• BONJOUR A TOUS ET

    bienvenue (2)

     CHEZ FRANCESCA 

  • UN FORUM discussion

    http://devantsoi.forumgratuit.org/

    ............ ICI ............
    http://devantsoi.forumgratuit.org/

  • téléchargement (4)

  • Ma PAGE FACEBOOK

    facebook image-inde

    https://www.
    facebook.com/francoise.salaun.750

  • DECOUVERTES !

    petit 7

  • BELLE VISITE A VOUS

    aniv1

    PETITS COINS DE PATRIMOINE QUI SERONT MIS EN LUMIERE AU DETOUR DE NOTRE REGION DE FRANCE...

  • Cathédrale St-Etienne-Auxerre

    St-Etienne Cathédral, Auxerre

    « La restauration est une opération qui doit garder un caractère exceptionnel. Elle a pour but de conserver et de révéler les valeurs esthétiques et historiques du monument et se fonde sur le respect de la substance ancienne et de documents authentiques. Elle s’arrête là où commence l’hypothèse, sur le plan des reconstitutions conjecturales, tout travail de complément reconnu indispensable pour raisons esthétiques ou techniques relève de la composition architecturale et portera la marque de notre temps. » citation Charte de Venise, art. 9, ICOMOS, 196.

  • M

    JE SUIS ORIGINAIRE MOI-MEME DE LA BOURGOGNE....

  • FRANCE EN IMAGES

    G

    « Un monument restauré traduit les connaissances, les ambitions, les goûts, non seulement du maître d’oeuvre mais aussi du maître d’ouvrage : c’est le vrai révélateur de l’appréhension des édifices par une génération donnée, qui leur permet de reconnaître pour sien un édifice centenaire. » citation de Françoise Bercé.

  • amis

  • Méta

  • amis

  • Architecture Française

    5

  • Artisanat Français

    1

  • A

  • amour-coeur-00040

  • montagne

    Tout devient patrimoine : l'architecture, les villes, le paysage, les bâtiments industriels, les équilibres écologiques, le code génétique.

  • 180px-Hlézard1

  • Patrimoine Français

    3

    Citation sur la France.
    !!!!
    La France, je l'aime corps et biens, en amoureux transi, en amant comblé. Je la parcours, je l'étreins, elle m'émerveille. C'est physique. Pour l'heure, c'est le plus beau pays du Monde, le plus gracieux, le plus spirituel, le plus agréable à vivre. En dépit de ses défauts, le peuple français a des réserves inépuisables de vigueur, d'astuce et de générosité. j'écris cela en toute connaissance de la déprime qui périodiquement enténèbre nos compatriotes. Ils ont une pente à l'autodénigrement, une autre au nihilisme. Je suis français au naturel et j'en tire autant de fierté que de volupté. J'ai pour ce vieux pays l'amour du preux pour sa gente dame, du soudard pour la servante d'auberge, de l'érudit pour ses grimoires, du paysan pour son enclos, du bourgeois pour ses rentes, du croyant des hautes époques pour les reliques de son saint patron... J'ai la France facile, comme d'autres ont le vin gai ; je l'ai au coeur et sous la semelle de mes godasses. Je suis français, ça n'a pas dépendu de moi et ça n'a jamais été un souci. Ni une obsession. Toujours un bonheur...

    Dictionnaire amoureux de la France - Denis Tillinac.

  • a bientot

Un pays de novateurs en Vallée du Rhone

Posté par francesca7 le 21 mars 2014

 

Qui a conçu la montgolfière ? Qui sont les inventeurs du cinématographe ? Et la machine à coudre ou le métier à tisser : qui les a créés ? La région s’avère être une pépinière de savants et d’ingénieurs dignes du concours Lépine (lequel est justement né à Lyon !).

220px-Montgolfiere_1783

Le ballon des frères Montgolfier

Dans les dernières années de l’Ancien Régime, les frères Joseph (1740-1810) et Étienne (1745-1799) de Montgolfier , descendants de l’une des plus anciennes familles de papetiers d’Europe, ont acquis la célébrité en réussissant les premières ascensions en ballon.

Poursuivant inlassablement sa recherche d’un gaz plus léger que l’air, Joseph fait une première expérience concluante avec un parallélépipède en taffetas qu’il emplit d’air chaud en faisant brûler un mélange de paille mouillée et de laine. Associant son frère à ses recherches et après plusieurs tentatives fructueuses, dont l’une menée dans les jardins de la papeterie familiale à Vidalon-lès-Annonay, il lance avec succès son premier aérostat, place des Cordeliers à Annonay, le 4 juin 1783.

Mandés dans la capitale pour renouveler leur exploit devant le roi, ils décident de se séparer momentanément, le temps que l’un d’eux accomplisse cette mission. C’est ainsi que le 19 septembre de la même année fut inauguré à Versailles, sous la conduite d’Étienne et devant la famille royale et la Cour médusées, le premier vol habité. Au ballon est attachée une cage à claire-voie, où les premiers passagers de l’espace sont un coq, un canard et un mouton. En quelques minutes, le Réveillon , timbré sur fond bleu du chiffre du roi, s’élève dans les airs, puis va se poser en douceur dans le bois de Vaucresson. Le mammifère et les deux volatiles ont parfaitement supporté le voyage ! Tous les espoirs sont permis.

La chaudière de Marc Seguin

Marc Seguin est né à Annonay en 1786. Il n’a pas seulement, avec son frère Camille, contribué à améliorer la technique des ponts suspendus par câbles de fer. Une autre de ses découvertes allait avoir une influence considérable sur le développement des chemins de fer.

Les premières locomotives produisaient à peine assez de vapeur pour atteindre 9 km/h. Appliqué en 1830 à laRocket (fusée), l’une des locomotives de l’Anglais Stephenson, le nouveau système de chaudière tubulaire se révèle une remarquable innovation : la plus grande quantité de vapeur dans un appareil de petites dimensions multiplie la vitesse par 7, puis 10. Lors d’une première expérience, la fusée atteignit 60 km/h. Aux essais suivants, elle fut même poussée à près de 100 km/h.

Conscient de l’importance de son invention, Marc Seguin laissa le brevet tomber dans le domaine public, refusant de tirer un profit personnel de l’intelligence dont le ciel l’avait favorisé. On doit enfin à Marc Seguin des travaux sur les bateaux à vapeur, ainsi que l’idée de remplacer les rails en fonte par des rails en fer et les dés en fer par des traverses en bois. Il mourut en 1875.

Description de cette image, également commentée ci-après

Du fil à l’étoffe

La soie de Serres

Olivier de Serres , le père de l’agriculture française, naît à Villeneuve-de-Berg en 1539 et meurt en 1619 dans son domaine du Pradel, près de sa ville natale. Gentilhomme huguenot, exploitant lui-même ses terres, il mesure les ruines causées par les guerres de Religion. Aussi, lorsque Henri IV, après la publication de l’édit de Nantes en 1598, fait appel aux bonnes volontés pour restaurer le royaume, Olivier de Serres consigne son expérience dans une étude sur L’Art de la cueillette de la soie . L’idée entre dans les vues du roi : l’extension de la culture du mûrier permettrait d’arrêter les sorties d’or pour l’achat d’étoffes étrangères. Henri IV donne l’exemple. Il fait planter 20 000 pieds de mûriers aux Tuileries ; une magnanerie modèle est construite. La sériciculture s’étendra ensuite à la moitié de la France.

Encouragé par ce premier succès, Olivier de Serres publie en 1600 Théâtre d’agriculture et Mesnage des champs . L’auteur y préconise le labour profond, l’alternance des cultures, le soufrage de la vigne, les prairies artificielles, la culture du maïs, de la betterave à sucre, du houblon et probablement de la pomme de terre qu’il appelle « cartoufle » : autant d’innovations mises en pratique au Pradel.

Description de cette image, également commentée ci-après

Olivier de Serres

Jacquard et les risques du métier

Joseph-Marie Jacquard naît à Lyon en 1752. Son père, petit fabricant en étoffes façonnées, l’emploie à « tirer les lacs », ces cordes qui font mouvoir la machine compliquée servant à former le dessin de la soierie. L’enfant, de santé fragile, n’y résiste pas. On le place chez un relieur, puis chez un fondeur de caractères.

Après la mort de son père, Jacquard tente de monter une fabrique de tissus. Son inexpérience commerciale et ses recherches pour perfectionner le tissage le ruinent. Il doit se placer comme ouvrier chez un fabricant de chaux du Bugey, tandis que sa femme tresse la paille. En 1793, il s’engage dans un régiment de Saône-et-Loire avec son fils ; celui-ci sera tué à ses côtés. Rentré à Lyon, Jacquard travaille le jour chez un fabricant et, la nuit, à la construction d’un nouveau métier et d’une machine à fabriquer les filets de pêche. La République cherche des inventeurs : Carnot, ministre de l’Intérieur, fait venir Jacquard à Paris.

En 1804, Jacquard retourne à Lyon pour achever le métier auquel son nom est resté attaché. À un attirail de cordages et de pédales exigeant le travail de six personnes, il substitue un mécanisme simple, permettant à un seul ouvrier d’exécuter les étoffes les plus compliquées aussi facilement qu’une étoffe unie. Trois ouvriers et deux ouvrières se trouvent supprimés pour chaque métier ; dans une ville qui compte alors 20 000 métiers, des dizaines de milliers d’ouvriers se voient menacés dans leur travail. Les canuts se dressent contre cette « évantion » qui leur coupe les bras.

Pourtant, Jacquard parvient à convaincre les canuts de l’utilité de sa découverte. Des fabricants montrent l’exemple et, en 1812, plusieurs « Jacquards » fonctionnent à Lyon. Retiré à Oullins, leur inventeur peut enfin goûter un repos bien mérité. Il décède en 1834.

La machine à coudre de Thimonnier

Aussi opiniâtre que le tisseur lyonnais, Barthélemy Thimonnier (1793-1857) n’eut pas comme lui le bonheur de voir sa découverte exploitée dans son pays natal.

Lorsque la famille s’installe en 1795 à Amplepuis, le jeune Barthélemy est placé comme apprenti tailleur. En 1822, il s’installe comme tailleur d’habits à Valbenoîte près de St-Étienne. Hanté par l’idée de coudre mécaniquement et s’inspirant du crochet utilisé par les brodeuses des monts du Lyonnais, il construit dans le secret un appareil en bois et en métal permettant d’exécuter le point de chaînette. La machine à coudre était née.

Pour parvenir à breveter son invention, il s’associe à Auguste Ferrand , répétiteur à l’école des mineurs de St-Étienne. Une demande est déposée le 13 avril 1830 au nom des deux associés.

Thimonnier quitte ensuite St-Étienne pour la capitale où, bientôt, le premier atelier de couture mécanique voit le jour au 155 rue de Sèvres. Là, 80 machines à coudre fonctionnent six fois plus vite que manuellement. Cela déclenche la haine des tailleurs parisiens qui, lui reprochant de vouloir ruiner leur profession, saccagent l’atelier ; Thimonnier, ruiné, revient à Amplepuis, où il reprend son métier de tailleur.

En 1848, une compagnie de Manchester s’intéresse à son « couso-brodeur ». Épuisé par 30 ans de travail et de luttes, il s’éteint à l’âge de 64 ans, trop tôt pour connaître l’extraordinaire essor de la machine à coudre.

Un pays de novateurs en Vallée du Rhone dans Ardèche Thimonnier_portreto

Barthélemy Thimonnier

Un grand médecin : Claude Bernard

Il y a du sucre dans le foie, plus précisément du glycogène : par cette grande découverte (1843), le physiologisteClaude Bernard permit d’expliquer les mécanismes du diabète en 1853. Théoricien fondamental de la médecine expérimentale, il a aussi contribué à comprendre le système nerveux. Quel parcours pour ce membre des académies de Médecine et des Sciences, cet enseignant qui délivra des cours à la Sorbonne et au Collège de France ! Il est l’auteur de La Science expérimentale (1876).

Fils d’humbles vignerons de St-Julien dans le Beaujolais, Claude Bernard est né en 1813 : on peut voir sa maison au hameau de Chatenay, près du musée qui lui est consacré. C’est, dit-on, grâce au curé du village qu’on l’envoya étudier à Lyon. De là, il « monta » à Paris pour étudier la médecine.

Lumière ! et le cinéma est né…

En 1882, un photographe venu de Besançon, Antoine Lumière, s’installe dans un hangar de la rue St-Victor à Lyon et entreprend la fabrication de plaques sèches au gélatino-bromure, selon une formule qu’il a trouvée. Quatre ans plus tard, il a déjà vendu plus d’un million de plaques sous le nom d’« étiquette bleue ». Les deux fils de l’ancien photographe, Auguste (1862-1954) et Louis (1864-1948) Lumière , associés à leur père, travaillent à un appareil de leur invention. Ils le présentent en 1895 à la Société d’encouragement. L’appareil, qui reçoit finalement le nom de cinématographe, est présenté à Lyon le 10 juin 1896.

D’abord indifférent, le public se rue bientôt pour voir les dix premiers films, courtes saynètes dont l’humour n’a pas vieilli. Sortie d’un hangar lyonnais, la prodigieuse aventure du cinéma commençait…

Tony Garnier et la Cité industrielle

« En matière d’urbanisme, toute idée neuve et hardie est intéressante » : cette phrase de Tony Garnier, l’un des plus grands architectes du 20 e s., résume bien son élan. Né à Lyon en 1869, il y laissera à sa mort, en 1948, une œuvre abondante et innovante qui influencera de nombreux confrères, dont le célèbre Le Corbusier. Après ses études aux écoles nationales des Beaux-Arts de Lyon et de Paris, il travaille dans l’atelier de Julien Guadet et se passionne très vite pour la conception d’une Cité industrielle. Son projet mêle une organisation rationaliste et fonctionnelle des lieux à une vision utopique d’une société qui n’aurait besoin ni de police ni de religion, mais serait régie par la loi du travail. En architecture, il emprunte des éléments classiques à la Grèce et recourt à des matériaux encore mal connus, comme le béton armé.

En 1905, le nouveau maire, Édouard Herriot, lui confie la direction des « Grands Travaux ». Tony Garnier commence par un coup de maître, en construisant une immense halle (halle Tony-Garnier) au cœur des nouveaux abattoirs de La Mouche. Il poursuit en réalisant un stade olympique (stade de Gerland), un hôpital pavillonnaire (hôpital Édouard-Herriot), une école de tissage, le quartier d’habitation des États-Unis, le monument de l’île du Souvenir au parc de la Tête d’Or…

Image illustrative de l'article Tony Garnier

Tony Garnier

Autres personnalités de la région

Beaux-Arts

Raymond Depardon , grand photographe, fondateur de l’agence Gamma et cinéaste, est né à Villefranche-sur-Saône en 1942. Dans le livre La Ferme du Garet , il raconte son enfance dans le Beaujolais.

Hector Guimard (1867-1942), architecte, est né à Lyon. Cet adepte de l’Art nouveau est le créateur des premières bouches de métro parisiennes.

Pierre Cécil Puvis de Chavannes (1824-1898) est né à Lyon. Classé parmi les peintres académiques, il fut cependant admiré par les symbolistes et de jeunes confrères avant-gardistes tels que Gauguin.

Cinéma

Jean-Pierre Jeunet est né en 1953 à Roanne. Cinéaste, il est l’auteur, entre autres, de Delicatessen et duFabuleux Destin d’Amélie Poulain .

Muriel Robin , comédienne et humoriste, est née en 1955 à Montbrison.

Bertrand Tavernier , cinéaste, est né en 1941 à Lyon. Son Horloger de Saint-Paul se déroule dans sa ville natale. Il est également président de l’Institut Lumière basé à Lyon.

Histoire

L’ abbé Pierre , alias Henri Grouès (1912-2007), est le fondateur du mouvement Emmaüs chargé de lutter contre la pauvreté.

Marc Bloch (1886-1944), historien du Moyen Âge. Juif et résistant, il est fusillé par les Allemands en 1944 près de Lyon, sa ville natale.

Antoine Pinay (1891-1994) est né à St-Symphorien-sur-Coise. Ministre de l’Économie, il instaura le « nouveau franc » en 1959.

Émile Loubet (1938-1929), natif de Marsanne, fut élu président de la République en 1899. Son septennat se déroule sous une III e République secouée par l’affaire Dreyfus.

Laurent Mourguet (1769-1844), ouvrier de la soie reconverti en forain et arracheur de dents, crée le personnage de Guignol vers 1808.

Saint Vincent de Paul (1581-1660), prêtre. En 1617, il a fondé la première Confrérie de la Charité à Châtillon-sur-Chalaronne.

Littérature

Paul Claudel (1868-1955), poète, dramaturge, essayiste, est enterré dans le parc du château de Brangues, non loin de Morestel.

Frédéric Dard (1921-2000), écrivain prolifique, fit vivre sous sa plume près de 200 aventures à son héros, le commissaire San-Antonio. Il est inhumé au cimetière de St-Chef en Dauphiné, commune de son enfance.

Louise Labé (1524-1566), poétesse de l’école lyonnaise de la Renaissance, crée avec Maurice Scève l’un des premiers salons littéraires de la région.

Éric-Emmanuel Schmitt , auteur de théâtre, est né en 1960 à Ste-Foy-lès-Lyon. Les questions spirituelles hantent les pièces à succès de ce normalien. Le Visiteur (1994) fut couronné par trois molières.

Antoine de Saint-Exupéry (1900-1944), écrivain et aviateur, naît au 8 de la rue du Peyrat à Lyon (rebaptisée aujourd’hui rue Antoine-de-St-Exupéry).

Musique

Hector Berlioz (1803-1869), grand compositeur, est natif de la Côte-St-André. Il est l’inventeur d’un style polyphonique dont l’influence s’est exercée jusqu’à nos jours.

Benjamin Biolay , auteur, compositeur, interprète, naît le 20 janvier 1973 à Villefranche-sur-Saône. Au conservatoire de Lyon, il apprend le trombone et obtient deux premiers prix en 1990.

Pierre Boulez , né en 1925 à Montbrison, chef d’orchestre et compositeur dodécaphoniste, est une personnalité majeure de la musique contemporaine française. Il a fondé l’lnstitut de recherche et coordination acoustique/musique (Ircam) à Paris.

Liane Foly , chanteuse, est née en 1963 à Lyon.

L’Affaire Louis Trio , originaire de Lyon, groupe qui fit carrière au milieu des années 1980 avec Chic planète,s’est séparé. Le chanteur Hubert Mounier poursuit actuellement une carrière en solo.

Anne Sylvestre , chanteuse et auteur d’une foule de chansons enfantines, est née en 1934 à Lyon.

Sciences

André-Marie Ampère (1775-1836) est né à Polémieux-au-Mont-d’Or, près de Lyon. Physicien et chimiste français, il est le fondateur de l’électromagnétisme.

Jean-Baptiste Guimet (1785-1871), polytechnicien, fait fortune à Lyon avec la fabrication du bleu outremer artificiel de son invention. Son fils Émile (1836-1919) collectionna les œuvres d’art asiatiques visibles au musée Guimet de Paris.

Léopold Ollier (1830-1900), originaire des Vans en Ardèche, est considéré comme le véritable créateur de la chirurgie orthopédique moderne.

Sports

Aimé Jacquet , né le 27 novembre 1941 à Sail-sous-Couzan (Loire), était le sélectionneur de l’équipe de France de football qui fut sacrée championne du monde en 1998.

Alain Prost , champion du monde de course automobile en 1985, 1986, 1989 et 1993, est né en 1955 à Lorette (Loire).

Laisser un commentaire

 

leprintempsdesconsciences |
Lechocdescultures |
Change Ton Monde |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | C'est LE REVE
| Détachement Terre Antilles ...
| ATELIER RELAIS DU TARN ET G...