• BONJOUR A TOUS ET

    bienvenue (2)

     CHEZ FRANCESCA 

  • UN FORUM discussion

    http://devantsoi.forumgratuit.org/

    ............ ICI ............
    http://devantsoi.forumgratuit.org/

  • téléchargement (4)

  • Ma PAGE FACEBOOK

    facebook image-inde

    https://www.
    facebook.com/francoise.salaun.750

  • DECOUVERTES !

    petit 7

  • BELLE VISITE A VOUS

    aniv1

    PETITS COINS DE PATRIMOINE QUI SERONT MIS EN LUMIERE AU DETOUR DE NOTRE REGION DE FRANCE...

  • Cathédrale St-Etienne-Auxerre

    St-Etienne Cathédral, Auxerre

    « La restauration est une opération qui doit garder un caractère exceptionnel. Elle a pour but de conserver et de révéler les valeurs esthétiques et historiques du monument et se fonde sur le respect de la substance ancienne et de documents authentiques. Elle s’arrête là où commence l’hypothèse, sur le plan des reconstitutions conjecturales, tout travail de complément reconnu indispensable pour raisons esthétiques ou techniques relève de la composition architecturale et portera la marque de notre temps. » citation Charte de Venise, art. 9, ICOMOS, 196.

  • M

    JE SUIS ORIGINAIRE MOI-MEME DE LA BOURGOGNE....

  • FRANCE EN IMAGES

    G

    « Un monument restauré traduit les connaissances, les ambitions, les goûts, non seulement du maître d’oeuvre mais aussi du maître d’ouvrage : c’est le vrai révélateur de l’appréhension des édifices par une génération donnée, qui leur permet de reconnaître pour sien un édifice centenaire. » citation de Françoise Bercé.

  • amis

  • Méta

  • amis

  • Architecture Française

    5

  • Artisanat Français

    1

  • A

  • amour-coeur-00040

  • montagne

    Tout devient patrimoine : l'architecture, les villes, le paysage, les bâtiments industriels, les équilibres écologiques, le code génétique.

  • 180px-Hlézard1

  • Patrimoine Français

    3

    Citation sur la France.
    !!!!
    La France, je l'aime corps et biens, en amoureux transi, en amant comblé. Je la parcours, je l'étreins, elle m'émerveille. C'est physique. Pour l'heure, c'est le plus beau pays du Monde, le plus gracieux, le plus spirituel, le plus agréable à vivre. En dépit de ses défauts, le peuple français a des réserves inépuisables de vigueur, d'astuce et de générosité. j'écris cela en toute connaissance de la déprime qui périodiquement enténèbre nos compatriotes. Ils ont une pente à l'autodénigrement, une autre au nihilisme. Je suis français au naturel et j'en tire autant de fierté que de volupté. J'ai pour ce vieux pays l'amour du preux pour sa gente dame, du soudard pour la servante d'auberge, de l'érudit pour ses grimoires, du paysan pour son enclos, du bourgeois pour ses rentes, du croyant des hautes époques pour les reliques de son saint patron... J'ai la France facile, comme d'autres ont le vin gai ; je l'ai au coeur et sous la semelle de mes godasses. Je suis français, ça n'a pas dépendu de moi et ça n'a jamais été un souci. Ni une obsession. Toujours un bonheur...

    Dictionnaire amoureux de la France - Denis Tillinac.

  • a bientot

LA VILLE

 

LA VILLE paris_night

Une ville est un milieu physique, où se concentre une forte population humaine, qui a aménagé cet espace pour faciliter et concentrer les activités humaines : habitat, commerce, industrie, éducation, politique, culture, etc. Les principes qui gouvernent la structure et l’organisation de la ville sont étudiés par la sociologie urbaine, l’urbanisme ou encore l’économie urbaine.

L’ONU estime que 2008 fut l’année où pour la première fois dans l’histoire de l’humanité, plus de la moitié des humains résident dans une ville.

En France, où l’organisation municipale est devenue uniforme, l’INSEE définit la ville selon le critère de l’importance du peuplement et de la continuité de l’habitat. Une ville se définit par une population d’au moins 2000 habitants, dont les habitations doivent être à moins de 200 m chacune.

Les villes apparaissent entre 3500 et 1500 avant J-C dans les régions fertiles et limoneuses de Mésopotamie comprises entre le Tigre et l’Euphrate, aujourd’hui l’Irak, puis en Syrie, en Égypte, dans les vallées du Nil et du Jourdain, de la vallée de l’Indus et du Yangzi Jiang.

La symbolique de la création de la ville

Les civilisations occidentale et moyenne orientale disposent d’un certain nombre de mythes et de récits légendaires de création des villes qui nous renseignent, par delà la réalité historique, le sens même donné à de tels établissements construits de toutes pièces par les hommes.


Selon la tradition biblique, c’est Caïn lui-même qui construisit la première ville dans le pays de Nod, le pays de l’errance, et qu’il baptisa du nom de Hénoc qui veut dire le commencement (Genèse 4, 17-24). C’est là que naissent symboliquement l’artisanat avec Tubalcaïn, le premier ouvrier à travailler les métaux, et les arts avec le joueur de flûte (de chalumeau), Youbal. C’est aussi, avec Lamek, la ville du crime et c’est pour cela que Dieu la détruisit par un déluge. La Bible, dans le canon chrétien, commence avec l’histoire d’une ville, celle d’Hénoc, et se clôt dans l’Apocalypse par celle d’une autre ville, la Jérusalem céleste, comme pour signifier que « par amour, Dieu révise ses propres desseins, pour tenir compte de l’histoire des hommes, y compris de leurs plus folles révoltes », à moins que l’avenir de l’homme ne passe par la ville et que la ville elle-même soit le symbole de la perfection du monde à venir. L’homme n’est donc point destiné à revenir un jour dans un paradis perdu, mais à vivre pour l’éternité, dans une ville, la Jérusalem céleste où il n’y a plus de temple en son centre car cette ville est Dieu. Le Jardin d’Eden est interdit de retour aux hommes et c’est pour cela que, symboliquement, Dieu y a placé à l’entrée un ange avec une épée flamboyante.

La Bible est aussi une longue succession d’histoire de villes qui toutes seront détruites y compris Jérusalem et son temple par trois fois, comme si la perfection voulue par les hommes ne pouvait être atteinte en ce monde. La grande ville (Babel-Babylone et Jérusalem) est le symbole de la perdition de l’homme comme le rapporte Jacques Ellul au travers une analyse fine du texte biblique, car elle est le milieu créé par l’homme pour échapper au projet de Dieu. La ville, dès les origines, apparaît donc dans sa symbolique du moins, comme la seule voie qui permette à l’homme d’accéder à sa propre humanité en apprenant à « vivre ensemble, égaux et différents » pour reprendre la problématique posée par le sociologue Alain Touraine. La ville au travers le mythe de Babel pose aussi directement, avec la diversité des langues, la question des conditions de l’altérité et c’est au travers cette altérité que l’homme devient civilisé par opposition aux barbares. C’est en cela alors que la ville devient « creuset d’humanité « . Construire une ville est un acte à hauts risques où l’homme se confronte avec les dieux créateurs, tel un démiurge. Aussi est-il indispensable de s’accorder les bonnes grâces desdits dieux au travers les rites de fondation avec des sacrifices et des offrandes et les rites de dédicace. La dédicace consiste à placer la ville sous la protection d’un dieu tutélaire particulier.

Les premières villes apparaissent dans la Haute-Antiquité d’abord dans les grandes plaines alluviales fertiles de la Mésopotamie, du Nil, du Fleuve Jaune et du Gange. L’apparition de villes coïncide avec l’émergence de l’agriculture durant la période du Néolithique. Voir les travaux de Jean-Louis Huot sur la naissance des villes en Mésopotamie notamment.

À cette époque, la ville se caractérise par plusieurs éléments :

  • par une délimitation précise autant que symbolique de la ville par un fossé, une palissage ou un mur d’enceinte parfois monumental ; il convient de renvoyer, par exemple, aux nombreux mythes de la création de Rome avec Rémus qui trace le périmètre de l’enceinte avec une charrue. Symboliquement, cette limite qui est aussi une protection distingue deux mondes : celui de la cité (la civis en latin), le monde des civilisés, de ce qui n’est pas la cité, le monde des barbares. Ceux qui ne respectent pas les règles de la cité sont alors bannis, rejetés, mis au ban, c’est-à-dire hors de la cité. De là le mot banlieue : la banlieue n’est pas la cité, ce qui explique parfois ce sentiment de rejet qu’ont les habitants de la banlieue de ne pas être des citoyens à part entière. Citoyen, habitant de la cité.
  • par des rites de fondation dont on retrouve parfois les traces lors des fouilles archéologiques et qui manifestent bien là une intention particulière, un projet qui risque de contrarier les dieux. Il s’agit de rassembler dans une même enceinte des hommes et des femmes de clans et de familles différentes, voire antagoniques, de métiers et de mœurs divers… Il convient alors de faire corps, les sociologues parlent aujourd’hui de corps social qui est plus que la somme des individus qui le composent.
  • par l’apparition d’un espace public qui va être bordé très rapidement par un bâtiment plus grand que les autres (maison du chef, des prêtres, maison commune ?) comme le montrent les fouilles de Jean-Louis Huot en Mésopotamie (op. cit.). L’espace public est sans doute l’élément le plus discriminant pour marquer le passage du village au sens entendu à l’époque — le mot n’existe pas — de la ville. Le village, à cette époque de la fondation des premières villes, est avant tout un habitat précaire fait de huttes et de tentes autour d’un puits. Le village regroupe un clan, une famille au sens large du terme. La ville est un tout autre projet : elle va regrouper plusieurs clans, plusieurs familles, plusieurs métiers…
  • par l’apparition de greniers qui montre que l’on change de système économique et que l’on peut engranger les récoltes, en préserver une part pour les semailles de l’année suivante et aussi échapper aux famines. C’est encore la traduction d’une accumulation de surplus qui vont permettre les échanges et la naissance d’une économie avant même l’apparition de la monnaie.
  • par une superficie importante (la ville mésopotamienne d’Uruk s’étend par exemple sur 400 ha) ; la taille n’est toutefois pas discriminante. Il existe de petites villes qui peuvent être de la taille d’un village comme de grandes villes.
  • par une population conséquente et surtout sédentaire (la population de Xi’an est estimée à un million d’habitants 1000 ans avant l’ère chrétienne) pour la ville d’Uruk.


Les raisons de l’apparition des villes sont probablement liées, si l’on en croit l’analyse des économistes, à l’accumulation des richesses des civilisations rurales capables de dégager des surplus de production et surtout liées au développement d’une division du travail. Les cultures relativement intensives du fait des progrès dans la sélection des semences et du bétail comme dans les outils favorisent la richesse et incitent à la spécialisation des personnes dans d’autres domaines que l’agriculture, et tout particulièrement dans les fonctions artisanales et commerciales puis administratives, religieuses ou militaires.

Néanmoins, survivront jusqu’à nos jours, en parallèle, des civilisations nomades qui n’en furent pas moins brillantes et les Hébreux, eux-mêmes Sémites nomades, émigrèrent avec Abram (Abraham) de ces régions où naquirent les toutes premières villes. La lecture de la ville ne peut pas faire l’impasse d’un parallèle avec le nomadisme et ce qu’il en reste encore de nos jours, y compris dans nos imaginaires. Il convient alors de se rapprocher des travaux du sociologue Michel Maffesoli. C’est Caïn — l’agriculteur sédentaire — qui tue son frère Abel — le nomade gardien de troupeaux — que Dieu semblait privilégier.

La ville naît aussi et surtout de la volonté des hommes qui se regroupent autour d’un projet commun, celui de vivre en société. C’est pour cela que l’espace public apparaît comme l’élément symbolique primordial de la fondation de la ville. La ville apparaît alors comme un projet politique au sens étymologique du terme, de polis qui en grec veut dire la cité. La ville n’est donc pas qu’un rassemblement d’hommes et de femmes guidés par des soucis essentiellement fonctionnels (se protéger et se défendre, échanger et marchander…). La ville regroupe sur un territoire donné, des hommes et des femmes et leurs activités avec le projet commun de vivre ensemble, projet plus ou moins explicité d’ailleurs et parfois même sous la contrainte relative d’un leader qu’il soit laïc ou religieux voire les deux à l’époque. C’est avec étonnement qu’Étienne de la Boétie dans son « discours sur la servitude volontaire » au xvie siècle, s’interroge sur ce qui pousse les hommes nés libres et égaux à abandonner ainsi une part de leur liberté pour vivre ensemble. Sans doute parce que cette vie ensemble est la seule façon pour l’homme d’avenir à sa propre humanité si l’on en croit le philosophe Emmanuel Lévinas qui évoque l’altérité et les conditions de cette même altérité.

Des décisions « politiques » furent à l’origine de la création de villes nouvelles de l’Antiquité à nos jours, mais la finalité reste toujours là même avec souvent le souci de créer sur terre, ici et maintenant, un impossible paradis, une cité idéale. Celui qui nous est promis dans la perspective chrétienne, du moins symbolique, est une ville : la Jérusalem céleste.

 Texte alternatif absent

La difficulté de la définition de la ville tient à ses propres caractéristiques : une taille, mais également des fonctions diverses et surtout une autonomie politique. Pour les géographes contemporains comme Pierre George, une ville se définit comme « un groupement de populations agglomérées caractérisé par un effectif de population et par une forme d’organisation économique et sociale ». On fait aussi souvent la distinction entre ville et village avec les activités dominantes, en tenant compte de la population : la ville n’a pas une activité essentiellement agricole ou artisanale, contrairement au village, elle a aussi une activité commerciale, politique, intellectuelle. Avec cette définition, une ville pourrait être plus petite qu’une agglomération fortement peuplée à partir d’un réseau de communication.

En France, les villes et agglomérations urbaines (par opposition aux agglomérations rurales), sont désignées sous le terme unique d’unité urbaine, leur délimitation est fondée sur l’unique critère de continuité de l’habitat. Les agglomérations peuvent donc être constituées d’une ou plusieurs communes sur le territoire desquelles une zone agglomérée contient plus de 2 000 habitants. Les limites sont redéfinies en fonction des divers recensements. La première définition date de 1954.

 On compte, il me semble, 257 villes en France…..

Les grandes villes sont le produit de l’étalement urbain ainsi que de la concentration des pouvoirs stratégiques de commandements dans de multiples domaines (politique, administratif, économique, culturel, militaire, etc.). On utilise généralement le terme de « métropole » pour les désigner. Toutefois, de nouvelles expressions permettent de les distinguer, notamment selon leur rayonnement au niveau mondial :

 images3

Une Réponse à “LA VILLE”

  1. Iola dit :

    Très captivée par votre article.
    Merci pour cette histoire et toutes ces informations riches culturellement.

Répondre à Iola Annuler la réponse.

 

leprintempsdesconsciences |
Lechocdescultures |
Change Ton Monde |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | C'est LE REVE
| Détachement Terre Antilles ...
| ATELIER RELAIS DU TARN ET G...