• BONJOUR A TOUS ET

    bienvenue (2)

     CHEZ FRANCESCA 

  • UN FORUM discussion

    http://devantsoi.forumgratuit.org/

    ............ ICI ............
    http://devantsoi.forumgratuit.org/

  • téléchargement (4)

  • Ma PAGE FACEBOOK

    facebook image-inde

    https://www.
    facebook.com/francoise.salaun.750

  • DECOUVERTES !

    petit 7

  • BELLE VISITE A VOUS

    aniv1

    PETITS COINS DE PATRIMOINE QUI SERONT MIS EN LUMIERE AU DETOUR DE NOTRE REGION DE FRANCE...

  • Cathédrale St-Etienne-Auxerre

    St-Etienne Cathédral, Auxerre

    « La restauration est une opération qui doit garder un caractère exceptionnel. Elle a pour but de conserver et de révéler les valeurs esthétiques et historiques du monument et se fonde sur le respect de la substance ancienne et de documents authentiques. Elle s’arrête là où commence l’hypothèse, sur le plan des reconstitutions conjecturales, tout travail de complément reconnu indispensable pour raisons esthétiques ou techniques relève de la composition architecturale et portera la marque de notre temps. » citation Charte de Venise, art. 9, ICOMOS, 196.

  • M

    JE SUIS ORIGINAIRE MOI-MEME DE LA BOURGOGNE....

  • FRANCE EN IMAGES

    G

    « Un monument restauré traduit les connaissances, les ambitions, les goûts, non seulement du maître d’oeuvre mais aussi du maître d’ouvrage : c’est le vrai révélateur de l’appréhension des édifices par une génération donnée, qui leur permet de reconnaître pour sien un édifice centenaire. » citation de Françoise Bercé.

  • amis

  • Méta

  • amis

  • Architecture Française

    5

  • Artisanat Français

    1

  • A

  • amour-coeur-00040

  • montagne

    Tout devient patrimoine : l'architecture, les villes, le paysage, les bâtiments industriels, les équilibres écologiques, le code génétique.

  • 180px-Hlézard1

  • Patrimoine Français

    3

    Citation sur la France.
    !!!!
    La France, je l'aime corps et biens, en amoureux transi, en amant comblé. Je la parcours, je l'étreins, elle m'émerveille. C'est physique. Pour l'heure, c'est le plus beau pays du Monde, le plus gracieux, le plus spirituel, le plus agréable à vivre. En dépit de ses défauts, le peuple français a des réserves inépuisables de vigueur, d'astuce et de générosité. j'écris cela en toute connaissance de la déprime qui périodiquement enténèbre nos compatriotes. Ils ont une pente à l'autodénigrement, une autre au nihilisme. Je suis français au naturel et j'en tire autant de fierté que de volupté. J'ai pour ce vieux pays l'amour du preux pour sa gente dame, du soudard pour la servante d'auberge, de l'érudit pour ses grimoires, du paysan pour son enclos, du bourgeois pour ses rentes, du croyant des hautes époques pour les reliques de son saint patron... J'ai la France facile, comme d'autres ont le vin gai ; je l'ai au coeur et sous la semelle de mes godasses. Je suis français, ça n'a pas dépendu de moi et ça n'a jamais été un souci. Ni une obsession. Toujours un bonheur...

    Dictionnaire amoureux de la France - Denis Tillinac.

  • a bientot

  • Accueil
  • > Archives pour le Mercredi 4 juin 2014

Sur les collines de l’Argonne

Posté par francesca7 le 4 juin 2014

 

L’Argonne est une région naturelle de la France, s’étendant sur les départements de la Marne, les Ardennes et la Meuse, à l’est du bassin parisien. L’Argonne est une région de forêt et d’étangs. La principale localité de l’Argonne est Sainte-Menehould. D’extension grossièrement nord-sud, L’Argonne se situe entre le massif ardennais au nord, la Champagne humide et haute-vallée de l’Aisne à l’ouest, les plateaux du Barrois et la vallée de l’Aire à l’est.

L’Argonne présente un relief modéré, aux environs de 350 mètres pour les plus hauts sommets, avec un escarpement vers l’est. La topographie de l’Argonne forme un bastion naturel ponctué de cinq passages : Le Chesne, La Croix-aux-Bois, Grandpré, Lachalade et les Islettes. Ce relief lui a valu de jouer un rôle stratégique important lors de nombreux conflits : notamment la Première Guerre mondiale et la Bataille de Valmy, ainsi qu’antérieurement lors de la guerre de 1870.

Stellungsbau im Argonnerwald

L’Argonne se caractérise par un relief de cuesta développé par l’affleurement de la gaize (grès glauconieux à spicules d’éponges cimenté par de l’opale) de l’étage Albien(Crétacé).

Situées à cheval sur trois départements (Ardennes, Marne et Meuse)les collines de l’Argonne et leur massif forestier forment un rempart naturel parcouru en surface par un impressionnant réseau de tranchées. En sous-sol, des kilomètres de galeries, pour partie accessibles, ont abrité les combattants ou alimenté la guerre des mines. Les innombrables vestiges des durs combats de1915 et 1916 sont présentés dans un état de conservation absolument saisissant.

C’est en septembre 1914 que les premiers combats se déclenchent en forêt d’Argonne. Les monuments et les vitraux dédiés aux morts en témoignent aujourd’hui. Les soldats doivent adapter leurs conditions de vie et de combat à l’épais massif forestier. Pour se défendre des attaques, les soldats se servent du terrain et mettent en place un réseau de tranchées et de fils barbelés ainsi que des postes de mitrailleuses et d’observations. La guerre des mines connait en Argonne une ampleur exceptionnelle. La vallée Moreau est un ancien camp allemand où les soldats se retrouvaient après les combats. Les tunnels de liaison comme le kaiser-tunnel permettaient aux soldats de circuler, d’être soignés et d’entreposer leur matériel. Cette guerre de position durera jusqu’en 1918, avec la vaste offensive franco-américaine (Meuse-Argonne) lancée en direction deSedan et dirigée par le général Pershing

C’est en Meuse que l’Armée américaine a, pour la première de son histoire, été engagée de manière autonome en Europe. La mémoire américaine est fortement présente en Meuse, à travers des monuments très imposants, de facture néoclassique. Le cimetière de Romagne est la plus importante nécropole US en Europe. 

 Sur les collines de l'Argonne dans Meuse Bundesarchiv_Bild_104-0176%2C_Argonnen%2C_Transporte_mit_Feldbahn

Les sites à visiter

Parmi les sites remarquables d’Argonne :
la Butte de Vauquois : ce site spectaculaire demeuré intact, présentant un enchaînement de cratères de mines gigantesques, est parcouru de galeries souterraines visitables. C’est un symbole de la guerre des mines.
la Haute Chevauchée et son Monument-Ossuaire
le Kaiser Tunnel : il est le témoin des aménagements souterrains réalisés en Argonne pendant la première guerre mondiale (actuellement fermé pour travaux).
le Monument américain de Montfaucon : d’une hauteur totale de 60 mètres, il est surmonté d’une statue symbolisant la liberté.
le cimetière américain de Romagne-sous-Montfaucon, le plus grand d’Europe
Le Musée Romagne 14-18 : site étonnant où il est permis de toucher les objets…


 

Publié dans Meuse | Pas de Commentaire »

Un Champ de Bataille à Verdun

Posté par francesca7 le 4 juin 2014

 

800px-Battelfield_Verdun

Le département de la Meuse fut particulièrement touché, surtout lors de la Bataille de Verdun en 1916 où neuf villages ont été complètement détruits par les combats. Six d’entre eux n’ont jamais été reconstruits. Après la guerre, il a cependant été décidé de ne pas les rattacher à d’autres communes et d’ainsi conserver leur mémoire. Ils sont administrés par un conseil municipal de trois membres nommés par le préfet de la Meuse, avec un maire et deux adjoints. Ils ont toutes les prérogatives d’un maire à l’exception du vote pour les sénatoriales.   

300 jours et 300 nuits de combats sans trêve, 300 000 morts et disparus, 400 000 blessés français et allemands… La Bataille de Verdun de 1916 est un choc frontal, le plus meurtrier de l’histoire, entre la France et l’Allemagne. Cette lutte d’anéantissement, à travers un duel d’artillerie sans précédent, symbolise et résume la guerre totale.

L’histoire de la bataille de Verdun :

Dès le début de la guerre en 1914, Verdun, sa citadelle et la ceinture des forts qui la protégeaient, sont considérés comme une clef du dispositif défensif français. Les stratèges allemands décident donc de la prendre.

En février 1916 (le début de la bataille de Verdun), l’armée allemande est prête à s’engager dans une offensive de grande envergure. Son but étant de réussir une percée décisive, ou tout au moins d’entamer et de réduire sérieusement les forces françaises. Il s’agit d’une opération spectaculaire  destinée à remonter le moral des troupes germaniques après déjà deux ans de combats et les échecs de la Marne et de l’Argonne.

L’offensive va se dérouler en trois phases, entre la fin février et la fin août 1916.

Image de prévisualisation YouTube

http://www.youtube.com/watch?v=SQ7paGOC1mQ

La première attaque est brutale, faisant suite à une préparation d’artillerie d’une intensité inouïe. L’avance allemande sera pourtant insignifiante. Elle se soldera néanmoins par la prise du fort de Douaumont, le 25 février. Il ne sera libéré que le 24 octobre… (C’est dans ce fort que le général De Gaulle a été blessé lors de la bataille de Verdun en 1916).

Verdun est menacée. La résistance française va se montrer exemplaire. Renforts et matériels arrivent jour et nuit, acheminés par la seule route possible, celle de Bar-le-Duc à Verdun devenue la Voie Sacrée. Grâce à beaucoup d’abnégation, de sacrifices incommensurables, l’attaque allemande est contenue.

Jusqu’en mars et avril 1916, qui marquent le début de la seconde phase de l’offensive allemande, l’armée du Kronprinz opte pour une nouvelle stratégie, l’attaque par les ailes, qui présente l’avantage d’élargir le front. En vain, le Mort-Homme, la Côte du Poivre, le fort de Vaux résistent, héroïques.

Un Champ de Bataille à Verdun dans Meuse 200px-Munitions-VerdunLa troisième phase de la bataille de Verdun intervient. Le front s’étend toujours davantage. La guerre devient une guerre de position et s’enlise dans les tranchées. Les attaques allemandes sont permanentes et la bataille atteint son paroxysme. Les pertes humaines sont énormes. L’ultime offensive allemande va échouer, devant la poudrière de Fleury. Désormais, les troupes germaniques reçoivent l’ordre de rester strictement défensives.

Le visage de la guerre a changé. Les offensives russes sur le front de l’Est, l’offensive franco-britannique sur la Somme, obligent les armées allemandes à plus de prudence. Manifestement, elles ont perdu toutes les chances de remporter la décision à Verdun.

C’est au tour de l’armée française de prendre l’initiative et l’offensive. Trois brillantes attaques se succèdent : Douaumont-Vaux, Louvemont-Bezonvaux, Cote 304 et Mort-Homme. Elles ont lieu entre octobre 1916 et septembre 1917.

Il faudra attendre l’offensive franco-américaine du 26 septembre 1918 pour que Verdun et la Meuse soient définitivement libérées.

Le Champ de Bataille de Verdun, par l’authenticité et la richesse de ses vestiges, constitue un patrimoine unique au monde. Ce vaste espace situé en « Zone Rouge », proposé au classement UNESCO, porte les cicatrices saisissantes des combats acharnés de 1916. Il présente également un ensemble de sites remarquables qui permettent de comprendre les étapes de la construction mémorielle nationale. L’ensemble de ce patrimoine historique et mémoriel est un moyen de découverte exceptionnel de ce que fut la Grande Guerre en Meuse.

Les sites à visiter

- des sites de combats. Ici des hommes ont combattu : PC Driant, les forts de Douaumont et Vaux sur la rive droite ; la Cote 304 et le Mort-Homme sur la rive gauche…

- des sites funéraires. Ici des hommes sont inhumés : la nécropole nationale et l’Ossuaire de Douaumont…

- des sites du souvenir. Ici il est rendu hommage à des combattants : le Mémorial de Verdun (fermé pour travaux jusqu’en novembre 2015), la Tranchée des Baïonnettes, Monuments aux Israélites et aux Musulmans Morts pour la France…

- des sites de vie. les villages détruits.

Verdun, c’est également le symbole de la réconciliation possible et exemplaire entre des peuples jadis ennemis, par-dessus les tombes… Faisant écho à la rencontre De Gaulle – Adenauer de 1958, la poignée de main Kohl – Mitterrand de 1984, à Douaumont, a scellé le rapprochement entre la France et l’Allemagne, les deux piliers de l’Union Européenne.

Une tranchée française en 1916

 Capitale de la Grande Guerre 

Verdun, la ville la plus connue au monde après Paris, constitue la porte d’entrée des champs de bataille meusiens.

La ville-évêché fut reconstruite après-guerre. Traversée par le fleuve Meuse, parcourue par un réseau de canaux « vénitiens », elle présente aujourd’hui un cadre de vie harmonieux, à l’urbanisme rénové et élégant.

La mémoire de la Grande Guerre y demeure présente, notamment à travers son gigantesque Monument à la Victoire et la Citadelle souterraine où fut choisi le Soldat Inconnu.

Le Centre Mondial de la Paix accueille nombre d’événements culturels, colloques internationaux et expositions qui ouvrent la réflexion sur l’histoire des conflits du 20ème siècle.

Chaque été, l’association Connaissance de la Meuse organise un son et lumière, le plus grand spectacle d’Europe, autour d’une évocation scénique de la bataille de Verdun : « Des Flammes à la Lumière ».

 

Publié dans Meuse | Pas de Commentaire »

 

leprintempsdesconsciences |
Lechocdescultures |
Change Ton Monde |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | C'est LE REVE
| Détachement Terre Antilles ...
| ATELIER RELAIS DU TARN ET G...