• BONJOUR A TOUS ET

    bienvenue (2)

     CHEZ FRANCESCA 

  • UN FORUM discussion

    http://devantsoi.forumgratuit.org/

    ............ ICI ............
    http://devantsoi.forumgratuit.org/

  • téléchargement (4)

  • Ma PAGE FACEBOOK

    facebook image-inde

    https://www.
    facebook.com/francoise.salaun.750

  • DECOUVERTES !

    petit 7

  • BELLE VISITE A VOUS

    aniv1

    PETITS COINS DE PATRIMOINE QUI SERONT MIS EN LUMIERE AU DETOUR DE NOTRE REGION DE FRANCE...

  • Cathédrale St-Etienne-Auxerre

    St-Etienne Cathédral, Auxerre

    « La restauration est une opération qui doit garder un caractère exceptionnel. Elle a pour but de conserver et de révéler les valeurs esthétiques et historiques du monument et se fonde sur le respect de la substance ancienne et de documents authentiques. Elle s’arrête là où commence l’hypothèse, sur le plan des reconstitutions conjecturales, tout travail de complément reconnu indispensable pour raisons esthétiques ou techniques relève de la composition architecturale et portera la marque de notre temps. » citation Charte de Venise, art. 9, ICOMOS, 196.

  • M

    JE SUIS ORIGINAIRE MOI-MEME DE LA BOURGOGNE....

  • FRANCE EN IMAGES

    G

    « Un monument restauré traduit les connaissances, les ambitions, les goûts, non seulement du maître d’oeuvre mais aussi du maître d’ouvrage : c’est le vrai révélateur de l’appréhension des édifices par une génération donnée, qui leur permet de reconnaître pour sien un édifice centenaire. » citation de Françoise Bercé.

  • amis

  • Méta

  • amis

  • Architecture Française

    5

  • Artisanat Français

    1

  • A

  • amour-coeur-00040

  • montagne

    Tout devient patrimoine : l'architecture, les villes, le paysage, les bâtiments industriels, les équilibres écologiques, le code génétique.

  • 180px-Hlézard1

  • Patrimoine Français

    3

    Citation sur la France.
    !!!!
    La France, je l'aime corps et biens, en amoureux transi, en amant comblé. Je la parcours, je l'étreins, elle m'émerveille. C'est physique. Pour l'heure, c'est le plus beau pays du Monde, le plus gracieux, le plus spirituel, le plus agréable à vivre. En dépit de ses défauts, le peuple français a des réserves inépuisables de vigueur, d'astuce et de générosité. j'écris cela en toute connaissance de la déprime qui périodiquement enténèbre nos compatriotes. Ils ont une pente à l'autodénigrement, une autre au nihilisme. Je suis français au naturel et j'en tire autant de fierté que de volupté. J'ai pour ce vieux pays l'amour du preux pour sa gente dame, du soudard pour la servante d'auberge, de l'érudit pour ses grimoires, du paysan pour son enclos, du bourgeois pour ses rentes, du croyant des hautes époques pour les reliques de son saint patron... J'ai la France facile, comme d'autres ont le vin gai ; je l'ai au coeur et sous la semelle de mes godasses. Je suis français, ça n'a pas dépendu de moi et ça n'a jamais été un souci. Ni une obsession. Toujours un bonheur...

    Dictionnaire amoureux de la France - Denis Tillinac.

  • a bientot

  • Accueil
  • > Archives pour le Mercredi 6 août 2014

LES FÊTES D’AVALLON

Posté par francesca7 le 6 août 2014

images (8)Rien n’a manqué à la solennité des fêtes d’Avallon, pour l’inauguration de la statue de Vauban. Les pluies de la veille avaient cessé, les nuages du matin se dissipaient, et c’est sous  les doux rayons d’un soleil d’automne, illuminant la scène, empourprant les paysages enchanteurs qui lui servaient de cadre, que sont apparus les traits du grand homme dont on honorait la mémoire.

Dès le samedi, la ville était encombrée de visiteurs qui avaient bravé l’incertitude du temps. Dimanche, vers midi, arrivait d’Auxerre un convoi aurait suffi à lui seul à faire une foule. Il amenait, avec les personnages officiels, les députés de I’Yonne, maires, conseillers généraux, et tous ceux qui s’étaient fait un devoir de prendre part à cette sorte de fédération départementale.

La population avallonnaise s’était de son côté, portée à leur rencontre, et la bienvenue était donnée par le chef de la municipalité, M. Mathé, dont l’attitude digne, simple et modeste répondent si bien au magistrat type républicain.

Vers deux heures, un cortège partant de l’hôtel de ville allait chercher à la sous-préfecture les représentants du gouvernement.

La cérémonie de l’inauguration a commencé par un discourt de M.Raudot, président de la commission pour l’érection de la statue.

La surprise et le succès ont été pour les paroles éloquentes, émues, du général Doutrelaine, faisant vibrer toutes les cordes patriotiques de l’assistance, et arrachant des larmes que nous avons vu couler sur plus d’une barbe grise.

Mais il appartenait surtout an maire plébéien de la ville d’Avallon de mettre en relief le côté le plus grand peut-être de la gloire de Vauban, et c’est ce qu’a fait M.Mathé avec une logique pleine d’élévation. C’est au nom du peuple à comme homme du peuple qu’il a restitué à Vauban sa gloire la plus pure et la meilleure, celle d’avoir étudié le mal social, d’en avoir gémi dans sa propre grandeur et d’y avoir cherché remède.

Le discours de M. Mathé a été accueilli aux cris chaleureux et fréquemment répétés de: « Vive la République ! »

Cette première partie de la solennité a été complétée par une intéressante notice sur la famille et la vie de Vauban, lue par un des héritiers de ce nom illustre.

L’accord plein de convenance qui s’était établi dans la première partie de la journée, l’enseignement moral que chacun avait tiré de cette grande mémoire évoquée, se sont retrouvés dans les toasts du banquet.

L’éloquent général a eu une réplique digne de son discours dans l’improvisation de l’honorable M. Guichard, buvant à l’armée, et développant son texte avec une verve et une ampleur qui rappelaient les plus beaux mouvements des orateurs les mieux inspirés. 

L’hôte fêté entre tous et par tous a été le colonel Denfert, l’héroïque défenseur de Belfort, dont l’ombre de Vauban a dû saluer la présence à cette solennité. On avait célébré le héros mort, Denfert l’a fait revivre en buvant à l’instruction du peuple, qui fera les Vauban de l’avenir.

Après deux autres toasts patriotiquement formulés et patriotiquement accueillis, de M. le préfet et de M. le Général de la subdivision, le banquet s’est terminé par un discours de M. Lepère, auquel il appartenait, comme président du conseil général de résumer toutes les bonnes paroles qui avaient été prononcées; il a rattaché l’œuvre de Vauban à la révolution de 1789 ; c’était la synthèse et la morale de cette belle journée.

Si les visiteurs emportaient un précieux souvenir de l’accueil si touchant qu’ils avaient reçu, les Avallonnais devaient être fiers de l’empressement sympathique avec lequel on avait répondu à leur invitation. MM. Ribière et Brunet étaient venus retrouver, comme amis, ceux qu’ils avaient administrés, dans des temps difficiles, sans rigueur et sans faiblesse.

La députation du département était venue s’associer à ces fêtes qui ont continué pendant toute la journée du lendemain, au milieu d’une foule aussi considérable, aussi sympathique et aussi irréprochable dans les manifestations de ses joies patriotiques.

 

                                                                                Extrait du journal L’Yonne de 28 octobre 1873.


SOURCE : texte signé : EM. G.   Almanach Historique et Statistique de l’Yonne- édition de l’année 1874- 

Publié dans Yonne | Pas de Commentaire »

Histoire de l’Eugène, Le Petit Bourguignon

Posté par francesca7 le 6 août 2014

 

téléchargement (2)…A Ligny, les femmes s’activaient au lavoir deux fois par an. Elles avaient abandonné l’ancien devenu trop petit. Elles se rassemblaient autour du nouveau, bien plus vaste pour les grandes lessives du printemps et de l’automne. Dès les premiers beaux jours, la femme du maire était chargée de déterminer les dates favorables de jours sans pluie. Elle avait paraît-il, toujours prévu les meilleurs moments pour que le linge entassé pendant l’hiver puisse sécher. Elle se fiait à la lumière du ciel le soir au soleil couchant. Si le rose dominait, elle décidait du démarrage de la grande lessive. Les femmes avaient préparé depuis plusieurs jours leur stock de draps et tout le linge entassé dans des coffres et des armoires. Au petit matin, elles chargeaient les brouettes qu’elles roulaient les unes derrière les autres jusqu’au bord du bief. Les roulements des arceaux métalliques des roues formaient, sur les pavés des rues conduisant au lavoir, un concert grinçant. Les plus éloignées faisaient une halte devant la fontaine, et se désaltéraient avant de finir le parcours. Dès qu’elles apercevaient l’église, elles reprenaient courage se sachant presque arrivées. En effet, le lavoir bordant le bief était tout proche de l’édifice. La plupart s’y arrêtaient, faisant une prière pour que le ciel ne les trahît pas. Puis elles s’installaient chacune à leur place avec leur barda.

Passaient les saisons et les travaux à l’extérieur. Le jeune couple sans grandes ressources, Amélie dut retourner travailler aux champs. L’été cuisait la peau des femmes qui l’accompagnaient. Lorsqu’elle ne pouvait emmener le bambin avec elle, Marie-Louise s’en occupait.

Les fortes chaleurs de l’été avaient rendu la fenaison très pénible. Puis l’aide pendant la moisson, alors que son ventre arrondi trahissait l’arrivée prochaine de son deuxième enfant. Quelquefois, lorsqu’il pouvait s’offrir quelques instants de détente, le couple venait au bord de la paisible rivière, le Serein. II portait bien son nom ce gentil cours d’eau, transparent, laissant paraître les galets blancs, couchés au fond de son lit. Les enfants, libérés de l’école en cette saison de récolte, après leur journée de travail au champ, se retrouvaient parmi les roseaux et les nénuphars fleurissant les rives. Zéphire et Amélie passaient le pont, tout près du bief et, quittant leurs sabots, allaient rafraîchir leurs pieds meurtris par la chaleur, dans l’onde claire.

téléchargement (3)Mais si le cagnard trop intense, menaçait de faire éclater l’orage, ils rentraient sans traîner jusqu’à leur maison, proche du bief. Le Serein, gorgé par la chute brutale et violente des trombes d’eau, devenait un dangereux ruisseau, impétueux et rapide. II se gonflait de milliers de gouttes et, sortant de son lit, envahissait les berges, les prés, et les rues du village. Les plus proches habitants devaient mettre à l’abri le modeste mobilier qui garnissait la pièce principale et les paillasses servant de literie.

Autant l’hiver avait été glacial, autant l’été fut caniculaire. La saison des vendanges ne laissait pas de répit aux gens de la terre, hommes et femmes, sans oublier les enfants occupés pendant le long été à aider les parents dans les champs. Zéphire ne ménageait pas sa peine. Harnaché d’une lourde hotte en osier, il charriait les grappes de raisin que les femmes et les enfants cueillaient délicatement sur les coteaux entre Ligny et Chablis. Sur les parcelles de chaque propriétaire, s’étendaient les rangées de vignes bien alignées. L’époque des vendanges transformait la nature en véritable fourmilière.

Amélie s’était autorisé une sortie pour fêter le mariage de sa sœur tout juste âgée de vingt ans. Stéphanie avait quitté le foyer pour se louer comme femme de chambre à Auxerre. Elle vivait dans une chambrette, rue d’Egleny, et avait rencontré Achille, un homme de la ville. Cependant elle avait choisi son village natal, pour célébrer son mariage en septembre 1886. L’église, flanquée de son clocher qui dominait les toits, était prête à accueillir le nouveau couple.

Ce jour-là, le vielleux et le violoneux tiraient la noce vers l’église. Droit sur le parvis, les bras croisés, le prêtre les observait venir vers lui. La mariée apparaissait lumineuse dans sa robe de droguet gris, coiffée d’un simple voile blanc, émue. Son père l’accompagnait, vêtu de l’habit noir et du chapeau de feutre porté quatre ans auparavant au mariage d’Amélie. II semblait sévère et grave. Donner ses filles lui coûtait, en particulier Stéphanie quittant le village pour vivre en ville.

II lui en avait coûté beaucoup d’économie pour le voile d’un jour auquel sa fille ne voulait pas déroger.
De plus, elle avait demandé au colporteur-photographe d’Auxerre de se déplacer pour ce jour unique, et d’exécuter quelques clichés. Alors que les convives prenaient place dans l’église, le photographe installa son matériel. De la caisse, l’homme sortit l’appareil photographique, le pied et quelques plaques. II choisit le mur de l’édifice le mieux servi par la lumière du soleil et accrocha un drap blanc.
« Voilà une première, se dit le colporteur. Un cliché à l’extérieur en cette saison ! De quoi donner envie à mes clients de la ville ».
II avait pris son temps sous le regard des enfants et des curieux qui découvraient cet engin mystérieux. Les cloches se mirent à battre l’air frais du ciel linéen. II se frotta les mains en guettant la sortie du jeune couple.
Sous les bravos des curieux, Stéphanie au bras de son mari apparut, souriante et heureuse. A cet instant, tous les membres de la noce oublièrent la dureté de leur vie et les soucis qu’ils retrouveraient, la cérémonie terminée. Car ce jour-là était particulier et ne devait pas être entaché par la misère quotidienne.

Les époux se laissèrent guider par l’homme à l’appareil mystérieux. Devant eux furent alignés les jeunes enfants, formant une corolle autour de cette fleur épanouie. Eugène, le plus jeune, trônait devant la jeune femme. Amélie avait fait de son petit, un élégant bambin digne d’accompagner la mariée, aussi jolie que sa sœur. Son chevalier servant se montrait digne des efforts financiers consentis par son beau-père. La jeune femme répondit par un sourire à la demande du photographe coiffé du rideau noir de l’appareil. Son époux approcha son visage de celui de sa bien-aimée. Tout à coup un déclic annonça la fin de l’opération. La tête de l’homme, quittant sa cachette, réapparut. Toute l’assemblée applaudit.
Le violoneux reprit son instrument et anima le cortège qui se réorganisa. Les parents et les amis défilèrent dans la rue jusqu’à la salle commune pour fêter, autour du meilleur des chablis, cette union.
Amélie émue au moment où les jeunes époux avaient échangé leurs vœux, s’était rappelée l’émotion et les moments de bonheur vécus quatre ans plus tôt. Bien que de santé précaire, elle se réjouissait de l’arrivée prochaine de son deuxième enfant.

images (7)Chaque automne réquisitionnait toute la population dans les vignobles chablisiens. En fin de journée, Amélie se sentait disloquée par les gestes sans cesse répétés. Fourbue, elle n’aspirait qu’à un repos compensateur. Zéphire faisait son possible pour ménager sa peine. II se chargeait de faire bouillir les fèves pour le repas du soir. Un morceau de lard ou un quignon de pain en variait légèrement le goût.

La lumière des jours déclinait sans répit. Le travail à l’extérieur s’en trouvait réduit. Amélie dans l’attente de la naissance prochaine ne quittait presque plus la maison. Elle pouvait enfin passer plus de temps avec le petit Eugène. II n’allait plus passer la plus grande partie de ses journées dans les jupons de sa grand-mère. Le berceau fabriqué par son père et dans lequel il avait passé ses premiers mois, allait ressortir de derrière l’appentis pour accueillir son petit frère ou sa petite sœur.

Puis l’hiver, bien avant l’heure ! L’hiver rude. Le froid cinglant traversait la blouse et la cape de la jeune femme. Cependant elle avançait, sans se plaindre. Zéphire la soutenait surtout pendant ce mois de novembre. Enfin le jour de la délivrance arriva. La fin de l’automne bien installée dans la froidure entendit les soupirs et les cris de l’enfantement. Toinette procéda à l’accouchement. Elle n’était certes pas une sage-femme savante et diplômée. Pourtant elle avait aidé tant de mères à donner la vie.

Un dimanche soir, après les vêpres, les notables de la paroisse, hommes et femmes, s’étaient réunis dans l’église. Ils l’avaient élue à ces fonctions en raison de sa bonne et digne conduite, sa piété, son expérience et son savoir-faire. Elle coupait si bien le fil, disait-on dans les foyers environnants, qu’elle ne volait pas ses cinq sous. Ce 7 décembre 1886, ce petit bout de femme donna naissance à la petite sœur d’Eugène, Marie-Louise. Amélie était très anémiée.

Le bébé pourtant bien emmitouflé dans ses langes de laine, semblait végéter. L’allaitement ne lui était pas bénéfique. Le médecin proposa à la maman souffreteuse de la nourrir au lait de vache. Amélie ne parvenait pas à reprendre des forces. Imperceptiblement, elle se mit à tousser. Les fièvres qui l’avaient assaillie après son accouchement ne la quittaient guère. II lui était très difficile de s’occuper d’Eugène, galopin vaillant et plein de vie.
Le nouveau-né ne vécut que quelques mois. Au début de l’été 87, elle mourut, âgée de six mois. Dans le logis que la famille occupait au bord du Serein, Zéphire se tuait à sa tâche de paysan et de vigneron pour nourrir sa femme et son fils. Amélie de santé précaire ne se remettait pas de sa dernière grossesse et de la mort de sa petite fille. Les maladies couraient d’une maison à l’autre.

L’hiver prématuré était particulièrement froid et les maigres revenus du père ne permettaient pas de se fournir suffisamment en bois de chauffage. La cheminée était, la plupart du temps, alimentée par quelques bûches ramassées çà-et-là ou offertes par des voisins généreux, redevables de services rendus par Zéphire. N’écoutant que son courage, lui aussi voyait petit à petit ses forces décliner. Tout juste âgé de trente ans, il en paraissait dix de plus…

 

Source : Eugène, Petit Bourguignon – Gisèle MEUNIER – Collections des Auteurs Indépendants – 2006 – http://gisele-meunier.blogspot.com
Coordonnées de l’auteur:
Gisèle MEUNIER – Ecrivain
65, Avenue Edouard Gourdon
77330 OZOIR LA FERRIERE

Publié dans Bourgogne, HUMEUR DES ANCETRES | Pas de Commentaire »

Une bonne brassée de souvenirs

Posté par francesca7 le 6 août 2014

 

images (5)De même que l’on se charge de multiples et divers morceaux lorsqu’on va au bûcher chercher une brassée de bois pour le feu, de même j’ai voulu ici rassembler une brassée de souvenirs.

Ces souvenirs viennent de conversations avec plusieurs anciens qui m’ont raconté les choses du passé. Cette brassée est forte de cet apport de la tradition orale qui a fait si longtemps la richesse de la vie rurale et en a façonné l’humanisme profond.

« En 1892, m’a raconté ce vieil ami aujourd’hui disparu, le 28 avril, la neige a tombé toute la journée et elle a tenu trois jours. Le seigle commençait à épier, le colza était fleuri, les luzernes étaient déjà hautes de 20 centimètres… Tout a été nettoyé.

Ce jour-là, mon père, qui était jeune homme, devait aller à la noce d’un cousin, à dix kilomètres de l’autre côté du chef-lieu. Il devait gagner Auxerre à pied et là, prendre la diligence à six chevaux, boulevard Vaulabelle. Levé à trois heures du matin, il ouvre la porte et voit tomber la neige, si épaisse qu’on n’y voit goutte. Il attend, au coin du feu. A cinq heures, elle tombe tou­jours. Finalement, il est resté à la maison, et la neige ne s’est arrêtée qu’à la nuit tombante. »

« L’année suivante, me dit un autre ami, 1893, ce fut une grande sécheresse. Ça a commencé par un printemps d’une précocité exceptionnelle. » Pensez donc, sa mère se souvient que le 5 mars, ses parents faisaient leur première livraison d’asperges à la gare de Chemilly, ainsi que je l’ai évoqué dans l’un des premiers chapitres. Déjà en plein mois de février, les premières fleurs étaient là et les abeilles étaient sorties. Puis la sécheresse a continué. On a « éralé » des feuilles de gevrine, de peuplier, d’orme, de frêne, pour donner aux bêtes. »

Il se souvient aussi qu’en 1911 on avait dû « éraler » égale­ment. Le vin fut excellent. Et puis dix ans après, 1921, fut encore une année sèche, et une année exceptionnelle pour le vin. On coupait aussi cette plante bizarre qui tient du chardon et des ombellifères qu’on appelle communément « le chardon cornu­siau ». On le fauchait à la faux, on laissait sécher une journée, et puis on le battait au fléau pour l’amollir et ôter les gros piquants, et on le donnait aux vaches.

« Voyez-vous ce manche de marteau à casser les noix ? dit mon vieux voisin, eh bien, il est plus vieux que moi! »

En effet, ce manche d’outil avait été fait par son père, dans un morceau de houx ramené d’un voyage en Morvan. Il faut vous dire qu’en sa jeunesse, dans les années 1890, il allait avec un marchand d’Auxerre aux foires de Clamecy et de Corbigny d’où il ramenait, à pied, les boeufs de travail que l’autre destinait à sa clientèle d’agriculteurs du plateau, de débardeurs de bois, bref, de galvachers.

C’est donc en allant vers Corbigny qu’il avait coupé une branche de houx dans le bois, aux confins des collines morvan­delles.

Permettez au passage que je rappelle ce dicton qui vous situe la frontière du Morvan : « Corbigny n’est pas en Morvan, mais ses poules y vont aux champs. » En effet, le sol granitique du Morvan commence à Cervon, six kilomètres plus loin.

A propos, pour faire des manches d’outil, il faut couper le bois en nouvelle lune, il dure bien plus longtemps ; sinon, il se pique. C’est comme pour faire un bon balai de bouleau, il faut le couper en lune croissante.

Je viens de parler du travail d’accompagnateur de boeufs qui était assez occasionnel et occupait relativement peu. Il faut savoir que pour les travaux de la terre, à longueur de saisons, les domestiques se louaient à l’année.

Ainsi, dans un village situé entre Auxerre et Joigny, la louée « avait coutume », car ce n’était pas partout que se tenaient de telles manifestations. Donc, dans ce village, la louée se tenait le jour de la Saint Jean. (A Toucy, c’était à la Trinité). Le boucher tuait, pour la circonstance, au moins trois veaux. Il y venait tant de monde qu’il fallait ainsi pourvoir au repas proposé à l’auberge : le veau Marengo, pour 25 sous.

Cela se passait juste avant le siècle.

A cette journée, outre les accords qui se concluaient entre domestiques et maîtres, on pouvait se divertir aux stands de jeux d’adresse : quilles, jeux de lancer, concours de grimper ; il y avait aussi des manèges de chevaux de bois.

Des marchands vous proposaient les objets traditionnels d’usage culinaire, de la vaisselle, de la mercerie, et diverses bri­coles.

Les mères, pour calmer les gamins excités, les menaçaient de les attacher à la queue des chevaux des gendarmes.

En d’autres occasions, à la maison, on faisait rentrer les enfants le soir pour éviter que « la poule noire de Champ Cornu» les vienne attraper. Pour les empêcher de se pencher à la margelle du puits, on leur assurait qu’au fond, au ras de l’eau, « la mère Lusine » (déformation phonétique de cette gaillarde fée Mélusine) les attendait pour les noyer.

De temps en temps passait un chiffonnier. Il allait de contrée en contrée, de bourg en hameau, juché sur sa grande carriole attelée de son cheval péchard, qui portait accrochée au faîte de son collier une série de grelots pour qu’on l’entende venir.

Le bonhomme avait mis au point une formule qui, proclamée aux populations visitées, mettait les rieurs de son côté et lui atti­rait les sympathies que fait souvent naître la curiosité. Ayant sonné un long coup de sa trompe de corne, telle un olifant, il annonçait à voix forte : « Chiffons, ferrailles, bonnes gens ! Je vends, j’achète. sans échange. Et si c’est moi qui fais l’argent, c’est bien ma femme qui la mange! »

On lui vendait aussi bien les peaux de lapin que les vieux chiffons. On lui achetait l’almanach Vermot ou « le Bourguignon salé » édité à Auxerre, qu’il transportait dans son coffre de voi­ture, sous le siège.

Grande barbe poivre et sel, casquette à oreilles sur la tête, enveloppé d’une grande peau de bique, prenant dans sa taba­tière des prises qui déclenchaient d’homériques éternue­ments, il incarnait aux yeux des enfants l’image d’une sorte de père fouettard. Aussi n’était-il pas rare de les entendre menacer, en cas de désobéissance, d’être donnés au chiffonnier.

Mais en dehors de ces moments difficiles de l’éducation où le vouloir des enfants est aux antipodes des volontés des parents, la vie se déroule, pleine de richesses que vous apporte le sens de l’observation. C’est ainsi que dès la prime jeunesse, les enfants apprennent à reconnaître les bêtes, les plantes, les signes du temps et des choses :

Si l’humidité remonte, c’est signe de pluie ; de même qu’un grand cerne (halo) autour du soleil « plus le cerne est près, plus la pluie est loin ; plus le cerne est loin, plus la pluie est près » est, entre mille autres, un dicton qui souligne l’observation. Si le soleil lève jaune, c’est la pluie dans la journée. S’il couche rouge, c’est le vent à suivre.

On observe le vent du jour des Rameaux, le temps des trois jours des Rogations – ces trois jours qui précèdent l’Ascension – images dit-on du temps que l’on aura pour la fauchaison, (1er jour), la moisson (2e jour) et les vendanges (3e jour).

On évite de semer les haricots le jour de l’Ascension, parce qu’ils ne lèveraient pas ; et on tue le cochon en vieille lune pour que la viande se garde mieux.

De même c’est en lune décroissante qu’on sème l’avoine car elle graine mieux. On met le vin en bouteille en lune descen­dante de mars.

C’est encore en vieille lune que l’on plante les pommes de terre.

On apprend aux gamins à observer le vol des oiseaux, la hau­teur des nids dans les haies, la pousse des arbres et de la vigne. « A la Pentecôte, on voit la vigne de côte en côte », voilà qui est facile à retenir.

On soutire le vin après la pleine lune, par vent de secteur nord, c’est préférable. On sait que la floraison de l’aubépine (à ne pas confondre avec l’épine noire) annonce la fin des gelées. On traduit cela également dans cet adage « à la Saint-Pèlerin (18 mai) il ne gèle plus ni pain ni vin ».

Je passe pour les saints de glace, je laisse saint Médard et saint Barnabé et autres saints météorologiques, pour rappeler qu’à la Chandeleur les perdrix sont accouplées et qu’à Pâques, tôt ou tard, mais toujours en lune de mars comme chacun sait, il y a déjà des petites draines dans les nids. Peut-être dois-je préciser que la draine est une sorte de grive de grande taille, qui res­semble un peu au merle, bien que de plumage moins sombre, et que c’est elle qui, aux premiers soirs de douceur où l’on sent que l’hiver s’en va, s’enlève d’un coup d’aile à la cime des peu­pliers pour saluer de son sifflement enjôleur, les prémices du printemps qui vient.

images (6)Venait le temps d’été à son heure, et avec lui, après moisson, celui de la « glane ». Les enfants, à partir de sept ans étaient jugés suffisamment avertis des choses de la terre pour qu’on leur confie la garde des dindes et des oies, dans les chaumes. On « menait » sa troupe de volatiles, avec, comme houlette, une perche légère de noisetier, au bout de laquelle était fixée une ficelle de cinquante centimètres environ, et liée de son autre bout à un chiffon. C’était pour ne point « taler » les bestioles lorsque leur jeune gardien devait intervenir plus énergiquement qu’à la voix, afin de les dissuader de s’écarter du champ où le pacage était de rigueur.

J’en viens à la glane. Chaque enfant, en plus de son travail de gardien attentif devait glaner, ramasser les épis échappés aux moissonneurs. Chaque pâtre devait donc rentrer le soir avec sa glane, le plus souvent fourrée dans la musette qui avait préala­blement contenu son casse-croûte. La glane était destinée à la nourriture du reste de la basse-cour.

Les jours d’école, au retour du soir, les enfants selon la saison, ramenaient du pré les vaches à traire, rentraient le bois, cas­saient le fagot, cherchaient les oeufs dans les paillers, donnaient le biberon aux agneaux le cas échéant. C’était l’habitude chez beaucoup d’acheter dans les fermes, où il y avait un troupeau de moutons, les agneaux qui naissaient en double, et qu’on éle­vait au biberon.

En récompense de tous ces travaux, on avait son morceau préféré du coq que l’on mangeait à Pâques, et de la dinde sacri­fiée à Noël…

… Et c’est ainsi qu’on se retrouve un beau jour, au coin du feu, prenant au fond de sa mémoire une brassée de souvenirs pour les dire à un ami.

… Et c’est ainsi que passe une vie à la lente cadence des sai­sons et des travaux des champs. On n’a même pas vu grandir la jeune génération que déjà les brumes du soir s’étendent sur la route.

 

Source : Guy MARQUET – Les harnais de l’oubli – Témoignage
(116 pages – Prix de vente 14€50) aux Éditions de l’Armançon
Rue de l’Hotel-de Ville 21390 Précy-sous-Thil

Publié dans Bourgogne | Pas de Commentaire »

Faire de La goutte en Bourgogne

Posté par francesca7 le 6 août 2014

 

images (4)Et puis après le café, la goutte, en principe la goutte était mise sur la table le matin et midi après le café pour éviter le (café châtré). Chacun se servait à convenance et là encore la différence des besoins était remarquable. Cela allait du tiers de verre au petit fond de rien du tout destiné aux estomacs de « couisses ».

L’alcool local (eau de vie) était obtenu par distillation du marc de pomme et avait fini par prendre l’appellation de « goutte » sans doute à cause du faible volume nécessaire pour dégustation (55°) et les amateurs de sensations fortes buvaient ça comme du petit lait. La tolérance ou dépendance du produit entre les consommateurs était grande, les uns se servaient une « larme », les autres un « sanglot ».

Toutefois amateurs raisonnables ou pas tous les hommes en prenaient, et un patron qui n’aurait pas payé la goutte après le café n’aurait point trouvé de personnel pour le servir, et la mise à disposition du précieux liquide imposait de prévoir le stock annuel nécessaire, ce qui n’était pas sans poser de sérieux problème, il faut qu’on en cause un peu.

Le droit de distiller était limité à 10 litres d’alcool pur, soit 18 litres à 55° (privilège toujours en vigueur, non transmissible).

Droit accordé à tous récoltants sans: tenir compte des surfaces, il suffisait d’avoir un coin de jardin avec quelques fruitiers et c’était bon; pourvu que le bouilleur soit le récoltant direct, ledit droit n’était donc pas étendu aux marchandises achetées.

Par exemple le propriétaire ou locataire d’un coin de terre avec deux ou trois arbres était récoltant et ‘bouilleur de crus » en droit, sans avoir rien à bouillir puisque les prunes étaient passées en confitures et les pommes ou poires cueillies pour la consommation d’hiver. Il fallait donc acheter une tonne de pommes ou plus pour faire le cidre et légalement ne pas serrer le marc et se résigner à le jeter puisque ne provenant pas du terrain qui ouvrait le droit, c’était l’application de la loi.

En pratique ça ne se passait pas comme ça, c’était connu et les contrôles effectués par la « régie » auprès des alambics portaient principalement sur le volume fabriqué, sans trop de recherches concernant la provenance du produit.

Bien entendu, les 18 litres de goutte attribués à un employeur de main d’oeuvre étaient loin de faire le compte nécessaire pour une année, il manquait au moins un zéro et pour faire la soudure (l’année) il fallait se débrouiller. Pour commencer battre le rappel des droits.

Les parents, grands-parents et aussi les enfants majeurs avaient un bout de champ à leur nom et un droit de goutte, et puis encore après, essayer d’en faire un peu plus encore, c’était juste défendu de se faire prendre.

Pendant les années de guerre, sous l’occupation allemande les alambics fonctionnaient tous les hivers jour et nuit, en service continu. L’atelier public devenait le lieu de rassemblement de toutes les âmes en peine. En plus des deux employés au service de l’alambic le patron et son commis les récoltants qui venaient cuire leur cidre ou marc venaient aussi à deux.

Il y avait ceux qui avaient terminé et n’étaient pas pressés de partir, ceux dont la récolte était enfournée ou en passe d’y être et ceux qui attendaient leur tour, ou étaient venus pour prendre jour, et certains venaient voir le patron plusieurs jours de suite, des fois qu’il y aurait eu du changement… Ça faisait comme ça une bonne douzaine de bonhommes qui avaient de bonnes raisons pour se trouver là, et s’y trouvaient tellement bien qu’ils faisaient durer le plaisir, et donnaient un coup de mains de bon coeur.

On se passait les paniers à marc et on se mettait aussi à plusieurs pour ramasser à la pelle le marc épuré et le charger au tombereau. Ça grouillait de bonnes volontés, tout le monde en mettait un coup pour pas faire grand-chose et tout ce monde causait, plaisantait en pleine activité parolière débridée pour les mots choisis de circonstance:

« E ben s’coup-là, j’tauré quand même vu travailler! Cest ben la premiée foué qué fté oué t’ni un manche »!

Et le concerné prenait un air faussement outragé et levait haut la pelle pour l’abouler sur la ciboule de son détracteur, puis se ravisait et lavait l’insulte par le mépris:

« Ten vaut paù l’coup, faut paù batte dé la fausse monnaie, tout le monde sait ça, allez vient trinquer eune tchotte goutte (une petite goutte) ça va te la boucler… »

 

Source : Christian CONNET – LE TROU NORMAND « …Un précipice »
Imprimé par l’auteur Août 2002

Publié dans Bourgogne, Les spécialités | Pas de Commentaire »

 

leprintempsdesconsciences |
Lechocdescultures |
Change Ton Monde |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | C'est LE REVE
| Détachement Terre Antilles ...
| ATELIER RELAIS DU TARN ET G...