• BONJOUR A TOUS ET

    bienvenue (2)

     CHEZ FRANCESCA 

  • UN FORUM discussion

    http://devantsoi.forumgratuit.org/

    ............ ICI ............
    http://devantsoi.forumgratuit.org/

  • téléchargement (4)

  • Ma PAGE FACEBOOK

    facebook image-inde

    https://www.
    facebook.com/francoise.salaun.750

  • DECOUVERTES !

    petit 7

  • BELLE VISITE A VOUS

    aniv1

    PETITS COINS DE PATRIMOINE QUI SERONT MIS EN LUMIERE AU DETOUR DE NOTRE REGION DE FRANCE...

  • Cathédrale St-Etienne-Auxerre

    St-Etienne Cathédral, Auxerre

    « La restauration est une opération qui doit garder un caractère exceptionnel. Elle a pour but de conserver et de révéler les valeurs esthétiques et historiques du monument et se fonde sur le respect de la substance ancienne et de documents authentiques. Elle s’arrête là où commence l’hypothèse, sur le plan des reconstitutions conjecturales, tout travail de complément reconnu indispensable pour raisons esthétiques ou techniques relève de la composition architecturale et portera la marque de notre temps. » citation Charte de Venise, art. 9, ICOMOS, 196.

  • M

    JE SUIS ORIGINAIRE MOI-MEME DE LA BOURGOGNE....

  • FRANCE EN IMAGES

    G

    « Un monument restauré traduit les connaissances, les ambitions, les goûts, non seulement du maître d’oeuvre mais aussi du maître d’ouvrage : c’est le vrai révélateur de l’appréhension des édifices par une génération donnée, qui leur permet de reconnaître pour sien un édifice centenaire. » citation de Françoise Bercé.

  • amis

  • Méta

  • amis

  • Architecture Française

    5

  • Artisanat Français

    1

  • A

  • amour-coeur-00040

  • montagne

    Tout devient patrimoine : l'architecture, les villes, le paysage, les bâtiments industriels, les équilibres écologiques, le code génétique.

  • 180px-Hlézard1

  • Patrimoine Français

    3

    Citation sur la France.
    !!!!
    La France, je l'aime corps et biens, en amoureux transi, en amant comblé. Je la parcours, je l'étreins, elle m'émerveille. C'est physique. Pour l'heure, c'est le plus beau pays du Monde, le plus gracieux, le plus spirituel, le plus agréable à vivre. En dépit de ses défauts, le peuple français a des réserves inépuisables de vigueur, d'astuce et de générosité. j'écris cela en toute connaissance de la déprime qui périodiquement enténèbre nos compatriotes. Ils ont une pente à l'autodénigrement, une autre au nihilisme. Je suis français au naturel et j'en tire autant de fierté que de volupté. J'ai pour ce vieux pays l'amour du preux pour sa gente dame, du soudard pour la servante d'auberge, de l'érudit pour ses grimoires, du paysan pour son enclos, du bourgeois pour ses rentes, du croyant des hautes époques pour les reliques de son saint patron... J'ai la France facile, comme d'autres ont le vin gai ; je l'ai au coeur et sous la semelle de mes godasses. Je suis français, ça n'a pas dépendu de moi et ça n'a jamais été un souci. Ni une obsession. Toujours un bonheur...

    Dictionnaire amoureux de la France - Denis Tillinac.

  • a bientot

  • Accueil
  • > Archives pour le Lundi 9 février 2015

Terre de refuge en Haut Bugey

Posté par francesca7 le 9 février 2015

 

 

téléchargement (2)Le Haut-Bugey est durant la Seconde Guerre mondiale le théâtre d’actions paramilitaires de la résistance. Point de ravitaillement en matériels et en vivres, il cache et rassemble ceux qui ont pris le maquis. Ses grottes et ses monts hébergent des réunions secrètes, en faisant ainsi un haut lieu de la résistance. Ces actions ont de lourdes conséquences sur la population. Aujourd’hui, le souvenir de cette page tragique de l’histoire est perpé- tué. De nombreux mémoriaux sont érigés à la mémoire des résistants et des déportés, comme le “Monument aux Maquis de l’Ain et à la Résistance” de Charles Machet à Cerdon, le monument à la mémoire des alliés à Echallon, la stèle commémorative à Izernore et le « Gisant », monument départemental de la déportation à Nantua sculpté par Louis Leygue.  

De combes en cluses, de forêts en prairies, de montagnes en collines et de lacs en étangs, la Route des Sapins du Haut-Bugey parcourt une nature étonnamment riche et préservée, baignée d’air pur. Sillonnant un relief jurassien typique entre 250 et 1200 m d’altitude, elle invite à la découverte de grands espaces encadrés de paysages majestueux et d’une campagne verdoyante, ponctuée de villages accueillants et authentiques. Le lac Genin et le marais de Vaux, le lac et l’abbatiale de Nantua, la forêt de Meyriat, la via ferrata d’Hostiaz, les aires d’envol de parapente, la station climatique d’Hauteville-Lompnes et ses célèbres carrières, le monument du Maquis d’Echallon, Oyonnax et ses expositions dédiées aux plastiques… Chacun des nombreux sites de la Route des Sapins du Haut-Bugey offre un véritable intérêt. Passionnés d’histoire, de traditions rurales et d’arts populaires, amateurs de “calme et de nature”, sportifs en quête d’émotions ou de défis, mélomanes ou gastronomes… Tous les tempéraments vibrent au rythme de ses richesses naturelles et s’enchantent de sa douceur de vivre.

Du bout du massif Jurassien à la rivière d’Ain, la Route des Sapins du Haut-Bugey dévoile sur son passage une grande variété de paysages de moyenne montagne. Ses chaînes montagneuses sont entrecoupées de vallées plus ou moins larges et de cluses qui, comme des écrins, abritent en leur cœur des lacs naturels. La cluse de Nantua est visible depuis les bords de son lac et des communes voisines. Avec un peu de hauteur, vous pouvez même l’observer des abords de la chapelle de Mornay (du XIIe siècle classée M-H). Elle s’étend au pied de l’Autoroute des Titans et du lac de Sylans, ce dernier offrant un cadre de pêche très nature. Autre cluse, autre vue : celle des Hôpitaux qui dès la sortie de la commune d’Hostiaz, depuis un surplomb, se profilera devant vous.

Sur le Plateau d’Hauteville, de nombreux marais dont ceux de Vaux et des Loups ou celui des Lèches sur les Monts Berthiand ponctuent le parcours. Les étangs Marron à Brénod, ceux du Genevray, ou encore celui de Lalleyriat scintillent dans le paysage. Enfin les combes, comme celle de Léchaud, recèlent des milieux naturels exceptionnellement riches et préservés. Jusqu’aux rives de l’Ain, la Route des Sapins du Haut-Bugey offre un point de vue privilégié sur une nature intacte et des paysages multiples.

La richesse des écosystèmes interpelle tout au long de la Route des Sapins du Haut-Bugey. Au printemps, la fonte des neiges laisse place à une nature authentique et généreuse. Les cascades et les ruisseaux bouillonnent. Des tapis de narcisses et de jonquilles bordent de majestueuses forêts de conifères, soulignées par des prairies de feuillus d’un vert éclatant. La Route des Sapins du Haut-Bugey est naturellement fréquentée par de nombreux quadrupèdes. Chevreuils, chamois, écureuils et hérissons se croisent sur les chemins et il suffit de lever les yeux pour apercevoir le ballet des mésanges, des grives, des geais ou des merles. Du bord des falaises, buses, faucons et même tichodromes échelette et bruants fous se livrent à d’impressionnants vols. Au bord des plans d’eau, les canards colvert, les “foulques” ou encore les grèbes barbotent en toute quiétude. Les rencontres sont nombreuses… 

L’activité agricole et le pastoralisme contribuent à conserver la variété des milieux naturels de la Route des Sapins du Haut-Bugey. Bovins et ovins, en broutant dans les pâturages, permettent de limiter l’avancée de la forêt et de maintenir, dans ces espaces, une flore typique (orchidées, gentianes, œillets de poète…) conférant de subtils arômes au lait qu’ils produisent. L’ensemble des activités liées à cette filière constitue l’une des ressources des habitants du Haut-Bugey. A l’approche de l’hiver, les clôtures seront enlevées pour transformer ces verts pâturages en véritable espace blanc où seuls conifères verdoyants et bleu du ciel révèleront toute leur intensité. La vie pastorale sera, quant à elle, ralentie et le temps restant, les hommes le consacreront aux activités de vie des stations (damages des pistes, ventes de forfaits…) et à l’accueil des vacanciers (hébergement et restauration).

Terre de convoitises, le Haut-Bugey a depuis toujours suscité un intérêt en raison de sa situation sur les grandes voies Lyon-Genève et Lyon Besançon. Déjà à l’époque galloromaine, les villages étaient courtisés et certains gardent encore les traces de ce passé, comme Izernore où subsistent les vestiges d’un temple et des objets présentés dans son musée archéologique. Plus tard, appartenant au Duc de Bourgogne, le Haut-Bugey est placé sous la puissance de grands prieurés (Chartreuse de Meyriat) puis de familles féodales, comme le seigneur de Mont-Royal ou les puissants sires de Thoire. Les châteaux des Terreaux à Saint Martin du Fresne, de Coiselet, de Dortan et bien d’autres encore témoignent de la puissance de la seigneurie jusqu’en 1402 où, faute de successeur, le Haut-Bugey est confié au Comte de Savoie, devenant ainsi Savoyard. Exception faite pour le Plateau d’Hauteville et son château de Lompnès qui à cette même période était déjà Savoyard. En 1601, par le traité de Lyon, les bourgades du Haut-Bugey entrent dans le royaume de France et deviennent définitivement françaises. 

Le bois est une ressource considérable pour le Haut-Bugey. Les acteurs de cette filière l’exploitent en visionnaire et valorisent cette énergie nouvelle. Des communes utilisent désormais les déchets de bois produits par les scieries, du bois déchiqueté des forêts dans leur chaufferie collective. Pour tous ces villages, ce choix permet d’assurer l’entretien des forêts environnantes et de s’engager activement dans une démarche de développement durable.

L’art et la matière ont toujours été au cœur des activités du Haut-Bugey. Les bois issus des domaines forestiers ont fait émerger de nombreux savoir-faire et même la pierre extraite du sol calcaire du Plateau d’Hauteville a aussi fait naître une véritable activité. Plus récemment à Oyonnax, la plasturgie a contribué à faire du Haut-Bugey une région où tous les talents randofenec124039219646_arts’expriment, dans l’art comme dans l’industrie.

La Route des Sapins du Haut-Bugey dispose d’un cadre exceptionnel pour bon nombre de sports et loisirs. Pour les amateurs de sensations fortes, aviation légère, parapente, via ferrata, escalade, parcours aventure et parcours dans les arbres ou encore canyonning… garantissent des moments inoubliables. A un autre rythme, les villages de la Route des Sapins du Haut-Bugey offrent une multitude de sites de loisirs et de circuits pour pratiquer la randonnée, le VTT, le cyclotourisme ou la moto. Enfin, été comme hiver, la Route des Sapins du Haut-Bugey se prête aux sports de glisse : ski nautique, dériveur, planche à voile ou simplement baignade pour les moins téméraires. Sur la terre ferme se pratiquent aux beaux jours, le ski-roues, le roller-ski ou le trikkes, et sur neige, la raquette, le ski alpin, le ski de fond et la randonnée en traîneaux à chiens

 

Publié dans Autre région, FLORE FRANCAISE | Pas de Commentaire »

Sur les berges de l’Etang de l’Or

Posté par francesca7 le 9 février 2015

 

 

280px-Etang_de_l'orL’étang de l’or est en même temps, le sujet du roman le plus connu de Gaston Baissette, médecin et écrivain d’origine melgorienne. C’est aussi le sujet du poème L’estanc de l’ort d’Alexandre Langlade, poète languedocien du dix-neuvième siècle.

L’organisation parcellaire actuelle trouve son origine dans les travaux de drainage des marais entrepris au XVIIIe siècle. Sur les berges Nord de l’étang les hommes ont construit un système hydraulique afin de drainer les terres salées et de les irriguer avec de l’eau douce. A certains endroits des marais salants été exploités, activité abandonnée aujourd’hui (ancien marais salant au Sud-Ouest du site classé, près de l’actuel aéroport). La pêche dans l’étang représentait une activité économique importante autrefois, mais subit aujourd’hui une nette régression.

L’étang de l’Or est une étendue d’eau située au sud-est du département français de l’Hérault. Il est séparé de la mer Méditerranée par un cordon dunaire de 600 mètres de largeur au minimum.

D’une surface de plus de 3000 hectares et d’une profondeur maximale de 1m, l’étang de l’Or (appelé aussi parfois « Étang de Mauguio ») est classé depuis 1983 au titre de la loi de 1930. Sa surface immergée est majoritairement sur le territoire de Mauguio. À l’ouest, un petit morceau appartient à Pérols, de même à l’est pour Marsillargues, etau sud-est, La Grande-Motte en détient une partie limitrophe avec une pointe du territoire d’Aigues-Mortes.

L’étang est entouré de rivages sur les territoires de Pérols à l’ouest, Mauguio au nord, Candillargues et Lansargues au nord-est, Marsillargues et Aigues-Mortes à l’est, La Grande-Motte au sud-est et Mauguio au sud-ouest avec la station de Carnon.

Il est entouré par Pérols à l’ouest et les communes du canton de Mauguio, dont La Grande-Motte et le quartier melgorien de Carnon installées sur le cordon dunaire qui sépare l’étang de la mer Méditerranée.

En occitan, l’étang de l’Or s’écrit Estanh de l’Òrt, ce qui signifie étang du Jardin.

L’étang de l’Or, ou étang de Mauguio, appartient au chapelet des étangs côtiers du Languedoc-Roussillon. Dans un contexte de conservation environnementale, la démarche Natura 2000 (procédure d’initiative européenne), permet de protéger les espèces et les habitats menacés, afin d’assurer la conservation du patrimoine local. 

La frange des roseaux qui borde l’étang offre un refuge aux canards, foulques et poules d’eau, qui s’y reproduisent au printemps. Par-dessus la roselière, l’étang de l’Or s’étire presque jusqu’à l’horizon. Dans cette lagune peu profonde mais très productive, les algues et herbiers se développent, les crustacés, poissons et oiseaux s’alimentent. 

Au fil de la balade, vous traverserez un ruisseau la Capoulière, vous apercevrez une cabane où vient nicher la chouette chevêche. Tout au long du sentier vous pourrez apercevoir également avocettes élégantes, aigrettes garzettes ou encore le héron cendré… 

Depuis longtemps, l’homme tire profit des ressources de l’étang. Les Traditionnelles cabanes furent des lieux de travail mais aussi de calme et d’évasion. 

L’étang de l’Or se situe au 5ème rang des étangs littoraux après Berre, Thau et Salse-Leucate. Cet étang a une constitution complexe ce qui lui confère une grande fragilité. En effet, sa situation attractive le rend vulnérable. Un des objectifs du Syndicat Mixte du Bassin de l’Or est de sensibiliser le public à l’importance des zones humides, et donc de l’étang. La faune et la flore, fragile et vulnérable représentent un des attraits les plus identitaires de cet espace naturel. 

Etang de Mauguio ou Etang de l’Or est séparé de la mer méditerranée par un mince lido sableux, non inclus dans le site classé. Une partie de ce lido est occupée par les constructions des stations balnéaires de Carnon à l’Ouest, et de la Grande-motte à l’Est. La seule communication de l’étang avec la mer se fait le grau de Carnon (grau artificiel transformé en port). L’étang de l’Or et ses marais possèdent une grande valeur paysagère, écologique, hydrologique, et patrimoniale (réseau hydraulique et activités traditionnelles). Cette importante étendue d’eau aux couleurs changeantes selon la lumière livre une impression d’immensité et de calme : c’est une unité de paysage remarquable, notamment perceptible depuis les routes très fréquentées (2×2 voies) qui ceinturent l’étang à l’Ouest, au Sud et à l’Est. Si l’on atteint les berges de l’étang par le Nord, cheminant le long des canaux et roubines, traversant les prairies humides, frôlant les roseaux et gouttant la salicorne, c’est une autre perception de la lagune qui s’offre aux curieux. Le paysage qui enveloppe le plan d’eau est riche et diversifié, on découvre une ambiance feutrée au parfum salé, et une nature bien vivante.

L’étang de l’Or est le creuset d’une culture « cabanière » : à de multiples endroits des « cabanes » ont été construites, le long du canal du Rhône à Sète et du canal de Lunel, aux embouchures des rivières, sur les berges de l’étang, ou dans les marais. A l’origine utilisées par les pêcheurs et chasseurs, certaines sont maintenant des maisonnettes habitées toute l’année. Elles finissent parfois par former de véritables hameaux : les cabanes du Salaison, de Pérols, et de Lunel ont été exclues du site classé. D’autres, plus isolées ou plus pittoresques, sont inclues dans le site classé et font l’objet d’un suivi régulier (cabanes des Pointes ou cabanes du Roc par exemple).

800px-Etang_de_l'OrAu niveau écologique, l’étang de Mauguio et ses berges possèdent un intérêt avifaunistique de tout premier ordre. Cette zone humide constitue à la fois une étape migratoire et un lieu de reproduction et d’alimentation pour de nombreuses espèces d’échassiers et de laro-limicoles (Flamant rose, Echasse Blanche, Busard des roseaux, Butor étoilé, Râle d’eau, Grèbe à cou noir, Sterne naine, Gravelot…) La richesse écologique de l’étang s’observe également à travers la présence d’une cinquantaine d’espèces de poissons (migrateurs et sédentaires), de nombreux batraciens et reptiles, et de la diversité floristique (par exemple le bois d’Espous, au Nord-Est de l’aéroport, présente un intérêt botanique exceptionnel, mêlant essences végétales des bords des eaux – peuplier blanc, orme, frêne – et essences de la garrigue comme le pin d’Alep et le chêne vert). L’équilibre écologique de l’étang reposent en partie sur les infrastructures hydrauliques. Cette lagune est par ailleurs d’un grand intérêt hydrologique, puisqu’elle correspond à l’exutoire naturel d’un bassin versant de plus 400 km², drainant une dizaine de cours d’eau et canaux (dont la Cadoule, le Salaison et le Bérange).

Sources : http://smgeo.free.fr/index_2.htm  et  www.pole-lagunes.org

 

 

 

Publié dans LACS DE FRANCE | Pas de Commentaire »

 

leprintempsdesconsciences |
Lechocdescultures |
Change Ton Monde |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | C'est LE REVE
| Détachement Terre Antilles ...
| ATELIER RELAIS DU TARN ET G...