• BONJOUR A TOUS ET

    bienvenue (2)

     CHEZ FRANCESCA 

  • UN FORUM discussion

    http://devantsoi.forumgratuit.org/

    ............ ICI ............
    http://devantsoi.forumgratuit.org/

  • téléchargement (4)

  • Ma PAGE FACEBOOK

    facebook image-inde

    https://www.
    facebook.com/francoise.salaun.750

  • DECOUVERTES !

    petit 7

  • BELLE VISITE A VOUS

    aniv1

    PETITS COINS DE PATRIMOINE QUI SERONT MIS EN LUMIERE AU DETOUR DE NOTRE REGION DE FRANCE...

  • Cathédrale St-Etienne-Auxerre

    St-Etienne Cathédral, Auxerre

    « La restauration est une opération qui doit garder un caractère exceptionnel. Elle a pour but de conserver et de révéler les valeurs esthétiques et historiques du monument et se fonde sur le respect de la substance ancienne et de documents authentiques. Elle s’arrête là où commence l’hypothèse, sur le plan des reconstitutions conjecturales, tout travail de complément reconnu indispensable pour raisons esthétiques ou techniques relève de la composition architecturale et portera la marque de notre temps. » citation Charte de Venise, art. 9, ICOMOS, 196.

  • M

    JE SUIS ORIGINAIRE MOI-MEME DE LA BOURGOGNE....

  • FRANCE EN IMAGES

    G

    « Un monument restauré traduit les connaissances, les ambitions, les goûts, non seulement du maître d’oeuvre mais aussi du maître d’ouvrage : c’est le vrai révélateur de l’appréhension des édifices par une génération donnée, qui leur permet de reconnaître pour sien un édifice centenaire. » citation de Françoise Bercé.

  • amis

  • Méta

  • amis

  • Architecture Française

    5

  • Artisanat Français

    1

  • A

  • amour-coeur-00040

  • montagne

    Tout devient patrimoine : l'architecture, les villes, le paysage, les bâtiments industriels, les équilibres écologiques, le code génétique.

  • 180px-Hlézard1

  • Patrimoine Français

    3

    Citation sur la France.
    !!!!
    La France, je l'aime corps et biens, en amoureux transi, en amant comblé. Je la parcours, je l'étreins, elle m'émerveille. C'est physique. Pour l'heure, c'est le plus beau pays du Monde, le plus gracieux, le plus spirituel, le plus agréable à vivre. En dépit de ses défauts, le peuple français a des réserves inépuisables de vigueur, d'astuce et de générosité. j'écris cela en toute connaissance de la déprime qui périodiquement enténèbre nos compatriotes. Ils ont une pente à l'autodénigrement, une autre au nihilisme. Je suis français au naturel et j'en tire autant de fierté que de volupté. J'ai pour ce vieux pays l'amour du preux pour sa gente dame, du soudard pour la servante d'auberge, de l'érudit pour ses grimoires, du paysan pour son enclos, du bourgeois pour ses rentes, du croyant des hautes époques pour les reliques de son saint patron... J'ai la France facile, comme d'autres ont le vin gai ; je l'ai au coeur et sous la semelle de mes godasses. Je suis français, ça n'a pas dépendu de moi et ça n'a jamais été un souci. Ni une obsession. Toujours un bonheur...

    Dictionnaire amoureux de la France - Denis Tillinac.

  • a bientot

  • Accueil
  • > Archives pour le Jeudi 23 avril 2015

L’histoire de la carotte

Posté par francesca7 le 23 avril 2015

 

1. Plante bisanuelle spontanée dans de nombreuses régions du monde, cultivée pour sa racine comestible (espèce Daucus carota, famille des Apiacées).

2. Racine de cette plante.

4color4L’Afghanistan est considéré comme le premier centre de domestication de la carotte. Des plantes à racines de couleur jaune y ont été obtenues par mutation naturelle dans les populations cultivées locales, qui étaient toutes à racine violacée ou pourpre. À partir des types à racine jaune, dont la culture s’est généralisée en Europe du Nord-Ouest, ont été créées progressivement les variétés à racine rouge-orangé, riches en carotène. Les types à racine blanche sont des mutants issus des types à racine jaune. La carotte est utilisée en alimentation humaine et animale.

Cycle de vie.

En 1re année, la plantule évolue en une rosette de feuilles finement découpées, et développe une racine pivotante tubérisée en l’absence d’obstacles tels que pierres, pailles ou résidus de culture. En 2eannée, la plante émet une hampe florale fortement divisée mais relativement basse. Les fleurs, disposées en ombelle, sont blanches ou rosées, à l’exception de la fleur centrale, généralement pourpre et très grande. La racine est consommable jusqu’à l’apparition de la hampe florale, moment où elle devient fibreuse.

 

Variétés cultivées.

Les variétés actuelles, toutes des hydrides F1 (hybrides simples) ou de trois voies, sont dominées pour le marché de frais par le type `Demi-longue nantaise’ amélioré en carotte de primeur comme de saison (`Nantucket’, `Napoli’, `Presto’, `Premia’, `Nanda’, `Nansen’, `Ykon’, `Nandor’, `Carlo’, `Boléro’ – tolérante à l’alternariose -, `Maestro’, `Major’) et pour l’industrie par le type `Amsterdam’ (`ABK’, `Douceur’, `Cylindra’, `Solo’), le type `Colmar/Flakkee’ ou les `Chantenay Karotan’ et `Vitalonga’.

Culture.

Les sols légers, frais, sableux à sablo-limoneux, profonds, bien drainants et ne présentant pas d’obstacle, sont les plus favorables à une production de carottes potagères de qualité. Sur le plan climatique, les régions océaniques, douces et humides (16-18 oC) sont favorables à une bonne croissance et à la tubérisation de la racine. Les basses températures sont préjudiciables à la formation du carotène, et donc à une coloration correcte de la racine. A maturité, la racine résiste à des températures de – 4 oC à – 3 oC. En deçà, elle exige une protection si la conservation au champ est recherchée.

Deux technologies de culture sont possibles : 
la culture hâtée, réalisée sous abri (bâche au sol, petit tunnel ou abri haut à couverture plastique). Semée à partir de fin octobre, la carotte bénéficie de l’abri jusqu’à fin mars pour être récoltée à partir de fin avril. Ce mode de culture s’est développé sur la façade atlantique sous climat maritime (Landes). C’est la carotte de primeur ;
la culture en pleine terre, dont les semis sont échelonnés de mars à juillet et pratiqués sur butte si la récolte est envisagée en hiver.

L’installation de la culture réclame une préparation soignée du lit de semence, avec un pourcentage élevé de terre fine et un léger tassement superficiel pour assurer un bon contact avec la semence. On effectue un semis en place de précision, souvent sur billon ou sur planche, avec un objectif de 350 000 à 550 000 graines/ha pour les variétés à grosses racines, de 2,5 millions pour les variété de type `Nantaise’ à 2 millions de semences enrobées, pelliculées ou nues par hectare ou à 10 millions dans le type `Amsterdam’.

Maladies et ravageurs.

Les ravageurs dont la culture doit être protégée sont la mouche de la carotte, les nématodes (le plus souvent Heterodera carotae) et les pucerons. Les principales maladies sont l’alternariose, la maladie des taches due principalement à Pythium violae etP. sulcatum, la maladie de la bague (Phytophthora megasperma), la sclérotiniose et l’oïdium.

Récolte.

Pour la carotte de primeur, la récolte intervient entre la mi-avril et le début mai. Pour la carotte de saison, qu’elle soit destinée au marché de frais ou à la transformation, la récolte se fait entre juin et mai de l’année suivante selon les régions. En région non exposée au gel, les racines sont arrachées au fur et à mesure des besoins. Au champ, la protection contre le froid est assurée soit par une couverture du sol à l’aide de paille, associée ou non à un film plastique, soit par buttage ou retournement des rangs, comme cela se pratique dans les Landes. Ailleurs, les racines sont arrachées à maturité et conservées en chambre froide à 0 oC avec un taux d’humidité de 95-98 %. Le matériel de récolte est soit une machine qui opère par préhension du feuillage (carotte de primeur et carotte de saison généralement jusqu’en novembre), soit une machine opérant par soulevage/déterrage et qui, en parallèle, procède au chargement des racines.

Après la récolte, les racines sont généralement lavées, calibrées puis conditionnées en bottes, en vrac, en sachets de polyéthylène, filets ou emballages de carton. Il est également proposé sur le marché de frais des carottes de sable récoltées à la main et non lavées. Le rendement commercial est tributaire du type de variété et de la période de récolte.

carrotallcolorssmProduction.

La France produit 650 000 t de carottes par an, pour 16 500 ha, ce qui en fait le premier producteur de l’Union européenne. Elle est suivie par le Royaume-Uni (583 000 t), l’Italie (405 000 t) et les Pays-Bas (350 000 t). La plus grande partie de la production française (520 000 t) est destinée au marché de frais. Au sein de la production destinée à la transformation, les petites carottes du type `Amsterdam’ représentent 80 000 t, et les grosses carottes de type `Colmar/Flakee’ ou `Chantenay’, 50 000 t. L’Aquitaine (Landes et Gironde), zone d’implantation récente en carotte de primeur notamment, est devenue le bassin de production, avec 28 % de la production nationale. Viennent ensuite la Picardie (Aisne, Somme) avec 16 % pour une destination de transformation industrielle, puis la Basse-Normandie (Manche), avec 15 % pour une mise en commercialisation sur le marché de frais d’août à avril, et la Bretagne, qui représente 10 % du marché du frais.

La balance commerciale de la France pour la carotte n’est que légèrement positive malgré l’écart entre les exportations (108 000 t, à destination surtout du Royaume-Uni et du Portugal) et les importations (85 000 t, en provenance d’Espagne et de l’UEBL essentiellement).

Source Encyclopédique – Péron 

Publié dans FLORE FRANCAISE, GASTRONOMIE FRANCAISE | Pas de Commentaire »

Le Printemps des campanules

Posté par francesca7 le 23 avril 2015

 

290px-Campanula_patula_bgiuPlante annuelle, bisannuelle ou vivace, très cultivée pour ses fleurs en forme de clochette, disposées en grappe (genre principal Campanula, famille des campanulacées).

Les campanules sont utilisées pour l’ornementation des jardins ou pour les fleurs coupées. Leur multiplication se fait le plus souvent par semis d’avril à juin ou par division des souches en automne ou au printemps. De tailles très variées, les campanules peuvent être annuelles (campanule miroir-de-Vénus), bisannuelles (campanule à grosse fleur ) ou vivaces (Campanula carpatica, Campanula garganicaCampanula muralisCampanula lactifloraCampanula persicoefolia, Campanula latifolia). Platycodon grandiflora, Campanula pyramidalis,) vivaces, se multiplient par bouturage à partir de jeunes pousses ou de racines charnues. L’étoile-de-Marie est peu rustique. Sensible au gel, elle doit passer l’hiver en serre. Ses fleurs bleues en forme d’étoile sont parfois si abondantes qu’elles cachent le feuillage.

 

On retrouve les campanules partout au jardin ! En rocaille, elles sont parfaites associées à des alchémilles jaunes qui vont contraster avec le bleu de la floraison. Certaines espèces sont idéales pour les balconnières accompagnées de jolis géraniums retombants. Placez-les dans les massifs « natures » en compagnie des scabieuses violettes ‘Butterfly Blue’, elles seront du plus bel effet. En bordure, les campanules apporteront du volume et de la couleur ! Enfin, pour les jardins anglais, la campanule est la plante incontournable à utiliser. Pour un peu d’originalité, plantez la Campanule des Canaries dans un massif. Ses fleurs orange veinées de pourpre sur des tiges volubiles mêlent les aspects sauvages et exotiques de cette plante.

Clochettes, tubulaires, en étoiles

Les campanules possèdent des fleurs hermaphrodites souvent sous forme de clochettes, tubulaires ou d’étoiles. En fonction des espèces, la floraison survient au printemps ou en été. La gamme des coloris est très vaste ! Elle s’étend du blanc-mauve au bleu violet. Les campanules s’accordent alors parfaitement avec des rosiers. La variété ‘Sarastro’ possède d’énormes clochettes, réellement imposantes à associer avec les campanules ‘Caroline’ au coloris mauve rosé. Pour garder les couleurs éclatantes de vos campanules, placez-les légèrement à l’ombre afin que le soleil ne les ternisse pas.

Les feuilles sont crénelées la plupart du temps et ovales. Chez certaines espèces, les feuilles sont persistantes.

Les campanules ne nécessitent aucun entretien particulier. Supprimez les fleurs une fois fanées pour prolonger la floraison et leur redonner de la vigueur. Pour les variétés les plus hautes, pensez à les tuteurer pour qu’elles ne s’affaissent pas. Enfin, protégez-les des vents desséchants.

En ce qui concerne la multiplication, divisez-les à l’automne ou au printemps. Vous pouvez également procéder par semis ou par boutures basales au printemps.

 

L a campanule des murailles

Les fleurs de cette campanule des murailles sont d’un violet intense, de forme tubulée ou en entonnoir (tube étroit d’environ 4 cm, s’ouvrant soudain en 5 pétales distincts et écartés), appelée campanulée.

C’est une plante qui reste prostrée, ne dépassant pas les 25 cm de haut et dont les tiges de 10 à 15 cm s’étalent avant de se redresser un peu. Au fil des années la touffe qu’elle forme s’agrandit progressivement pour atteindre 50 cm de diamètre. Persistante, cette touffe a tendance à diminuer en hiver pour grandir un peu plus l’année suivante.

Ses tiges sont couvertes de feuilles vert brillant soutenu, de 2 à 4 cm de long, arrondies à cordiformes et aux marges irrégulièrement dentées.

Pour sa multiplication on choisira plutôt le bouturage, très aisé à partir d’un fragment de tige, même replantée dans un mélange de terre standard. La multiplication par division fonctionne également bien.

La campanule des muraille est belle au sol dans un massif, au premier plan, accompagnée de petits Geranium de saxifrages ou potentilles herbacées. Il ne faut pas hésiter à la placer au bord d’une terrasse qu’elle « mangera » un peu.

Le Printemps des campanules dans FLORE FRANCAISE 240px-CampanulaDans une rocaille, elle a toujours sa place, que ce soit dans un éboulis, au creux d’une pierre ou dans un replat.

Mais c’est dans les interstices de murs ou à leur sommet qu’elle est la plus surprenante ; très peu de terre lui suffit pour former de gros coussins, occupant même les plus petites fissures de murets de pierres sèches, et dont la floraison prolifique fait du mur un véritable « mur de fleurs » durant tout l’été. Même plantée dans les zones ombragées la campanule des murailles sera superbe.

 Le saviez-vous ?

  • En cassant une tige pour la bouture vous verrez que, comme chez les euphorbes, les campanules émettent une sorte de suc laiteux suintant et un peu collant.
  • Le nom campanule, et plus précisément Campanula, vient du latin campana qui veut dire cloche, en raison de la forme des fleurs de la plupart des espèces du genre.

Publié dans FLORE FRANCAISE | Pas de Commentaire »

 

leprintempsdesconsciences |
Lechocdescultures |
Change Ton Monde |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | C'est LE REVE
| Détachement Terre Antilles ...
| ATELIER RELAIS DU TARN ET G...