• BONJOUR A TOUS ET

    bienvenue (2)

     CHEZ FRANCESCA 

  • UN FORUM discussion

    http://devantsoi.forumgratuit.org/

    ............ ICI ............
    http://devantsoi.forumgratuit.org/

  • téléchargement (4)

  • Ma PAGE FACEBOOK

    facebook image-inde

    https://www.
    facebook.com/francoise.salaun.750

  • DECOUVERTES !

    petit 7

  • BELLE VISITE A VOUS

    aniv1

    PETITS COINS DE PATRIMOINE QUI SERONT MIS EN LUMIERE AU DETOUR DE NOTRE REGION DE FRANCE...

  • Cathédrale St-Etienne-Auxerre

    St-Etienne Cathédral, Auxerre

    « La restauration est une opération qui doit garder un caractère exceptionnel. Elle a pour but de conserver et de révéler les valeurs esthétiques et historiques du monument et se fonde sur le respect de la substance ancienne et de documents authentiques. Elle s’arrête là où commence l’hypothèse, sur le plan des reconstitutions conjecturales, tout travail de complément reconnu indispensable pour raisons esthétiques ou techniques relève de la composition architecturale et portera la marque de notre temps. » citation Charte de Venise, art. 9, ICOMOS, 196.

  • M

    JE SUIS ORIGINAIRE MOI-MEME DE LA BOURGOGNE....

  • FRANCE EN IMAGES

    G

    « Un monument restauré traduit les connaissances, les ambitions, les goûts, non seulement du maître d’oeuvre mais aussi du maître d’ouvrage : c’est le vrai révélateur de l’appréhension des édifices par une génération donnée, qui leur permet de reconnaître pour sien un édifice centenaire. » citation de Françoise Bercé.

  • amis

  • Méta

  • amis

  • Architecture Française

    5

  • Artisanat Français

    1

  • A

  • amour-coeur-00040

  • montagne

    Tout devient patrimoine : l'architecture, les villes, le paysage, les bâtiments industriels, les équilibres écologiques, le code génétique.

  • 180px-Hlézard1

  • Patrimoine Français

    3

    Citation sur la France.
    !!!!
    La France, je l'aime corps et biens, en amoureux transi, en amant comblé. Je la parcours, je l'étreins, elle m'émerveille. C'est physique. Pour l'heure, c'est le plus beau pays du Monde, le plus gracieux, le plus spirituel, le plus agréable à vivre. En dépit de ses défauts, le peuple français a des réserves inépuisables de vigueur, d'astuce et de générosité. j'écris cela en toute connaissance de la déprime qui périodiquement enténèbre nos compatriotes. Ils ont une pente à l'autodénigrement, une autre au nihilisme. Je suis français au naturel et j'en tire autant de fierté que de volupté. J'ai pour ce vieux pays l'amour du preux pour sa gente dame, du soudard pour la servante d'auberge, de l'érudit pour ses grimoires, du paysan pour son enclos, du bourgeois pour ses rentes, du croyant des hautes époques pour les reliques de son saint patron... J'ai la France facile, comme d'autres ont le vin gai ; je l'ai au coeur et sous la semelle de mes godasses. Je suis français, ça n'a pas dépendu de moi et ça n'a jamais été un souci. Ni une obsession. Toujours un bonheur...

    Dictionnaire amoureux de la France - Denis Tillinac.

  • a bientot

Les Saisonniers d’autrefois

Posté par francesca7 le 2 août 2014

 

images (8)Le progrès a fini par chasser la poésie des campagnes. Mais de nombreux poyaudins se souviennent encore de ces cris pittoresques et de ces personnages hauts en couleur qui déambulaient, chaque année, dans les rues des villages. En diverses périodes les bourgs vivaient au son de ses voix saisonnières venues d’ailleurs. C’était le ramoneur, noir de suie, qui arrivait de Savoie à l’automne. Il se faisait entendre ainsi: « C’est le ramoneur qui va ramoner la cheminée, haut et bas! ». Sur les fêtes foraines, il y avait le marchand de guimauve qui s’égosillait: « A la gui-gui, à la guimauve !  Au chocolat pour les p’tits gars, à la vanille pour les p’tites filles; Au madère pour les belles-mères, Au citron pour les parents! ». Puis le rémouleur: « Y’a rien par là ? Couteaux, ciseaux, rasoirs ? Parapluies cassés, brisés, démanchés ? Allons les couturières, les lingères, les ménagères, les femmes d’état ! ». 

     Et puis il y avait le chiffonnier, le marchand de guenilles, qui s’écriait: « Avez-vous des vieilles ferrailles z’à vendre ? des vieux habits, des vieux chapeaux, des vieux galons ? avez-vous des vieilles bottes, des vieux souliers z’à vendre ? avez-vous de la mitraille z’à vendre ? arrr-chand de guenilles !». Au début du siècle, un certain Frispoulet de Saint-Sauveur, un sac de « cornuelles » (châtaignes d’eau) sur l’épaule, vantait ainsi sa marchandise sur les marchés de Puisaye: « Achetez-moi des cornuelles, les châtaignes qui percent la poche, qui piquent la fesse, qui grattent la cuisse!». Puis il y avait bien sûr le fameux marchand de peaux de lapin que beaucoup ont connu. Il s’exclamait, ainsi: « Peaux de lièvres, peaux de taupes, peaux d‘lapins ! Peaux d’lapins peaux-aux! ». 

    De temps à autre, passaient des bohémiens. On ne les appréciait guère dans les villages. Ils apparaissaient soudainement sur la place du village avec leurs roulottes aux couleurs vives et leurs chevaux éthiques. A tord ou à raison, chacun avait encore le souvenir d’une poule ou d’un canard qui avait mystérieusement disparu lors de leur dernier passage. Alors, c’est dire si l’on redoutait la venue de ces hommes portant anneaux aux oreilles et de ces femmes diseuses de « bonne aventure ». Ils avaient la réputation d’avoir la main leste mais ils fascinaient par leurs gestes agiles à faire naître les paniers et corbeilles d’osier.

   images (10) De nombreux travailleurs saisonniers passaient aussi dans les villages. Il y avait les marchands d’étoffes, les rempailleurs de chaises, les rétameurs et chaudronniers ambulants qui, faisaient fondre leur étain dans un grand chaudron. Les femmes leur apportaient leurs faitouts, leurs bassines ou leurs casseroles à rapiécer. On appréciait également les services du rémouleur pour son habilité à affûter les ciseaux, les outils ou les couteaux. Puis il y avait le montreur d’ours et les gens du cirque. Ils étaient surtout jongleurs ou trapézistes et ne possédaient que très peu d’animaux. Quelquefois un vieux dromadaire, un lama deux ou trois chevaux et quelques chèvres trompaient leur ennui en broutant l’herbe du champ de foire. Ils intriguaient beaucoup car ils représentaient les voyages et donc  » l’ailleurs ». C’était le cas avec le colporteur qui promenait dans une caisse en bois pendue à son cou un véritable inventaire à la Prévert. S’entremêlaient les objets les plus hétéroclites: almanachs, images pieuses, boutons, aiguilles, fil « au conscrit », peignes, épingles à cheveux, etc. Ce marchand ambulant était toujours très attendu car il faisait la liaison entre les hameaux. Il apportait ainsi les nouvelles des uns et des autres.

 

Jean-Claude TSAVDARIS – 1900 – 2000 – Cent ans de vie rurale en Puisaye – Paru en 2000

Laisser un commentaire

 

leprintempsdesconsciences |
Lechocdescultures |
Change Ton Monde |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | C'est LE REVE
| Détachement Terre Antilles ...
| ATELIER RELAIS DU TARN ET G...