• BONJOUR A TOUS ET

    bienvenue (2)

     CHEZ FRANCESCA 

  • UN FORUM discussion

    http://devantsoi.forumgratuit.org/

    ............ ICI ............
    http://devantsoi.forumgratuit.org/

  • téléchargement (4)

  • Ma PAGE FACEBOOK

    facebook image-inde

    https://www.
    facebook.com/francoise.salaun.750

  • DECOUVERTES !

    petit 7

  • BELLE VISITE A VOUS

    aniv1

    PETITS COINS DE PATRIMOINE QUI SERONT MIS EN LUMIERE AU DETOUR DE NOTRE REGION DE FRANCE...

  • Cathédrale St-Etienne-Auxerre

    St-Etienne Cathédral, Auxerre

    « La restauration est une opération qui doit garder un caractère exceptionnel. Elle a pour but de conserver et de révéler les valeurs esthétiques et historiques du monument et se fonde sur le respect de la substance ancienne et de documents authentiques. Elle s’arrête là où commence l’hypothèse, sur le plan des reconstitutions conjecturales, tout travail de complément reconnu indispensable pour raisons esthétiques ou techniques relève de la composition architecturale et portera la marque de notre temps. » citation Charte de Venise, art. 9, ICOMOS, 196.

  • M

    JE SUIS ORIGINAIRE MOI-MEME DE LA BOURGOGNE....

  • FRANCE EN IMAGES

    G

    « Un monument restauré traduit les connaissances, les ambitions, les goûts, non seulement du maître d’oeuvre mais aussi du maître d’ouvrage : c’est le vrai révélateur de l’appréhension des édifices par une génération donnée, qui leur permet de reconnaître pour sien un édifice centenaire. » citation de Françoise Bercé.

  • amis

  • Méta

  • amis

  • Architecture Française

    5

  • Artisanat Français

    1

  • A

  • amour-coeur-00040

  • montagne

    Tout devient patrimoine : l'architecture, les villes, le paysage, les bâtiments industriels, les équilibres écologiques, le code génétique.

  • 180px-Hlézard1

  • Patrimoine Français

    3

    Citation sur la France.
    !!!!
    La France, je l'aime corps et biens, en amoureux transi, en amant comblé. Je la parcours, je l'étreins, elle m'émerveille. C'est physique. Pour l'heure, c'est le plus beau pays du Monde, le plus gracieux, le plus spirituel, le plus agréable à vivre. En dépit de ses défauts, le peuple français a des réserves inépuisables de vigueur, d'astuce et de générosité. j'écris cela en toute connaissance de la déprime qui périodiquement enténèbre nos compatriotes. Ils ont une pente à l'autodénigrement, une autre au nihilisme. Je suis français au naturel et j'en tire autant de fierté que de volupté. J'ai pour ce vieux pays l'amour du preux pour sa gente dame, du soudard pour la servante d'auberge, de l'érudit pour ses grimoires, du paysan pour son enclos, du bourgeois pour ses rentes, du croyant des hautes époques pour les reliques de son saint patron... J'ai la France facile, comme d'autres ont le vin gai ; je l'ai au coeur et sous la semelle de mes godasses. Je suis français, ça n'a pas dépendu de moi et ça n'a jamais été un souci. Ni une obsession. Toujours un bonheur...

    Dictionnaire amoureux de la France - Denis Tillinac.

  • a bientot

Langue et musique Bretonne

Posté par francesca7 le 27 avril 2014

 

images (6)
La langue et la musique bretonnes connaissent un incroyable renouveau depuis une dizaine d’années. Les grands festivals y sont pour beaucoup, mais il convient d’y ajouter la fierté retrouvée d’appartenir à une culture régionale dont l’affirmation passe par la réappropriation de la langue et par les rassemblements festifs.

La langue bretonne

Du point de vue linguistique, les Bretons sont plus proches des Irlandais et des Gallois que des Français. Du 4e au 7 e s., l’Armorique, à savoir la Bretagne actuelle, a donné asile aux Brittons chassés de Bretagne – la Grande-Bretagne actuelle – par l’invasion anglo-saxonne. Dès lors, le breton rivalisa avec le français, dérivé du bas latin. Il fallut le rattachement à la France au 15 e s. et la Révolution pour renverser la situation en faveur du français.

On compte en fait deux Bretagne : la haute Bretagne, ou pays gallo, et la basse Bretagne ou Bretagne bretonnante. On parle français dans la première, français et breton dans la seconde. Outre la langue, cette limite, qui s’étend globalement de St-Brieuc à Vannes, reflète les traditions : c’est en effet en basse Bretagne (à l’ouest) qu’on a le plus de chances de retrouver les coutumes, contrairement à la haute Bretagne (à l’est) où il n’en reste presque plus de traces.

Plusieurs dialectes

Appartenant au groupe des langues celtiques, le breton actuel (brezhoneg) se décompose en qua

tre dialectes principaux : le cornouaillais (Sud Finistère), le léonard (Nord Finistère), le trégorrois et le vannetais. Si les trois premiers sont très proches et constituent la langue dénommée « KLT » (Kerne-Léon-Trégor), le vannetais s’en distingue, substituant notamment un « h » au « z » ; ainsi, Breiz (Bretagne) devient Breih . Pour remédier à ces différences, l’usage du « zh » a été institué pour tous les mots concernés, ce qui a par exemple donné Breizh , mot qu’on a souvent l’occasion de voir apposé à l’arrière des véhicules sous forme de macaron.

Le renouveau de la langue bretonne ne peut échapper à l’automobiliste qui sillonne la Bretagne. Les panneaux d’entrée et de sortie d’agglomération sont doublés en breton, et la traduction s’étend désormais à la signalétique urbaine pour satisfaire les 172 000 personnes qui s’expriment en breton.

images (7)

Associations et médias

Il existe même une association, l’Office de la langue bretonne (www.ofis-bzh.org) , qui s’attache au développement de l’usage du breton dans la vie quotidienne et dans la vie publique. Créée en 1999 par le conseil régional de Bretagne avec le soutien du ministère de la Culture, elle a pour mission d’accompagner et de conseiller toutes les personnes, organismes, entreprises ou élus qui souhaitent prendre en compte la langue bretonne au quotidien.

Aujourd’hui, les médias contribuent aussi à faire perdurer la culture bretonne. Plusieurs radios émettent en breton (Arvorig FM, Radio Kerne, Radio Bro Gwened, Radio Kreiz Breizh et France Bleu Breizh Izel). Des programmes sont diffusés sur certaines chaînes de télévision (France 3 Ouest, Tv Rennes…) et il existe également une Web TV en breton (www.brezhoweb.org) . Concernant la presse écrite, un journal hebdomadaire et une dizaine de mensuels sont également publiés en breton.

Musique celte et chanson bretonne

Le renouveau de la musique celtique s’est amorcé après la Seconde Guerre mondiale. En Bretagne, il a éclos avec la création de la Bodaged ar Sonérion , assemblée des sonneurs qui « inventa » le bagad , forme bretonne des pipebands écossais. Le plus connu aujourd’hui est celui de Lann Bihouë , immortalisé par la chanson d’Alain Souchon : « Tu la voyais pas comme ça ta vie… C’est pas toi qui y es, dans le bagad de Lann Bihouë. » Créé en 1956 et basé près de Lorient, il dépend toujours de la Marine nationale.

Dans les années 1970, Alan Stivell , formé à l’école des festou-noz et des bagadou , ressuscita la harpe celtique et s’inscrivit comme le chef de file de la nouvelle musique bretonne. Plus récemment, Dan Ar Braz (nom breton de Daniel Le Braz) a contribué à affirmer la vitalité de la musique celte actuelle.

Héritière de très anciennes traditions mélodiques, la musique bretonne épouse aujourd’hui d’autres influences et s’exprime toute l’année en Bretagne par la présence de nombreux groupes (Alan Stivell, Tri Yann Am Naoned, Gilles Servat, Clam’s, Denez Prigent, Yann Tiersen, etc.), qui se produisent lors de festivals réputés : les Transmusicales et les Tombées de la Nuit à Rennes, le Festival de Cornouaille à Quimper, le Festival interceltique à Lorient, le festival des Vieilles Charrues à Carhaix-Plouguer, la Route du Rock à St-Malo…

Chants populaires

images (8)En Bretagne, la langue doit aussi sa survie aux chansons populaires. Entonnées lors des pardons, des fêtes votives ou privées, elles sont longtemps restées cantonnées à l’ouest de la région, avant de se propager à nouveau après la Seconde Guerre mondiale, grâce notamment aux sœurs Goadec . Ce trio a remis au goût du jour l’art du gwerziou (la complainte) et le kan ha diskan ou chant et déchant (le premier chanteur entonne une phrase, répétée successivement et à l’identique par les autres). Aujourd’hui, leur art connaît un regain d’intérêt international grâce aux grands festivals précités.

Le tableau serait incomplet sans les chants marins entonnés lors de longues sorties en mer, dans les cafés ou dans des manifestations populaires comme la Fête du chant marin à Paimpol – une ville qui doit d’ailleurs beaucoup au succès de la Paimpolaise de Th. Botrel dont le refrain se termine par : « … J’aime surtout la Paimpolaise qui m’attend en pays breton. »

Laisser un commentaire

 

leprintempsdesconsciences |
Lechocdescultures |
Change Ton Monde |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | C'est LE REVE
| Détachement Terre Antilles ...
| ATELIER RELAIS DU TARN ET G...