• BONJOUR A TOUS ET

    bienvenue (2)

     CHEZ FRANCESCA 

  • UN FORUM discussion

    http://devantsoi.forumgratuit.org/

    ............ ICI ............
    http://devantsoi.forumgratuit.org/

  • téléchargement (4)

  • Ma PAGE FACEBOOK

    facebook image-inde

    https://www.
    facebook.com/francoise.salaun.750

  • DECOUVERTES !

    petit 7

  • BELLE VISITE A VOUS

    aniv1

    PETITS COINS DE PATRIMOINE QUI SERONT MIS EN LUMIERE AU DETOUR DE NOTRE REGION DE FRANCE...

  • Cathédrale St-Etienne-Auxerre

    St-Etienne Cathédral, Auxerre

    « La restauration est une opération qui doit garder un caractère exceptionnel. Elle a pour but de conserver et de révéler les valeurs esthétiques et historiques du monument et se fonde sur le respect de la substance ancienne et de documents authentiques. Elle s’arrête là où commence l’hypothèse, sur le plan des reconstitutions conjecturales, tout travail de complément reconnu indispensable pour raisons esthétiques ou techniques relève de la composition architecturale et portera la marque de notre temps. » citation Charte de Venise, art. 9, ICOMOS, 196.

  • M

    JE SUIS ORIGINAIRE MOI-MEME DE LA BOURGOGNE....

  • FRANCE EN IMAGES

    G

    « Un monument restauré traduit les connaissances, les ambitions, les goûts, non seulement du maître d’oeuvre mais aussi du maître d’ouvrage : c’est le vrai révélateur de l’appréhension des édifices par une génération donnée, qui leur permet de reconnaître pour sien un édifice centenaire. » citation de Françoise Bercé.

  • amis

  • Méta

  • amis

  • Architecture Française

    5

  • Artisanat Français

    1

  • A

  • amour-coeur-00040

  • montagne

    Tout devient patrimoine : l'architecture, les villes, le paysage, les bâtiments industriels, les équilibres écologiques, le code génétique.

  • 180px-Hlézard1

  • Patrimoine Français

    3

    Citation sur la France.
    !!!!
    La France, je l'aime corps et biens, en amoureux transi, en amant comblé. Je la parcours, je l'étreins, elle m'émerveille. C'est physique. Pour l'heure, c'est le plus beau pays du Monde, le plus gracieux, le plus spirituel, le plus agréable à vivre. En dépit de ses défauts, le peuple français a des réserves inépuisables de vigueur, d'astuce et de générosité. j'écris cela en toute connaissance de la déprime qui périodiquement enténèbre nos compatriotes. Ils ont une pente à l'autodénigrement, une autre au nihilisme. Je suis français au naturel et j'en tire autant de fierté que de volupté. J'ai pour ce vieux pays l'amour du preux pour sa gente dame, du soudard pour la servante d'auberge, de l'érudit pour ses grimoires, du paysan pour son enclos, du bourgeois pour ses rentes, du croyant des hautes époques pour les reliques de son saint patron... J'ai la France facile, comme d'autres ont le vin gai ; je l'ai au coeur et sous la semelle de mes godasses. Je suis français, ça n'a pas dépendu de moi et ça n'a jamais été un souci. Ni une obsession. Toujours un bonheur...

    Dictionnaire amoureux de la France - Denis Tillinac.

  • a bientot

  • Accueil
  • > Recherche : art femme sorciere renaissance

Résultats de votre recherche

Préparer Samhain (halloween )

Posté par francesca7 le 29 novembre 2014

 

Samhain – à prononcer «So-weîn» – est le Sabbat le plus important de l’année. Dans le monde celtique, il marquait la fin d’une année et le commencement d’une autre. On le fête le 31 octobre, voire le 1er novembre. Il se trouve à mi-parcours entre bonne-nuit-lune-imgl’équinoxe d’automne, Mabon, et le solstice d’hiver, Yule. Il correspond aux fêtes chrétiennes de la Toussaint.

 

Ce jour si particulier marque la mort du Dieu et le retour au monde souterrain de la Déesse. Celle-ci s’y confine pour la saison hivernale, symbolisant ainsi l’infertilité et la gestation de la Terre jusqu’au printemps. On retrouve ce principe dans la légende de Déméter et Perséphone. Saison de Calliach

(«vieille femme» en gaélique écossais), elle se rapporte à l’aspect de vieille femme de la Déesse qui fait passer les gens de la vie à la mort. Parmi les autres noms attribués à Samhain, on retrouve : Halloween, la Veille de la Toussaint, Samonios, Veille de novembre, Fête des pommes ou encore Old Hallowmas. Ce Sabbat se célèbre autour de la mort et de son éternel mystère, mais aussi et surtout comme une continuité de la vie, à laquelle on attribue une valeur positive.

 

UNE PORTE TRÈS MINCE

C’est à cette période de l’année que la porte entre les mondes est la plus mince. Le moment est idéal pour sortir runes, tarots et autres afin de délivrer une pensée affectueuse à ses défunts. On honore les ancêtres avec des prières et des festins. Les rêves deviennent plus fréquents et significatifs. On peut en profiter pour développer ses facultés psychiques, pour apprendre à accepter la destruction de tout ce qui est matériel, y compris nos propres corps.

 

CÉLÉBRATIONS POSSIBLES POUR SAMHAIN

Vous pouvez disposer des souvenirs de bienaimés sur l’autel ou à l’ouest du cercle, laisser une assiette de nourriture dehors pour les âmes errantes, enterrer des pommes afin de conduire les esprits sur le chemin de la renaissance, laisser une place à table pour les défunts. Samhain doit se célébrer dans la joie car, une fois le chagrin soulagé, vous la faites revenir. N’oublions pas que ce qui meurt revient à la vie. À ce titre, plusieurs activités s’offrent à vous : fabriquer des lanternes en citrouille, une bougie pour les esprits, préparer les bougies rituelles que vous utiliserez au cours de l’année, vous embrasser sous le gui (pratique du nouvel an celte que l’on retrouve à Noël), raconter des histoires de fantômes en mangeant de la tarte à la citrouille, ou encore vous amuser avec l’apple-bobbing (jeu qui consiste à attraper des pommes flottantes avec les dents).

 

POUR LA FABRICATION DE LA BOUGIE DESTINÉE AUX ESPRITS

Il s’agit d’une bougie blanche ointe avec de l’huile de patchouli. Dites «Que la lumière de cette bougie vous souhaite la bienvenue, Âmes célestes, venez en paix en cette nuit de Samonios». Placez la bougie à l’intérieur d’une lanterne. Samhain est aussi l’occasion de prendre des bonnes résolutions. Écrivez-les sur un parchemin et brûlez-le à une bougie noire votive placée dans le chaudron sur l’autel (à noter que, si vous n’avez pas de chaudron, vous pouvez utiliser un faitout). Le noir est la couleur de la protection et du bannissement. Elle est associée à la face sombre de la vie, à ses épreuves, ses souffrances et au mal. Vous pouvez rédiger votre testament, payer vos dettes et régler les conflits, distribuer des sucreries aux enfants pour célébrer leur jeunesse, honorer vos ancêtres en déposant fleurs et offrandes sur leurs tombes. Et n’oubliez pas de fabriquer votre roue de l’année.

 téléchargement (1)

PRÉPAREZ VOTRE ENCENS DE SAMHAIN

Ingrédients:

- des copeaux de cyprès

- des copeaux de bois de cannelle

- des aiguilles de pin

- huile essentielle de thuya

- une bougie

- Écrasez dans un mortier quatre parts de bois de  cyprès, ajoutez une part de bois de cannelle, une part d’aiguilles de pin, et malaxez le tout avec dix gouttes d’huile essentielle de thuya.

- Faites chauffer un petit charbon en le mettant en contact avec la flamme d’une bougie, puis placez-le dans une coupe ou sur une petite assiette.

- Mettez un peu de l’encens confectionné pour Samhain et laissez-le diffuser son arôme magique.

 

Qu’est-ce qu’on mange à Samhain ?

 Chaque Sabbat est l’occasion de passer derrière les fourneaux, et que ça fasse du bien aux papilles et au corps. Pour Samhain (plus fréquemment appelée Halloween), la citrouille et le potiron (à ne pas confondre) sont de mise. Voici de quoi constituer un succulent repas

 

PAIN À LA CITROUILLE

Ingrédients

Mélange 1 :

- 1 tasse (200 g) de cassonade bien tassée

- 1/2 tasse (125 ml) d’huile

- 2/3 tasse (425 ml) de citrouille râpée

- 2 oeufs

Mélange 2 :

- 1 tasse (440 g) de farine

- 1 cuillère à soupe (10 g) de poudre à pâte (levure chimique)

- 1/2 cuillère à café (2,5 g) de sel

- 1/2 cuillère à café (1,5 g) de gingembre

- 1/2 cuillère à café (1,2 g) de clou de girofle moulu,

- 1 cuillère à café (2,5 g) de cannelle

Garniture :

- 1/4 tasse (50 g) de cassonade

- 1/4 cuillère à café (0,7 g) de cannelle.

Préparation

Dans un bol, bien mélanger ensemble les ingrédients du premier mélange. Dans un autre bol, mélanger ensemble les ingrédients du second mélange. Incorporer le second mélange au premier en brassant légèrement. Cesser de brasser dès que les ingrédients secs sont humectés.

Verser la pâte dans 2 moules à pain.

Mélanger ensemble les ingrédients de la garniture. Verser sur les pains.

Chauffer au four à 350°F (180°C) pendant 1 heure.

Les pains sont prêts dès qu’un cure-dent inséré en ressort sec.

 

CONFITURE DE CITROUILLE

Ingrédients

- 1 kg de chair de citrouille

- 1,2 kg de sucre

- 2 verres de vin blanc sec

- 2 à 3 cuillères à soupe de cognac

- 1 gousse de vanille

Préparation

Coupez la chair de citrouille en cubes, retirez les graines et faites-la cuire soit à la vapeur, soit couverte d’eau dans une casserole jusqu’à ce qu’elle soit bien tendre. Egouttezla.

Faites fondre le sucre avec le vin blanc, puis maintenez sur feu vif jusqu’au perlé, c’est-à-dire jusqu’à ce que des bulles se forment à la surface du sirop.

Ajoutez la chair de citrouille et la gousse de vanille fendue, portez à ébullition et laissez cuire 30 min en remuant de temps en temps.

La confiture est cuite lorsque la citrouille est devenue translucide et le jus épais.

Hors du feu, ajoutez le cognac. Mettre dans les bocaux et fermer aussitôt.

 

GRATIN DE CITROUILLE

Ingrédients

- 2 oignons moyens

- 125 g de poitrine fumés en petits dés

- 1 kg de citrouille en petits cubes

- 100 g de riz

- 1 oeuf

- 1 brique de crème fraîche

- 100 g de gruyère râpé

- curry

- sel et poivre

Préparation

Faire revenir les oignons émincés puis les lardons et ajouter les cubes de citrouille avec 5 cl d’eau.

Saler poivrer et faire cuire 5 minutes.

Ajouter le riz et remettre à mijoter environ

40 minutes (le riz aura absorbé le liquide).

Laisser tiédir.

Mettre dans un plat à gratin avec l’oeuf, la crème fraîche, une pincée de curry, du gruyère râpé. Bien mélanger le tout et recouvrir avec le reste de gruyère râpé.

Mettre au four thermostat 5/6 pendant 30 minutes environ.

Vous pouvez le servir avec quelques rondelles de tomates et de la salade.

 

LONGE DE PORC RÔTIE

Ingrédients

- 1 longe de porc

- 1 gousse d’ail émincée

- un peu de persil frais

- 1/2 feuille de laurier émiettée

- 1/2 cuillère à café de graines de céleri

- 1 cuillère à café de bouillon de boeuf

- un peu de thym

- 4 clous de girofle

- un peu de sel et de poivre

Préparation

Pliez deux grandes feuilles d’aluminium en double et placez la longe de porc dessus. Percez ensuite la longe avec les clous de girofle et saupoudrez-la avec les ingrédients restants. Enveloppez la longe garnie avec l’aluminium et laissez cuire dans un four préchauffé à 200°C, 1h30 par kilo. Servez chaud, accompagné de légumes.

 

BISCUITS EN CROISSANT DE LUNE

Ingrédients

- 250 ml d’amandes finement émincées

- 300 ml de farine

- 125 ml de sucre

- 2 gouttes d’essence d’amandes

- 125 ml de beurre ramolli

- 1 jaune d’oeuf

Préparation

Mélanger les amandes, la farine, le sucre et l’essence d’amandes. Incorporer le beurre et le jaune d’oeuf au mélange.

Travailler la pâte avec les mains. Laisser refroidir 30 minutes au réfrigérateur.

Prendre des morceaux de pâte de la taille d’une noix et les façonner en croissants.

Déposer sur une plaque graissée et cuire environ 20 minutes à 175 °C. Servir lors des pleines lunes.

 

TRESSE AUX POMMES ET AUX NOIX DE SAMHAIN

Ingrédients

- 375 ml de cidre de pommes

- 2 sachets de levure

- 60 ml de miel

- 2 oeufs

- 125 ml d’huile d’olive3120853695_1_5_TUp4kR67

- un peu d’extrait de noix

- 2 cuillères à soupe de cannelle moulue

- 2 cuillères à soupe de muscade moulue

- 1/2 cuillère à café de fleur de muscade

- 1/2 cuillère à café de poivre de la Jamaïque

- 1/2 cuillère à café de sel

- 750 ml de farine tout usage non blanchie (magasins bio)

- 750 ml de farine de blé complet

- 600 ml de compote de pommes

- 180 ml de noix finement hachées

Préparation

Déposer la levure dans le cidre. Mélanger les ingrédients secs, les couper avec l’huile et l’essence de noix à l’aide d’un mixeur.

Ajouter la compote de pommes, les noix, les oeufs, le miel, et le mélange de levure.

Pétrir en ajoutant de la farine. Couvrir et laisser reposer jusqu’à ce que la pâte ait doublé (environ une heure et demie). Aplatir la pâte et la diviser en trois.

Rouler chaque pièce pour en faire une sorte de corde épaisse et tresser les trois pièces ensemble, en commençant par le milieu et en repliant les bouts pour qu’ils se touchent.

Couvrir et laisser lever de 30 à 45 minutes.

Préchauffer le four à 190 °C et faire cuire de 45 à 50 minutes.

 

CHOU FARCI

Ingrédients

- 300 g de chair à saucisse

- 150 g de lard de poitrine

- 150 g de crépine de porc

- 1 chou vert pommé

- 2 tomates

- 2 carottes

- 2 oignons hachés

- 2 gousses d’ail

- 50 g de beurre

- 2 oeufs

- sel, poivre

Préparation

Lavez les feuilles de chou. Plongez-les dans 1,5 litre d’eau bouillante salée. Portez à ébullition et laissez cuire 5 minutes à découvert. Egouttez et rafraîchissez soigneusement à l’eau glacée.

Placez en croix dans le fond d’une cocotte en fonte passant au four 2 grandes longueurs de ficelle de cuisine en laissant dépasser les extrémités. Garnissez le fond et les parois de la cocotte de crépine de porc soigneusement étalée et disposez dessus 10 belles feuilles de chou. Salez et poivrez.

Préparez la farce. Hachez grossièrement oignons, ail, carottes et tomates. Ajoutez la chair à saucisse, le lard coupé en dés. Salez et poivrez, incorporez le beurre et les oeufs.

Éventuellement rectifiez l’assaisonnement : il doit être relevé.

Étalez la farce sur le lit de feuilles de chou, intercalez une couche de chou, une couche de farce, pour finir avec une couche de chou, rabattre la crépine de façon à obtenir un chou reconstitué. Liez les ficelles pour bien maintenir l’ensemble.

Couvrez la cocotte sans la fermer hermétiquement, enfournez dans un four préalablement chauffé à 180°C et laissez cuire 45 minutes à température 180°C.

Servir dans la cocotte à la sortie du four.

 

HYDROMEL

Ingrédients

- 1 litre de miel clair

- 2 litres d’eau chaude

- 2 cuillères à café de levure de bière vivante (ou

de boulanger)

- quelques grains de cardamome

- 2 clous de girofle

- 3 grains de poivre de Cayenne

Préparation

Faire fondre le miel dans un chaudron jusqu’à ébullition. Ajouter l’eau chaude, remuer, faire bouillir pour réduire au quart.

Verser dans un grand récipient, laisser tiédir, ajouter la levure.

Pour parfumer, mettre toutes les épices dans un petit morceau de toile fine, le fermer, et laisser macérer dans le mélange.

Couvrir sans boucher, car la fermentation va se produire pendant deux ou trois jours.

Placer dans un endroit tiède.

Filtrer le liquide et le verser dans des cruches pour une consommation rapide, ou l’embouteiller comme un vin.

PETITS GÂTEAUX DU SABBAT

Ingrédients

- 375 ml de farine

- 1 sachet de levure chimique

- 1 cuillère à café de sel

- 75 ml de raisins secs

- 65 ml de beurre mou

- 1 banane

- 65 ml de lait

Préparation

Préchauffer le four à 190 °C.

Mélanger ensemble les 5 premiers ingrédients.

Ajouter le beurre et mélanger jusqu’à ce que le mélange commence à se lier.

Couper la banane et l’ajouter à la préparation.

Mélanger en ajoutant graduellement le lait. La pâte devra être humide, mais pas liquide.

Sur une plaque à biscuits non graissée, former des gâteaux plutôt plats d’environ 5 cm de diamètre.

Cuire environ 15 minutes.

Et la citrouille, alors ?

L’histoire prend sa source en Irlande : un homme nommé Jack, buveur et tricheur invétéré, réussit à baratiner le diable et à le faire grimper dans un arbre. Jack grava alors une image de la croix sur le tronc, empêchant ainsi le diable de descendre. Pour que Jack le délivre, le diable s’engagea à ne plus le tenter. 

Lorsque Jack mourut, on le refusa au Paradis à cause de ses mauvaises habitudes et on l’envoya en Enfer. Mais le diable, mécontent d’avoir été trompé, le réexpédia au Paradis. Il lui donna une braise pour se guider dans le noir entre les deux et plaça la braise dans un navet pour qu’elle dure plus longtemps. Les irlandais utilisaient des navets pour faire les lanternes d’Halloween, afin de faire peur aux morts et de les éloigner. Ceux qui émigrèrent aux États- Unis trouvèrent que les citrouilles faisaient de bien plus jolies lanternes. C’est ainsi que la tradition évolua.

 

LA BONNE ADRESSE

Ne vous limitez pas à Samhain pour cuisiner de la citrouille. Et si vous vivez près de Marchiennes

(Nord), n’hésitez pas à passer aux Cucurbitades, la fête de la courge et de la sorcellerie.

Festivités uniques en France, des fêtes poétiques, culturelles, envoûtantes avec des spectacles de rue, animations diverses, créations musicales et chorégraphiques se succèdent et se terminent en apothéose le soir avec le spectacle de clôture, suivi de l’embrasement du bûcher d’exécution des sorcières. 59375 MARCHIENNES http://www.cucurbitades.fr/

Par Terhi Schram sur http://lunebleuezine.files.wordpress.com

Publié dans HUMEUR DES ANCETRES, LEGENDES-SUPERSTITIONS | Pas de Commentaires »

Ronsard Contre Denise Sorcière

Posté par francesca7 le 15 août 2014

téléchargement (4)

L’inimitié que je te porte,
Passe celle, tant elle est forte,
Des aigneaux et des loups,
Vieille sorcîere deshontée,
Que les bourreaux ont fouëttée
Te honnissant de coups. 

Tirant apres toy une presse
D’hommes et de femmes espesse,
Tu monstrois nud le flanc,
Et monstrois nud parmy la rue
L’estomac, et l’espaule nue
Rougissante de sang.

Mais la peine fut bien petite,
Si Ion balance ton merite :
Le Ciel ne devoit pas
Pardonner à si lasche teste,
Ains il devoit de sa tempeste
L’acravanter à bas.

La Terre mere encor pleurante
Des Geans la mort violante
Bruslez du feu des cieux,
(Te laschant de son ventre à peine)
T’engendra, vieille, pour la haine
Qu’elle portait aux Dieux.

Tu sçais que vaut mixtionnée
La drogue qui nous est donnée
Des pays chaleureux,
Et en quel mois, en quelles heures
Les fleurs des femmes sont meilleures
Au breuvage amoureux.

Nulle herbe, soit elle aux montagnes,
Ou soit venimeuse aux campagnes,
Tes yeux sorciers ne fuit,
Que tu as mille fois coupée
D’une serpe d’airain courbée,
Beant contre la nuit.

Le soir, quand la Lune fouëtte
Ses chevaux par la nuict muette,
Pleine de rage, alors
Voilant ta furieuse teste
De la peau d’une estrange beste
Tu t’eslances dehors.

Au seul soufler de son haleine
Les chiens effroyez par la plaine
Aguisent leurs abois :
Les fleuves contremont reculent,
Les loups effroyablement hurlent
Apres toy par les bois.

Adonc par les lieux solitaires,
Et par l’horreur des cimetaires
Où tu hantes le plus,
Au son des vers que tu murmures
Les corps des morts tu des-emmures
De leurs tombeaux reclus.

Vestant de l’un l’image vaine
Tu viens effroyer d’une peine
(Rebarbotant un sort)
Quelque veufve qui se tourmente,
Ou quelque mere qui lamente
Son seul heritier mort.

Tu fais que la Lune enchantée
Marche par l’air toute argentée,
Luy dardant d’icy bas
Telle couleur aux jouës palles,
Que le son de mille cymbales
Ne divertirait pas.

Tu es la frayeur du village :
Chacun craignant ton sorcelage
Te ferme sa maison,
Tremblant de peur que tu ne taches
Ses boeufs, ses moutons et ses vaches
Du just de ta poison.

J’ay veu souvent ton oeil senestre,
Trois fois regardant de loin paistre
La guide du troupeau,
L’ensorceler de telle sorte,
Que tost apres je la vy morte
Et les vers sur la peau.

Comme toy, Medée exécrable
Fut bien quelquefois profitable :
Ses venins ont servy,
Reverdissant d’Eson l’escorce :
Au contraire, tu m’as par force
Mon beau printemps ravy.

Dieux ! si là haut pitié demeure,
Pour récompense qu’elle meure,
Et ses os diffamez
Privez d’honneur de sépulture,
Soient des oiseaux goulus pasture,
Et des chiens affamez.

 

Pierre de RONSARD   (1524-1585)

220px-Pierre_de_RonsardPierre de Ronsard (né en septembre 1524 au Château de la Possonnière, près du village de Couture-sur-Loir enVendômois et mort le 27 décembre 1585 au Prieuré de Saint-Cosme en Touraine), est un des poètes français les plus importants du xvie siècle.

« Prince des poètes et poète des princes », Pierre de Ronsard est une figure majeure de la littérature poétique de la Renaissance. Auteur d’une œuvre vaste qui, en plus de trente ans, a touché aussi bien la poésie engagée et « officielle » dans le contexte des guerres de religions avec Les Hymnes et les Discours (1555-1564), que l’épopée avec La Franciade(1572) ou la poésie lyrique avec les recueils Les Odes (1550-1552) et des Amours (Les Amours de Cassandre, 1552 ; Les Amours de Marie, 1555 ; Sonnets pour Hélène, 1578).

Imitant les auteurs antiques, Ronsard emploie d’abord les formes de l’ode (Mignonne, allons voir si la rose) et de l’hymne, considérées comme des formes majeures, mais il utilisera de plus en plus le sonnet transplanté en France par Clément Marot en 1536 en employant le décasyllabe (Mon dieu, mon dieu, que ma maistresse est belle! , Les Amours, ou Je vous envoye un bouquet…Continuation des Amours) comme le mètre « moderne » de l’alexandrin (Comme on voit sur la branche… Second livre des Amours, ou Quand vous serez bien vieille…Sonnets pour Hélène).

Ronsard a tout au long de sa vie goûté à tous les genres, de Pindare à Pétrarque en passant par Anacréon et Horace avec quelques touche d’épicurisme. Il a abordé de nombreux thèmes : champêtres, amoureux, philosophiques, politiques. Ses poèmes lyriques qui développent les thèmes de la nature et de l’amour, associés aux références de l’Antiquité gréco-latine et à la forme du sonnet, constituent la partie vivante de l’œuvre de l’animateur du renouveau poétique que fut Pierre de Ronsard avec ses compagnons de la Pléiade et son ami Joachim Du Bellay. Il a contribué à étendre largement le domaine de la poésie, lui offrant une langue plus riche par la création de néologismes et l’introduction du langage populaire dans le français littéraire, et mettant en place des règles de versification qui ont perduré plusieurs siècles. Jusqu’au début de xviie siècle, il est reconnu par ses pairs comme celui qui « a coupé le filet que le France avait sous la langue ». Cependant, son œuvre parfois inégale, non dépourvue de maniérisme et de pédantisme est dépréciée par François de Malherbe et boudée pendant toute la période classique : aucune édition de ses œuvres n’est publiée de 1630 à 1828, date de la publication de Sainte Beuve. Il faut attendre l’époque des romantiques, des parnassiens et des symbolistes pour que sa poésie soit de nouveau appréciée.

Publié dans POESIE FRANCAISE | Pas de Commentaires »

Le Champignon de couche

Posté par francesca7 le 19 octobre 2013

(Article issu de la ville de Loches)

Le Champignon de couche  dans FLORE FRANCAISE 220px-champignonniere_meulesTapis dans l’ombre du boyau, ils se reproduisent par milliers. Installés dans des caisses métalliques superposées, on les aperçoit par intermittence dans le faisceau lumineux d’une lampe frontale. Fragiles, les champignons sont l’objet de soins constants, souvent prodigués par des femmes.

La culture du champignon de couche est originaire d’Extrême-Orient (Chine et Japon). Vers 200 avant Jésus-Christ, les Grecs utilisent le fumier de cheval mélangé à de la cendre comme substrat. Ils déposent le tout sur des couches de figuier. Les champignons sont alors préparés en condiments, on leur prête des vertus aphrodisiaques. Un siècle plus tard, Dioscoride, médecin botaniste, rédige une pharmacopée de 600 plantes. Ses textes manquent de rigueur scientifique, mais ils seront une référence dans le domaine de la pharmacie pendant des siècles. On y trouve des données sur la production des pholiotes, champignons croissant par touffes à la base des arbres.

La culture du champignon commence réellement en Italie à la Renaissance, mais il faudra attendre les travaux de deux chercheurs pasteuriens, COSTANTIN et MATRUCHOT pour que soit reconstitué en laboratoire le mycélium nécessaire à la croissance des champignons. L’étude des champignons est une composante de la botanique. Ce sont des plantes sans chlorophylle, classées dans l’ordre des cryptogrammes (« noces cachées » en grec) : leur reproduction est souterraine. Dépourvus de tiges, de racines et de feuilles, ils sont incapables de fixer le gaz carbonique nécessaire à leur survie. Ils puisent donc dans des matières organiques existantes : substances en décomposition, parasitisme d’autres plantes, arbres ou animaux vivants (les mycoses) ou association étroite avec d’autres végétaux. La partie visible de la plante est un appareil reproducteur qui dissémine les spores : le carpophore. C’est elle que l’on mange. Le réseau de filaments qui nourrit la plante, le mycélium, est enterré. La durée de vie du mycélium est parfois extraordinairement longue. Certains mycélium circulaires (les fameux « ronds de sorcières ») s’agrandissent d’année en année et peuvent atteindre une dimension de 15 hectares. Ces champignons auraient entre 1500 et 10000 ans d’existence !

Personne portant des récipients entre des étagères à champignons

Le champignon de Paris (Agaricus bisporus) est cultivé en couche depuis deux siècles en France. Sa culture est introduite dans le Val de Loire en 1895. La Touraine et le Saumurois représentent aujourd’hui les 3/4 de la production française.

Les caves troglodytiques du Val de Loire se prêtent particulièrement bien à la culture du champignon de couche grâce à leur obscurité, au taux d’humidité fort et constant de leur atmosphère et à la stabilité de leur température. Ils sont produits à partir d’un mycélium conçu en laboratoire et cultivé sur des grains de céréales. Il est implanté sur un compost de fumier de cheval et de paille étalé dans des caisses métalliques aux dimensions très précises. Les containers sont empilés les uns sur les autres pour gagner de la place. Cette méthode permet six récoltes par an. On cherche aujourd’hui à obtenir des champignons qui arrivent à maturité en même temps. Cette découverte permettrait de remplacer la main-d’oeuvre par une faucheuse.

La production du Val de Loire s’est diversifiée en 1970 avec la culture du pleurote et plus récemment encore du champignon japonais shii-také, à Saint Paterne Racan.  

Jusqu’au milieu du xxe siècle , la majorité des champignonnières étaient réalisées dans d’anciennes carrières souterraines. Les maraîchers qui stockaient leurs légumes en carrières ne tardèrent pas à profiter des propriétés naturelles des carrières : humidité élevée, températures fraîches (de 10 à 14°C selon les carrières) et constantes, régularisation de la circulation de l’air relativement aisée. L’aménagement des carrières pour la culture des champignons étant relativement simple : pose de cloisons en plaques de plâtre, murs en pierre ou plus simplement des bâches plastifiées pour segmenter la carrière en chambres de culture, pose éventuelle de radiateurs et arrivées d’eau; ventilation par les anciens puits d’aérage.

Elles ont prospéré en carrière du xixe siècle au milieu du xxe. À la fin du xixe siècle on compte plus de 250 producteurs en région parisienne. En France, la majorité des champignonnières en carrière a disparu dans les années 1970 – 1990 à cause de la concurrence des pays de l’Est et Asiatiques, qui cultivent le champignon sous hangar réfrigéré, avec une main-d’œuvre beaucoup moins chère. Les producteurs français utilisent aussi des hangars réfrigérés et rares sont ceux qui continuent à cultiver le champignon de couche en carrières, le réservant par ses tarifs plus chers à un public haut de gamme. De nos jours, la quasi-totalité de la production de champignons (même en France) est réalisée dans des hangars réfrigérés. Ces installations sont les plus simples à mettre en œuvre, tant au niveau de l’hygiène que de la sécurité. Les hangars réfrigérés sont utilisés aux États-Unis depuis 1920 et en France depuis 1970.

Une champignonnière est un lieu de culture de champignons. Les champignonnières sont des milieux sombres et humides, conditions idéales pour le développement des champignons. Le plus souvent on y cultive l’agaricus, plus connu sous le nom dechampignon de Paris ou champignon de couche mais on sait aussi cultiver la pleurote, la truffe, la morille, le pied-bleu, lechampignon noir et le shiitaké pour les plus courants. Les progrès en myciculture permettent de cultiver régulièrement de nouvelles espèces mais elles ne sont pas toutes rentables économiquement parlant.

 

 

 

 

 

 

Publié dans FLORE FRANCAISE | Pas de Commentaires »

 

leprintempsdesconsciences |
Lechocdescultures |
Change Ton Monde |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | C'est LE REVE
| Détachement Terre Antilles ...
| ATELIER RELAIS DU TARN ET G...