• BONJOUR A TOUS ET

    bienvenue (2)

     CHEZ FRANCESCA 

  • UN FORUM discussion

    http://devantsoi.forumgratuit.org/

    ............ ICI ............
    http://devantsoi.forumgratuit.org/

  • téléchargement (4)

  • Ma PAGE FACEBOOK

    facebook image-inde

    https://www.
    facebook.com/francoise.salaun.750

  • DECOUVERTES !

    petit 7

  • BELLE VISITE A VOUS

    aniv1

    PETITS COINS DE PATRIMOINE QUI SERONT MIS EN LUMIERE AU DETOUR DE NOTRE REGION DE FRANCE...

  • Cathédrale St-Etienne-Auxerre

    St-Etienne Cathédral, Auxerre

    « La restauration est une opération qui doit garder un caractère exceptionnel. Elle a pour but de conserver et de révéler les valeurs esthétiques et historiques du monument et se fonde sur le respect de la substance ancienne et de documents authentiques. Elle s’arrête là où commence l’hypothèse, sur le plan des reconstitutions conjecturales, tout travail de complément reconnu indispensable pour raisons esthétiques ou techniques relève de la composition architecturale et portera la marque de notre temps. » citation Charte de Venise, art. 9, ICOMOS, 196.

  • M

    JE SUIS ORIGINAIRE MOI-MEME DE LA BOURGOGNE....

  • FRANCE EN IMAGES

    G

    « Un monument restauré traduit les connaissances, les ambitions, les goûts, non seulement du maître d’oeuvre mais aussi du maître d’ouvrage : c’est le vrai révélateur de l’appréhension des édifices par une génération donnée, qui leur permet de reconnaître pour sien un édifice centenaire. » citation de Françoise Bercé.

  • amis

  • Méta

  • amis

  • Architecture Française

    5

  • Artisanat Français

    1

  • A

  • amour-coeur-00040

  • montagne

    Tout devient patrimoine : l'architecture, les villes, le paysage, les bâtiments industriels, les équilibres écologiques, le code génétique.

  • 180px-Hlézard1

  • Patrimoine Français

    3

    Citation sur la France.
    !!!!
    La France, je l'aime corps et biens, en amoureux transi, en amant comblé. Je la parcours, je l'étreins, elle m'émerveille. C'est physique. Pour l'heure, c'est le plus beau pays du Monde, le plus gracieux, le plus spirituel, le plus agréable à vivre. En dépit de ses défauts, le peuple français a des réserves inépuisables de vigueur, d'astuce et de générosité. j'écris cela en toute connaissance de la déprime qui périodiquement enténèbre nos compatriotes. Ils ont une pente à l'autodénigrement, une autre au nihilisme. Je suis français au naturel et j'en tire autant de fierté que de volupté. J'ai pour ce vieux pays l'amour du preux pour sa gente dame, du soudard pour la servante d'auberge, de l'érudit pour ses grimoires, du paysan pour son enclos, du bourgeois pour ses rentes, du croyant des hautes époques pour les reliques de son saint patron... J'ai la France facile, comme d'autres ont le vin gai ; je l'ai au coeur et sous la semelle de mes godasses. Je suis français, ça n'a pas dépendu de moi et ça n'a jamais été un souci. Ni une obsession. Toujours un bonheur...

    Dictionnaire amoureux de la France - Denis Tillinac.

  • a bientot

  • Accueil
  • > Archives pour le Samedi 1 mars 2014

L’ATLANTIDE au cinéma

Posté par francesca7 le 1 mars 2014

 

 240px-Manuel_Orazi_-_L'Atlantide

 

Drame de 1920 durée 212′ N&B Muet

 

Scénario et réalisation Jacques FEYDER

D’après le roman de Pierre BENOIT

Directeurs de la photographie Georges SPECHT,

Amédée MORRIN et Victor MORIN

 

avec

André ROANNE

Jean ANGELO

Georges MELCHIOR

Stacia de NAPIERKOWSKA

Paul FRANCESCHI

Genica MISSIRIO

Marie-Louise IRIBE

René LORSAY

Abd-el-Kader BEN ALI

Mohamed BEN NORI

René LORSAY

Cristiane MANCINI

 

 

EXTRAIT : 

Image de prévisualisation YouTube

 

Résumé

 

En 1911, deux officiers français, Capitaine Morhange et le lieutenant de Saint-Avit, se perdent dans le désert du Sahara et découvrir la légendaire royaume de l’Atlantide, gouverné par son intemporel Antinéa reine. Ils deviennent le dernier d’une série de captifs qu’elle a prises comme amants, et qui sont tués et embaumé en or après qu’elle a fatigué d’entre eux. Morhange cependant, déjà en deuil d’un amour perdu et de planification pour entrer dans les ordres, est indifférent aux avances de Antinéa et la rejette. Irrité, humiliée, elle exploite la jalousie de son ami Saint-Avit et l’incite à tuer Morhange. Horrifié par ce qu’il a fait, Saint-Avit est aidé dans sa fuite par le secrétaire Tanit-Zerga de Antinéa, et après près de mourir dans le désert de soif et d’épuisement, il est constaté par une patrouille de soldats. Saint-Avit retourne à Paris et tente de reprendre sa vie, mais il est incapable d’oublier Antinéa. Trois ans plus tard, il retourne dans le désert et part à la recherche de nouveau son royaume, accompagné d’un autre officier à qui il a raconté son histoire.

Une grande partie du récit est contenu dans un long flashback comme Saint-Avit raconte sa première visite à Antinéa, d’autres plus courts flashbacks sont utilisés dans ce cadre, la création d’une structure narrative assez complexe.

L'ATLANTIDE au cinéma dans CINEMA FRANCAIS L%27Atlantide_1921

La célébrité du roman de la source ainsi que les circonstances très déclarée de la production veillé à ce que le film a reçu beaucoup d’attention lors de sa sortie. Malgré la durée de 3 heures et son rythme parfois lent, il s’est avéré très populaire auprès du public et de mettre Jacques Feyder dans le rang des cinéastes français. La réception critique du film a été plus contrastée, avec notamment les objections formulées contre la performance central par Stacia Napierkowska, elle avait été danseuse et actrice de cinéma bien connu depuis de nombreuses années, mais était maintenant passé son premier, et Feyder regretté son engagement à dépeindre l’Antinéa captivant, surtout quand il a constaté qu’elle avait gagné un montant inapproprié de poids. Cependant, le succès incontestable du film était la grandeur de ses sites et la photographie des paysages désertiques. Une remarque très souvent cité par Louis Delluc n’était pas tout à fait sarcastique:. « Il ya un grand acteur dans ce film, c’est le sable» 

L’Atlantide a été l’un des premiers longs métrages pour illustrer la présence coloniale française en Afrique du Nord, et a ouvert la voie à une série d’autres films réalisés au cours des années 1920, qui mettaient l’accent sur ​​les aspects romantiques et exotiques de l’expérience coloniale, La | exemples ter dans cette tradition coloniale inclus Le Bled (1929), Le Grand Jeu (1934), et La Bandera (1935).

Etat ​​de préservation

Une version DVD du film a été libéré par Lobster Films/MK2 en 2004, basée sur une copie restaurée au Nederlands Filmmuseum d’Amsterdam. Cela révèle la très haute qualité de la photographie du film, et il comprend un plan détaillé de teinte de couleur tout au long de l’impression. Sa durée est d’environ 30 minutes plus court que la longueur déclarée de l’original. Il a une nouvelle trame musicale par Eric Le Guen .  Il a été libéré sur DVD par Home Vision Entertainment en 2006. 

Image décorativeQuand Jacques Feyder a obtenu les droits sur le roman du film Benoit, il a pris la mesure radicale d’insister pour que le film doit être faite sur place dans le Sahara, une stratégie qui ne cinéaste avait déjà utilisé pour un projet de cette envergure. Toute sa fonte et l’équipage ont été prises à l’Algérie, d’abord à l’ Aurès , puis Djidjelli , sur la côte, à 8 mois de tournage. Même les intérieurs ont été filmés dans un studio improvisé dans une tente à l’extérieur d’Alger, avec des ensembles du peintre Manuel Orazi .

Feyder initialement emprunté de l’argent de la production de son cousin qui a été administrateur de la Banque Thalmann . Au moment de la sortie du film en Octobre 1921, les coûts ont augmenté à un chiffre sans précédent de près de 2 millions de francs, et ses bailleurs de fonds rapidement vendu leurs droits au distributeur Louis Aubert . Le film est rapidement devenu un énorme succès, cependant, et a gagné beaucoup d’argent pour Aubert, il a couru dans un cinéma à Paris depuis plus d’un an et a été largement vendus à l’étranger. Aubert réédité le film en 1928 et il a eu un succès renouvelé.

 

Publié dans CINEMA FRANCAIS | Pas de Commentaire »

les couleurs du Périgord

Posté par francesca7 le 1 mars 2014

Passion Patrimoine : 
(mercredi 18 juillet 2012 sur France 3)

 PerigordS

 L’émission Tv  » Des Racines et des Ailes » conjugue proximité et ouverture sur le monde. Les émissions, réalisées en France et à l’étranger, racontent l’histoire d’un pays, d’une civilisation, d’une période ou de personnages emblématiques…
 
Entre Aquitaine et Massif central, le Périgord dévoile un patrimoine exceptionnel au gré de ses couleurs emblématiques : vert, blanc, pourpre et noir ! De grottes préhistoriques en châteaux, de bastides séculaires en villages de caractère, le Périgord nous offre un étonnant voyage à travers le temps…

Sarlat est la capitale du Périgord noir. Romain Bondonneau est historien et auteur de guides sur sa cité dont il explore inlassablement les monuments comme la mystérieuse lanterne des morts. Avec un photographe italien tombé amoureux de la région, il survole pour la première fois en montgolfière la majestueuse vallée des châteaux.

Toujours dans le Périgord noir, un autre passionné protège la Vézère. Guide et ancien champion de canoë, Philippe Colomy connaît toutes les merveilles de cette rivière. Chaque année, il organise avec les membres de son association un grand nettoyage au fil de l’eau, au pied du majestueux village troglodytique de la Madeleine. Ce belvédère marque l’entrée dans la Vallée de l’Homme célèbre pour ses sites préhistoriques. C’est ici qu’a débuté l’étude de la préhistoire, au 19ème siècle. Ici qu’a été découverte la grotte de Lascaux il y 70 ans.

Fragile et totalement fermée au public, Lascaux est néanmoins régulièrement étudiée par les scientifiques. Exceptionnellement, une caméra a été autorisée à filmer Muriel Mauriac, la conservatrice de la grotte, au cours d’une mission de surveillance. Un voyage fascinant dans une grotte de légende façonnée par l’homme il y a 17.000 ans !

Direction Belvès, où le nouveau propriétaire d’une demeure seigneuriale a découvert dans son grenier une peinture murale du 15ème siècle représentant les neuf preux. Il a fait appel à Cornelia Cione, venue d’Italie, pour rendre à l’œuvre oubliée tout son lustre. L’occasion aussi de découvrir le majestueux château de Jumilhac, au cœur du Périgord vert. Henry de la Tour du Pin, son propriétaire, a lui aussi mis au jour des fresques datant de la Renaissance !

Dans les lumières automnales de la forêt de Champs-Romain, Jean-Pierre Biaussa, un fin connaisseur des cèpes, transmet son savoir à un jeune scientifique qui étudie les secrets du champignon-roi, le véritable trésor du Périgord. Au sud de la vallée de la Dordogne, un jeune couple fait revivre une tradition oubliée, la récolte du safran. Une épice rare et chère qu’il réserve à Philippe Latreille, un chef cuisinier enfant du pays. Passionné par la préparation du foie gras, il organise régulièrement des stages pour faire redécouvrir aux Périgourdins l’art de le cuisiner…

En Périgord pourpre, l’abbaye médiévale de Cadouin est en restauration. Un chantier d’envergure mené par Patrick Palem. Dans son atelier de Périgueux, il restaure avec les techniques les plus récentes des pièces venues du monde entier. Enfin, dans la vallée du Bergeracois, un château renaît grâce à l’obstination d’une association de passionnés. Malmené et pillé depuis trente ans, Bridoire vient d’être racheté par Jacques Guyot, un fou de monuments historiques ! En famille et avec l’aide des habitants du village, l’édifice va enfin pouvoir ouvrir ses portes au public…

Accédez à la présentation

 

Publié dans CINEMA FRANCAIS | Pas de Commentaire »

Histoires d’amour d’Anouk Aimée

Posté par francesca7 le 1 mars 2014

 

 

290px-Anouk_Aimée_CannesAnouk Aimée (pseudonyme de Françoise Judith Sorya Dreyfus) est une actrice française née le 27 avril 1932, à Paris.

 

Depuis « Lola » de Demy et « Un homme et une femme » de Lelouch, Anouk Aimée est une actrice culte. Ell Elle s’est mariée trois fois : avec Nico Papatakis, avec Pierre Barouh, puis avec Albert Finney ; elle a vécu avec Élie Chouraqui. Elle a eu une fille Manuella avec Nico et elle a une petite fille Galaad Milinaire. Dans les années 1950, elle fréquente Jean Genet, Jean Cocteau,Raymond Queneau. e sera en janvier la partenaire de Depardieu au théâtre. Rencontre.

La vie cinématographique d’Anouk Aimée est une histoire de famille. Pour le côté français, il y a Claude Lelouch et Jacques Demy, à qui elle sera fidèle. Les réalisateurs l’ont fait tourner plusieurs fois. « Le metteur en scène peut tout, dit Anouk. C’est de lui dont dépend le résultat final. Tant que la caméra sera gentille avec moi, je serai présente devant elle. » Le souffle poétique et créatif de Truffaut, Kubrick ou Visconti lui manque : « Il y a des metteurs en scène de talent. Les films moyens sont bons, même meilleurs qu’avant, mais il n’y a plus de très grands films. » 

La vie privée d’Anouk Aimée est aussi liée au cinéma. Nico Papatakis, Pierre Barouh, Albert Finney et Élie Chouraqui. Deux livres récemment publiés évoquent son histoire d’amour avec Maurice Ronet durant l’année 1958. Elle fut l’une des femmes qui comptèrent le plus pour lui. S’étonnant que l’on évoque cette histoire, elle se tait, semble hésiter, puis confie dans un murmure : « C’était un personnage extraordinaire, d’une vraie poésie, fou, très beau, très doué, hypersensible. Il a beaucoup compté pour moi. Je l’ai croisé dans un restaurant quelque temps avant sa disparition. J’ai vu la mort et je n’ai pas voulu qu’il lise dans mes yeux ce que je voyais. » Une ultime confidence, le souvenir d’un amour à plus de cinquante ans de distance. En cet après-midi ensoleillé de décembre, à quelques jours d’une première, Anouk Aimée est occupée. Elle prendra pourtant le temps de rêver, d’observer comme le faisait Fellini : « Jouer la comédie, vous savez, c’est d’abord et avant tout regarder les autres vivre. »

 Ses premiers mots sont des excuses répétées en boucle : « Excusez-moi, excusez-moi ! Je déteste être en retard. Je ne suis pas le genre d’actrice qui aime se faire attendre. » Un retard de quelques minutes seulement, mais cela contrarie Anouk Aimée, qui vient de Montmartre, sa campagne. Elle est descendue en ville, car, dans quelques jours, elle jouera au théâtre Antoine Love Letters avec Gérard Depardieu (*) : « On se connaît depuis longtemps, mais nous n’avions jamais travaillé ensemble. Je l’admire, il a une telle présence. » L’année dernière, à la même période, lorsque la cabale fusait contre ce nouveau résident belge, elle avait décroché son téléphone : « Pour lui dire que je l’embrassais, c’est tout. » 

Il est son sixième partenaire dans cette pièce américaine de Albert Ramsdell Gurney, une comédie romantique qu’elle est la seule à avoir jouée en France. « Avant Gérard, il y a eu Bruno Cremer, Jean-Louis Trintignant, Philippe Noiret, Jacques Weber et Alain Delon. » Anouk Aimée est plus une habituée des plateaux de cinéma que des scènes de théâtre, mais elle tient à cette pièce-là : « Le producteur, Lars Schmidt, le mari d’Ingrid Bergman, m’avait vue à mes débuts dans Sud de Julien Green, c’est lui qui m’a convaincue de revenir sur scène. Pour aller au théâtre tous les soirs, il faut vraiment que j’aime le rôle. »

 voir la vidéo de l’interview : http://www.wat.tv/video/anouk-aimee-gerard-depardieu-6l0jv_2i6xp_.html

Tout commence avec « une rencontre dans la rue »

Anouk Aimée s’étonne d’avoir eu tant de chance dans ce métier : « J’ai débuté à 14 ans après une rencontre dans la rue. Je ne souhaitais pas faire de cinéma, je voulais être danseuse. » Elle gardera le prénom que portait le personnage de ce premier rôle. Jacques Prévert lui trouvera son nom, « Aimée », lors du tournage deLa fleur de l’âge de Marcel Carné : « Ce film n’existe plus, il n’a jamais pu être terminé et a été perdu. » C’est un film inaugural pour l’actrice qui pourrait se vanter d’avoir tourné ensuite avec les plus grands réalisateurs. Elle ne le fait pas et en revient toujours à la chance. 

C’est avec amour qu’elle se souvient du Fellini de La Dolce Vita et de Huit et demi. Le réalisateur italien dit à son propos qu’ »elle a la même sensualité intrigante que celle de Greta Garbo, Marlene Dietrich et Joan Crawford. » Persuadée que ces actrices ne disent plus grand-chose à la génération actuelle, Anouk Aimée regrette qu’on oublie si vite. Elle n’a pas la mémoire courte et cite les acteurs qu’elle admire, de Mae West à Groucho Marx, qui était à sa table lors de son triomphe aux Oscars avec Un homme et une femme.

Publié dans CINEMA FRANCAIS, Paris | Pas de Commentaire »

 

leprintempsdesconsciences |
Lechocdescultures |
Change Ton Monde |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | C'est LE REVE
| Détachement Terre Antilles ...
| ATELIER RELAIS DU TARN ET G...