• BONJOUR A TOUS ET

    bienvenue (2)

     CHEZ FRANCESCA 

  • UN FORUM discussion

    http://devantsoi.forumgratuit.org/

    ............ ICI ............
    http://devantsoi.forumgratuit.org/

  • téléchargement (4)

  • Ma PAGE FACEBOOK

    facebook image-inde

    https://www.
    facebook.com/francoise.salaun.750

  • DECOUVERTES !

    petit 7

  • BELLE VISITE A VOUS

    aniv1

    PETITS COINS DE PATRIMOINE QUI SERONT MIS EN LUMIERE AU DETOUR DE NOTRE REGION DE FRANCE...

  • Cathédrale St-Etienne-Auxerre

    St-Etienne Cathédral, Auxerre

    « La restauration est une opération qui doit garder un caractère exceptionnel. Elle a pour but de conserver et de révéler les valeurs esthétiques et historiques du monument et se fonde sur le respect de la substance ancienne et de documents authentiques. Elle s’arrête là où commence l’hypothèse, sur le plan des reconstitutions conjecturales, tout travail de complément reconnu indispensable pour raisons esthétiques ou techniques relève de la composition architecturale et portera la marque de notre temps. » citation Charte de Venise, art. 9, ICOMOS, 196.

  • M

    JE SUIS ORIGINAIRE MOI-MEME DE LA BOURGOGNE....

  • FRANCE EN IMAGES

    G

    « Un monument restauré traduit les connaissances, les ambitions, les goûts, non seulement du maître d’oeuvre mais aussi du maître d’ouvrage : c’est le vrai révélateur de l’appréhension des édifices par une génération donnée, qui leur permet de reconnaître pour sien un édifice centenaire. » citation de Françoise Bercé.

  • amis

  • Méta

  • amis

  • Architecture Française

    5

  • Artisanat Français

    1

  • A

  • amour-coeur-00040

  • montagne

    Tout devient patrimoine : l'architecture, les villes, le paysage, les bâtiments industriels, les équilibres écologiques, le code génétique.

  • 180px-Hlézard1

  • Patrimoine Français

    3

    Citation sur la France.
    !!!!
    La France, je l'aime corps et biens, en amoureux transi, en amant comblé. Je la parcours, je l'étreins, elle m'émerveille. C'est physique. Pour l'heure, c'est le plus beau pays du Monde, le plus gracieux, le plus spirituel, le plus agréable à vivre. En dépit de ses défauts, le peuple français a des réserves inépuisables de vigueur, d'astuce et de générosité. j'écris cela en toute connaissance de la déprime qui périodiquement enténèbre nos compatriotes. Ils ont une pente à l'autodénigrement, une autre au nihilisme. Je suis français au naturel et j'en tire autant de fierté que de volupté. J'ai pour ce vieux pays l'amour du preux pour sa gente dame, du soudard pour la servante d'auberge, de l'érudit pour ses grimoires, du paysan pour son enclos, du bourgeois pour ses rentes, du croyant des hautes époques pour les reliques de son saint patron... J'ai la France facile, comme d'autres ont le vin gai ; je l'ai au coeur et sous la semelle de mes godasses. Je suis français, ça n'a pas dépendu de moi et ça n'a jamais été un souci. Ni une obsession. Toujours un bonheur...

    Dictionnaire amoureux de la France - Denis Tillinac.

  • a bientot

Madame se meurt, Madame est morte

Posté par francesca7 le 30 juin 2015

 Henriette_dangleterreHenriette d’Angleterre ! Qu’elle est belle lorsque Louis XIV la redécouvre en 1661, le jour où elle se marie avec Monsieur, le frère du roi ! Louis avait dit à son frère qu’il se mariait avec un sac d’os ! Il conservait l’image de la fillette arrivée d’Angleterre où son père Charles Ier s’était fait décapiter. Elle était venue chercher refuge en France. Louis, lorsqu’il la revoit la trouve tellement belle qu’elle devient sa maîtresse, même si elle est sa cousine germaine.

Et pour cacher leur liaison, elle met en écran une superbe demoiselle d’honneur : Louise de la Vallière…

Revenons à Henriette : Louis XIV l’a envoyée en ambassade auprès de Charles II d’Angleterre : elle obtient un franc succès diplomatique ! À son retour, elle s’étourdit dans les fêtes, les bals, au grand désespoir de Monsieur, frère du roi, le parfumé fort jaloux que sa femme cherche aussi de la tendresse dans les bras du comte de Guiche, l’homme qu’il aime…

Elle fait bien de profiter du temps qui passe, Henriette qui atteint vingt-six ans. Le 29 juin 1670, au début de l’après-midi, elle est prise de douleurs atroces au côté. Elle boit un verre d’eau de chicorée, la douleur ne cesse de croître. Et dans la nuit, vers deux heures du matin, elle rend le dernier soupir, sans avoir cessé de souffrir. Fut-elle empoisonnée ? Non, l’autopsie a démontré qu’elle souffrait de graves affections ayant causé une péritonite.

Bossuet qui l’a assistée jusqu’à la fin, prononcera dans son oraison funèbre, le fameux : « O nuit désastreuse ! Ô nuit effroyable, où retentit tout à coup, comme un éclat de tonnerre, cette étonnante nouvelle : Madame se meurt, Madame est morte !… »

La princesse fut élevée dans le catholicisme au couvent de Chaillot par les sœurs de la Visitation. Ses premières années en France sont assez rudes pour une princesse de sang royal. La monarchie française est en train d’affronter le soulèvement de la Fronde, les caisses sont vides et la régente, Anne d’Autriche, a d’autres soucis que celui de s’occuper du bien-être de sa belle-sœur et de sa nièce. La petite Henriette passe donc avec sa mère des hivers pénibles dans l’appartement qui leur a été dévolu au Louvre. Les chroniqueurs relatent qu’elles y vivaient très chichement, ayant à peine de quoi se chauffer, qu’elles ne pouvaient se vêtir selon leur rang (Henriette devait même à sa tante la duchesse de Savoie d’avoir des gants à sa taille) et que la reine déchue d’Angleterre avait dû vendre tous ses bijoux et sa vaisselle pour assurer sa subsistance et celle de sa fille. De plus, les deux femmes étaient tenues à l’écart de la vie de cour, femme et fille d’un roi déchu et exécuté, pauvres, héritières d’une lignée royale (les Stuart) que l’on croyait déchue à jamais, Henriette et sa mère n’intéressaient personne. Lord Jermyn, l’amant de sa mère qui avait accompagnée celle-ci lors de sa fuite d’Angleterre et qui partageait la vie des deux femmes, était un buveur et violent qui paraît-il, battait sa maîtresse. Malgré ces difficultés matérielles et ce climat familial déplorable, il semble qu’Henriette bénéficia d’une éducation acceptable. Enfant intelligente, elle était cultivée.

Cette situation changea lorsque, en 1660, le frère aîné d’Henriette, Charles, contre toute attente, réussit à reconquérir, sous le nom de Charles II, le trône d’Angleterre qui avait été enlevé à son père, Charles Ier, décapité sur ordre de Cromwell en 1649. Henriette était très liée avec ce frère aîné. Elle qui avait été oubliée, négligée, tenue à l’écart jusqu’alors par la monarchie française, devient, à 16 ans, la sœur d’un roi en exercice, donc une personne digne d’intérêt. Ce n’est qu’à partir de ce moment-là que la régente, Anne d’Autriche commença à s’occuper de sa nièce.

En 1670, au grand dam de son entourage jaloux, Henriette fut chargée par le roi d’une mission diplomatique. Elle se rendit en grand apparat en Angleterre visiter son frère Charles II qui l’aimait tendrement et contribua à la signature du traité de Douvres, qui scellait le rapprochement entre l’Angleterre et la France.

Dans son entourage se trouvait Louise de Kéroualle dont le roi Charles fit sa favorite.

Deux semaines après son retour de Londres Madame fut saisie de violentes douleurs au côté après avoir bu un verre de chicorée. Son agonie dura plusieurs heures. Elle mourut à 26 ans, le 30 juin 1670, à deux heures et demie du matin environ, au château deSaint-Cloud, peut-être d’une péritonite biliaire, comme le laisse supposer le rapport d’autopsie de Bourdelot.

Jacques Bénigne Bossuet composa pour Henriette-Anne une oraison funèbre dont certaines phrases sont passées à la postérité, par exemple : « Madame se meurt, Madame est morte… etc. ».

Monsieur se remaria en 1671 avec la fille de l’Électeur Palatin, Charlotte-Élisabeth de Bavière (1652-1722), qui était une petite-cousine d’Henriette d’Angleterre du côté Stuart.

Une mort célèbre et contestée

Madame se meurt, Madame est morte dans FONDATEURS - PATRIMOINE 260px-HenriettaMariaStuartBeaubrunDe nombreux historiens ont avancé la thèse d’un empoisonnement qui aurait été commandité par le chevalier de Lorraine, amant de Monsieur, intrigant notoire et personnage sans scrupules, dont Henriette avait obtenu du roi l’exil en Italie.

Certains témoins dirent que Madame fut subitement prise de douleurs terribles dans les premières minutes qui suivirent l’absorption de cette tasse de chicorée ; cependant la notion d’abdomen aigu chirurgical, ici rupture brutale de la vésicule biliaire, n’était pas connue à l’époque ; il était alors facile d’incriminer l’empoisonnement, certes fréquent. Une hypothèse récente évoque la possibilité d’une porphyrie aiguë intermittente, qui rendrait compte des symptômes observés D’autre part, Louis XIV, auquel certains proches avaient fait part de leurs soupçons vis-à-vis de cette mort suspecte, ordonna qu’une autopsie du corps de Madame fût pratiquée mais défendit sous peine de mort aux médecins d’évoquer dans leur rapport l’hypothèse d’un empoisonnement au demeurant fort difficile à mettre en évidence avec les moyens de l’époque. En effet, si l’empoisonnement s’était avéré, le scandale eût été immense. La thèse du poison, mis non pas dans le breuvage mais déposé sur les parois internes de la tasse (Madame, comme tous les princes et princesses du sang, avait sa propre vaisselle que personne d’autre n’avait le droit d’utiliser) fut entretenue par les mémoires de la princesse Palatine qui succéda à Henriette, comme seconde épouse de Monsieur.

Même si La Palatine ne cite pas ses sources, elle semble si convaincue d’un empoisonnement que de nombreux historiens supposent que Monsieur aurait pu connaître, ultérieurement, l’identité du ou des coupables, que celui-ci ou ceux-ci faisaient peut-être partie du cercle de ses favoris (le nom du chevalier de Lorraine fut notamment évoqué). Atterré par cette révélation, Monsieur aurait alors fait quelques confidences à demi-mots à sa seconde épouse. En effet, le frère du roi, qui était très bavard, très frivole, avait la réputation d’être incapable de garder un secret. Il fallait toujours qu’il parle pour se donner quelque importance.

Cependant, Madame de la Fayette, amie de la princesse, affirme dans son Histoire de Madame Henriette d’Angleterre que celle-ci s’était plainte pendant plusieurs jours avant sa mort « d’un mal de côté, et d’une douleur dans l’estomac à laquelle elle était sujette »; elle précise également lui avoir trouvé mauvaise mine. Bref, elle fait clairement état d’un malaise général pouvant étayer la thèse de la péritonite. On est davantage enclin à se fier à ce témoin direct des faits qu’à Madame Palatine qui, d’une part, ne devait arriver pour la première fois à la Cour que plus d’un an après les faits, et d’autre part, vouait au chevalier de Lorraine une haine violente qui ne pouvait que biaiser son jugement.

Les raisons de la mort d’Henriette ne sont toujours pas établies avec certitude à ce jour. Cependant les études modernes sur le rapport d’autopsie et sur l’évolution de l’état d’Henriette les derniers jours penchent pour une occlusion intestinale consécutive à une cholécystite aiguë.

 

Laisser un commentaire

 

leprintempsdesconsciences |
Lechocdescultures |
Change Ton Monde |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | C'est LE REVE
| Détachement Terre Antilles ...
| ATELIER RELAIS DU TARN ET G...