• BONJOUR A TOUS ET

    bienvenue (2)

     CHEZ FRANCESCA 

  • UN FORUM discussion

    http://devantsoi.forumgratuit.org/

    ............ ICI ............
    http://devantsoi.forumgratuit.org/

  • téléchargement (4)

  • Ma PAGE FACEBOOK

    facebook image-inde

    https://www.
    facebook.com/francoise.salaun.750

  • DECOUVERTES !

    petit 7

  • BELLE VISITE A VOUS

    aniv1

    PETITS COINS DE PATRIMOINE QUI SERONT MIS EN LUMIERE AU DETOUR DE NOTRE REGION DE FRANCE...

  • Cathédrale St-Etienne-Auxerre

    St-Etienne Cathédral, Auxerre

    « La restauration est une opération qui doit garder un caractère exceptionnel. Elle a pour but de conserver et de révéler les valeurs esthétiques et historiques du monument et se fonde sur le respect de la substance ancienne et de documents authentiques. Elle s’arrête là où commence l’hypothèse, sur le plan des reconstitutions conjecturales, tout travail de complément reconnu indispensable pour raisons esthétiques ou techniques relève de la composition architecturale et portera la marque de notre temps. » citation Charte de Venise, art. 9, ICOMOS, 196.

  • M

    JE SUIS ORIGINAIRE MOI-MEME DE LA BOURGOGNE....

  • FRANCE EN IMAGES

    G

    « Un monument restauré traduit les connaissances, les ambitions, les goûts, non seulement du maître d’oeuvre mais aussi du maître d’ouvrage : c’est le vrai révélateur de l’appréhension des édifices par une génération donnée, qui leur permet de reconnaître pour sien un édifice centenaire. » citation de Françoise Bercé.

  • amis

  • Méta

  • amis

  • Architecture Française

    5

  • Artisanat Français

    1

  • A

  • amour-coeur-00040

  • montagne

    Tout devient patrimoine : l'architecture, les villes, le paysage, les bâtiments industriels, les équilibres écologiques, le code génétique.

  • 180px-Hlézard1

  • Patrimoine Français

    3

    Citation sur la France.
    !!!!
    La France, je l'aime corps et biens, en amoureux transi, en amant comblé. Je la parcours, je l'étreins, elle m'émerveille. C'est physique. Pour l'heure, c'est le plus beau pays du Monde, le plus gracieux, le plus spirituel, le plus agréable à vivre. En dépit de ses défauts, le peuple français a des réserves inépuisables de vigueur, d'astuce et de générosité. j'écris cela en toute connaissance de la déprime qui périodiquement enténèbre nos compatriotes. Ils ont une pente à l'autodénigrement, une autre au nihilisme. Je suis français au naturel et j'en tire autant de fierté que de volupté. J'ai pour ce vieux pays l'amour du preux pour sa gente dame, du soudard pour la servante d'auberge, de l'érudit pour ses grimoires, du paysan pour son enclos, du bourgeois pour ses rentes, du croyant des hautes époques pour les reliques de son saint patron... J'ai la France facile, comme d'autres ont le vin gai ; je l'ai au coeur et sous la semelle de mes godasses. Je suis français, ça n'a pas dépendu de moi et ça n'a jamais été un souci. Ni une obsession. Toujours un bonheur...

    Dictionnaire amoureux de la France - Denis Tillinac.

  • a bientot

  • Accueil
  • > Archives pour le Vendredi 20 juin 2014

Des Circuits de belles découvertes en Meuse

Posté par francesca7 le 20 juin 2014

 

Territoire aux grands espaces, dont le tiers est recouvert de forêt, la Meuse est prédestinée à la randonnée. Elle compte plus de 4500 km de chemins protégés dont 800 km balisés. Ce réseau de chemins est accessible à tous, randonneurs et passionnés du milieu naturel. Deux sentiers de grande randonnée traversent la Meuse : le GR 14 et le GR 714, un réseau de 800 km de sentiers de pays et quatre sentiers thématiques accessibles à pied, à cheval et à VTT.

 

LE VENT DES FORÊTS
Six villages forestiers accueillent depuis 1997 des artistes internationaux en résidence estivale. Fruits de ces séjours, plus de 130 oeuvres ont été créées le long des 45 kms de sentiers spécifiquement balisés et librement accessibles de mars à septembre. Riches de la rencontre des démarches personnelles des artistes et de notre milieu rural et sylvestre, les oeuvres du Vent des Forêts ponctueront votre cheminement de moments de grâce, de surprise, de plaisir ou de questionnement. Parcours-conférence sur réservation. plus d’infos ici : http://leventdesforets.org 

CIRCUIT DE LA MIRABELLE
Sur 60 km, ce circuit vous permet de partir à cheval et à VTT à la découverte des Côtes de Meuse et des Hauts de Meuse. Au programme : un panorama superbe sur le village médiéval d’Hattonchâtel et sur la vallée de la Meuse. Vous traverserez vignobles et vergers, vous visiterez les caves de nos producteurs de vin. Vous découvrirez le massif forestier des Hauts de Meuse, les pelouses calcaires de Génicourt sur Meuse et vous vous offrirez des vues imprenables sur la plaine de la Woëvre.
Durée : 2 jours – hébergement possible en gîte de randonnée ou en hôtel.
>> Télécharger le circuit… (7.5 M). 

Marion_Verboom_CartoucheMarion cartouche

CIRCUIT JEANNE D’ARC
Créé en 1995, le Circuit Jeanne d’Arc, ouvert à tous les types de randonneurs, propose 80 km de sentiers chargés d’histoire. On y découvre la maison natale de Jeanne d’Arc, la chapelle de Bermont où elle venait se recueillir, Montigny-lès-Vaucouleurs où elle acheta son cheval, Vouthon, le village natal de sa mère Isabelle Romée et bien sûr Vaucouleurs « la cité qui arma Jeanne d’Arc ». Durée : 2 jours – hébergement possible en gîte de randonnée ou en hôtel.

CIRCUIT LES MARCHES DE MEUSE

Ce circuit aux Marches de Meuse vous emmène au pays du houblon et des fortifications.
Ce houblon, ingrédient indispensable de la bière, vous le découvrez au Musée Européen de la Bière de Stenay. Vous en apprécierez la qualité en dégustant une bière brassée localement : la Charmoy.
Ces fortifications, signe que ce pays est une terre de frontière :
– La citadelle de Montmédy

- Les châteaux de Charmois

- Le château d’Imécourt à Louppy sur Loison qui accueillit Louis XIV en 1657.
– Les vestiges de la citadelle de Jametz où les troupeaux paissent paisiblement.
Et voir aussi le charme de la citée espagnole de Marville. 

 

CIRCUIT SAILLANT DE SAINT-MIHIEL
Secteur stratégique essentiel de 1914 à 1918, le Saillant de Saint-Mihiel conserve les stigmates des terribles combats qui s’y sont déroulés pendant 4 ans. Le Bois d’Ailly, le Bois Brûlé et la Tranchée de la Soif témoignent des souffrances endurées par les combattants.
Site exceptionnel, les Tranchées des Bavarois et de Roffignac, dont les aménagements restent intacts depuis 90 ans, ressuscite le temps d’une visite le quotidien des soldats des deux camps.
Durée : 1 jour

Les sentiers de randonnée

Les 800 kilomètres de chemins balisés qui vous attendent, que ce soit le long du GR14 (balisage rouge et blanc), du GR 714 (balisage rouge et blanc), du GR 703 (balisage rouge et blanc) ou des GR de Pays (balisage rouge et jaune), sont autant de chances et d’opportunités de découvrir le terroir meusien, ses forêts, ses monuments discrets… autant de chances de surprendre un chevreuil au coin du bois, d’observer le faucon crécerelle dans sa quête de nourriture, d’apercevoir un renard cherchant un abri… mais c’est aussi la certitude de trouver le soir venu une table accueillante et une chambre confortable.


LA ROUTE LIGIER RICHIER, sculpteur de la Renaissance
 (en voiture)

C’est en Meuse, à Saint-Mihiel, que naquit un des plus remarquables sculpteurs du 16ème siècle : Ligier Richier. Ses oeuvres inestimables sont toujours visibles à Saint-Mihiel, Bar-le-Duc, Clermont-en Argonne, Etain, Génicourt-sur-Meuse et Hattonchâtel. La Route Ligier Richier offre l’occasion de parcourir la Meuse sur le thème des plus belles sculptures de la Renaissance Lorraine.

Brochure disponible sur simple demande dans le formulaire Brochures et Documents.

 

Publié dans Meuse | Pas de Commentaire »

La pharmacie Art Nouveau en Meuse

Posté par francesca7 le 20 juin 2014

 

3 

 

A la fin du XIXème siècle apparaît l’Art Nouveau. Il s’agit d’un vaste mouvement artistique de rénovation des arts décoratifs et de l’architecture, ainsi que du mobilier, des bijoux, de la littérature… L’Art Nouveau se distingue par son style original : ses artistes sont retournés à l’observation de la nature, s’inspirant des insectes et de la végétation, mais aussi des édifices gothiques et des estampes japonaises.

Voir le site : http://la-lorraine-se-devoile.blogspot.fr/2009/08/pharmacie-art-nouveau-commercy-meuse.html

A la fin du XIXème siècle apparaît l’Art Nouveau. Il s’agit d’un vaste mouvement artistique de rénovation des arts décoratifs et de l’architecture, ainsi que du mobilier, des bijoux, de la littérature… L’Art Nouveau se distingue par son style original : ses artistes sont retournés à l’observation de la nature, s’inspirant des insectes et de la végétation, mais aussi des édifices gothiques et des estampes japonaises. Un goût particulier pour les lignes sinueuses, courtes, élégantes et extravagantes s’est ainsi développé.

Au début du XXème siècle, un pharmacien commercien, Adrien Recouvreur, administrateur de la Caisse d’Epargne de la ville propose de faire appel à Victor Prouvé pour décorer les plafonds de la salle du conseil d’administration de la nouvelle Caisse d’Epargne. Un autre pharmacien Georges Malard, choisit de faire appel à Eugène Vallin pour aménager l’officine qu’il veut créer à Commercy. Au même moment le conseil municipal d’Euville décide de construire une nouvelle mairie et confit le projet à Henri Gutton.

Prouvé, Vallin, Gutton, quelques uns des plus grands noms de l’Ecole de Nancy vont travailler au Pays de Commercy
En 1890, on pose la première pierre de la nouvelle église Saint Pierre et Saint Paul. Le projet est réalisé en moins de deux ans. Au nombre des artisans qui y ont collaboré, le maître verrier Emmanuel Champigneulle et l’ébéniste Eugène Vallin. C’est leur première commande publique en Meuse.

Si l’Art Nouveau a choisit Nancy pour fonder sa grande Ecole en France, cette dernière a fait des émules un peu au delà. On connaît Euville, en Meuse, où l’Hôtel de Ville en est une concrétisation. Cela s’explique par la présence d’une des plus grandes carrière de pierres meusiennes qui permit de construire une grande partie de Nancy, notamment à l’époque Art Nouveau.

A côté d’Euville se trouve Commercy. On l’a connaît pour sa madeleine ou son château, elle possède aussi quelques perles issues de l’Art Nouveau.

Parmi elles, la pharmacie de la place du Général De Gaulle. C’est Eugène Vallin, maître de l’Ecole de Nancy, qui a conçu et réalisé cette devanture et ce magasin pour le moins étonnant en 1907. Pharmacie depuis toujours, son état de monument classé devrait lui conférer cette fonction pendant encore longtemps.

Bel exemple de ce qu’à pu être l’Art Nouveau mais aussi une bonne raison d’avoir le regard toujours observateur lorsque l’on déambule dans une ville.

Plus de renseignements : http://www.commercy.org/commercy.htm

 

La Mairie d’Euville
Plusieurs fois repoussée, la décision de construire une nouvelle mairie est prise en 1900. Le projet confié à Henri Gutton.  Pour le conseil municipal, cette nouvelle mairie, la seule commande publique confiée à l’Ecole de Nancy, doit être conçue comme une véritable publicité pour la pierre d’Euville, la pierre qui a fait la fortune du village. Certains alors n’hésitent plus à affirmer que c’est la plus riche commune de France !

En 1901, un premier projet est présenté et l’appel d’offres lancé. Mais le projet prend du retard. En 1903, Gutton fait appel à Eugène Vallin pour le remodelage de la façade principale. C’est à lui que l’on doit l’aspect plus résolument Art Nouveau de l’édifice. C’est dans les aménagements intérieurs, approuvés en 1906, que l’on retrouve nombre de chefs de file de l’Ecole de Nancy : Vallin intervient dans la décoration du vestibule d’entrée et de l’escalier d’honneur puis dans le décor sculpté de la salle des fêtes ; les luminaires sont des frères de Majorelle ; utilisant les verres américains, Emmanuel Champigneulle réalise les vitraux de la salle des fêtes et Jacques Gruber ceux de l’escalier d’honneur, déjà muni d’une rampe en fer forgé d’Edgar Brandt.

Visible aux heures habituelles d’ouverture de mairie : du lundi au vendredi de 8h30 à 11h30, le mercredi de 14h30 à 16h30, et le samedi de 9h00 à 11h00. 

En dehors de ces heures, renseignement à l’Office de tourisme du Pays de Commercy.

 

Ile Malard
Formée au milieu du lit de la Meuse, en aval du barrage des Allemands, cette petite île fut achetée par Georges Malard, le pharmacien fit venir Vallin à Commercy. Là, il pouvait se livrer à sa passion pour la pisciculture, tout en créant un petit havre de paix pour sa famille, un endroit que n’auraient renié les artistes de l’Ecole de Nancy. L’île est aujourd’hui ouverte aux promeneurs.

 

La Pharmacie

Vallin est contacté pour l’aménagement de la nouvelle pharmacie alors qu’il achève la salle des fêtes de la mairie d’Euville. Il se charge de la devanture et du mobilier intérieur et fait appel au peintre-verrier Joseph Janin pour la fourniture de vitraux et à Charles Friedrich pour les papiers peints (disparus). La devanture est réalisée en padouk (bois de corail) verni et les aménagements intérieurs sont en padouk ciré, pour la structure, et en acajou pour les panneaux.
Digitale et pavot dans les vitraux du fond, arum dans ceux de la vitrine, arum encore dans les poignées de porte, ombelle et plantes médicinales pour les lambris… le décor végétal est parfaitement soigné.


A Saint-Mihiel

Au début du XXème siècle, l’Art Nouveau dans l’architecture se diffuse le long de la vallée de la Meuse. A Saint-Mihiel, le marché couvert, livré en 1902, et qui rappelle les pavillons Baltard, remplace la halle du XVIème siècle. Les piliers sont en fonte de fer et le reste de l’ossature et la charpente en fer laminé. Des briques polychromes formant des motifs géométriques remplissent l’espace libre entre les poutres métalliques. De la céramique vernissée, chutes de fruits et de légumes, complète la décoration. Après la Première Guerre Mondiale, de nombreux immeubles sont reconstruits en faisant appel au vocabulaire de l’Art Nouveau. 

Les artistes de l’Ecole de Nancy

Henri Gutton, architecte (1851-1933)

Ingénieur polytechnicien, élève de l’Ecole des Beaux-Arts de Paris, fondateur de la société des Architectes de l’Est de la France, il retourne à Nancy en 1876. Très compétent  sur les programmes nouveaux, il s’intéresse aussi aux problèmes du développement urbain et de l’habitat social. On lui doit notamment le magasin de la graineterie Genin-Louis (aujourd’hui agence bancaire) rue Saint Jean à Nancy.

Eugène Vallin, ébéniste, sculpteur (1856-1922)

Après l’Ecole des Beaux Arts de Nancy, il a fait son apprentissage dans la menuiserie de son oncle auquel il succède en 1881. Ses premières réalisations sont du mobilier d’église mais il devient rapidement un créateur et artiste de l’Art Nouveau sous l’influence de Gallé pour qui il réalise la porte de ses nouveaux ateliers. C’est dans le meuble qu’il devient célèbre pour sa production à la commande : il réalise ainsi des salles-à-manger, des salons pour les notables de Nancy : Eugène J.B. Corbin, Masson, Bergeret, Kronberg… Il devient en 1901, vice-président du comité directeur de l’Alliance qui devient l’Ecole de Nancy.

téléchargementAdrien Recouvreur, pharmacien, graveur (1858-1944)

Un nom revient ici fréquemment : le pharmacien Adrien Recouvreur. A Nancy, il suit les cours de l’école de Pharmacie avant de s’inscrire à l’école de Beaux-Arts. Il y fait la connaissance de tous ceux qui feront le succès de l’Ecole de Nancy. Installé à Commecry, il siège notamment au Conseil d’Administration de la Caisse d’Epargne. Grâce à lui, le Conseil  commande à Victor Prouvé, le plafond qui décore sa salle de réunion. Après avoir vendu son officine, il quitte Commercy et s’installe à Angers où il a été nommé conservateur du musée de la ville. A sa mort, il lègue à la ville de Commercy un important fonds sur l’Ecole de Nancy dont une petite partie est exposée à la mairie d’Euville.

Emile André, architecte (1871-1933)

Autre figure de l’Ecole de Nancy, l’architecte Emile André qui collabore régulièrement avec Vallin, Prouvé et Gutton, construit à Commercy une villa très proche de la « villa des Roches » du parc de Saurupt à Nancy. A la différence de cette dernière, elle a conservé ses volumes d’origine et vient d’être entièrement restaurée par ses propriétaires.

article à lire : http://books.google.fr/books?id=pKJ6ddTaMrEC&pg=PT38&lpg=PT38&dq=pharmacie+Art+Nouveau++en+meuse&source=bl&ots=z_IRS9oe7L&sig=Zp_75c08VymNc0abs9zl4hc6sN0&hl=fr&sa=X&ei=rriNU5HmFKLU0QX89oCQBw&ved=0CFQQ6AEwBw#v=onepage&q=pharmacie%20Art%20Nouveau%20%20en%20meuse&f=false

Publié dans Meuse | Pas de Commentaire »

Pourquoi Domrémy la Pucelle

Posté par francesca7 le 20 juin 2014

 

 

Domrémy est un petit village du département des Vosges, situé sur les bords de la Meuse, très près des frontières des départements de la Meuse, de la Meurthe et Moselle et de la Haute-Marne. 

 

Le lieu était habité à l’époque celte comme le montrent certaines murailles et tumuli antiques.

Domremy_maisoatale_piece

Au xve siècle, du vivant de Jeanne d’Arc, la paroisse était divisée en deux parties: l’une dépendait du comté de Champagne, française, l’autre du Barrois mouvant. La jeune Jeanne d’Arc aimait se rendre en la chapelle de Bermont, près de Greux, pour prier, comme à l’église de Domrémy où elle avait reçu le baptême. Ses voix, qui l’initièrent à sa mission et l’accompagnèrent dans son action – les saintes Catherine d’Alexandrie, Marguerite d’Antioche et saint Michel Archange – étaient pour elle des figures familières du voisinage, voire familiales, ce qui contribua à ouvrir la psychologie de la jeune adolescente à la vocation hors norme qui fut la sienne.

Domrémy – ou du moins la partie dans laquelle se trouvait la maison de Jeanne d’Arc, à savoir la partie nord du village – fut exempté d’impôts par Charles VII après son couronnement lors de l’anoblissement de Jeanne d’Arc. En 1571, Domrémy fut officiellement rattaché à la Lorraine et perdit le privilège (le duché de Lorraine relevait du Saint-Empire romain germanique et fut rattaché au royaume de France près de deux siècles plus tard sous Louis XV). En revanche, le village de Greux demeura territoire français et conserva le privilège jusqu’en 1766. La paroisse de Domrémy devint en 1578 Domrémy-la-Pucelle. Elle passa au statut de commune à la Révolution française.

Le village de Domrémy était partagé entre plusieurs autorités : la partie nord appartenait a la Champagne, relevait de la châtellenie de Vaucouleurs et était incorporée au royaume de France. La partie sud, comprenant la maison de Jeanne, appartenait au Barrois mouvant, le duc de Bar étant vassal du roi de France pour les terres situées à l’ouest de la Meuse. Ces terres étaient tenues en fief par les abbés de Mureaux et par les seigneurs de Bourlémont. La partie arrière de la maison de Jeanne d’Arc comprend une partie de la maison d’origine.

Jeanne y naquit en janvier 1412. Son père y était laboureur, c’est à dire un paysan aisé, qui louait une partie de l’ancien château. On peut visiter sa maison natale. La façade actuelle fut édifiée en 1431 par un arrière petit neveu de Jeanne, Claude du Lys, seigneur de Domrémy. 

La Maison Natale de Jeanne d’Arc
Achetée en 1818 par le Département des Vosges et classée Monuments Historiques des 1840, la Maison Natale de Jeanne d’Arc a été conservée et restaurée. Sa façade est ornée d’un tympan sculpté d’armoiries du XVéme siécle, et d’une statue de Jeanne, en armure agenouillée. A l’intérieur, on peut visiter quatre pièces : la chambre natale, la chambre de Jeanne, le cellier et la chambre des frères.

Le Centre Johannique
Près de la Maison Natale de Jeanne d’Arc, le Centre Johannique présente « Visages de Jeanne », un ensemble d’animations fondées sur une nouvelle conception du tourisme culturel.

Il comprend trois espaces différents et complémentaires permettant au visiteur, selon son choix, des modalités de visite plus ou moins approfondie. Le déambulatoire, la grande galerie et la salle de projection proposent un temps de visite d’une heure à trois heures.

Ce centre constitue aussi un lieu de citoyenneté ou les jeunes de France et d’Europe – à partir de l’histoire de Jeanne d’Arc et de cette période charnière entre Moyen Age et modernité, époque de transformation en cela proche de la notre – peuvent réfléchir sur l’Europe dans laquelle nous avons vécu et sur celle que nous devons construire.

Renseignements au  03 29 06 95 86.
Source : http://pagesperso-orange.fr/musee.jeannedarc/domremy.htm

 

 

Publié dans VILLAGES de FRANCE, Vosges | 1 Commentaire »

 

leprintempsdesconsciences |
Lechocdescultures |
Change Ton Monde |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | C'est LE REVE
| Détachement Terre Antilles ...
| ATELIER RELAIS DU TARN ET G...