• BONJOUR A TOUS ET

    bienvenue (2)

     CHEZ FRANCESCA 

  • UN FORUM discussion

    http://devantsoi.forumgratuit.org/

    ............ ICI ............
    http://devantsoi.forumgratuit.org/

  • téléchargement (4)

  • Ma PAGE FACEBOOK

    facebook image-inde

    https://www.
    facebook.com/francoise.salaun.750

  • DECOUVERTES !

    petit 7

  • BELLE VISITE A VOUS

    aniv1

    PETITS COINS DE PATRIMOINE QUI SERONT MIS EN LUMIERE AU DETOUR DE NOTRE REGION DE FRANCE...

  • Cathédrale St-Etienne-Auxerre

    St-Etienne Cathédral, Auxerre

    « La restauration est une opération qui doit garder un caractère exceptionnel. Elle a pour but de conserver et de révéler les valeurs esthétiques et historiques du monument et se fonde sur le respect de la substance ancienne et de documents authentiques. Elle s’arrête là où commence l’hypothèse, sur le plan des reconstitutions conjecturales, tout travail de complément reconnu indispensable pour raisons esthétiques ou techniques relève de la composition architecturale et portera la marque de notre temps. » citation Charte de Venise, art. 9, ICOMOS, 196.

  • M

    JE SUIS ORIGINAIRE MOI-MEME DE LA BOURGOGNE....

  • FRANCE EN IMAGES

    G

    « Un monument restauré traduit les connaissances, les ambitions, les goûts, non seulement du maître d’oeuvre mais aussi du maître d’ouvrage : c’est le vrai révélateur de l’appréhension des édifices par une génération donnée, qui leur permet de reconnaître pour sien un édifice centenaire. » citation de Françoise Bercé.

  • amis

  • Méta

  • amis

  • Architecture Française

    5

  • Artisanat Français

    1

  • A

  • amour-coeur-00040

  • montagne

    Tout devient patrimoine : l'architecture, les villes, le paysage, les bâtiments industriels, les équilibres écologiques, le code génétique.

  • 180px-Hlézard1

  • Patrimoine Français

    3

    Citation sur la France.
    !!!!
    La France, je l'aime corps et biens, en amoureux transi, en amant comblé. Je la parcours, je l'étreins, elle m'émerveille. C'est physique. Pour l'heure, c'est le plus beau pays du Monde, le plus gracieux, le plus spirituel, le plus agréable à vivre. En dépit de ses défauts, le peuple français a des réserves inépuisables de vigueur, d'astuce et de générosité. j'écris cela en toute connaissance de la déprime qui périodiquement enténèbre nos compatriotes. Ils ont une pente à l'autodénigrement, une autre au nihilisme. Je suis français au naturel et j'en tire autant de fierté que de volupté. J'ai pour ce vieux pays l'amour du preux pour sa gente dame, du soudard pour la servante d'auberge, de l'érudit pour ses grimoires, du paysan pour son enclos, du bourgeois pour ses rentes, du croyant des hautes époques pour les reliques de son saint patron... J'ai la France facile, comme d'autres ont le vin gai ; je l'ai au coeur et sous la semelle de mes godasses. Je suis français, ça n'a pas dépendu de moi et ça n'a jamais été un souci. Ni une obsession. Toujours un bonheur...

    Dictionnaire amoureux de la France - Denis Tillinac.

  • a bientot

  • Accueil
  • > Archives pour le Dimanche 1 juin 2014

Les Femmes dans la guerre

Posté par francesca7 le 1 juin 2014

 

 

téléchargementL’histoire n’a pas voulu prendre en compte les mérites et les souffrances spécifiques des femmes gommées de la mémoire de la guerre de 1914-1918 en faveur des combats des « poilus» relatés dans de nombreux ouvrages et bibliographies. Tandis qu’en 1939-1945, au front, à l’arrière elles sont militantes au service du pouvoir, résistantes espionnes journalistes munitionnettes, infirmières héroïnes de la survie quotidienne : l’engagement des femmes durant ces deux guerres ouvre encore de vastes perspectives de recherches. 

La guerre de 1914-1918

Le déclenchement des hostilités de la première guerre mondiale provoque deux réactions majeures pour les femmes : servir à leur façon au plus près du front ou pallier le manque suscité par l’absence des hommes. La population rurale qui domine démographiquement la majeure partie de l’Europe oblige les femmes à faire face à la gestion du patrimoine familial. 

Pour chaque homme engagé une femme endosse les responsabilités du mari ou du père que ce soit en ville ou à la campagne. Les femmes qui travaillent dans les usines représentent de la main d’œuvre à bon marché car elles sont payées moitié moins que les hommes qu’elles remplacent. La maladie, le surmenage, la faim et la fatigue sont le lot quotidien de ces femmes qui assurent jusqu’à onze heures de travail par jour sans protections contre les nombreux accidents. Le travail d’usine est très dur : chaque obus manipulé pèse sept kilos, vingt cinq mille obus passent dans les mains de l’ouvrière qui doit soulever deux fois chaque engin ce qui fait trente cinq mille kilos en une journée, traitement qui a vite raison de sa santé. 

Le statut des femmes

Les critiques proclament que la participation au monde masculin du travail dénature la féminité et constitue une menace pour l’ordre établi. Ainsi tout travail de guerre se veut subalterne pour la femme : infirmière et non médecin, secrétaire et non gestionnaire ouvrière et non contremaitre … 

De cette façon le statut supérieur de l’homme est préservé. La femme est cantonnée dans deux icônes principales : la première s’apparente à la sainte maternité salvatrice qui soigne et console, c’est l’infirmière appelée « l’ange blanc »ou la chaste marraine de guerre qui incarne la dévotion, l’abnégation l’admiration devant le sacrifice des soldats. La seconde icône est celle de l’ouvrière, soubrette définie par le regard masculin car tout travail de guerre est féminisé par le vocabulaire pour minimiser son importance et le danger encouru. 

Il faudra attendre les années quatre- vingt pour que chercheurs et éditeurs s’intéressent au travail colossal des femmes pendant la guerre. Il existe des témoignages de la pacifiste Véra Brittain (1893-1970) infirmière sur le front qui en décrit toute l’horreur et le dévouement de ses consœurs. A leur retour ces femmes ne sont pas reconnues comme des héroïnes, leurs expériences intéressent peu, elles ont par ailleurs beaucoup de mal à se réinsérer à la vie civile. 

L’exploitation de la sexualité

La sexualité est instrumentalisée par l’état de guerre et les prostitués recrutées par les services de renseignements, car l’armée estime essentielle la satisfaction des pulsions sexuelles pour optimiser le rendement sur les champs de batailles. Le repos du guerrier est perçu comme un droit, dont la contrepartie est la menace de la « chaude-pisse »ou de la vérole tant redoutées par les autorités sanitaires militaires clamant que la maladie risque de tuer plus de soldats que l’ennemi. C’est une façon de placer une fois de plus la femme (vénale ou non) au centre du péril national. L’armée Française installe des BMC (bordels militaires de campagne) dans les cantonnements en 1918. 

L’érotisation violente de la guerre n’est pas nouvelle comme en témoignent ces quelques vers d’Apollinaire :

Les canons membres génitaux

Engrossent l’amoureuse terre

Le temps est aux instincts brutaux

Pareille à l’amour est la guerre

Femmes contre la guerre

 

Il y eut bien sûr des femmes qui prirent position contre la guerre, notamment la militante pacifiste engagée Jeanne Alexandre (1890-1980). Comme d’autres militantes, elle fut active aux associations d’aide aux chômeurs et aux réfugiés. Madeleine Vernet (1918-1949) crée en 1917 la revue intitulée « La mère éducatrice »avec ces arguments issus de Rousseau et de Michelet :  »j’en appelle à vous toutes ô femmes-mères ! Épouses! Amantes! Sœurs! Que la guerre a meurtries hier et qu’elle meurtrira encore demain… C’est à nous les femmes qu’il appartient d’être rédemptrices. Car nous sommes les mères, les créatrices de vie  » 

La guerre de 1939-1945

A la seconde guerre mondiale, la population des pays occupés est précipitée dans des situations d’urgence  plus violentes et extrêmes pour les catégories pourchassées. La survie, la lutte et la résistance sont différentes pour les femmes dans la vie civile et la famille, que ce soit en prison, ou dans un camp d’internement. Le degré de tolérance à la souffrance n’est pas le même en camp de concentration pour les hommes qui supportent mal les privations de nourriture, tandis que les femmes ressentent cruellement le manque d’eau rendant l’hygiène impossible. Dans les associations, au sein de la résistance, elles se dévouent par habitude et restent discrètes, ne revendiquant pas la prééminence (Cécilia Bertin « femmes sous l’occupation ») ce qui vaudra à ces femmes d’être longtemps oubliées par l’histoire officielle de la résistance. 

Victimes absolues de cette guerre contre les femmes, celles qui vécurent les plus grandes souffrances furent sans doute les mères juives contraintes d’assister dans les camps de la mort, à la torture et à l’assassinat de leurs jeunes enfants. Dans le civil, côté occupé comme côté Allemand le quotidien des femmes est fait de compromis perpétuels en fonction des restrictions en tous genre : nourrir sa famille est un souci constant. Mettre au monde un enfant de plus dans ce contexte pousse les jeunes mères à avorter (chose interdite à l’époque) 

Émancipation des femmes, inversion des valeurs

Cependant la possibilité de participer à l’effort de guerre est, pour beaucoup de jeunes filles l’occasion, dans cette société conservatrice de quitter la famille, de se libérer des contraintes. Même s’il domine pour elles l’assignation aux stéréotypes de la mère nourricière, du repos du guerrier ou de génitrice de  »chair à canon » apte à venger leurs pères, un grand nombre de femmes s’engage dans la lutte. Tenue militaire ou bleu de travail cette contribution est appréciée mais demeure subalterne. 

Les repères de la société s’inversent totalement. Dans les pays occupés, sous influence Allemande la trahison devient louable, la délation un acte patriotique qui peut rapporter gros .Le pillage l’escroquerie voire l’assassinat de citoyens Juifs, de résistants ou autres indésirables (handicapés, personnes âgées, communistes, mongoliens, homosexuels, inadaptés, témoins de Jéhovah, Roms ) sont autorisés et même encouragés. L’état Allemand s’approprie la fonction paternelle s’impose dans les familles en créant les organisations de jeunesse. Les jeunes opposants à l’endoctrinement sont sévèrement punis. Des camps d’internement pour adolescents Allemands à partir de dix ans (ni Juifs ni Tziganes) sont construits en 1941: Moringen pour les garçons, Uckemark pour les filles. La majorité de ces jeunes périssent sous les mauvais traitements (ce chapitre de l’histoire nazie n’a pas encore fait l’objet de recherches poussées) En France, Pierre Laval imagine la déportation des bébés et jeunes enfants pour fournir le quota de juifs exigé par les autorités Allemandes. Son intervention lors de la rafle du Vel’ d’hiv en juillet 1942 lève, s’il y en avait, les hésitations des nazis puisqu’à partir de cette date sont établis en Pologne des camps d’extermination pour les jeunes enfants. 

Les centres de reproduction forcée

Parallèlement des maternités de types  »lebensborn » voient le jour dans les pays occupés, en Europe du nord en France, au Pays-Bas au Danemark en Norvège Luxembourg Pologne, pour mettre en place le projet de reproduction forcée. Les jeunes femmes sélectionnées selon des critères raciaux précis (cheveux blonds yeux bleus) doivent œuvrer le restant de leur vie reproductive dans ces institutions. Leurs bébés sont expédiés ensuite dans des familles Allemandes ou dans des centres contrôlés qui reçoivent de strictes consignes d’éducation.

 L’enfant d’entre deux- guerres

Quel est le bébé d’entre deux guerres ? En 1936 Gilberte Bodson de Muyser écrit sur le nourrisson : laisse crier l’enfant, ne pas le bercer, lui attacher les mains afin qu’il ne suce pas son pouce, espacer les tétées, lui faire comprendre que ce n’est pas lui qui commande, le mettre très tôt sur le pot … C’est déjà  »une petite bête » à dresser dès la naissance à la soumission et à l’obéissance, surtout à la propreté, acquis au prix d’une négation systématique de tous les besoins affectifs. .Hitler et ses contemporains auraient-ils vécu ce sadisme de la petite enfance ? 

téléchargement (1)Peux-t-on interpréter l’acceptation du nazisme (en Allemagne comme en France) comme le résultat partiel de la passivité, l’obéissance aveugle, la normalisation de la cruauté produite par cette éducation de la moitié du XX e siècle ? Bruno Bettelheim « comportements dans les situations extrêmes » évoque l’infantilisation sadique des prisonniers des camps torturés comme des enfants sans défense par un père dominateur et cruel. La gestapo fusillait les victimes de la dysenterie (comme si l’apprentissage à la propreté recommençait). L’infantilisation des détenus et la régression qui s’ensuivait sont érigées en technique de soumission et d’humiliation des plus puissantes (Primo levi). 

La psychologie nazie

La seconde guerre mondiale n’est pas une guerre classique opposant des adversaires définis de chaque côté d’une ligne de front, le projet nazi sélectionne les catégories d’ennemis à éliminer au nom d’un idéal racial. Les personnes et groupes humains appartenant aux communautés honnies sont assimilées à des espèces bactériennes nocives, ce qui justifie le discours raciste. Dans le ghetto de Varsovie, (qualifié de zone épidémie) la population est mise en quarantaine. 

Les chambres à gaz sont des  »salles de bains » qui distribuent le zyklon B par les pommeaux de douche et les agents spécialisés à cette fonction portent le nom évocateur de « désinfektoren » ! L’accusation est la même pour ces malheureux, ce sont des « untermensch » des sous-hommes à éliminer. L’Allemagne nazie impose un ordre particulier fondé sur l’inversion de toutes les normes sociales établies, tout à fait unique dans l’histoire. 

La question du viol

La légitimation culturelle du repos du guerrier autorise de tous temps le militaire à assouvir ses besoins sexuels surtout sur les femmes ennemies (donc discréditées). En Allemagne les rapports sexuels sont interdits entre Aryens et personnes de communauté inférieures mais si le crime est sanctionné il concerne l’infraction à cette législation sur la race, non sur le viol en lui-même. Dans les salles de torture le viol est une menace puissante contre les femmes. 

Environ dix-sept mille femmes furent violées par les troupes Américaines entre 1942 et 1945, dont soixante quatre pour cent en Allemagne, vingt deux pour cent en France, quatorze pour cent en Angleterre. La hargne des vainqueurs s’exerce contre les femmes Allemandes, il a été recensé deux millions de viols par les soldats soviétiques après guerre. Comment mettre des mots sur l’indicible et reconstruire une vie où, aux horreurs de la guerre s’ajoute l’outrage absolu à la personne? On ne compte pas les avortements pratiqués dans les pires conditions et les suicides suite à cette infamie ! 

L’après guerre

Au lendemain de la deuxième guerre mondiale les femmes ne demandaient qu’à retrouver leurs repères d’avant guerre avec des exigences de reconnaissance pour les efforts consentis. Mais les ruptures furent plus importantes qu’en 1918, la société fut scindée partout, les hommes séparés des femmes les enfants éparpillés, les familles éclatées par l’emprisonnement, la déportation, la fuite, l’exode, l’envoi des enfants au loin donnant lieu à d’angoissantes recherches. La joie de la libération fut source de douleur. Les rescapés de la déportation qui se retrouvaient seuls survivants de leur famille furent en proie à la culpabilité et à la solitude. 

.A la libération la résistante Lucie Aubrac créa une revue féminine « la femme » dans lequel figure entre autre un reportage sur le camp de femmes de Ravensbrück, écrit par Simone Saint-Clair également déportée dans ce camp. C’est sans doute un des tous premiers témoignages parus sur les camps de  concentration. Elle inséra dans sa revue cette conclusion : Cette paix sanglante et heureuse comme une nouvelle accouchée, nous allons bien la soigner, la fortifier et l’aimer. Tellement l’aimer avec notre labeur et nos désirs joyeux que jamais les petits enfants de Londres, Rouen, Berlin, Leningrad ou Shanghai ne  reconnaîtrons l’horreur des caves sous les bombardements, les parents assassinés, la faim la saleté, toute la fureur guerrière et imbécile du fascisme.

 

Source

Femmes dans la guerre, de Carol Mann, Editions Pygmalion, mars 2010

 

Publié dans AUX SIECLES DERNIERS, FONDATEURS - PATRIMOINE | Pas de Commentaire »

Le loup et les hommes

Posté par francesca7 le 1 juin 2014

: histoire et légendes

 

images (5)La Lycanthropie

Un nom scientifique est donné au phénomène hallucinatoire au cours duquel un homme est persuadé d’être un loup : la lycanthropie. Cette affection, qui peut aller jusqu’à développer une pilosité excessive du visage, du torse et des mains, explique des cas d’aveux au cours de certains procès. L’un des plus célèbres se situe en Franche-Comté en 1574 où le sieur Gilles Garnier est accusé d’avoir tué et dévoré plusieurs personnes et enfants, après s’être transformé en loup. Il avoue s’être enduit d’onguent magique avant d’attaquer ses victimes. Nombreuses furent les affaires de ce genre. Assimilés aux sorcières, les loups-garous étaient condamnés au bûcher.

 

La bête du Gévaudan

Entre 1764 et 1767 dans l’actuelle Lozère, sévit un monstre velu et griffu qui se serait rendu coupable d’attaques répétées à l’encontre de troupeaux et bergers, de femmes et d’enfants.

 

Semant la terreur dans la région, l’affaire de la bête du Gévaudan (décrite tour à tour comme un énorme loup féroce, un animal exotique, voire un loup-garou) dépassa largement le stade du fait divers. La presse de l’époque (la gazette de France, le courrier d’Avignon, puis les gazettes internationales) saisirent cette opportunité pour en faire un énorme scandale, publiant des centaines d’articles.

 

Alerté, Louis XV fit organiser des battues monumentales menées par ses meilleurs Louvetiers. A l’issue de ces actions, plusieurs gros loups furent tués (l’un d’eux par Jean Chastel, fut officiellement déclaré comme étant la bête du Gévaudan). Cette étrange histoire, qui en trois ans fit de nombreuses victimes, ne fut jamais complètement élucidée.

 

La rage

Véritable fléau apparu au XIX siècle, la rage, qui touche également les chiens, les renards et autres bêtes sauvages donne lieu à de grandes exterminations de loups. Une loi votée en 1892 instaure une prime pour chaque bête tuée. Mille trois cents loups disparaissent du territoire de France en 1930.

 

Revenu en 1992 à partir des populations de loups sauvages d’Italie, le loup s’est réinstallé naturellement en France, notamment dans le parc national du Mercantour, déclenchant de nombreuses polémiques entre leurs défenseurs, amis de la nature, et les bergers inquiets pour leurs troupeaux. Il apparaît en plus faibles proportions et de façon non permanente dans les Pyrénées-Orientales, les Vosges, le Jura, le haut -Rhin la Drôme et le Massif central.

 

Des bergers et des loups

Dès le retour naturel du loup en France, d’importantes mesures de protection des troupeaux ont été mises en place dans les Alpes-Maritimes : remboursements des animaux tués, primes de stress, chiens de protection, aides aux bergers, clôtures de rassemblements des troupeaux, expositions films et vidéos publiés pour l’information et la prévention. De nombreuses associations sont crées en concertation avec les bergers et éleveurs.

 

Réhabiliter le loup, espèce protégée

Le statut et l’image du loup sont encore bien fragiles dans les mentalités. Il faudra du temps pour que ces prédateurs cessent d’être victimes de persécutions, et soient acceptés par les hommes à l’instar des sociétés dites « primitives » qui respectaient le loup et en avaient fait un mythe vivant.

 

En ce début du troisième millénaire, beaucoup souhaitent contribuer à redonner au loup ses titres de noblesse pour en faire le symbole d’une nature harmonieuse où chacun puisse trouver sa place.

Le mieux ne serait-il pas de laisser le loup (ce bel animal qui au fond nous ressemble par tant d’aspects !) vivre en paix près des hommes en bonne entente, comme n’importe quelle autre espèce et d’en faire un simple maillon de notre patrimoine commun, la terre ?

 

« Regardons les loups ! Contemplons-les ! Haïs parfois, traqués hélas, ils continuent, dans l’absolue liberté de leurs courses et de leurs amours, à nous apprendre ce sens de la vie qui se dérobe à nous, qui nous échappe, qui nous effraie et nous attire. Lorsqu’ils hurlent sous la lune, nous le savons : le paradis est ici : là ou ils sont ! » Hélène Grimaud.

 

images (4)Expressions liées au loup

- Un froid de loup : froid rigoureux

- Un vieux loup de mer : marin ayant beaucoup navigué

- Se jeter dans la gueule du loup : s’exposer volontairement à un danger

- Hurler avec les loups : critiquer et calomnier avec les autres

- Entre chien et loup : à la tombée la nuit

- A trop crier au loup : l’on est plus crédible lorsqu’il vient

- Faire entrer le loup dans la bergerie : introduire dans un groupe une personne susceptible de nuire

- Louvoyer : biaiser, tergiverser, temporiser

- Mon gros loup, mon pt’tit loup : terme affectueux

- Connu comme le loup blanc : se dit d’une personne connue de tout le monde

- Marcher à la queue-leu-leu : avancer les uns derrière les autres ( »leu » signifiant loup au Moyen-Age)

 

Pour aller plus loin

- L’Homme contre le loup. Une guerre de deux mille ans, de Jean-Marc Moriceau. Fayard, 2011.

- Des loups et des hommes : Histoire et traditions populaires, de Daniel Bernard. De Borée, 2011.

- Le monde des loups, de Philippe Huet. Editions Hesse, 2001.

- « Ca m’intéresse histoire » n° 11 Mars Avril 2012.

 

 

 

Publié dans FAUNE FRANCAISE, LEGENDES-SUPERSTITIONS | Pas de Commentaire »

La légende de la princesse Énimie

Posté par francesca7 le 1 juin 2014

images (3)

Dans le royaume de Clotaire II, roi des Francs, tous les jeunes barons en âge de se marier parlent de la princesse Énimie et de son incroyable beauté. Chaque jour, le roi reçoit une demande pour la main de sa fille. Mais la princesse n’est pas seulement resplendissante, elle est aussi d’une grande vertu et ne cesse de repousser ses prétendants.

– Ma fille, tu as l’âge de prendre époux. Cesse de te comporter comme une enfant, lui dit un jour le roi avec lassitude.
– Père, je ne veux consacrer ma vie qu’à Dieu, et me dévouer aux plus démunis. Telle est Sa volonté, vous ne pouvez rien y faire.
– Puisque tu t’entêtes ainsi, je choisirai moi-même ton époux ! s’emporte le roi avant de quitter la pièce.
Énimie fond en larmes. Désespérée, elle invoque le seul qui puisse lui venir en aide.
– Seigneur, aie pitié de moi ! Prends ma beauté, que plus un homme ne s’intéresse à moi.

Épuisée par les sanglots, elle finit par s’endormir. Le lendemain, elle réalise avec stupeur que Dieu l’a exaucée. Son visage est recouvert de plaies immondes et douloureuses. Elle est complètement défigurée par la lèpre.

Les premiers temps, Énimie se réjouit de son sort. Plus personne ne veut l’épouser, elle peut maintenant consacrer sa vie aux pauvres et aux malades. Mais au bout de plusieurs années, devant l’impuissance des meilleurs médecins et le désespoir de ses parents et de son frère, le futur roi Dagobert, elle commence à regretter sa prière.

La douleur est de plus en plus vive, et le chagrin de son entourage ne fait que l’accentuer. Un soir, elle s’agenouille et prie :
– Seigneur, tu as exaucé ma prière la première fois, peut-être m’entendras-tu à nouveau. Je suis rongée par la douleur et le regret. Par pitié, fais disparaître ce mal.

À ces mots, un ange apparaît.

– Mon enfant, trouve la source de Burle dans la province du Gévaudan. Baigne-toi et ta prière sera exaucée.

Le lendemain, son père la fait aussitôt escorter jusqu’au Gévaudan. Après un long voyage, ils trouvent enfin la source. Énimie s’y plonge et, par miracle, toutes ses plaies disparaissent.

– Merci Seigneur ! s’exclame-t-elle avec joie.

Tout le cortège est en liesse. Dès le lendemain, ils reprennent la route pour regagner le château. Mais à peine se sont-ils éloignés qu’Énimie sent le mal la ronger de nouveau. Le cortège rebrousse chemin. Énimie se baigne dans la source et le miracle se reproduit. Ils repartent, mais plus ils s’éloignent, plus la maladie est virulente.

– Ainsi, la volonté de Dieu est que je reste en ces lieux païens pour Le servir, murmure-t-elle, pensive.

La princesse s’installe dans une grotte au creux de la montagne, laissant une grande partie de son escorte regagner le château. Pendant plusieurs années, elle accueille les pèlerins et accomplit des miracles en guérissant les malades au bord de la source. Elle fonde un monastère dont elle est nommée abbesse par l’évêque Ilère de Mende.

Mais le Drac, l’une des incarnations du Diable, voit d’un bien mauvais œil la présence de la sainte. Aussi sort-il régulièrement des gouffres de la montagne pour détruire le bâtiment. Épuisée par ces persécutions et déterminée à chasser le démon définitivement, Énimie demande l’aide de l’évêque Ilère. Ensemble, ils le combattent et le poursuivent à travers la montagne.

 

La course est effrénée jusqu’à une falaise surplombant le Tarn. Là, à bout de force, Ilère invoque la montagne. C’est alors que d’énormes rochers s’écrasent sur le Drac, l’obligeant à regagner les Enfers, fou de rage.

Aujourd’hui encore, on peut apercevoir le chaos des roches au Pas de Soucy. Un peu plus loin, on peut aussi s’émerveiller devant l’Ermitage, la grotte où, après le combat, sainte Énimie s’est retirée pour finir ses jours.

 

Textes : Aurélie Garnier, TV5.ca

Publié dans LEGENDES-SUPERSTITIONS | Pas de Commentaire »

 

leprintempsdesconsciences |
Lechocdescultures |
Change Ton Monde |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | C'est LE REVE
| Détachement Terre Antilles ...
| ATELIER RELAIS DU TARN ET G...