une façon si simple et si spontanée sous la plume de l’homme de guerre, dans le cours même d’un travail où il semblerait devoir être complètement absorbé par un ordre d’idées bien différent, cette pensée nous sert de transition toute naturelle pour passer de Vauban, grand général et grand ingénieur à Vauban, grand économiste et grand réformateur.

SOURCE : texte signé : EM. G.   Almanach Historique et Statistique de l’Yonne- édition de l’année 1874- 

Publié dans FONDATEURS - PATRIMOINE | Pas de Commentaires »

Musée de la Guerre de 1870 et de l’Annexion

Posté par francesca7 le 22 juin 2014

 

Un musée d’histoire racontant la guerre de 1870, ses causes et ses conséquences, un musée utilisant les techniques de la muséographie d’aujourd’hui, en particulier l’audiovisuel et le multimédia, un musée tête de pont de la découverte des champs de bataille et des nombreux monuments qui s’y trouvent ! Un musée de portée internationale, entièrement bilingue et plus ! 

Histoire du musée 
 
Les combats autour de Metz d’août 1870 ont été certainement les plus violents de la guerre et marquèrent les esprits, tant en France qu’en Allemagne. En 1875, un musée est aménagé par un particulier sur l’un des lieux emblématiques des combats téléchargement: Gravelotte. En 1905, la Halle du Souvenir, le plus important monument commémoratif de la guerre, est inauguré par l’empereur Guillaume II. Après la Première Guerre mondiale, le musée devient communal. Il est reconstruit en 1958, l’ancien bâtiment ayant été bombardé en 1944. 

Un nouveau musée

A l’aube du nouveau siècle, avec l’accord de la commune de Gravelotte, le Département de la Moselle reprend en charge le musée afin de développer un nouveau projet. 
En 2009, le concours de maîtrise d’œuvre du musée est gagné par l’équipe de l’architecte Bruno Mader, Pierre Verger étant le muséographe. C’est le parti pris architectural fort qui a notamment retenu l’attention du jury.

I l exprime en effet différents états et sentiments liés à la guerre : la « tension », traduite par l’utilisation du cuivre patiné en façade, et la « destruction » évoquée par des « déchirures », visibles en toiture et au plafond du hall d’accueil, dramatisent l’espace. Le Conseil Général a prévu de consacrer à ce projet une enveloppe globale de 8,6 M €. 36 mois de travaux ont été nécessaires pour mener cette opération d’envergure…

Informations pratiques

Ouverture du musée
Du 16 janvier au 31 mars et du 16 novembre au 14 décembre : du mardi au dimanche de 14 h à 18 h
Du 1er avril au 15 novembre : du mardi au dimanche de 14 h à 18 h et de 10 h à 12 h pour les groupes sur réservation 

Fermeture annuelle : du 15 décembre au 15 janvier ; 1er mai. 

 

Publié dans Moselle, MUSEES de FRANCE | Pas de Commentaires »

Les Grands Sites de Moselle

Posté par francesca7 le 18 mai 2014

Côté visites et découvertes, les Grands Sites de Moselle regroupent 18 sites patrimoniaux sélectionnés pour leur diversité et leur patrimoine remarquable ainsi que la qualité de leur accueil et de leurs visites, en particulier celles pour les enfants. 

Découvrir les Grands Sites de Moselle : 20 sites patrimoniaux ont été soigneusement sélectionnés par Moselle Tourisme pour leur diversité et leur patrimoine remarquable. Par le biais de la charte de qualité, ils s’engagent à réserver le meilleur accueil à leurs visiteurs et en particulier aux enfants en proposant des visites adaptées et de nombreuses animations.

280px-Chevalement_Mine_AumetzLA MINE WENDEL

Initialement découvert en Sarre, le gisement houiller Sarrois-Lorrain fut exploité côté français à partir de 1856 à Petite-Rosselle, en Moselle. La concession est tenue par Charles de Wendel et James Georges Tom Hainguerlot. La famille de Wendel était alors à la tête de l’empire sidérurgique français.

 

Le musée du carreau Wendel « La Mine » est implanté sur deux sites voisins, le carreau Wendel et le carreau Vuillemin situé à Petite-Rosselle, en Lorraine. Ces deux fossesappartenaient, avant la nationalisation de 1946, à la Compagnie des houillères de Petite-Rosselle. Même si ils étaient voisins, ces deux sièges d’extractions exploitaient deux gisements différents séparés par une faille. Il est actuellement le site charbonnier le plus complet conservé en France.

La mine, musée du carreau Wendel bénéficie du label officiel français Musée de France et fait partie du réseau des Grands Sites de Moselle.

Durant sept ans de 2005 à 2011, fin aout, aux pieds du puits Vuillemin ont eu lieu les représentations du spectacle son et lumières Les Enfants du Charbon écrit par Sylvie Dervaux qui en assure également la mise en scène et la direction artistique . 300 figurants et techniciens bénévoles ont participé au montage et à l’interprétation des 27 tableaux du spectacle, servit par une technique impressionnante  : projection d’images et de vidéos monumentales, lasers couleurs de grandes puissances, effets pyrotechniques et bruitages impressionnants. Cet évènement recevra ainsi plus de 100 000 spectateurs transfrontaliers attirant également un public d’autres régions de France 

PARC ARCHEOLOGIQUE DE BLIESBRUCK REINHEIM

Les vestiges exhumés dans la vallée de la Blies, entre les villages de Bliesbruck (Moselle) et de Reinheim (Sarre) témoignent d’une activité qui remonte à l’Age du bronze et s’est poursuivi jusqu’au Vème siècle de notre ère. Des campagnes de fouilles et des recherches s’y déroulent année après année. A Bliesbruck, vous découvrirez les vestiges bien conservés d’une ville gallo-romaine, à vocation artisanale. Les thermes publics présentés sous leur pavillon muséal et le quartier artisanal ouest constituent un parcours muséographique qui révèle la vie quotidienne des habitants. Une boulangerie et poterie reconstituées abritent des animations. A Reinheim, on voit les vestiges d’une grande ville gallo-romaine et la reconstruction d’une nécropole gauloise. L’un de ces 3 tertres funéraires abrite la tombe de la « Princesse de Reinheim » ( 4° siècle avant JC) avec ses somptueux bijoux et offrandes, chefs d’œuvres de l’art celtique. La reconstitution émouvante de la tombe de la « Princesse de Reinheim », aristocrate gauloise, et la mise en valeur des vestiges d’une ville et d’une villa gallo-romaine restituent la vie quotidienne des Gaulois et des Romains.

ECOMUSEE DES MINES DE FER DE LORRAINE

A Neufchef, découvrez l’histoire de l’extraction du minerai de fer lorrain au cours de visites guidées par d’anciens mineurs dans de véritables galeries de mines de fer.

La création de cet écomusée est née de la volonté de préserver le patrimoine industriel riche de la Moselle. En effet, depuis 1970 les mines en activités du bassin ferrifère lorrain disparaissent les unes après les autres.

Logo des Grands Sites de MoselleEn 1983, la commune de Neufchef décide de créer le musée des mines de fer de Lorraine. L’objectif est de représenter l’histoire de l’extraction du minerai de fer, de ses origines à nos jours, dans le cadre du monde souterrain de la mine. Les documents, les archives, et les objets miniers sont également présentés au public.

Le musée est décomposé en deux sites : celui de Neufchef et celui d’Aumetz.

L’ensemble des installations est ouvert depuis le 30 juin 1989. Le musée bénéficie du label officiel français Musée de France et fait partie du réseau des Grands sites de Moselle.

Le site de Neufchef offre un parcours souterrain de 1,5 km de véritables galeries retraçant le travail des mineurs de fer lorrains de 1820 à nos jours selon trois grandes époques : la mine ancienne, la mine à air comprimé et la mine moderne. La visite se déroule accompagnée d’un guide, ancien mineur. La projection d’un film présente l’histoire des mines de fer de Lorraine et la visite se poursuit par une première salle retraçant l’histoire du fer, de la géologie et de la sidérurgie à l’aide de maquettes interactives. Une seconde salle évoque le métier de mineur en présentant les différentes tâches de la profession. Une troisième et dernière salle évoque la vie sociale et familiale des mineurs dans les années 1950 à l’aide de scènes reconstituées.

 

LE SIMSERHOF – OUVRAGE DE LA LIGNE MAGINOT

Le Simserhof offre aujourd’hui une impressionnante vision de la ligne Maginot. Tout au long d’un parcours spectacle inédit, effets spéciaux saisissants, projections cinématographiques multiples, restitueront le quotidien des 876 hommes de l’ouvrage et l’intensité des combats de 1940. Cette approche moderne et spectaculaire se prolonge par la visite guidée à pied du casernement, à 30 mètres sous terre. Vous y découvrirez les espaces de vie de l’équipage, l’usine électrique, l’infirmerie ainsi qu’une chambre de tir.

C’est un gros ouvrage d’artillerie, comptant dix blocs. Construit de 1929 à 1936, l’ouvrage a été épargné par les combats de juin 1940, mais pas par ceux de novembre 1944. Ce projet du colonel Frossard prévoit la construction d’un fort concentré de 5 blocs distants de 50 mètres en moyenne l’un de l’autre. L’ouvrage doit être entouré d’un fossé antichar avec des coffres de défense. L’entrée doit être édifiée dans un ravin arrière, avec une voie ferrée étroite (voie de 60).

120px-Schorbach_290405Ce projet est examiné le 1er juillet 1929 par les généraux de la Commission d’organisation des régions fortifiées et de nombreuses objections sont formulées : ce projet nécessite de grands déboisements et la structure dispose d’un champ de tir insuffisant (les pentes trop fortes vers les vallées profondes de Schorbach et de la Horn sont mal battues par les canons de 75 mm ; la défense rapprochée manque de champ de tir vers la droite (est) et en avant (nord) ce qui provoque des angles morts exploitables par l’assaillant). Ce projet est rejeté et le 8 juillet 1929, une reconnaissance est effectuée sur le terrain pour trouver une solution à la construction de cette forteresse.

Novembre 1944 : L’ouvrage du Simserhof sert de stock de torpilles, pendant l’occupation. Fin novembre 1944, les Alliés (7th Army du général Alexander Patch) se heurtent à la résistance des Allemands, dans la région et à partir du 15 novembre, la 100th Division prend d’assaut le Simserhof.

Le bloc 5 du Simserhof est lourdement touché. Les Allemands abandonnent le Simserhof indéfendable, par une sortie de secours après avoir piégé les installations, dans la nuit du 19 au 20 novembre. Les troupes alliées occupent l’ouvrage mais dans les premiers jours de l’année 1945, Hitler lance sa contre-offensive l’opération Nordwind et les Américains sont contraints de quitter le fort. Le 15 mars 1945, les Américains reviennent, mais les Allemands ne peuvent utiliser le Simserhof.

Bitche est définitivement libérée le 16 mars.

Le Simserhof, membre du réseau des Grands Sites de Moselle est aujourd’hui ouvert au public.

 

CHEMIN DE FER FORESTIER ABRESCHVILLER

Construit en 1885 pour l’exploitation du bois, le chemin de fer forestier s’est mis au service du tourisme en 1968 avec un circuit touristique en train à vapeur, dans les forêts du massif du Donon, le long de la Sarre rouge. Vous embarquerez pour 1h30 de nature à pleins poumons, puis vous visiterez une authentique scierie à haut-fer au hameau de Grand-Soldat.

L’origine de la ligne remonte à l’année 1884, lorsque l’administration forestière allemande construit un premier tronçon de 5 km remontant le ruisseau d’Abreschviller, et fait le choix d’un écartement de 0,70 m utilisé par les chemins de fer militaires de la Prusse. La ligne, qui fait 13 km en 1888, va connaître un développement rapide en 1892. Le 30 mars 1892 en effet, une forte tempête dévaste le massif forestier ; l’administration allemande réagit rapidement puisqu’elle construit en 4 mois quelque 35 km de ligne et complète ce réseau par des infrastructures de maintenance à Abreschviller. La ligne connaît un premier déclin lorsqu’à la fin de l’exploitation du bois de la tempête, une partie de la voie est démontée et le surplus de Abreschviller Train forestier4.JPGmatériel ferroviaire vendu, mais en 1902 une nouvelle tempête incite l’administration forestière à reprendre l’extension du réseau. De 50 km en 1918, il atteint un linéaire de 73 km à son apogée en 1939. Après la guerre 1939-1945, le chemin de fer va décliner du fait de l’extension du réseau routier et de l’apparition d’un matériel d’exploitation routier performant. En 1960 le réseau à déjà perdu une quinzaine de kilomètres pour, le démontage se poursuivant, ne plus compter que 40 km en 1964 ; finalement, en 1966, avec l’arrêt de l’exploitation du bois, le chemin de fer cessera de fonctionner, 75 ans après sa création.

 

GROS OUVRAGE MAGINOT DU HACKENBERG

Pour Le géant de la ligne Maginot possède 10 km de galeries et 17 blocs de combat répartis sur 1,6 km². Vous y découvrez, les installations d’époque présentées en état de marche, de la centrale électrique à la tourelle d’artillerie en passant par le magasin à munitions, la caserne avec ses cuisines et son infirmerie reconstituées à l’identique. Les longs trajets dans le fort s’effectuent en visite guidée avec un petit train électrique d’époque. Un circuit pédestre balisé permet de découvrir l’ensemble du site à l’extérieur.

L’ouvrage est composé en surface de dix-sept blocs de combat, répartis en deux ailes (demi-ouvrages) de part et d’autre du relief, et de deux blocs d’entrée, avec en souterrain des magasins à munitions (un M 1 et plusieurs M 2), une usine (avec quatre groupes électrogènes SGCM de 350 chevaux) et une caserne, le tout relié par des galeries profondément enterrées. Ces galeries mesurent 10 kilomètres, répartis sur 160 hectares ; elles sont construites au minimum à 30 mètres de profondeur pour les protéger des bombardements.

La construction de l’ouvrage s’est étalée entre 1929 et 1935. Après l’entrée en guerre de la France, l’ouvrage est considéré comme le symbole de la ligne Maginot et fut visité, entre autres, par le premier ministre britannique Winston Churchill et le roi George VI du Royaume-Uni.

Les forces armées allemandes ayant contourné la ligne Maginot en passant par la Belgique, les troupes d’intervalle doivent battre en retraite vers le sud à partir du 13 juin 1940, laissant les équipages des ouvrages encerclés. Mais les Allemands ne tentent rien contre l’ouvrage, qui peut soutenir ses voisins : notamment les tirs du bloc 5 sur des objectifs près de Dalstein le 22 juin (attaques allemandes avortées contre le Michelsberg et le Mont-des-Welches). Le fort reste sous domination française, après la signature de l’armistice du 22 juin 1940 appliqué à partir du 25, jusqu’à l’évacuation par la majorité de l’équipage, désormais prisonnière de guerre, le 4 juillet (un groupe de 54 hommes restent au service des Allemands pour l’entretien et expliquer le fonctionnement).

Durant l’Occupation, les Allemands installent en 1943 une usine dans les installations souterraines, où travaillent des déportés et des prisonniers soviétiques. En 1944, les troupes allemandes occupent partiellement l’ouvrage, notamment le bloc 8 qui couvre la Moselle avec ses trois canons en casemate de 75 mm. Le 15 novembre 1944, les Américains de la 90th IDsont repoussés par les tirs du bloc (les canons sont servis par des éléments de la 19. VGD) ; le bloc est neutralisé le 16 par un canon automoteur de 155 mm qui perce la façade, avant que l’ouvrage ne soit occupé le 19.

 

PARC ANIMALIER DE SAINTE-CROIX

Le parc animalier de Sainte-Croix est le 1er parc de faune européenne en France avec 250 000 visiteurs par an. Situé au cœur du parc naturel régional de Lorraine à Rhodes , il a été créé en 1980 par Gérald Singer.

200px-LOUPS_ARCTIQUES_-_Parc_Ste_Croix_-_Jean_LavergneCe sont maintenant ses enfants, deux frères, Laurent et Pierre, qui ont repris le flambeau et assurent la pérennité du Parc.

Couvrant une superficie de 120 hectares, le Parc Animalier de Sainte-Croix est un lieu de découverte de la faune européenne et de la biodiversité mondiale. 3 sentiers mènent à la rencontre de plus de 1 500 animaux issus de 100 espèces vivant en semi-liberté, notamment des cerfs, des ours, des lynx, des bisons, plusieurs meutes de loups d’Europe et de loups arctiques, des lémuriens, des vautours…

Le parc est membre du réseau des Grands Sites de Moselle

plus de 1 500 animaux de la faune européenne (loups, cerfs, ours, lynx…) sur 120 hectares visitables. Sans oublier la ferme et la Maison de la Nature, 1 000 m2 dédiés à la nature et à la maison écologique (le mur de la terre, le totem de la biodiversité, les espaces d’exposition…).

En 2010, le Parc Animalier de Sainte-Croix a créé une nouvelle offre d’hébergements insolites unique en France et Europe « dormir au cœur d’un grand Parc Animalier, au plus près de la Nature et des animaux »

En 2013, le Parc compte 13 hébergements insolites, tels que les yourtes, la cabane de Trappeur, les cabanes perchées dans les arbres, la tanière ou encore les Lodge Serengeti.

Agriculteur et passionné par la faune de nos régions, Gérald Singer a voulu faire partager au plus grand nombre son amour de la nature en convertissant ses terres agricoles en un parc animalier. Le Parc avant tout un lieu pour apprendre à connaître la faune européenne souvent mal connue. Le Parc s’est ouvert aux écoles pour faire découvrir aux enfants cette richesse. Chaque année, ce sont plus de 30 000 scolaires qui viennent visiter le Parc avec leur école

 

Publié dans Moselle | Pas de Commentaires »

Les châteaux de la Loire

Posté par francesca7 le 15 mai 2014

 

Château de Cheverny

Château de Cheverny

Avant de se couvrir de magnifiques et luxueux châteaux de plaisance bâtis par les rois de France et leurs courtisans, la région comptait nombre de donjons et forteresses réputés imprenables. Mais rares sont ceux qui ont gardé intacte leur architecture d’origine : du Moyen Âge au 19 e s., il y en a donc pour tous les goûts…

Des donjons…

À l’ époque mérovingienne , les forteresses rurales résultent souvent de la mise en défense d’anciennes villaegallo-romaines ou de la réoccupation de sites de hauteur (Loches, Chinon). Ce type de construction subsiste sous les Carolingiens, mais la menace normande entraîne une vague de fortification.

Le château à motte (10 e s.) est une tour de bois de plan quadrangulaire bâtie au sommet d’une levée de terre, entourée d’une palissade et précédée d’un fossé. Le seigneur, sa famille, le chapelain et quelques gardes habitaient la tour. Dans les maisons de la basse-cour (délimitée par un fossé et par une levée de terre surmontée d’une palissade) vivaient la garnison, les artisans, les valets ; étables, écuries, granges, fours et parfois un oratoire venaient s’y ajouter. La reconstitution de St-Sylvain-d’Anjou permet de se faire une excellente idée de ce qu’étaient ces premiers châteaux. Le 11 e s. voit apparaître les premiers châteaux en maçonnerie. Les donjons de Loches, de Langeais, de Montbazon, de Chinon (Coudray), de Beaugency en sont de remarquables spécimens. La rivalité des comtes de Blois et d’Anjou a multiplié les constructions de donjons en pierre dans la région. Le comte d’Anjou Foulques Nerra en a été un grand bâtisseur. Le donjon du 12 e s.domine une basse-cour protégée par une enceinte extérieure en pierre, progressivement flanquée de tours et de tourelles.

… aux châteaux forts

Au 13 e s. , sous l’influence des croisades et du perfectionnement des techniques d’attaque, d’importantes innovations apparaissent. Le château se rétrécit et multiplie les organes défensifs en s’efforçant de supprimer les angles morts. L’enceinte se hérisse de tours, et le donjon est étroitement incorporé à l’ensemble. Donjons et tours adoptent un plan circulaire. La base des murs s’élargit ; la profondeur et la largeur des fossés augmentent ; les dispositifs de tir s’améliorent : archères de type nouveau, mâchicoulis en pierre, plates-formes, bretèches, etc.

Les églises et les monastères, les villes et certains villages n’ont pas échappé au mouvement général de fortification, surtout pendant la guerre de Cent Ans.

Sur le plan militaire, le 14 e s. apporte des améliorations de détail : le donjon s’engage dans la masse des bâtiments ; parfois il disparaît, l’ensemble se réduisant alors à un grand corps de logis rectangulaire défendu par de grosses tours d’angle. L’entrée, ouverte entre deux tours semi-circulaires, est protégée par un ouvrage avancé (barbacane) ou par un châtelet autonome. Les courtines se haussent désormais jusqu’à la hauteur des tours.

Au 15 e s. , un toit pointu, en poivrière, coiffe le dernier étage. Vers le milieu du siècle, l’artillerie royale devient la première du monde. Aucune forteresse ne résiste à la bombarde et l’architecture militaire subit une complète transformation : les tours deviennent des bastions bas et très épais, les courtines s’abaissent et s’élargissent jusqu’à 12 m d’épaisseur.

La région présente un cas assez exceptionnel avec le château de Brézé. Un remarquable ensemble troglodytique, protégé par de profondes douves sèches, a été créé au 15 e s. pour accueillir une garnison de 500 hommes. Il a été utilisé par les troupes du Grand Condé.

Palais Renaissance

Au 16 e s. , les préoccupations esthé­tiques et de bien-être atténuent l’aspect militaire des châteaux. Fossés, donjons, tourelles ne sont conservés qu’à des fins de prestige. Le toit très aigu, hérissé de cheminées sculptées, couvre des combles spacieux, éclairés par de hautes lucarnes monumentales. Alors qu’auparavant on réduisait les ouvertures, points vulnérables par excellence, les fenêtres se font désormais larges et sont encadrées de pilastres.

L’escalier monumental à rampes droites, voûté en caissons et axé au centre de la façade, se substitue à la tourelle d’un escalier à vis masqué. Les artistes italiens en créent de nouveaux modèles, à vis superposées (Chambord), à volées droites et plafonds à caissons (Chenonceau, Azay-le-Rideau, Poncé).

Dans la vaste cour d’honneur, une galerie – nouveauté venue d’Italie à la fin du 15 e s. – apporte une touche d’élégance. Seule construction tradition­nelle, la chapelle continue à utiliser la voûte d’ogives et le décor flamboyant. L’apport italien apparaît surtout dans l’ornementation en faible relief.

Plutôt que de modifier leur précédent château, certains propriétaires ont fait le choix de juxtaposer des ailes aux façades très différentes. C’est en particulier le cas aux châteaux de Blois et du Lude.

À la façade extérieure François I er du château de Blois, Dominique de Cortone (1470-1549), dit le Boccador (« Bouche d’Or »), a cherché à imiter la « travée rythmique », alternance de baies, de niches et de pilastres, inventée par Bramante. À Chambord et au Lude, le décor s’épure sous l’impulsion de maîtres locaux, tel Pierre Trinqueau.

Du classique 17e s. aux fantaisies du 19e s.

Après le départ de la Cour pour l’Île-de-France, de hauts personnages continuent d’élever de beaux édifices, comme le château de Brissac (ajouts du 17 e s. sur une forteresse médiévale), marqué par l’alternance des matériaux, ou la ville et le château de Richelieu (détruit), qui annoncent Versailles. Les artistes viennent désormais de Paris. Cheverny est l’exemple même de la belle demeure classique, assez sévère extérieurement, avec une symétrie rigoureuse. Citons aussi l’aile Gaston-d’Orléans du château de Blois, le château de Craon.

Le 19 e s. est une période particulière­ment propice à la construction de châteaux tant dans les Pays-de-la-Loire qu’en Sologne : les classes dirigeantes s’y font bâtir ou rebâtir châteaux et manoirs, autour desquels elles viennent chasser.

Néo-Renaissance, néogothique, néoclassique ou totales réinterprétations sont les styles adoptés pour ces milliers de constructions, au confort plus adapté à la vie moderne, ce qui explique que beaucoup restent habitées aujourd’hui.

240px-Chateaudes_Reaux

Château des Réaux

 

L’expression châteaux de la Loire regroupe sous une même appellation un ensemble de châteaux français situés dans le val de Loire. Ils ont la particularité d’avoir été, pour la plupart, bâtis ou fortement remaniés à la Renaissance française, à une époque où la cour des rois de France était installée dans cette région.

La notion de châteaux de la Loire revêt principalement une acception touristique, liée à cette exceptionnelle densité de monuments à visiter. Il n’existe ainsi aucune liste exhaustive des châteaux dits « de la Loire ». Ils sont généralement circonscrits aux anciennes provinces d’Anjou, de Touraine et d’Orléanais, mais certains auteurs étendent le domaine des châteaux de la Loire jusqu’aux portes de Nantes, dans l’ancienne province de Bretagne, et d’autres jusqu’à Nevers.

 

Publié dans CHATEAUX DE FRANCE | Pas de Commentaires »

Les fondeurs de cloches du XIV et XV siècles

Posté par francesca7 le 10 mai 2014

Image illustrative de l'article Hérépian

Le plus ancien nom, qui se présente à nous comme celui d’un Lorrain fondeur de cloches, se lisait sur la célèbre ban­cloche de Toul, faite en 1396 ; elle nous apprenait elle-mème , dans son inscription rimée , qu’elle avait été « ici assise par maistre GUILLAUME POITRAS, du bourg Sainte-Marie ». Les chroniques messines fournissent les noms de plusieurs des fondeurs qui travaillèrent pour la sonnerie de la cathédrale dans le XV° siècle; la fameuse Mutte fut refondue en 1428 par « maistre Jehan De Guerle et maistre Jehan De Lucembourg ». La cloche Marie la plus grosse de celles qui appartenaient au chapitre, le fut, en 1438, « par maître ANTOINE, maistre des bombardes de Metz, gui estoit borgne »; cette cloche fut refaite en 1541 et 1665. Son créateur est-il le même que maistre Antoine d’Estain , dont nous verrons bientôt le nom? Nous ne saurions le dire.

240px-Ancienen_fonderie_granier

La Mutte fut refondue en 1442, par LOUIS DE HAMELLE (alias Hamaille, Hamalles Ganalle), de Liège, « ancètre sans doute, dit M. Bégin , des Duhamel qui florissaient à Metz dans le siècle dernier…; il était maître des bombardes ou de l’artillerie de Metz ». Dès l’année suivante, 1443, cette cloche dut être refaite par « maistre ANTHOINE D’ESTAIN » (Étain ?) elle le fut encore en 1459, par « maistre ARNOULD DE ‘COBELANCH (Coblentz?) et maistre TILLEMONT DE HOCHEMBERG », tous deux , croit-on, Alsaciens , et le second, tout au moins, originaire de Strasbourg. Nouvelle refonte eut lieu en 1479 ; un chroniqueur appelle l’ouvrier qui la fit : « JEHAN RAMBERT DANNEUVRE », et un autre, « JEHAN LAMBERT D’ANVERS ». Ou peut affirmer qu’il s’agit de JEAN LAMBERT de Deneuvre, qui fondit, en 1502 ou 1503 , la grosse cloche de l’église Saint­ Epvre de Nancy, puis, en 1508, les autres cloches de la même église. Nous retrouverons, en 1683, un Jean Lambert, fondeur à Doncourt, qui pourrait bien être l’un de ses descendants ; mais nous aimons surtout à lui rattacher un Didier Lambert qui, peu après cette époque, travailla pour l’Italie, ainsi que deux autres fondeurs lorrains dont M. E. Müntz nous révèle les noms.

Par M. LÉON GERMAIN, Membre titulaire. Mémoires de la Société des lettres sciences et arts de Bar le Duc 1887. 1. 2e sér. T. 6

 

 

Publié dans CLOCHES de FRANCE | Pas de Commentaires »

Avallon et sa vallée des merveilles

Posté par francesca7 le 31 décembre 2013

660px-Panorama-Avallon-3

 

Avallon, perché sur un promontoire granitique isolé entre deux ravins, occupe un site pittoresque au-dessus de la vallée du Cousin. La ville ne manque pas d’attraits avec sa ceinture murée, ses jardins et ses maisons anciennes. C’est aussi un excellent point de départ pour la visite de l’Avallonnais et du Morvan.

On a retrouvé sur une monnaie celte, le nom gravé d’Aballo, qui peut être rapproché du mot saxon signifiant « pomme » : Apfel, apple. 

8617 Avalonnais qui ont adopté Vauban (né à St Léger) comme un des leurs : sa statue par Bartholdi trône au bout de la promenade des Terreaux. 

Puissamment fortifié, Avallon devint au Moyen Age une des « clés » de la Bourgogne. En 1432, alors que Philippe le Bon se trouve en Flandre, Jacques d’Espailly, surnommé Forte-épice, parvient à la tête d’une bande d’aventuriers du Nivernais, à se rendre maître des châteaux de la basse Bourgogne. Il va même jusqu’à menacer Dijon. Les Avallonnais, tranquilles dans leurs murailles, dorment sans inquiétudes quand, par une nuit de décembre, Forte épice surprend la garde, escalade les remparts, et enlève la ville. Le duc de Bourgogne, alerté, revient en hâte. Il fait diriger une « bombarde » contre la cité ; les boulets de pierre ouvrent dans la muraille une large brèche par laquelle se précipite l’armée bourguignonne. Mais l’assaut est repoussé. Exaspéré, Philippe le Bon envoie chercher chevaliers et arbalétriers. Forte épice se sachant perdu disparaît par une des poternes qui ouvrent sur la rivière, abandonnant ses compagnons dans sa fuite.

 Avallon et sa vallée des merveilles dans Morvan 320px-Avallon_003

Une ville fortifiée – le tour des remparts.

Depuis l’hôpital, bâtiment du début du 18ème siècle, suivre la rue Fontaine Neuve dominée par la tour des Vaudois ; le bastion de la Côte Gally surplombe un terre-plein propice à la promenade, au-dessus du ravin du ru Poto. Par la rue du Fort Mahon, on rejoint le bastion de la Petite Porte, après la tour du Chaître (1454) et la tour Gaujard. En suivant en contre-haut le ravin des Minimes, on voit la tour de l’Escharguer – bien conservée – puis la tour Beurdelaine, la plus ancienne, construite en 1404, par Jean sans Peur, renforcée en 1590 par un bastion couronné d’une échauguette en encorbellement.

 

L’église Saint Lazare – au 4ème siècle, un édifice fut fondé ici sous le vocable de Notre Dame. D’un sanctuaire du 10ème siècle subsiste une crypte sous le chœur actuel. A cette époque, l’église reçut du duc de Bourgogne, Henri le Grand frère de Hugues Caper, le chef de St Lazare, insigne relique à l’origine d’un culte. Dès la fin du 11ème siècle, l’affluence des pèlerins était telle qu’il fut décidé, en accord avec les moines constructeurs de Cluny, d’agrandir l’église. Consacré en 1106 par le pape Pascal II, le sanctuaire dut vite trop petit et on reporta la façade à une vingtaine de mètres en avant pour allonger la nef.  

 

220px-Avallon_005 dans VILLAGES de FRANCELes portails – La façade était autrefois flanquée au Nord d’une d’une tour-clocher au pied de laquelle était percé le portail Nord ; le clocher incendié puis ruiné plusieurs fois, s’écroula à nouveau en 1633, écrasant dans sa chute ce petit portail et une partie de la façade. Il fut remplacé en 1670 par la tour actuelle l’intérêt de la façade réside dans les deux portails qui subsistent. Les voussures du grand portail, composées de 5 cordons sculptés – le  dernier très incomplet – sont remarquables : angelots, vieillards musiciens de l’Apocalypse, signes du zodiaque et travaux des mois, feuilles d’acanthe et de vigne y alternent. Remarquez les élégantes colonnettes à cannelures en hélice et les colonnes torses alternant avec les colonnes droites. Le tympan et le linteau du petit portail portent encore leurs sculptures malheureusement mutilées ; on croit reconnaître l’Adoration de la Chevauchée des Mages, leur Visite à Hérode puis la Résurrection et la Descente aux limbes. Quant au décor des voussures, il est d’inspiration végétale : guirlandes de roses épanouies, giroflées, arums stylisé.  A droite, dans le prolongement de la façade, vestiges de l’ancienne église St Pierre qui servit d’église paroissiale jusqu’à la Révolution. Sa nef abrite des expositions temporaires. A gauche du chevet, une terrasse permet d’en détailler les sculptures et de dominer la vallée du Cousin, par-delà le parc des Chaumes.

 

Intérieur – La façade lors de son déplacement, s’est trouvée orientée en biais par rapport à l’axe de la nef qui suit, par paliers successifs, la déclivité du sol (le chœur se trouve 3 m plus bas que le seuil). Dans le bas-côté Sud : statues en bois peint (17ème siècle), sainte Anne et la Vierge (15ème siècle) et un St Michel terrassant le dragon en pierre (14ème siècle).

 

Au Musée de l’Avallonnais

220px-Avallon-Mus%C3%A9e_de_l%27Avallonnais_%284%29 dans YonneFondé en 1862, le musée est installé dans l’Ancien Collège. La section de préhistoire, particulièrement riche, présente les collections de l’abbé Parat, archéologue du 19ème siècle qui entreprit de nombreuses fouilles dans les grottes de la Cure et de l’Yonne (grosses d’Arcy et de St Moré, camp de Cora) ; ses travaux furent complétés par les découvertes effectuées de 1946 à 1963 par A. Leroy-GOURHAN. La période gallo-romaine est illustrée par des éléments uniques ; les statues du sanctuaire de Montmartre (Vault de Lugny), la mosaïque des Chagniais (St Germain des Champs), une excepitonnelle collection de monnaies romaines et médiévales. De l’époque mérovingienne, remarquer le mobilier du cimetière de Vaudonjon auquel doit prochainement s’ajouter celui du site de Bierry les Belles Fontaines. La section des Beaux-Arts privilégie les artistes régionaux : collection de pièces d’orfèvrerie réalisées de 1919 à 1971 par l’artisan décorateur Jean Desprès ; sculpture et P. Vigoureux ; peintures d’Antoine Vestier (Petite fille au perroquet 1790). On voit également la célèbre série du Miserere de Georges Rouaults et les premiers tableaux qu’il a peints pour le musée en 1895 (Stella Matutina et Stella Vesperina, où se lit très nettement l’influence de son maître Gustave Moreau).

 

Un site à visiter : http://www.museeavallonnais.com/

 

Ce sont des générations d’érudits locaux, collectionneurs et donateurs, souvent fort engagés dans la politique pour la République, qui ont rassemblé les collections du musée. Ils se sont réunis dans une société d’études, symbole de la curiosité, de la vitalité intellectuelle et économique d’Avallon et ont permis la vie du musée. 

Proche de l’impressionnante Tour de l’Horloge, le musée remonte l’histoire du pays avallonnais, et celle des artistes anonymes du Moyen Age aux sculpteurs et peintres des 19ème  et 20ème  siècles, avec les oeuvres de G. Rouault, P. Vigoureux, G. Loiseau-Bailly ou J. Després.

Depuis juillet 2011, le musée présente aussi l’unique et exceptionnelle « Collection Yao, Mien et Mun, de Chine, Vietnam, Laos et Thaïlande ».     

 

 

Publié dans Morvan, VILLAGES de FRANCE, Yonne | Pas de Commentaires »

123
 

leprintempsdesconsciences |
Lechocdescultures |
Change Ton Monde |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | C'est LE REVE
| Détachement Terre Antilles ...
| ATELIER RELAIS DU TARN ET G...