• BONJOUR A TOUS ET

    bienvenue (2)

     CHEZ FRANCESCA 

  • UN FORUM discussion

    http://devantsoi.forumgratuit.org/

    ............ ICI ............
    http://devantsoi.forumgratuit.org/

  • téléchargement (4)

  • Ma PAGE FACEBOOK

    facebook image-inde

    https://www.
    facebook.com/francoise.salaun.750

  • DECOUVERTES !

    petit 7

  • BELLE VISITE A VOUS

    aniv1

    PETITS COINS DE PATRIMOINE QUI SERONT MIS EN LUMIERE AU DETOUR DE NOTRE REGION DE FRANCE...

  • Cathédrale St-Etienne-Auxerre

    St-Etienne Cathédral, Auxerre

    « La restauration est une opération qui doit garder un caractère exceptionnel. Elle a pour but de conserver et de révéler les valeurs esthétiques et historiques du monument et se fonde sur le respect de la substance ancienne et de documents authentiques. Elle s’arrête là où commence l’hypothèse, sur le plan des reconstitutions conjecturales, tout travail de complément reconnu indispensable pour raisons esthétiques ou techniques relève de la composition architecturale et portera la marque de notre temps. » citation Charte de Venise, art. 9, ICOMOS, 196.

  • M

    JE SUIS ORIGINAIRE MOI-MEME DE LA BOURGOGNE....

  • FRANCE EN IMAGES

    G

    « Un monument restauré traduit les connaissances, les ambitions, les goûts, non seulement du maître d’oeuvre mais aussi du maître d’ouvrage : c’est le vrai révélateur de l’appréhension des édifices par une génération donnée, qui leur permet de reconnaître pour sien un édifice centenaire. » citation de Françoise Bercé.

  • amis

  • Méta

  • amis

  • Architecture Française

    5

  • Artisanat Français

    1

  • A

  • amour-coeur-00040

  • montagne

    Tout devient patrimoine : l'architecture, les villes, le paysage, les bâtiments industriels, les équilibres écologiques, le code génétique.

  • 180px-Hlézard1

  • Patrimoine Français

    3

    Citation sur la France.
    !!!!
    La France, je l'aime corps et biens, en amoureux transi, en amant comblé. Je la parcours, je l'étreins, elle m'émerveille. C'est physique. Pour l'heure, c'est le plus beau pays du Monde, le plus gracieux, le plus spirituel, le plus agréable à vivre. En dépit de ses défauts, le peuple français a des réserves inépuisables de vigueur, d'astuce et de générosité. j'écris cela en toute connaissance de la déprime qui périodiquement enténèbre nos compatriotes. Ils ont une pente à l'autodénigrement, une autre au nihilisme. Je suis français au naturel et j'en tire autant de fierté que de volupté. J'ai pour ce vieux pays l'amour du preux pour sa gente dame, du soudard pour la servante d'auberge, de l'érudit pour ses grimoires, du paysan pour son enclos, du bourgeois pour ses rentes, du croyant des hautes époques pour les reliques de son saint patron... J'ai la France facile, comme d'autres ont le vin gai ; je l'ai au coeur et sous la semelle de mes godasses. Je suis français, ça n'a pas dépendu de moi et ça n'a jamais été un souci. Ni une obsession. Toujours un bonheur...

    Dictionnaire amoureux de la France - Denis Tillinac.

  • a bientot

Le calendrier des fêtes Lorraines

Posté par francesca7 le 6 décembre 2014

 

Affiche-Pommes-RVB-42x60-mai-2013L’automne et l’hiver

Dans la vie traditionnelle lorraine, l’année s’achève en automne.

Après la moisson et la fenaison, les champs sont ouverts à tous les animaux (vaine-pâture) et on prépare l’hiver en tuant le cochon.  La Toussaint est la veillée des morts. Elle se tenait au soir du 1e novembre et consiste en la visite au cimetière. Toutefois, il était habituel que les hommes sonnent les cloches de l’église une partie de la nuit.  La Sainte-Catherine et la Saint-Nicolas sont deux fêtes de jeunesse qui se répondaient en écho. A la Sainte-Catherine (25 novembre), les jeunes filles préparaient un repas dans un café auquel on conviait les garçons. A l’issue de ce repas, les filles pouvaient inviter les garçons à danser (dans les sociétés traditionnelles, le célibat des filles était stigmatisé). Quinze jours plus tard, la Saint-Nicolas permettait aux jeunes gens de rendre la politesse.

La fête de saint Nicolas (06 décembre) est celle qui a le plus perduré. Il est accompagné du « Père Fouettard » ( « Hans Trapp » en Lorraine germanophone). L’épisode des trois enfants ressuscités par le saint est toujours figuré. Dans l’église de Saint-Nicolas-de-Port, a lieu une procession où apparaît le Sire de Réchicourt, un miraculé de saint Nicolas enveloppé dans une cape et portant bottes et gants de cuir ainsi qu’un heaume de métal à la visière rabattue. On faisait croire aux enfants que le saint viendrait la nuit distribuer des cadeaux (pommes, noisettes et orange au début du siècle) aux enfants sages.  Noël est une fête plus familiale et plus religieuse que la SaintNicolas. En soirée, on brûlait une bûche : un tronc d’arbre que le grand-père bénissait en l’aspergeant d’eau bénite ou de vin. Une demi-heure avant minuit, on se rendait à l’église pour assister à la messe de minuit. Enfin avait lieu le repas de Noël où l’on servait uniquement de la viande de porc, du jambon voire du boudin. 

Carnaval marque la fin de l’hiver et le retour aux travaux des champs. Le port des masques et des déguisements était courant sauf dans les Vosges. Dans de nombreux villages, des cavalcades parcourent les rues du village. On noircissait aussi le visage des filles avec de la suie ou du cirage et on n’hésitait pas à mettre du désordre dans les cuisines. Enfin, faire des crêpes ou des beignets faisait partie des coutumes de Carnaval.

Le printemps  Le cycle pascal : le dimanche des Rameaux, on faisait bénir le buis qui assurerait la protection des bêtes et des gens. A partir du Jeudi  Saint, les cloches de l’église ne sonnaient plus. Les enfants de chœur parcouraient alors le village et annonçaient les heures du jour et les offices avec des crécelles. Puis, ils passaient de maison en maison récolter des œufs teints dans des décoctions de pelures d’oignons, de grains de chicorée ou de fleurs d’anémone. Le Samedi Saint, ils faisaient une tournée de quête et chantaient aux maîtresses de maisons visitées un chant sur l’air du Stabat Mater.

 Les Rogations

Le cycle de pâques annonçait le temps de processions. Celles organisées durant les trois jours précédents l’Ascension portaient le nom de Rogations. Le caractère agricole utilitaire de ces cérémonies, consistant à protéger les cultures, explique la faveur dont elles bénéficient dans les villages.

 La Fête-Dieu : à l’époque de la fenaison et des moissons, il y avait peu de place pour les distractions et les réjouissances. C’était le temps des communions solennelles qui ont commencé à disparaître à la fin des années soixante. Le deuxième dimanche après la Pentecôte, la Fête-Dieu (une fête mobile rattachée au cycle lunaire de Pâques) est la cérémonie la plus fastueuse de la saison où l’on vénère le Saint sacrement. La fête consiste en une procession à travers le village oùdes branchages et des fleurs jonchent le sol; le prêtre dépose l’ostensoir du Saint Sacrement sur des autels provisoires où prières, coups d’encensoir et bénédiction des paroissiens se succèdent.

Chaque maison située à proximité de ces reposoirs avait à cœur de participer à la décoration (nappe blanche, chandelier, vases avec fleurs cueillies dans le jardin). La procession terminée, on récupérait précieusement les fleurs bénies.

L’été  La Saint Jean est une fête solaire qui a lieu au solstice d’été, le 24 juin. Le principal rite consiste à allumer un bûcher.

SOURCE : http://www.musee-lorrain.nancy.fr/fileadmin/fichiers/museelorrain/documents/Dossier_enseignant-Autrefois_en_Lorraine.pdf

Laisser un commentaire

 

leprintempsdesconsciences |
Lechocdescultures |
Change Ton Monde |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | C'est LE REVE
| Détachement Terre Antilles ...
| ATELIER RELAIS DU TARN ET G...