• BONJOUR A TOUS ET

    bienvenue (2)

     CHEZ FRANCESCA 

  • UN FORUM discussion

    http://devantsoi.forumgratuit.org/

    ............ ICI ............
    http://devantsoi.forumgratuit.org/

  • téléchargement (4)

  • Ma PAGE FACEBOOK

    facebook image-inde

    https://www.
    facebook.com/francoise.salaun.750

  • DECOUVERTES !

    petit 7

  • BELLE VISITE A VOUS

    aniv1

    PETITS COINS DE PATRIMOINE QUI SERONT MIS EN LUMIERE AU DETOUR DE NOTRE REGION DE FRANCE...

  • Cathédrale St-Etienne-Auxerre

    St-Etienne Cathédral, Auxerre

    « La restauration est une opération qui doit garder un caractère exceptionnel. Elle a pour but de conserver et de révéler les valeurs esthétiques et historiques du monument et se fonde sur le respect de la substance ancienne et de documents authentiques. Elle s’arrête là où commence l’hypothèse, sur le plan des reconstitutions conjecturales, tout travail de complément reconnu indispensable pour raisons esthétiques ou techniques relève de la composition architecturale et portera la marque de notre temps. » citation Charte de Venise, art. 9, ICOMOS, 196.

  • M

    JE SUIS ORIGINAIRE MOI-MEME DE LA BOURGOGNE....

  • FRANCE EN IMAGES

    G

    « Un monument restauré traduit les connaissances, les ambitions, les goûts, non seulement du maître d’oeuvre mais aussi du maître d’ouvrage : c’est le vrai révélateur de l’appréhension des édifices par une génération donnée, qui leur permet de reconnaître pour sien un édifice centenaire. » citation de Françoise Bercé.

  • amis

  • Méta

  • amis

  • Architecture Française

    5

  • Artisanat Français

    1

  • A

  • amour-coeur-00040

  • montagne

    Tout devient patrimoine : l'architecture, les villes, le paysage, les bâtiments industriels, les équilibres écologiques, le code génétique.

  • 180px-Hlézard1

  • Patrimoine Français

    3

    Citation sur la France.
    !!!!
    La France, je l'aime corps et biens, en amoureux transi, en amant comblé. Je la parcours, je l'étreins, elle m'émerveille. C'est physique. Pour l'heure, c'est le plus beau pays du Monde, le plus gracieux, le plus spirituel, le plus agréable à vivre. En dépit de ses défauts, le peuple français a des réserves inépuisables de vigueur, d'astuce et de générosité. j'écris cela en toute connaissance de la déprime qui périodiquement enténèbre nos compatriotes. Ils ont une pente à l'autodénigrement, une autre au nihilisme. Je suis français au naturel et j'en tire autant de fierté que de volupté. J'ai pour ce vieux pays l'amour du preux pour sa gente dame, du soudard pour la servante d'auberge, de l'érudit pour ses grimoires, du paysan pour son enclos, du bourgeois pour ses rentes, du croyant des hautes époques pour les reliques de son saint patron... J'ai la France facile, comme d'autres ont le vin gai ; je l'ai au coeur et sous la semelle de mes godasses. Je suis français, ça n'a pas dépendu de moi et ça n'a jamais été un souci. Ni une obsession. Toujours un bonheur...

    Dictionnaire amoureux de la France - Denis Tillinac.

  • a bientot

  • Accueil
  • > Archives pour le Dimanche 20 septembre 2015

Ils reviennent à la mode les Prénoms

Posté par francesca7 le 20 septembre 2015

 

 

imagesNombre de nos aïeux portaient des noms de fleurs, mais beaucoup ont aujourd’hui quasiment disparus. Peut-être avez-vous ainsi dans votre famille une tante Hortense,MuguetteAnémone ou Véronique ? Une grand-mèreMargueritePâquerette ou Rosalie ?
 
Après un calme plat pendant une quarantaine d’années, certains prénoms comme Eglantine ou encore Jasmine connaissent un léger regain mais restent peu courants… Qui sait, peut-être referont-ils leur entrée dans le top 100 des prénoms d’ici quelques années ?

 

Depuis les années 1970, certains prénoms de fleurs connaissent une deuxième vie, avec une popularité qui croît au fil des ans. C’est le cas de Capucine, de plus en plus attribué ces deux dernières décennies, au point de figurer parmi les 100 prénoms les plus portés ! Garance, longtemps oublié, retrouve lui aussi un second souffle depuis les années 1990 : en 2010, il se classait à la 147e place des prénoms les plus donnés ! Iris, qui évoque aussi la déesse grecque, se popularise de la même manière depuis les années 1990. Enfin l’engouement continue de monter pour Fleur, même s’il reste pour le moment devancé par Flora.
 
A moindre échelle, on peut citer les prénoms Dahlia et Lilas qui reprennent de l’ampleur depuis les années 2000 environ.
Et chez les garçons ? Les prénoms fleurs y sont plus rares, mais Ambroise fait timidement son retour.

Les prénoms fleurs originaux

Vous souhaitez un prénom fleuri pour votre enfant mais aimez ce qui sort de l’ordinaire ? Ainsi fleurissent les Camélia depuis quelques années, tout comme les Anthéa qui ont de beaux jours devant elles, et plus faiblement les Amaryllis.
 
D’autres prénoms fleurs originaux puisent leurs sources dans les langues étrangères. C’est le cas d’Hanae, popularisé depuis les années 2000, qui signifie tout simplement « fleur » en japonais. Pour les garçons, vous pourrez opter pour Nao (qui en vietnamien signifie « fleur de pêcher »), Zoran (« fleur » en arabe), ou encore Yolan (« violette » en latin). 

 

Démodés les prénoms inspirés des fleurs ? Bien au contraire ! Nombre d’entre eux reviennent en force depuis quelques années, et quelques petits nouveaux font même leur apparition. C’est aussi le cas chez les stars, où les bébés aux prénoms fleuris éclosent. Petit tour d’horizon des prénoms fleurs, depuis les collines d’Hollywood jusqu’en France…

Publié dans HUMEUR DES ANCETRES | Pas de Commentaire »

DECOUVRIR LE POT AUX ROSES

Posté par francesca7 le 20 septembre 2015

 

EXPRESSION FRANCAISE

En guise de conclusion provisoire à une recherche toujours en mouvement, presque constamment sujette à révision au gré des traces et des indices nouveaux qui viennent bouleverser les hypothèses les plus solides ou semer le doute dans l’enchainement des « preuves » les mieux établies, voici quelques expression choisies parmi les plus courantes, dont les images ont traversé les siècles sans grandes altérations apparents, et qui tout en gardant leur fraîcheur, conservent entier le mystère de leur origine. Des expressions rebelles, précisément, à toute conclusion – je dirai un échantillonnage de pots aux roses.

decouvrir-le-pot-aux-roses

Découvrir le pot aux roses – le secret, le mystère d’une affaire – est une façon de parler qui date au moins du XIIIè siècle où on la rencontre déjà bien établie dans un Dit de vérité :

Car je tantost descouvreroi

Le pot aux roses.

Comme le remarque P.Giraud, « Ces mystérieuses roses ont depuis longtemps exercé la sagacité des linguistes ». Certains ont formulé l’hypothèse d’un pot de fleurs ; le « pot aux roses ornant la fenêtre ou le balcon des belles, et sous lequel les galants plaçaient les billets doux qu’ils leur adressaient » propose M.Rat – un pot que, naturellement, le mari jaloux pouvait « découvrir »

Plusieurs détails rendent cette proposition inacceptable étant donné l’ancienneté de la locution. D’abord le « pot de fleurs » ne s’emploie que depuis le XVIIè siècle et le mot « découvrir » n’a pris le sens de « faire une découverte » que vers le XVIè siècle. Enfin, inconvénient majeur, les rosiers ne se cultivent pas en pots. Du moins la rose actuelle, persistante, embellie, est une fleur relativement récente, qui ‘est surtout développée avec les progrès de l’horticulture au début du siècle dernier. Les roses d’antan dérivaient directement de la simple églantine avec laquelle elles étaient plus ou moins confondues, comme en témoigne le vieux proverbe pessimiste : « Il n’est si belle rose qui ne devienne gratte-cul ». C’était une fleur fragile, passagère, éclose à midi, fanée le soir, de tout temps le symbole de la fugacité des belles choses.

C’est à cause d’une observation botanique directe, et non par hyperbole, que les poètes se désolent de voir la rose fanée au soir de son éclosion :

-       Les roses overtes et lees

-       sont en un jor toutes alees

dit le Roman de la Rose : plus tard Malherbe lançait sa fameuse lamentation :

Et rose elle a vécu ce que vivent les roses,

L’espace d’un matin.

Autre supposition, le pot aux roses serait un « pot au rose », c’est à dire un « pot qui contient le rose dont les femmes se fardent » ; le découvrir serait alors découvrir l’artifice, le « secret de la toilette d’une femme ». La même objection reste valable quant au sens tardif du mot découvrir, et de plus « la locution est d’une époque où la prononciation maintient distincte l’opposition au rose / aux roses et le pluriel est solidement attesté ».*

En fait les exemples montrent que le sens ancien de l’expression est non pas « trouver » une chose cachée, mais au contraire « découvrir » au sens de « dévoiler, révéler un secret » qui devait normalement être gardé par la personne qui le laisse échapper. C’est ainsi que l’emploie notamment Charles d’Orléans au XVè siècle :

De tes lèvres les portes closes

Penses de sagement garder

Que dehors n’eschappe parler

Qui descouvre le pot aux roses.

Comme le démontre judicieusement P.Guiraud, il s’agit donc de « découvrir » au sens tout à fait matériel d’ »enlever le couvercle » d’un pot qui contient des roses. Le secret apparaît  alors…

Malheureusement, en ce qui concerne la locution, c’est à partir de là que le mystère s’épaissit ; Pourquoi ces roses dans un pot ? A quel usage ? Et surtout pourquoi recèleraient-elles un secret ?… On peut penser très matériellement à l’eau de rose, cet ancêtre des parfums, en grande faveur au Moyen âge, obtenue par distillation de pétales de roses macérés. L’eau de rose était considérée comme un liquide particulièrement pur et précieux. La jeune fille du Guillaume de Dole, calomniée par le vilain sénéchal, pleur de bien jolies larmes :

Lermes plus cleres d’eve rose

li couroient aval le vis.

Comme tout parfun elle s’évente et s’évapore si on laisse le pot découvert… L’odeur se répand dans la pièce et révèle le secret de son existence ?… Ce n’est pas particulièrement concluant.

Pierre Guiraud aborde la même voie, mais en orientant son hypothèse sur la fabrication de l’essence de roses. « La Grande Encyclopédie en décrit longuement la distillation dans une « vessie » ou cornue qui était une « sorte de matras de la panse duquel sort un tuyau. etc. Ce récipient dont les parfumeurs ont autrefois fait mystère, peut servir commodément aux distillations des huiles essentielles en peu précieuses.

rose« On voit l’intérêt de cette citation et de la phrase que j’en souligne : le mystère est peut-être imaginaire et dérive tout simplement de notre expression, mais il n’est pas interdit cependant de voir dans le pot aux roses la cornue des parfumeurs.

« Par ailleurs, Littré et le Larousse du XIXè siècle définissent rose comme un terme d’alchimie, le rose minérale étant une poudre résultant de la sublimation de l’or et du mercure. Je n’ai pu nulle part retrouver la trace de cette opération, mais elle fait songer à la pierre philosophale qui est le symbole même du secret et du mystère. Notre pot aux roses pourrait donc bien être la cornue des alchimistes.

« Nous nous gardons – ajoute P.Guiraud – de défendre ces hypothèses, nous ne les donnons au contraire que pour mieux montrer comment l’imagination se laisse entraîner sur la pente étymologique ».

Il est vrai que l’on ne voit pas clairement comment ces cornues, contrairement à un « pot » ordinaire, pourraient être « découvertes ». Par contre ces indications renvoient pertinemment à l’idée de secret attachée depuis toujours à la rose. L’expression latine sub rosa, « sous la rose » qui signifie « en grand secret », est employée un peu partout dans les langues européennes ; l’origine de cette locution est elle-même obscure. La légende veut que Cupidon ait donné une rose à Harpocrates, le dieu du Silence, pour lui demander de ne pas trahir les amours de Vénus. La rose en serait devenue le symbole du silence. Autrefois on sculptait une rose au plafond des salles de banquets pour rappeler aux hôtes que les confidences échangées à la faveur des libations n’étaient pas destinées à courir les rues.. Au XVIè sicèle on prit également l’habitude graver une rose sur les confessionnaux !

La rose bien gardée, symbole de l’amour et du mystère qui l’enveloppe, constitue précisément l’argument du célèbre Roman de la Rose. La poète est amoureux d’une rose, ou plutôt d’un bouton vermeil, qui embaume le jardin d’Amour. Mais les rosiers sont entourés d’une haie « fête d’espines mout poignant », et gardés par les figues allégoriques tels que Danger, Honte, Peur … Devant la hardiesse de l’amoureux qui a osé prendre un baiser, Jalousie fait construire une puissante forteresse pour protéger les rosiers. Il ne reste au poète qu’à se lamenter de ne plus voir la rose « qui est entre les murs enclose ».

Et quand du bessier me recors

Qui me mist une odor au cors

Assez plus douce que de basme,

Par un poi que je ne me pasme,

Qu’encor ai ge au cuer enclose

La douce savor de la rose.

Ces tours d’horizon replacent certes le pot aux roses dans un contexte auquel il n’a probablement pas échappé à l’époque, où il s’est formé, sans pour autant éclairer son origine de façon déterminante. Il y a  quelque ironie à penser que cette expression gardera peut-être éternellement son secret.

 

Extrait de La Puce à l’Oreille de Claude Dunetton 

Publié dans EXPRESSION FRANCAISE | Pas de Commentaire »

 

leprintempsdesconsciences |
Lechocdescultures |
Change Ton Monde |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | C'est LE REVE
| Détachement Terre Antilles ...
| ATELIER RELAIS DU TARN ET G...