• BONJOUR A TOUS ET

    bienvenue (2)

     CHEZ FRANCESCA 

  • UN FORUM discussion

    http://devantsoi.forumgratuit.org/

    ............ ICI ............
    http://devantsoi.forumgratuit.org/

  • téléchargement (4)

  • Ma PAGE FACEBOOK

    facebook image-inde

    https://www.
    facebook.com/francoise.salaun.750

  • DECOUVERTES !

    petit 7

  • BELLE VISITE A VOUS

    aniv1

    PETITS COINS DE PATRIMOINE QUI SERONT MIS EN LUMIERE AU DETOUR DE NOTRE REGION DE FRANCE...

  • Cathédrale St-Etienne-Auxerre

    St-Etienne Cathédral, Auxerre

    « La restauration est une opération qui doit garder un caractère exceptionnel. Elle a pour but de conserver et de révéler les valeurs esthétiques et historiques du monument et se fonde sur le respect de la substance ancienne et de documents authentiques. Elle s’arrête là où commence l’hypothèse, sur le plan des reconstitutions conjecturales, tout travail de complément reconnu indispensable pour raisons esthétiques ou techniques relève de la composition architecturale et portera la marque de notre temps. » citation Charte de Venise, art. 9, ICOMOS, 196.

  • M

    JE SUIS ORIGINAIRE MOI-MEME DE LA BOURGOGNE....

  • FRANCE EN IMAGES

    G

    « Un monument restauré traduit les connaissances, les ambitions, les goûts, non seulement du maître d’oeuvre mais aussi du maître d’ouvrage : c’est le vrai révélateur de l’appréhension des édifices par une génération donnée, qui leur permet de reconnaître pour sien un édifice centenaire. » citation de Françoise Bercé.

  • amis

  • Méta

  • amis

  • Architecture Française

    5

  • Artisanat Français

    1

  • A

  • amour-coeur-00040

  • montagne

    Tout devient patrimoine : l'architecture, les villes, le paysage, les bâtiments industriels, les équilibres écologiques, le code génétique.

  • 180px-Hlézard1

  • Patrimoine Français

    3

    Citation sur la France.
    !!!!
    La France, je l'aime corps et biens, en amoureux transi, en amant comblé. Je la parcours, je l'étreins, elle m'émerveille. C'est physique. Pour l'heure, c'est le plus beau pays du Monde, le plus gracieux, le plus spirituel, le plus agréable à vivre. En dépit de ses défauts, le peuple français a des réserves inépuisables de vigueur, d'astuce et de générosité. j'écris cela en toute connaissance de la déprime qui périodiquement enténèbre nos compatriotes. Ils ont une pente à l'autodénigrement, une autre au nihilisme. Je suis français au naturel et j'en tire autant de fierté que de volupté. J'ai pour ce vieux pays l'amour du preux pour sa gente dame, du soudard pour la servante d'auberge, de l'érudit pour ses grimoires, du paysan pour son enclos, du bourgeois pour ses rentes, du croyant des hautes époques pour les reliques de son saint patron... J'ai la France facile, comme d'autres ont le vin gai ; je l'ai au coeur et sous la semelle de mes godasses. Je suis français, ça n'a pas dépendu de moi et ça n'a jamais été un souci. Ni une obsession. Toujours un bonheur...

    Dictionnaire amoureux de la France - Denis Tillinac.

  • a bientot

Quand les lavandières usaient leur battoir

Posté par francesca7 le 31 octobre 2013

 

A Saint-Mathieu-de-Tréviers 

 Quand les lavandières usaient leur battoir dans LAVOIRS DE FRANCE telechargement-171

Non loin du quartier de la Fabrerie, foulé autrefois par les légionnaires romains, se trouve une fontaine érigée par ces civilisations lointaines. Là, il y a plusieurs décennies, des lavandières venaient laver leur linge sale… en famille. L’eau a beaucoup coulé depuis sous le pont du Clarensac à côté duquel, en 1987, le Campotel a été implanté.

C’était un temps où les enzymes gloutons et autres agents anti-redéposition n’avaient pas encore fait leur apparition. Les jeunes filles, dès qu’elles étaient en âge de tirer l’aiguille, se constituaient un trousseau. Ce linge de maison devait les accompagner toute leur vie durant. En toile de lin ou de chanvre, il était un peu rêche au début, mais il s’adoucissait délicieusement au fil des années.

Son nettoyage faisait l’objet d’une lessive cérémonielle, appelée ‘bugade’. Le travail au lavoir était fastidieux et pénible. Enfermées dans un sac en toile, les dernières cendres, recueillies dans le four à pain, servaient de détergent. On faisait alors bouillir le linge dans une lessiveuse dont le champignon rejetait un grand bain de vapeur. En charrette, en brouette ou sur la tête, la lessive était ensuite descendue jusqu’au ruisseau, le Clarensac, près de la Fontaine Romaine à Tréviers. Accroupies dans des caisses en bois garnies d’un coussinet (pour préserver les genoux), mains gercées, vêtements trempés, joues rougies à force de frotter avec du savon fabriqué à base de saindoux et de soude, les lavandières ou ‘bugadières’ redoublaient d’efforts. Elles battaient chaque pièce avec un battoir jusqu’à avoir vaincu la saleté. Le rinçage se faisait à l’eau claire avant d’essorer vigoureusement. Si les serviettes et torchons séchaient sur les haies, les draps et nappes étaient soigneusement étalés sur l’herbe des prés où la rosée du matin les blanchissait.

Des chants, des rires fusaient. Des cancans aussi, car ces dames étaient loin d’être muettes. Le point d’eau était même propice aux confidences, voire à quelques indiscrétions diffusées à voix basse. Les femmes y annonçaient les événements les plus obscures de leur vie, en amenant la discussion sur des parentèles compliquées, des épreuves, des deuils. Car ce labeur était prétexte à récapituler les nouvelles, des psalmodies soulignées par le bourdonnement des mouches…

Article paru dans le midi-libre 

Laisser un commentaire

 

leprintempsdesconsciences |
Lechocdescultures |
Change Ton Monde |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | C'est LE REVE
| Détachement Terre Antilles ...
| ATELIER RELAIS DU TARN ET G...