• BONJOUR A TOUS ET

    bienvenue (2)

     CHEZ FRANCESCA 

  • UN FORUM discussion

    http://devantsoi.forumgratuit.org/

    ............ ICI ............
    http://devantsoi.forumgratuit.org/

  • téléchargement (4)

  • Ma PAGE FACEBOOK

    facebook image-inde

    https://www.
    facebook.com/francoise.salaun.750

  • DECOUVERTES !

    petit 7

  • BELLE VISITE A VOUS

    aniv1

    PETITS COINS DE PATRIMOINE QUI SERONT MIS EN LUMIERE AU DETOUR DE NOTRE REGION DE FRANCE...

  • Cathédrale St-Etienne-Auxerre

    St-Etienne Cathédral, Auxerre

    « La restauration est une opération qui doit garder un caractère exceptionnel. Elle a pour but de conserver et de révéler les valeurs esthétiques et historiques du monument et se fonde sur le respect de la substance ancienne et de documents authentiques. Elle s’arrête là où commence l’hypothèse, sur le plan des reconstitutions conjecturales, tout travail de complément reconnu indispensable pour raisons esthétiques ou techniques relève de la composition architecturale et portera la marque de notre temps. » citation Charte de Venise, art. 9, ICOMOS, 196.

  • M

    JE SUIS ORIGINAIRE MOI-MEME DE LA BOURGOGNE....

  • FRANCE EN IMAGES

    G

    « Un monument restauré traduit les connaissances, les ambitions, les goûts, non seulement du maître d’oeuvre mais aussi du maître d’ouvrage : c’est le vrai révélateur de l’appréhension des édifices par une génération donnée, qui leur permet de reconnaître pour sien un édifice centenaire. » citation de Françoise Bercé.

  • amis

  • Méta

  • amis

  • Architecture Française

    5

  • Artisanat Français

    1

  • A

  • amour-coeur-00040

  • montagne

    Tout devient patrimoine : l'architecture, les villes, le paysage, les bâtiments industriels, les équilibres écologiques, le code génétique.

  • 180px-Hlézard1

  • Patrimoine Français

    3

    Citation sur la France.
    !!!!
    La France, je l'aime corps et biens, en amoureux transi, en amant comblé. Je la parcours, je l'étreins, elle m'émerveille. C'est physique. Pour l'heure, c'est le plus beau pays du Monde, le plus gracieux, le plus spirituel, le plus agréable à vivre. En dépit de ses défauts, le peuple français a des réserves inépuisables de vigueur, d'astuce et de générosité. j'écris cela en toute connaissance de la déprime qui périodiquement enténèbre nos compatriotes. Ils ont une pente à l'autodénigrement, une autre au nihilisme. Je suis français au naturel et j'en tire autant de fierté que de volupté. J'ai pour ce vieux pays l'amour du preux pour sa gente dame, du soudard pour la servante d'auberge, de l'érudit pour ses grimoires, du paysan pour son enclos, du bourgeois pour ses rentes, du croyant des hautes époques pour les reliques de son saint patron... J'ai la France facile, comme d'autres ont le vin gai ; je l'ai au coeur et sous la semelle de mes godasses. Je suis français, ça n'a pas dépendu de moi et ça n'a jamais été un souci. Ni une obsession. Toujours un bonheur...

    Dictionnaire amoureux de la France - Denis Tillinac.

  • a bientot

Patrimoine campanaire

Posté par francesca7 le 1 mars 2013

Conservation du patrimoine campanaire en France et en Belgique

Patrimoine campanaire dans CLOCHES de FRANCE 1              2 dans CLOCHES de FRANCE                3

Les guerres sont les pires ennemies des cloches. Déjà au cours de la guerre de Cent Ans de 1337 à 1453 on note des pillages et des pertes campanaires importantes. Françoise Michaud-Fréjaville, dans son étude Naudin Bouchard, une carrière de fondeur orléanais pendant la guerre de Cent Ans, publiée au Bulletin de la Société archéologique et historique de l’Orléanais, n.s., 11/92 (1991), p. 23-32, montre le lien entre le développement de l’artillerie au cours de cette guerre et certains fondeurs de cloches se reconvertissant en fondeurs de canons. Les guerres de religion vont continuer de ravager le patrimoine campanaire. Une série de huit grands conflits où se sont opposés catholiques et protestants, appelés aussi huguenots, va toucher le royaume de France dans la seconde moitié du xvie siècle. C’est ainsi que disparaîtra en 1580 la Non Pareille une cloche de 1516 de la cathédrale de Mende, la plus grosse de France à ce jour avec 25 tonnes. Elle est détruite par le capitaine huguenot Mathieu Merle. Le notaire Destrictis de Mende rapporte : « …Comme on ne pouvait parvenir à rompre la Non Pareille, on fit faire un grand feu, au-dessous et aux environs, et on la fit échauffer de telle sorte qu’après on la rompit aisément ». Le métal fut récupéré pour faire des couleuvrines et deux gros canons. Seul resta le battant en fer de 470 kg ce qui parait peu compte tenu du poids couramment estimé de la cloche , il ne faut pas perdre de vue toutefois que le quintal du Midi et du Gévaudan d’ancien régime pesait cinquante kilos environ (48,5) au lieu des 100 du quintal métrique actuel (il manqua de disparaître plus tard en 1793, les membres du comité révolutionnaire voulant le vendre mais personne ne s’en porta acquéreur). La guerre de Trente Ans (1618-1648) s’accompagna des mêmes destructions.

Le vol de la cloche

La cloche date de 1823. Le 24 mai de cette année 1823, la commune fait fondre l’ancienne campane de 280 kilos qui est fendue et menace d’éclater à la moindre utilisation. Il est probable qu’elle est déjà endommagée en 1811, car on trouve dans les archives communales une délibération du conseil où il est question de sa vente et de sa fonte. La nouvelle cloche est réalisée par Pierre Courteaux, fondeur dans les Vosges, et pèse 657 kilos.

Pendant la première guerre, l’enlèvement des cloches est systématique dans les villages occupés : 123 villages de Meuse perdent ainsi leur sonnerie. Un trou est percé dans le clocher de l’église (clocher que la commune a fait réparer en 1876 à la suite d’un ouragan qui l’a détruit), la cloche jetée à terre et emportée vers l’Allemagne pour être fondue le 7 août 1917. Plusieurs photographies font état de cet enlèvement : l’une d’elle est prise par les Allemands eux-mêmes le jour de l’enlèvement, au pied du clocher, l’autre, prise vers 1930, montre encore les traces du passage de la cloche par un trou très large percé dans le clocher et rebouché, provisoirement, par des planches qui déparent quelque peu la couverture d’ardoises.

vol-e-cloche

La commune est longtemps dépourvue de sonnerie, mais lorsque éclate la Seconde Guerre mondiale, une nouvelle cloche a été installée dans le clocher. Elle reste visible quelque temps, encore accrochée à son battant. Puis, lorsque sont abattues les ruines du sanctuaire, quelques habitants vont la cacher sous un tas de pierres et de gravats à proximité de la place. Des témoins affirment l’avoir vue dans sa cachette près de la place de l’église. Malheureusement, elle a disparu.

 Le patrimoine campanaire tant français que belge, a été ensuite menacé à plusieurs reprises par la Révolution française et toutes les guerres qui s’ensuivirent. Pour convertir le bronze en monnaie ou en canons, plusieurs lois furent votées par les assemblées révolutionnaires entre 1791 et 1795. Le décret du 23 juillet 1793 ordonnait que « chaque commune a la faculté de conserver une cloche qui serve de timbre à son horloge » (cloche civique). Ce décret proclame la Patrie en danger et va justifier la récupération par les révolutionnaires des cloches afin d’en fondre le bronze pour le convertir en canons. Au total, cent mille cloches disparurent dans la tourmente. Napoléon, pour les besoins de son immense armée, en fit aussi grande consommation. La cloche de Lignières (Cher) a heureusement échappé à ces mesures : fondue à Orléans pendant la révolution en 1790, elle porte la mention « Vive la nation, vive le Roi » et des fleurs de lys. Celle de Quintat (Haute-Savoie) porte la mention « Si je survis à la Terreur c’est pour annoncer le bonheur ». Dès la date de la signature du Concordat le 8 avril 1802, la reconstitution du patrimoine campanaire dans les édifices ouverts au culte se fit lentement. Le véritable repeuplement des clochers ne se fit cependant que sous le Second Empire et la IIIe République.

La Première et la Seconde Guerre mondiale furent désastreuses pour le patrimoine campanaire européen et notamment français et belge. La Basilique de Saint-Nicolas-de-Port conserve par exemple dans une chapelle une cloche de 1832, percée lors du bombardement du 19 juin 1914.

horlogerie_monumentÀ noter des figures prestigieuses comme le campanologue canadien Frank Percival Price (né en 1021) qui fut expert-conseil de la Commission interalliée sur la conservation en temps de guerre des monuments artistiques et historiques dans les zones de guerre, et de la Commission du Vatican sur la restauration des cloches. Sous les auspices de la section des enquêtes sur la science et la technologie ennemies de l’Armée canadienne, il entreprit une étude sur la réquisition et la destruction des cloches pour fins de guerre. Il aida également les commissions gouvernementales de la Belgique, de la France, de l’Autriche, des Pays-Bas, de l’Allemagne de l’Ouest et de l’Italie au recouvrement des cloches perdues. En 1975 il fut nommé président honoraire de la Fédération mondiale de carillons.

En France selon les recherches et les chiffres de Percival Price, sur environ 75 000 cloches recensées en 1939, près de 1 160 auraient été confisquées et détruites par l’occupant, essentiellement dans les trois départements d’Alsace-Lorraine (plus précisément l’Alsace-Moselle), annexés et traités comme le reste de l’Allemagne, ainsi que dans les départements du Nord et du Pas-de-Calais dont l’administration militaire allemande relève alors non pas de Paris mais de Bruxelles. Cependant il faut ajouter à ce chiffre, les cloches non dénombrées détruites par les bombardements.

En Belgique ce fut le fondeur George II Slegers (1907-1910) qui œuvra activement pour le remplacement des centaines de cloches disparues au cours de la Seconde Guerre mondiale. Avant la Seconde Guerre mondiale, la Belgique possédait près de 12 000 cloches dont le poids total était évalué à six mille tonnes. Après les réquisitions de juin et de juillet 1944, les 4 566 cloches enlevées par l’occupant représentent un poids de 3 794 825 kg, soit une perte de près de 60 % du patrimoine campanaire belge. Rien que dans le diocèse de Liège, 840 cloches sont portées manquantes pour un poids total de 1 205 599 kg.

La cloche est non seulement un instrument soumis aux aléas de l’histoire, mais elle est également soumise aux caprices des éléments : vieillissement du métal, intempéries, oxydation, ce qui demande un entretien régulier par des artisans campanaires. Par grand froid (moins de -10 °C) on s’abstient de sonner les cloches en volée car elles sont alors fragilisées. On pense que c’était par exemple à cause du froid que l’une des cloches des plus importantes de France, la Maria Regina de Strasbourg (environ 21 tonnes) et qui datait de 1521, s’était irrémédiablement fêlée.

L’art campanaire regroupe plusieurs corps de métier : la fonderie, la musique, la charpente, la serrurerie, la mécanique, la mécanique horlogère, l’électricité, l’électronique. Aujourd’hui, aucune norme ni règle officielle ne régit la profession. Devant ce fait, des artisans campanaires réunis en coopérative d’entreprises ont décidé : d’établir un programme de formation reconnu du personnel (première en France et en Europe) ; d’établir des cahiers des charges précis pour les prestations d’électrification, de restauration et d’installation en matière de cloche et d’horlogerie.

220px-Strasbourg_Cath%C3%A9drale_Notre_Dame_installation_cloches_1978L’École nationale du patrimoine a organisé en juin 1997 un séminaire sur « la connaissance et la gestion du patrimoine campanaire », qui portait en particulier sur :

  • Le récolement

Inventaire et vérification systématique des cloches lors des tournées de visites des églises rurales ; Récolement des cloches classées au titre des monuments historiques (154 cloches recensées) ; Inventaire général du patrimoine départemental (époques, sonneries, coutumes) ; Demandes de protection des cloches anciennes nouvellement repérées ; Publications.

  • L’entretien

Contact avec les entreprises spécialisées et visites sur place des installations sous contrat d’entretien. Vérification du lien « joug cloche » ainsi que de la fixation du battant ; Analyse des éléments extérieurs liés à l’entretien et au bon fonctionnement ; échelles d’accès, abat- son, lumière, présence de pigeons (conservation préventive). Sensibilisation des propriétaires et affectataires.

  • Les travaux

Avis sur devis d’entreprises. Restauration des « ensembles » cloche-beffroi, cloche-clocher, beffroi-clocher, cloche-beffroi-clocher ; Propositions d’interventions particulières à chaque cas en milieu rural ; Soudures (apport scientifique, précautions, intérêt et difficultés de création de cloches neuves) ; Programmations à long terme.

Publié dans CLOCHES de FRANCE | Pas de Commentaire »

Symbolisme de la Cloche

Posté par francesca7 le 1 mars 2013

 

Le tintinnabule (ou tintinnabulum) est une clochette sur un support portatif et constitue, avec l’ombrellino, l’un des emblèmes distinctifs des basiliques chrétiennes catholiques.

Symbolisme de la Cloche dans CLOCHES de FRANCE 160px-Cloche_de_MarineLe Rationale divinorum officiorum médiéval de l’évêque Guillaume V Durand (1230-1296) associe la dureté du métal de la cloche à la force du prêcheur. La percussion du battant rappelle que le prédicateur doit se frapper symboliquement lui-même pour se corriger. De plus le joug qui supporte l’instrument évoque la croix du Christ, tandis que la corde qui lui est attachée symbolise la juste compréhension des Écritures qui découle du mystère de la croix.

Les cloches de Pâques. Selon une tradition chrétienne en cours dans l’ Occident catholique depuis le viie siècle, les cloches restent silencieuses en signe de deuil à partir du Jeudi Saint. On rapporte aux enfants qu’elles sont parties pour Rome pour se faire bénir et qu’elles reviennent le jour de Pâques en ramenant des œufs qu’elles sèment sur leur passage après la Semaine sainte. Cette tradition s’explique par le fait que pour marquer la passion et le deuil relatif à la mort du Christ, on s’abstient de sonner les cloches le Jeudi saint, le Vendredi et Samedi Saint. Des crécelles ou trétrèles sont alors utilisées dans les paroisses et dans les communautés religieuses tant catholiques qu’anglicanes. Ce n’est qu’au Gloria de la Messe de la Vigile Pascale que les cloches résonnent à nouveau. La tradition d’offrir des œufs remonte à l’Antiquité. Déjà, les Égyptiens et les Romains offraient des œufs peints au printemps car ils étaient le symbole de la vie et de la renaissance. L’Église ayant instauré au ive siècle l’interdiction de manger des œufs pendant le Carême et les poules continuant à pondre, les œufs étaient alors décorés puis offerts le jour de Pâques. L’œuf en tant que symbole de vie, de fécondité et de renouveau est à l’image d’une vie nouvelle. Il était tout désigné pour devenir l’un des symboles profanes de Pâques et exprimer le renouveau inauguré par la résurrection, saluée symboliquement par les sonneries de cloches. En Italie, en signe de deuil, on attache les cloches des églises pour éviter qu’elles ne sonnent à partir du Jeudi Saint. À Pâques, les cloches déliées de leurs liens peuvent à nouveau sonner. En Roumanie, le simandre remplace entre le jeudi Saint et le dimanche de Pâques, les cloches qu’il est interdit de sonner en signe de deuil.

main dans CLOCHES de FRANCEEn Bucovine (Roumanie) et toujours la nuit de Pâques, les jeunes filles du village montent dans le clocher de l’église paroissiale pour laver le battant de la cloche (sa langue) avec de « l’eau non-commencée », c’est-à-dire de l’eau puisée à la fontaine par une personne qui ne parlera pas jusqu’à ce que cette eau soit utilisée pour laver le battant de la cloche. Par la suite, à l’aube du jour de Pâques, les jeunes filles se lavent elles-mêmes avec cette eau pour être belles toute l’année, symbole de jeunesse et de résurrection.

L’attachement aux cloches comme élément identitaire, de l’esprit de clocher au sens premier, cristallise les deux dimensions de l’institution ecclésiale à la fois autorité spirituelle et autorité temporelle et sociale. Il s’est manifesté notamment lors des mouvements d’opposition aux réquisitions de cloche pendant la période révolutionnaire et sous le Premier Empire, comme en 1806 à Lageyrat (Haute-Vienne) ou encore lors des pillages de cloches lors de la Première et Deuxième guerre mondiale. Gabriel Le Bras (1891-1970) juriste, historien, sociologue et professeur d’université dit à cet effet : « le clocher est le symbole même de la paroisse et sa personnalité ».

Le pouvoir des cloches. Selon une tradition occidentale, les sonneries de cloches éloigneraient la foudre et la grêle. Les agriculteurs utilisaient les sonneries de cloches afin d’éloigner les orages et briser les coups de grêle et donc protéger les hommes, les bêtes et les récoltes. La cloche porte encore le nom de « sauveterre » dans certaines régions, en référence à cet usage ancien. Un autre pouvoir des cloches était celui supposé de permettre la délivrance plus rapide des parturiantes. Faire sonner les cloches faciliterait l’accouchement. Paul Sébillot (1843-1918) ancien président de la Société d’Anthropologie, rapporte dans son ouvrage de 1908 : Le Paganisme contemporain chez les peuples celtolatins, l’habitude dans certaines régions de lier la ceinture de la femme enceinte à une cloche de l’église paroissiale et d’en sonner trois coups.

asieLe symbolisme de la cloche en Asie. Il est lié à la perception du son. En Inde elle symbolise l’ouïe et ce qu’elle perçoit, le son, reflet de la vibration primordiale. Les rituels du bouddhisme tibétain utilisent la cloche en même temps que le dordjé, le dordjé représentant le masculin, le chemin vers la connaissance, l’efficacité pour surmonter les obstacles et la cloche représentant le féminin, la connaissance et la vacuité. La réunion des deux symbolisant la complémentarité, l’interdépendance du masculin et du féminin et la réunion du temporel et du spirituel. En Chine on associe le bruit de la cloche à celui du tonnerre et du tambour. La musique des cloches y est musique princière et symbole de l’harmonie universelle. Les clochettes suspendues au toit des pagodes sont chargées de répandre le son de la loi bouddhique. Le bruit des cloches a universellement un pouvoir d’exorcisme et de purification : il éloigne les influences mauvaises ou avertit de leur approche. Un document chinois daté de 2260 avant Jésus-Christ rapporte que l’Empereur Hoang-ti fit fondre douze cloches destinées à ces usages. La plus grande cloche du monde était une cloche bouddhiste et birmane : la cloche du roi Dhammazedi seizième souverain du royaume d’Hanthawaddy, fondue le 5 février 1484, pesant vraisemblablement 300 tonnes selon les descriptions de l’époque. Elle fut volée dans la pagode de Shwedagon par l’aventurier Filipe de Brito en 1608 qui souhaitait la fondre pour en faire des canons. Elle coula en même temps que le bateau chargé de la transporter à la confluence des rivières Bago et Yangon. Un projet américain appuyé par le gouvernement birman est actuellement à l’étude pour la renflouer. La plus grande cloche bouddhiste actuelle est celle du temple de Hanshan à Suzhou en Chine. La cloche sur laquelle sont inscrits les noms de 10 000 bouddhas, pèse 109 tonnes, mesure 9 mètres de hauteur pour 6,06 mètres de largeur maximale. Elle a été fondue par Wuhan Heavy Industry casting & Forging, filiale des chantiers navals CSIC en 2009-2010. Traditionnellement pour la fin de l’année lunaire on la sonne de 108 coups ainsi qu’à minuit pour chaque nouvelle année civile, en signe de paix, de prospérité et de bonheur. Le chiffre 108 représentant les 108 épreuves qu’a subi le Bouddha pour atteindre l’illumination, les 108 noms du Bouddha, les 108 passions que doit surmonter le fidèle, les 108 écrits sacrés de Padma-Sambhava, les 108 mudra du Tantra, les 108 positions du Yoga, les 108 feux allumés pour le culte des morts au Japon, les 108 tombeaux extérieurs du mont Hiei près de Kyoto et les 108 grains du chapelet Bouddhiste. Dans l’Hindouisme, il y a également 108 représentations de poses ou danses sacrées du Nastya Shastra, 108 Upanishads, 108 noms donnés à Vishnou dans le Mahabharata et 108 noms pour Shiva.

Publié dans CLOCHES de FRANCE | Pas de Commentaire »

Histoire de la Cloche

Posté par francesca7 le 1 mars 2013

 

Histoire de la Cloche dans CLOCHES de FRANCE histoire-200x300La cloche est l’un des plus vieux instruments sonores que nous connaissions : elle est née probablement, quant à son principe, à l’époque où l’homme sut, par le feu, durcir l’argile et constituer ainsi un vase qui se révélera « sonore » en le percutant. Les premières cloches métalliques remontent à l’âge du bronze. On trouve des traces d’utilisation des cloches en Asie, il y a 4 000 ans. Les Annales de la Chine rapportent que l’Empereur Jaune Huángdì fit fondre, vers l’an 2260 av. J.-C., douze cloches. Plusieurs clochettes de l’époque de la dynastie Shang (xviiie siècle av. J.-C.au xie siècle av. J.-C.) sont exposées au musée de l’histoire chinoise à Pékin (définition extraites du Vocabulaire campanaire édité par la Société française de campanologie – SFC – ).

En juillet 2011, des archéologues conduits par l’équipe d’Eli Choukron et le professeur Ronny Reich de l’université de Haïfa ont déterré à Jérusalem dans la Cité de David, une clochette d’or appartenant à un grand prêtre de l’époque du Second Temple (ier siècle av. J.-C.). Cette clochette en or porte la calligraphie d’une petite bouche à son extrémité. Les sources religieuses juives rapportent que les grands prêtres servant dans le Temple de Jérusalem, portaient effectivement des cloches d’or sur les bords de leurs manteaux. Le livre de l’Exode, par exemple, décrit la cape du prêtre Aaron, comme contenant « des clochettes d’or ». Dans les textes sacrés, celui de L’Exode, chapitre 28, versets 31-34, explique la manière dont un prêtre du Temple doit s’habiller : sur la lisière de cette robe semblable à une cotte de maille, le bas comportait tout autour ces clochettes d’or en alternance avec des grenades de pourpre, d’azur et d’écarlate.

La cloche est un instrument universel dont la longue portée acoustique est utilisée pour communiquer au loin, soit vis-à-vis des hommes, soit vis-à-vis des dieux. On trouve des cloches dans toutes les civilisations et toutes les religions. Des cloches rituelles ont été en usage en Amérique précolombienne. Dans la religion musulmane, on note par exemple la présence d’une grosse cloche ancienne à la mosquée de Xi’an en Chine ou encore sur le minaret de la mosquée de Saint-Louis au Sénégal. La cloche est un symbole rarement utilisé dans l’art islamique bien qu’un hadith relatif à un échange de Mahomet et de El-Hareth ibn Hicham nous décrive la vision de Mahomet comme accompagnée d’un tintement de cloches : « …la Révélation me vient tantôt comme le bourdonnement d’une cloche… ». (Ibn Khaldoun - Prolégomènes, Slane, 1863, tome I.djvu/327 – page203). En Asie, il en existe aussi des modèles très anciens et imposants liés aux usages de la religion hindouiste ou bouddhiste : en Corée, au Japon ou en Birmanie notamment où se trouve la célèbre cloche du roi Bodawpaya destinée au stūpa d’une pagode de Mingun. Elle porte l’inscription 55555. Il s’agit du poids en peik-thar, unité traditionnelle équivalente à1,63 kg. Avec ses 8 mètres de haut et ses 90 tonnes, la cloche de Mingun est l’une des plus grosses cloches sonnantes du monde. En Corée, la cloche divine du roi Seongseok coulée en 771 est la plus grande cloche coréenne bouddhiste conservée à ce jour. Elle mesure 3,75 m de haut, 2,27 m de diamètre. Son poids (pesée de 1997) est de 18,9 tonnes.

precolombienne dans CLOCHES de FRANCEEn Europe, des fouilles archéologiques ont permis de trouver de nombreuses cloches ou clochettes en fer battu ou en bronze d’origine grecque et romaine. Pline rapporte que l’on déposa des clochettes dans le tombeau de Porsenna, un dirigeant étrusque qui prit momentanément le contrôle de Rome à la fin du vie siècle av. J.-C.. À Rome, l’érudit Suétone rapporte dans son ouvrage Divus Augustus (91.2) l’usage de cloches pour le temple de Jupiter capitolin. En Gaule, la cloche remplace peu à peu l’usage du simandre. Les premiers chrétiens firent de la cloche un symbole d’appel et de ralliement. La tradition veut que ce soit l’évêque saint Paulin de Nole (353-431) qui installa les premières cloches dans les églises. Nole est une ville de Campanie qui donna son nom aux cloches (campana). Le mot cloche, par contre, vient du mot issu de l’irlandais ancien cloc. Divers documents attestent qu’à partir du ve siècle siècle, les moines chrétiens fondaient des cloches. L’Écossais saint Patrick (385-461) se rend en Irlande au ve siècle accompagné de fondeurs de cloches. Saint Colomban de Luxeuil (540-615) atteste de l’existence d’une cloche dans le monastère de l’île d’Iona située dans les Hébrides intérieures en Écosse au ve siècle. Les cloches ont été utilisées plus largement dans les églises chrétiennes dès le viie siècle et étaient le plus souvent fondues dans les monastères. Mais dès le viiie siècle il existe des fondeurs itinérants laïcs capables de fondre des cloches d’une centaine de kg ou plus. Charlemagne ordonne en 801 des sonneries de cloches à certaines heures et en 817 au concile d’Aix-la-Chapelle il fut décidé que les églises paroissiales devaient être équipées d’au moins deux cloches. Ce ne fut qu’à partir du xiie siècle que les progrès en matière de conception et de technologie de la fonderie permirent la création de spécimens de grande taille, associés généralement aux cathédrales. Ces cloches furent créées en faisant couler de l’airain, le seul alliage produisant des tonalités harmonieuses, dans un moule en briques couvert de cire.

Dans l’église grecque, l’usage de la cloche apparaît dans la seconde moitié du ixe siècle quand en 865, le doge de Venise Ursus fait un don à l’empereur Michel de douze grosses cloches. Ces cloches furent accrochées dans une tour près de la basilique Sainte-Sophie de Byzance (actuelle Istanbul). En Russie, l’usage des cloches apparut presque simultanément avec la diffusion du christianisme par saint Vladimir Ier vers l’an 988. L’usage ancien du simandre (une planche de bois ou des cerceaux battus à coups de marteau) est toujours en cours dans certains monastères orthodoxes.

Publié dans CLOCHES de FRANCE | Pas de Commentaire »

Usages de la Cloche

Posté par francesca7 le 1 mars 2013

 

Signal collectif

Usages de la Cloche dans CLOCHES de FRANCE usagesLes cloches rythment la vie quotidienne tant profane (indication des heures et des moments de l’emploi du temps) que sacrée : matines, angélus, messe, vêpres, mariage, baptême, enterrement, glas… Les cloches ou clochettes accompagnent et ponctuent les cérémonies et les processions à l’intérieur et à l’extérieur des édifices. On peut parler de langage des cloches, riche et bien varié.

Les cloches des églises pouvaient autrefois être utilisées comme système d’alerte d’un danger avec le tocsin, d’une mort avec le glas, ou d’un événement majeur. L’usage religieux pouvait être distinct de l’usage civil selon le type de cloche utilisé ou selon sa localisation (cloches civiles, beffroi…).

Cependant, les cloches ont pour fonction normale de signaler les temps réguliers. Dans ce cas, une séquence particulière de sons peut être produite par un groupe de cloches pour indiquer l’heure et ses subdivisions. L’une des plus connues et celle dite des « quart de Westminster », une série de seize notes qui est émise par le carillon de l’horloge du palais de Westminster dont la grande cloche qui sonne l’heure même jouit du nom de Big Ben. La plupart du temps, seules les heures pleines sont sonnées (en général à raison d’un coup par heure, en allant de 1 à 12), parfois en deux séries de coups : le pic et le repic (ou rappel).

Signaux privés

Des grelots ou des clochettes ont parfois servi de jouets pour les enfants ou encore pour des adultes à l’occasion de certaines fêtes (carnaval) ou lors de déguisements.

On trouve des cloches pour appeler à l’entrée des maisons, dans les maisons pour appeler aux repas, à table pour appeler le service, etc.

Des cloches ou clochettes étaient ou sont toujours placées dans les conciergeries, réceptions d’hôtels et restaurants.

Actuellement, des systèmes de production de son sont fondés sur des cloches miniatures dans des alarmes, des sonneries de téléphone, de carillon de portes d’entrée ou de réveille-matin par exemple. Pour les sons se répétant rapidement produits par de tels systèmes, le terme employé est sonnette.

Avertissements

tibetain dans CLOCHES de FRANCEAu Moyen Âge, on appelait campanier la personne qui annonçait les baptêmes sur la place principale du hameau ou précédait les convois funèbres en agitant une petite cloche ou clochette. La coutume de signaler le passage d’un cortège funèbre par ce campanier vêtu de noir, appelé familièrement le « clocheteur des trépassés » s’est conservée jusqu’au début du xxe siècle dans les campagnes, alors que dans les villes officiait plutôt le crieur des morts.

Parallèlement, les lépreux devaient signaler leur passage au moyen d’une cloche à main afin de signaler le danger d’épidémie. Dans une marge du Liber pontificalis of Edmund Lacy, Bishop of Exeter, un manuscrit du xive siècle, est représentée la figure d’un lépreux assis agitant une cloche tandis qu’un phylactère reproduit ses paroles (The Medieval Leper and his Northern Heirs de Peter Richards, 2000). Le docteur Jean-Joseph Tricot-Royer (1875 – 1951) rapporte le port d’une cloche par les lépreux en Belgique dans un article de la revue Aesculape – Revue mensuelle illustrée des Lettres et des Arts dans leurs Rapports avec les Sciences et la Médecine (1929).

Albert Jacquot (1853-1915) rapporte dans son Dictionnaire pratique et raisonné des instruments de musique anciens et modernes (1886) que : « …les criminels des Turcs portaient au cou (xviie siècle), une petite clochette qui avertissait le peuple de s’éloigner d’eux ».

En Angleterre à l’église anglicane St Sepulchre-without-Newgate, on sonnait traditionnellement la grande cloche lors de l’exécution d’un prisonnier à la prison de Newgate, dans le quartier. Le greffier de St Sepulchre était également chargé de faire sonner une clochette hors de la cellule du condamné à mort à Newgate pour l’informer de l’imminence de son exécution. Cette clochette connue sous le nom d’« Execution Bell », se trouve désormais exposée dans une vitrine au sud de la nef.

Dans la Marine on utilise aussi pour les bateaux des cloches appelées cloches de bord ou de Marine. (Voir l’article cloche de navire). Avant la mise en place de lentille de Fresnel, la navigation nocturne côtière et fluviale était guidée par des cloches. Au Musée Maritime Fluvail et Portuaire de Rouen est conservée une cloche qui guidait la navigation et qui était autrefois placée sur le bord de Seine : l’insolite cloche de la Risle.

Les premières automobiles avaient comme avertisseurs des cloches ou des clochettes. Certains marchands ambulants, ferrailleurs ou commerçants divers utilisent des cloches pour avertir les clients de leur passage. Autrefois, certaines locomotives à vapeur étaient également équipées de cloches pour servir de signal ou écarter les personnes ou le bétail des voies, de même que certains véhicules d’incendie ou encore les tramways.

Les cloches portées par les animaux d’élevage conduits dans un pâturage ont également une fonction d’avertissement, permettant au berger de repérer ses bêtes dans la brume (lire le paragraphe sonnaille et clarine). On note également l’utilisation de clochettes ou de grelots pour les animaux domestiques.

Sans oublier bien sûr : Sonnaille et clarine

230px-Cloches_des_vachesSur les territoires où les troupeaux d’élevage bovin, ovin ou caprin sont conduits dans des pâturages collectifs, les paysans attachent des clochettes au cou des bêtes. Ces cloches possèdent plusieurs utilités : identification des animaux appartenant à un troupeau particulier, localisation des bêtes, notamment en cas de brume, et cohésion du troupeau.

Il existe des concours de « musique pastorale » utilisant ce type de cloches.

Le terme sonnaille (Kuhglocken en allemand) s’applique aux cloches qui sont forgées ou formées à l’aide de plaques soudées. Ces cloches légères sont généralement fabriquées en tôle de fer rivetée, de forme trapézoïdale, cylindrique ou en forme de coupe.

Le terme clarines s’applique aux cloches de bovin en bronze ou laiton de fonderie qui sont plus lourdes.

 

Publié dans CLOCHES de FRANCE | Pas de Commentaire »

Les Cloches en France

Posté par francesca7 le 18 février 2013

 Les Cloches en France dans CLOCHES de FRANCE villedieu-cloches14-225x300

La cloche dite « de Saint-Ronan », conservée dans le trésor de l’église de Locronan, datée du vie au viiie siècle, et la cloche « de Saint-Pol » de la cathédrale de Saint-Pol-de-Léon datée du vie siècle, sont parmi les plus anciennes de France. La légende rapporte que la cloche « de Saint Pol » (Saint Paul Aurélien (492-572), l’un des sept évêques fondateurs de Bretagne), serait le fruit d’une trouvaille miraculeuse. Avant de quitter le Pays de Galles pour l’Armorique, saint Pol demanda au roi Marc’h de Cornouailles de lui donner l’une de ses sept clochettes qu’il utilisait pour se protéger des esprits malfaisants. Le roi refusa. C’est alors qu’au cours d’un repas pris à Île de Batz, à la table de son cousin Wirthur, chef de la légendaire ville d’Occimor, l’on retrouva miraculeusement la cloche dans le produit d’une pêche. Saint Pol la reconnaissant, rapporta l’histoire. C’est cette cloche qui est depuis conservée dans une niche de la cathédrale Saint-Pol-de-Léon.

La cloche du Puy est l’une des plus anciennes cloches répertoriées en France (fin du xiie siècle). Elle porte un décor composé d’une frise de rinceaux fins et de palmettes peu développées ainsi qu’une succession de filets parcourant le corps de la cloche jusqu’à la pince.

L’une des plus vieilles cloches de France est celle de Fontenailles, un hameau appartenant à la commune de Longues-sur-Mer (Calvados), datant de 1202. Elle est conservée au musée du Baron-Gérard à Bayeux. Une autre cloche faisant partie des plus vieilles cloches de France, classée monument historique, est celle de Sidiailles (Centre), datant de 1239.

Il existe encore plusieurs cloches d’églises antérieures à l’an 1300 : Arlanc (Puy-de-Dôme), Le Moutier-d’Ahun (Creuse), Marines (Val d’Oise), Gros-Horloge de Rouen (Seine-Maritime), Saccourvielle (Haute-Garonne), Le Tech (Pyrénées-Orientales), La Villedieu (Dordogne) et surtout les deux cloches de l’église Saint-Georges de Haguenau (Bas-Rhin), l’un des plus anciens duos conservés en Europe.

Dans le campanile de l’église de Fouqueure (Charentes), se trouvent deux cloches de la fin du xiie siècle, achetées en novembre 1957 par l’abbé Tesseron à l’abbé Clairefeuille, curé d’Ébréon. Elles ont été installées à Fouqueure le 29 mars 1958. Elles se nomment Appolonia (41 kg) et Marie-Bernard (56 kg). Elles avaient été découvertes dans un champ d’Ébréon (Charentes) appartenant à la famille Verron. Elles sont depuis 1957 propriété de la commune de Fouqueure.

160px-bourdon-notre-dame-paris-tour-sud dans CLOCHES de FRANCELa cathédrale Saint-Étienne et Notre-Dame de Metz comporte une cloche datée de 1398 qui sonne en La dièse. Une autre cloche ancienne de la cathédrale de Metz a été fondue en 1413, elle pèse environ2 tonnes, mesure 1,20 m de hauteur et 1,56 m de diamètre inférieur. Elle sonne les heures en Ré dièse. La cathédrale abrite également l’une des plus grosses cloches françaises : la Mutte qui pèse près de11 tonnes et mesure 2,32 m de diamètre. Elle sonne en Fa dièse 2. Elle a été fondue en 1412. La tradition rapporte qu’il y ait eu sept refontes, en raison de fêlures successives. Sa dernière refonte date de 1605. La Mutte était une cloche civile et ne sonnait qu’en cas d’attaques ennemies, d’incendies et de très grandes fêtes. Elle a sonné à la volée pour la dernière fois en 1919 et fait actuellement l’objet d’une restauration ainsi que la tour servant de beffroi qui l’abrite.

Le beffroi de la ville d’Obernai dans le Bas-Rhin abrite un bourdon de 1429 du fondeur Hans Gremp (le fondeur du bourdon de la cathédrale de Strasbourg qui date de 1427) et une autre cloche de 1474 du fondeur Lamprecht Johannes. L’église de Brageac dans le Cantal abrite une cloche de 1466 la plus vieille du département.

La cloche de Schleithal (Bas-Rhin) de l’église paroissiale Saint-Barthélemy date de 1594 et a été coulée à Spire par le fondeur Paul Kessel. Elle pèse près de 1 400 kg et mesure 1,26 m de hauteur pour un diamètre qui est de 1,31 m. Sur la faussure, elle porte les figures de la Vierge, de Saint-Pierre et de Saint-Paul.

La cloche la plus grosse de France mesure 3,06 mètres de hauteur, 9,60 mètres de circonférence et pèse plus de 18 tonnes (Do#2). Surnommée « la Savoyarde » et de son vrai nom « Françoise-Marie du Sacré-Cœur », elle se trouve au Sacré-Cœur à Paris. La souscription des Savoyards avait été commencée le 29 janvier 1889 sur une initiative de Monseigneur Leuillieux archevêque de Chambéry pour contribuer à la construction de la Basilique. La cloche fut coulée le 13 mai 1891 par Georges et Francisque Paccard d’Annecy-le-Vieux et baptisée le 20 novembre 1895. Elle fut mise en place en 1898.

Une cloche de 15 tonnes et de 3,13 m de diamètre sonnant le Ré fut fondue à Bochum par la fonderie Jacob Mayer (bochumer Verein) en 1867 pour devenir, en compagnie de trois autres cloches plus petites, une attraction de l’exposition universelle de Paris. Elle est en acier, ne sonne plus, elle est en mauvais état et n’a plus de battant. Elle est aujourd’hui exposée en face de l’hôtel de ville de Bochum en Allemagne.

180px-Glocke_Bochumer_Verein_Rathaus_BochumLa plus grosse cloche coulée en France, qui est actuellement la 2e plus grosse cloche en volée du monde après celle de Gotemba au Japon (36 250 kg) qui a été coulée par la fonderie Eijsbouts d’Asten aux Pays-Bas en 2006, est d’un poids de 33 385 kg (note LA1) d’un diamètre de 3,65 m et d’une hauteur de 3,65 m. Elle a été réalisée par les fonderies Paccard de Sevrier et la société Verdin de Cincinnati pour le compte de la Millenium Monument Company à Newport, Kentucky (États-Unis). 4 000 briques, 150 tonnes de sable et argile et 350 kg de cire d’abeille non raffinée ont servi à la préparation des moules. Plus de 30 tonnesd’airain fondu porté à 1 023° C ont été nécessaires pour remplir le gigantesque moule en 5 minutes et 57 secondes. Le 20 mars 1999 la cloche a été dévoilée aux Nantais avant son embarquement. Le 4 juillet de la même année s’est déroulée la présentation officielle à La Nouvelle-Orléans (Louisiane) de la « World Peace Bell » pour la fête nationale américaine. En août-septembre 1999, elle a été installée dans une tour spéciale du Millenium Monument Company à Newport aux États-Unis pour y sonner solennellement le passage des 12 coups de minuit au 1er janvier 2000.

Publié dans CLOCHES de FRANCE | Pas de Commentaire »

Fonderies de Cloches Françaises

Posté par francesca7 le 18 février 2013

 

Voici les Fonderies encore en activité de nos jours

  • La fonderie Paccard, a été créé en 1796 à Quintal, transférée en 1856 à Annecy-le-Vieux, puis plus Fonderies de Cloches Françaises dans ARTISANAT FRANCAIS clocherécemment 1989 à Sévrier (74). Elle est actuellement la plus grosse fonderie française de cloches. Un musée campanaire a été créé en 1984. Auteur de records tels que « la Savoyarde » (18 835 kilos) installée au Sacré-Cœur de Montmartre en 1898 et plus récemment en 1999 de la « World peace bell3 (33 tonnes) à destination des États-Unis, Paccard est aussi le spécialiste des sonneries et carillons depuis 1937 (exemple : le célèbre carillon de Chambery, 30 tonnes, 70 cloches).

 

  • La fonderie de cloches Bollée, itinérante de 1715 à 1838 Jean-Baptiste Amédée Bollée installa sa fonderie à Saint-Jean-de-Braye, près d’Orléans en 1838 (en 1842 Ernest-Sylvain (son frère cadet) installa sa fonderie au Mans, elle ferma en 1917 à la mort d’Amédée son fils) , a fondu quelques cloches prestigieuses (Ottawa, basilique de Yamoussoukro…). Elle abrite un musée campanaire depuis 1992.

Jardin de la mairie

La fonderie Cornille-Havard, installée à Villedieu-les-Poêles, dans le Nord-Ouest, dans le département de la Manche en Basse-Normandie, est l’héritière d’une tradition datant de la fin du Moyen Âge. Elle propose une visite guidée à travers son atelier historique et initie à l’art de fondre des cloches. Le 31 juillet 2009, une explosion lors de la coulée d’une cloche de 6,3 tonnes destinée à Mulhouse a fait plusieurs blessés parmi les visiteurs

 

À Strasbourg, l’entreprise Voegele créée en 1908, au service du patrimoine campanaire a commencé le métier de fondeur de cloche en l’an 2000, grâce à la collaboration des fonderies de cloches allemandes de Karlsruhe et Maria-Laach. La plus grosse cloche sortie de cette jeune fonderie a été livrée en 2010 à l’abbaye normande du Bec-Hellouin et pèse 4,5 tonnes.

  • À Labergement-Sainte-Marie, la fonderie Obertino est la plus ancienne entreprise de France à fondre des cloches en bronze pour le bétail. Cette famille originaire du Piémont italien – comme la plupart des familles de fondeurs suisses et fonderie dans CLOCHES de FRANCEfrançais des xixe et xxe siècles tel les Albertano, Barrinotto, etc. – s’est installée dans le Haut-Doubs en 1834. Une branche de la famille Obertino s’est installée à Morteau au début des années 1930, et produit aussi des cloches de vaches. À Labergement ainsi qu’à Morteau sont produites artisanalement des clarines, c’est-à-dire des cloches en bronze, pour l’usage agricole et actuellement aussi pour le tourisme et les cadeaux.
  • À Sainte-Austreberthe dans le département de Seine-Maritime, la société Biard-Roy existe depuis 1818. Elle propose des travaux d’horlogerie monumentale, d’entretien et d’installation mais aussi de fonderie et de rénovation de cloches.

 

Beaucoup de fonderie ont disparus… il ne nous reste plus que celles-ci !

 

 

 

Publié dans ARTISANAT FRANCAIS, CLOCHES de FRANCE | Pas de Commentaire »

Fabrication des Cloches

Posté par francesca7 le 13 février 2013

 

Fabrication des Cloches dans CLOCHES de FRANCE villedieu-cloches9La fonte d’une cloche se fait à partir d’un moule dans lequel on versera un alliage appelé « airain ». La composition du métal a peu varié depuis la création des premières cloches par les Chinois il y a près de 4 000 ans. En effet, il convient de trouver un alliage de différents métaux qui offre à la fois une résistance mécanique suffisante pour supporter la frappe répétitive du battant ou d’un marteau et une qualité musicale satisfaisante tant en matière de portée sonore qu’en matière de durée des vibrations. L’alliage traditionnellement utilisé en France pour la fonte de cloches et qui est appelé familièrement « potin » par les fondeurs, est une combinaison de cuivre et d’étain, deux matériaux qui sont plutôt mous pris séparément. La bonne proportion utilisée pour la fabrication de l’airain est de 78 % de cuivre et de 22 % d’étain. Sa température de coulée est de 1 180 °C. Le temps de solidification dans le moule est de l’ordre de cinq heures, afin d’obtenir une structure métallique particulière qui va donner à l’alliage sa rigidité, sa résistance mécanique, mais surtout ses propriétés acoustiques si remarquables. Cet alliage est de couleur jaune très pâle. Exposé à l’air extérieur et aux intempéries, il se recouvre progressivement d’une couche de patine dans les nuances « vert bronze ».

La composition peut varier notablement. Certaines cloches actuelles comportent également des traces d’antimoine (exemple des cloches de Friedrich Schilling de l’ancienne fonderie de Heidelberg en Allemagne). Pour les cloches anciennes, les analyses de métal montrent qu’il peut y avoir des écarts et aussi des traces d’autres métaux. Il n’était pas toujours facile d’obtenir des matières premières pures (présence de plomb ou de zinc notamment, mais aussi fer, arsenic, soufre…) surtout quand il y avait eu récupération de pièces métalliques diverses ou refonte de canons ; il y avait quelques fois des tentations pour introduire des matières moins onéreuses que le cuivre ou l’étain.

Il y eut aussi des tentatives pour réaliser des cloches avec d’autres types d’alliages ou d’autres matériaux. Vers 1919 un fondeur de cloches lorrain de Robécourt, Georges Farnier, tenta de modifier la composition initiale du bronze de coulée en y joignant une faible quantité d’aluminium. Malgré le résultat positif de l’expérience, il y renonça, tant il parut outrancier de dépasser la tradition.

On trouve encore en Allemagne et en France quelques cloches coulées en acier dont les premiers exemplaires ont été réalisés au milieu du xixe siècle (cloches moulées de Jacob Mayer présentées à l’exposition universelle de Paris en 1855, Société Jacob Holtzer et compagnie des Aciéries d’Unieux entre 1857 et 1872). Exemple de la cloche en acier de l’église Sainte-Madeleine à Tournus, fondue par Jacob Holtzer en 1862. Elle a un diamètre de 108 cm(note La3). Ces cloches ont l’avantage d’être moins lourdes et moins coûteuses, mais leur qualité sonore est moindre et leur durée de vie est sans doute plus courte du fait du risque d’altération par la rouille. Elles doivent souvent être peintes du fait de la corrosion.

Après la Seconde Guerre mondiale, notamment en Allemagne, certaines matières premières comme l’étain ont manqué et des essais ont été faits avec d’autres métaux comme l’aluminium ou le manganèse mais la qualité s’en est ressentie. La présence d’argent pour rendre la cloche plus cristalline est toutefois une légende ; c’était une façon pour le fondeur de récupérer quelques objets de valeur pour sa rémunération personnelle. Néanmoins certaines cloches russes coulées par les fondeurs contiennent effectivement des traces d’argent.

En Allemagne, il existe aussi des petits carillons de cloches faites de porcelaine (région de Meissen, en particulier) ; la portée peut atteindre quelques centaines de mètres autour du clocher.

Pour les petites cloches, comme les clarines d’animaux, on peut trouver des alliages proches du laiton. En Inde, il a été fait parfois usage pour la fonte de clochettes rituelles d’un alliage composé de 8 métaux appelé « ashtadhatu » : or, argent, cuivre,zinc, plomb, étain, fer et mercure.

Quelques analyses de composition du métal de certaines cloches :

  • la célèbre cloche russe de 200 tonnes, la Tsar Kolokol : l’analyse effectuée par le laboratoire impérial du corps des mines, donna le résultat suivant : cuivre 84,51 %, étain 13,21 %, soufre 1,25 %, divers (zinc, arsenic…) 1,03 % ;
  • les cinq cloches de l’église Saint-Vincent de Gragnague (Haute-Garonne) ont fait l’objet d’une analyse métallique par le CNRS : la cloche de 1405 comporte 75,3 % de cuivre et 20,7 % d’étain, 2,7 % de plomb et des résidus de divers autres métaux ; celle de 1939 comporte 6,3 % de plomb au détriment du cuivre (69,7 %) ;
  • la cloche de 1721 de Poligny (Jura) montre une composition de 76 % de cuivre et 24 % d’étain ;
  • les analyses faites lors de fouille archéologiques sur des restes de moules médiévaux montrent, par exemple à Alet, une présence de 3,6 % de plomb au détriment du cuivre.

Alliages classiques utilisés pour fondre les cloches :

  • Métal des cloches anglaises : cuivre 80 %, étain 10,1 %, zinc 5,6 %, plomb 4,3 %…
  • Métal des cloches françaises : cuivre 75 %, étain 25 %.
  • Métal des cloches françaises, variante nommée « Potin », classiquement utilisée : cuivre 78 %, étain 22 %.
  • Métal des cloches piémontaises (une des variantes) : cuivre 76 %, étain 20 %, plomb 4 %
  • Métal des cloches russes (une des variantes) : cuivre 82 %, étain 15 %, 1,5 % argent…

 dans CLOCHES de FRANCELe moule lui-même comprend deux parties qui correspondent à la forme intérieure et extérieure de la future pièce.

La fabrication d’un noyau en briques réfractaires, sorte de cheminée à l’intérieur de laquelle on entretient un feu de charbon de bois (no 1), constitue la première étape. Ce noyau est recouvert de plusieurs couches de « terre » – en réalité un mélange d’argile, de crottin de cheval et de poils de chèvre (no 2) – lissées à l’aide d’un gabarit en laiton. Il existe deux formats de gabarits (no 2), l’un définissant la forme intérieure de la cloche, l’autre la forme extérieure (no 3). Malgré leur ressemblance, ils sont bien différents, ce que la coupe d’une cloche permet de visualiser ci-contre.

Une « fausse cloche », composée d’argile et de poils de chèvre, est construite à l’aide du gabarit extérieur. Une fois lissée avec du gras de bœuf, elle reçoit décors et inscriptions en cire, notamment son nom, la date et le nom du donateur. Ce travail très minutieux s’effectue élément par élément. Pour l’estampage des ornements, on utilisait autrefois des matrices en bois gravé (no 4), une technique qui imposait un dessin préalable au miroir. Désormais de nouveaux matériaux permettent de concevoir le décor à l’endroit et sont également plus souples.

La « fausse cloche » – préfiguration de la pièce finale – est à son tour recouverte de terre. En séchant, cet enduit constitue une sorte de carapace, que l’on appelle la chape. Au bout de quelques jours, lorsque les moules sont bien secs, on les ouvre pour libérer la « fausse cloche ».

On enterre alors le noyau, la chape et le moule de la couronne dans une fosse remplie d’une terre soigneusement damée. Le métal porté à une température de 1 180 °C dans un four y est déversé au moyen d’un canal en briques traversant la fosse. Les très grosses pièces, d’un poids supérieur à 500 kg, sont placées dans une fosse spéciale (no 6). Le lendemain on dégage la terre et quelques jours plus tard on casse le moule, manuellement, avec des sortes de marteaux, pour retirer la cloche définitive (no 8). Il reste à la nettoyer et à vérifier sa sonorité, que l’on rectifie au besoin en la polissant. On ajoute alors les accessoires de suspension et le battant.

Publié dans CLOCHES de FRANCE | Pas de Commentaire »

La Cloche en elle-même

Posté par francesca7 le 7 février 2013

Une cloche est un objet simple destiné à l’émission d’un son. C’est un instrument de percussion et un idiophone. Sa forme est habituellement un tambour ouvert et évidé d’une seule pièce qui résonne après avoir été frappé. Un objet de cette forme est dit campaniforme.

La partie qui frappe le corps de la cloche est soit un battant, sorte de langue suspendue dans la cloche, soit une petite sphère libre comprise dans le corps de la cloche, soit un maillet ou un battant (souvent un tronc de bois suspendu par des cordes) séparé qui frappe la cloche depuis l’extérieur.La Cloche en elle-même dans CLOCHES de FRANCE 180px-cloche_saint-antoine_murat

La cloche est généralement surmontée dans sa partie supérieure, au-dessus de l’axe support, d’une masse métallique ou de bois jouant le rôle de contrepoids : le mouton. L’ensemble des cloches est supporté par un ensemble complexe de poutres en bois, le beffroi : le bois absorbe les vibrations importantes, ce que ne pourrait faire directement une maçonnerie.

Les cloches sont généralement faites en airain, mais certaines cloches ou clochettes peuvent être en fer, en fonte ou en acier (fondeur Jacob Holtzer d’Unieux). Les cloches sont fondues (fabriquées) et coulées par le fondeur de cloches (ou encore « saintier »). Le métal traditionnel pour ces cloches est un alliage : l’airain (un alliage de bronze), comprenant généralement en France 22 % d’étain et 78 % de cuivre. Connu comme du métal à cloche, cet alliage est aussi le même que pour les cymbales. Certaines petites cloches ou clochettes ont été faites en argent, en laiton ou encore en tombac (des alliages de cuivre et de zinc). On a même utilisé de la terre cuite, de la porcelaine, du verre ou du cristal.

L’étude des cloches s’appelle campanologie, et les collectionneurs de cloches sont appelés campanophiles.

Forme et modes de sonnerie

Sa forme la plus classique est la cloche d’église, en forme de coupe renversée, qui est suspendue dans une tour (le clocher) généralement via un portique en bois ou métallique, le beffroi (nom étendu par la suite à la tour maçonnée qui supporte l’ensemble), qui absorbe les vibrations de la mise en mouvement des cloches sans les retransmettre au clocher, qui risquerait la destruction, et sonnée en la faisant osciller manuellement ou mécaniquement, le battant accroché à l’intérieur frappant le corps de la cloche. La cloche est sonnée « à la volée » lorsqu’elle oscille sur son axe, le battant libre frappant l’intérieur. Il existe plusieurs types de volées.

La volée en rétrograde : L’axe de balancement de la cloche se situe au-dessous de l’axe de balancement du battant, et lorsque la cloche balance, le battant, qui est alors un poids mort, retombe sur la lèvre inférieure du vase sonore. Ce type de sonnerie est assez courant dans le Sud de la France, dans les petits clochers où le manque de place et/ou la robustesse du beffroi font défaut. L’avantage de cette sonnerie est donc le gain de place, mais la cloche ne développe pas toute sa puissance sonore et dans le cas d’une sonnerie lente, due à un mauvais équilibrage du joug, le battant peut, le temps que la cloche change d’oscillation, rester collé à la panse et par conséquent, étouffer le son. Le Rétro mitigé utilise la même disposition mécanique que le rétro-lancé, mais sans contrepoids au-dessus de l’axe du battant, il en résulte une sonnerie rétrograde où la cloche doit pratiquement se trouver à l’horizontale pour que la masse du battant entre en contact avec la cloche.

La volée en lancé franc : Dans ce cas, l’axe de balancement du battant est au-dessous de l’axe de balancement de la cloche, et, lorsque la cloche balance, le battant, qui n’est alors plus un poids mort, vient frapper la lèvre supérieure de la cloche. Cette sonnerie permet à la cloche de sonner à pleine puissance et de bien mettre en valeur ses harmoniques, surtout le hum, l’octave inférieure, en particulier pour les grosses cloches. L’inconvénient de cette sonnerie est qu’elle requiert plus de place, et la cloche doit avoir des oscillations plus importantes pour que le battant puisse faire son rôle. Le beffroi doit également absorber une force égale à trois fois le poids de la cloche lorsque celle-ci est en mouvement, imposant donc de lourdes constructions pour les cloches de gros profils.

 dans CLOCHES de FRANCELa volée en rétro-lancé : Il s’agit d’un mélange des deux sonneries précédentes, l’axe de balancement de la cloche est positionné de manière similaire à une sonnerie en rétrograde, mais à l’intérieur de la cloche, l’axe de balancement du battant est sur-abaissé. Le battant peut également être muni d’un contrepoids. On combine ainsi une puissance de frappe meilleure, avec un gain de place.

La volée en super-lancé : Même principe que la volée en lancé-franc, sauf que l’axe de balancement de la cloche se trouve même au-dessus des anses. Ce mode de sonnerie peut être utilisé pour plusieurs raisons. Dans un premier cas, il peut être utilisé pour ralentir la fréquence de balancement de la cloche, dans le but de ne pas imposer de trop gros efforts au beffroi ou par exemple, par manque de place, il aussi peut être utilisé afin d’augmenter la puissance de frappe du battant et par conséquence obtenir un son plus fort.

La volée tournante : Il s’agit d’une pratique assez courante dans le Sud de la France, en pays occitan ou dans le Lauragais, ainsi qu’en Espagne. Le poids du joug, beaucoup plus lourd, est étudié pour obtenir un meilleur équilibre de la cloche, et permet ainsi de réaliser des tours complets. Cette sonnerie développe au maximum le son de la cloche qui s’entend de fort loin. Le joug est généralement du type bois, avec montage de la cloche type lancé, ou montage type rétrograde avec joug cintré et contrepoids (joug type louison). Il s’agit également du type de sonnerie le plus spectaculaire.

Un autre mode de sonnerie très largement utilisé est le tintement. Cette méthode est employée pour faire retentir la cloche en utilisant un tinteur, extérieur ou intérieur à la cloche, dont la masse vient percuter la partie la plus épaisse de la panse de la cloche. Dans certains cas, si la cloche est fixe, le battant peut être utilisé à cet effet (c’est le cas notamment dans les églises orthodoxes, ainsi que dans certaine régions de France ou de Suisse où le sonneur se tient au côté des cloches, actionnant ainsi les battants à l’aide de ses mains et de ses pieds par l’intermédiaire de câbles.

Il existe aussi des cloches tubulaires. En Extrême-Orient, une cloche peut aussi reposer sur un coussin, en position renversée ; elle est alors frappée de l’extérieur, par le côté pour celles en métal, ou par dessus pour celles en bois.

Publié dans CLOCHES de FRANCE | Pas de Commentaire »

1234
 

leprintempsdesconsciences |
Lechocdescultures |
Change Ton Monde |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | C'est LE REVE
| Détachement Terre Antilles ...
| ATELIER RELAIS DU TARN ET G...