• BONJOUR A TOUS ET

    bienvenue (2)

     CHEZ FRANCESCA 

  • UN FORUM discussion

    http://devantsoi.forumgratuit.org/

    ............ ICI ............
    http://devantsoi.forumgratuit.org/

  • téléchargement (4)

  • Ma PAGE FACEBOOK

    facebook image-inde

    https://www.
    facebook.com/francoise.salaun.750

  • DECOUVERTES !

    petit 7

  • BELLE VISITE A VOUS

    aniv1

    PETITS COINS DE PATRIMOINE QUI SERONT MIS EN LUMIERE AU DETOUR DE NOTRE REGION DE FRANCE...

  • Cathédrale St-Etienne-Auxerre

    St-Etienne Cathédral, Auxerre

    « La restauration est une opération qui doit garder un caractère exceptionnel. Elle a pour but de conserver et de révéler les valeurs esthétiques et historiques du monument et se fonde sur le respect de la substance ancienne et de documents authentiques. Elle s’arrête là où commence l’hypothèse, sur le plan des reconstitutions conjecturales, tout travail de complément reconnu indispensable pour raisons esthétiques ou techniques relève de la composition architecturale et portera la marque de notre temps. » citation Charte de Venise, art. 9, ICOMOS, 196.

  • M

    JE SUIS ORIGINAIRE MOI-MEME DE LA BOURGOGNE....

  • FRANCE EN IMAGES

    G

    « Un monument restauré traduit les connaissances, les ambitions, les goûts, non seulement du maître d’oeuvre mais aussi du maître d’ouvrage : c’est le vrai révélateur de l’appréhension des édifices par une génération donnée, qui leur permet de reconnaître pour sien un édifice centenaire. » citation de Françoise Bercé.

  • amis

  • Méta

  • amis

  • Architecture Française

    5

  • Artisanat Français

    1

  • A

  • amour-coeur-00040

  • montagne

    Tout devient patrimoine : l'architecture, les villes, le paysage, les bâtiments industriels, les équilibres écologiques, le code génétique.

  • 180px-Hlézard1

  • Patrimoine Français

    3

    Citation sur la France.
    !!!!
    La France, je l'aime corps et biens, en amoureux transi, en amant comblé. Je la parcours, je l'étreins, elle m'émerveille. C'est physique. Pour l'heure, c'est le plus beau pays du Monde, le plus gracieux, le plus spirituel, le plus agréable à vivre. En dépit de ses défauts, le peuple français a des réserves inépuisables de vigueur, d'astuce et de générosité. j'écris cela en toute connaissance de la déprime qui périodiquement enténèbre nos compatriotes. Ils ont une pente à l'autodénigrement, une autre au nihilisme. Je suis français au naturel et j'en tire autant de fierté que de volupté. J'ai pour ce vieux pays l'amour du preux pour sa gente dame, du soudard pour la servante d'auberge, de l'érudit pour ses grimoires, du paysan pour son enclos, du bourgeois pour ses rentes, du croyant des hautes époques pour les reliques de son saint patron... J'ai la France facile, comme d'autres ont le vin gai ; je l'ai au coeur et sous la semelle de mes godasses. Je suis français, ça n'a pas dépendu de moi et ça n'a jamais été un souci. Ni une obsession. Toujours un bonheur...

    Dictionnaire amoureux de la France - Denis Tillinac.

  • a bientot

  • Accueil
  • > Archives pour le Dimanche 20 avril 2014

La canne des soldats

Posté par francesca7 le 20 avril 2014

pourquoi tant de soldats avaient-ils une canne ?

article Le Point.fr 

Il y a un siècle, la Première Guerre mondiale éclatait. Un ouvrage répond aux questions que cet incroyable conflit continue de soulever. Extraits.

Grande Guerre : pourquoi tant de soldats avaient-ils une canne ?

Dans les brocantes et les ventes aux enchères, on découvre encore très souvent des cannes datant de la Grande Guerre. Certaines sont de véritables oeuvres d’art. Épousant les tourments du bois, torsadées comme un serpent, elles sont souvent ciselées avec une grande habileté. Bien entendu, ce ne sont pas des objets réglementaires. Dans l’armée française, seuls les chasseurs alpins et les troupes alpines possédaient des piolets, des bâtons ou des cannes simples. Les longues marches et les manoeuvres dans les montagnes en expliquaient la présence et l’utilité.

Mais dès l’entrée en guerre, les régiments avancent, reculent, certains parcourant trois cents à quatre cents kilomètres en quelques semaines. Ces déplacements sous la chaleur sont harassants, les pieds peu habitués aux chaussures en cuir sont meurtris : tout en progressant le long des routes et des chemins, les hommes vont vite ramasser un vigoureux morceau de branche pour s’en servir comme d’un précieux bâton de marche. Arrive ensuite le temps des tranchées. Donc de l’ennui, de la lassitude et, pour beaucoup, de la mélancolie. C’est l’époque où commence à se développer l’art des tranchées (voir question 39). Quoi de plus facile pour un homme de la terre que de retrouver une occupation qu’il connaît bien ?

 
 

Sauver sa peau

Avant la guerre, ce bâton avait eu de multiples usages : manier le troupeau, effrayer le chien, marcher jusqu’au canton le jour des comices agricoles, jauger les mensurations d’une bête avant de l’acheter et… revenir des comices agricoles. Sculptés d’un nid avec deux oisillons et offerts à une jeune fille, certains se transformaient même en demandes en mariage. Pour le travailler, un bon couteau suffit. Il ne reste qu’à trouver dans les bois environnants la branche qui pourra faire l’affaire.

Mais le soldat fait vite face à une difficulté : conserver son oeuvre. Quand la relève arrive et que le régiment rejoint à pied son cantonnement, il est d’usage qu’à l’approche d’un village encore habité le colonel regroupe ses hommes. Ordre est alors donné de se débarrasser de ce compagnon peu martial. C’est à regret que le bâton est jeté dans le fossé. Mais le soldat prend l’habitude de repérer l’endroit pour revenir plus tard le chercher. Et c’est musique en tête, pas cadencé et tête haute que les hommes orphelins de leur bâton défilent crânement devant d’autres unités au repos et le plus souvent moqueuses.

Mais le bâton ne sert pas seulement à tromper son ennui ou à établir un lien avec le monde d’avant. Pour l’homme de corvée et tous ceux qui retrouvent la fange des premières lignes, il y a cette boue gluante qui aspire, retient, absorbe, une boue traîtresse qui trompe, emprisonne, engloutit. C’est souvent grâce à son bâton que le soldat va réussir à s’en extirper et à sauver sa peau. Autant d’histoires de survie que racontent ces humbles bâtons. On comprend donc un peu mieux que les musées les recherchent et que les collectionneurs se les disputent.

 

 

100 questions sur la Grande Guerre de Jean-Pierre Verney, éditions La Boétie 

 

Publié dans AUX SIECLES DERNIERS | Pas de Commentaire »

Acheter chat en poche

Posté par francesca7 le 20 avril 2014

180px-Cat_in_ZanzibarC’est conclure un marché sans voir l’objet de l’acquisition et sans en connaître la valeur ou bien terminer une affaire sans l’examiner

Le mot poche que quelques paysans français prononcent encore pouche est ici le synonyme de sac ; c’est comme si l’on disait : Acheter un chat enfermé dans un sac, c’est-à-dire sans le voir, ce qui est le fait de quiconque commet une imprudence ou agit avec simplicité.

L’usage de ce proverbe doit remonter au XVIe siècle, où l’on disait alors : Folie est d’achepter chat en sac. A la même époque, Montaigne, dans ses Essais (chap. Ier) disait à propos d’un cheval  : Vous n’achetez pas chat en poche ; eh bien, si vous marchandez un cheval vous luy ostez ses bardes (lui ôtez ses harnais), pour le voir nud et à descouvert (nu et à découvert). Plus récemment, Molière, dans sa comédie de M. de Pourceaugnac, 1669 (acte II, scène 7), fait dire à l’acteur : Vous êtes-vous mis dans la tête que Léonard de Pourceaugnac soit un homme à acheter chat en poche.

Les Allemands disent : Die Katze in Sacke kaufen (acheter). Les Espagnols : Comprar (acheter) gato in sacco, et les Italiens : Comprare il gatto nel sacco ; toutes expressions similaires.

Quant à l’origine du proverbe, il doit provenir de l’usage, du reste, fort prudent, adopté dans tous les pays, de renfermer dans un sac le chat que l’on veut vendre ou donner. Mais, à défaut d’origine moderne, on pourrait encore l’attribuer aux Latins qui disaient : Emere catulum in sacco, voulant dire : Acheter un petit chien en sac. Les Anglais se servent d’une expression qui est l’équivalent de notre proverbe et que voici : To buy a pig in poke, qui signifie : Acheter un cochon en sac.

Publié dans EXPRESSION FRANCAISE | Pas de Commentaire »

À propos de bottes

Posté par francesca7 le 20 avril 2014

          

 

220px-FieldbootsSignification : Se fâcher sans raison valable, sans aucun à-propos

Origine : Expression française du milieu du XVIIème siècle dont les origines ne sont pas très claires. Selon certaines interprétations, « à propos de bottes » viendrait d’une autre expression plus ancienne à savoir « s’en soucier non plus que de ses vieilles bottes » synonyme de ne pas attacher d’importance à un fait ou une chose. De ce fait si les bottes sont comparées à des futilités ou des objets sans valeur, cela reviendrait certainement exactement au fait de se mettre rapidement en colère sans raison valable.

Exemple d’utilisation : Tous parlent de l’honneur à propos de bottes, citent leurs ancêtres à propos de rien, racontent leur vie à propos de tout. (G. de Maupassant : Yvette)

Expression française synonyme : Sauter du coq à l’âne

 

Parler aussi mal à propos que si, en parlant de bottes, on abordait à brûle-pourpoint une autre question tout à fait étrangère au sujet de la conversation

Il serait difficile de préciser l’époque à laquelle cette locution proverbiale a pris naissance.

On la retrouve toutefois dans une pièce de 1617, intitulée la Comédie des Proverbes (acte Ier, scène Ire).

Au XVIe et au XVIIe siècles, il existait une expression analogue à celle dont il s’agit ici, c’était à propos de truelle. Voici un exemple pris dans le Pantagruel de Rabelais (livre III, chap. 18) où cette ancienne expression est employée : Oh ! le beau mot. Vous interprétez à batterie et à meurtrissure. C’est bien à propos de truelle, Dieu te guard (garde) demain masson (maçon).

Mais cette expression ne nous est pas restée comme celle-ci, à propos de bottes, qui rend mieux encore la situation faite à un interlocuteur dont la parole est, pour ainsi dire, coupée.

Publié dans EXPRESSION FRANCAISE | Pas de Commentaire »

 

leprintempsdesconsciences |
Lechocdescultures |
Change Ton Monde |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | C'est LE REVE
| Détachement Terre Antilles ...
| ATELIER RELAIS DU TARN ET G...