• BONJOUR A TOUS ET

    bienvenue (2)

     CHEZ FRANCESCA 

  • UN FORUM discussion

    http://devantsoi.forumgratuit.org/

    ............ ICI ............
    http://devantsoi.forumgratuit.org/

  • téléchargement (4)

  • Ma PAGE FACEBOOK

    facebook image-inde

    https://www.
    facebook.com/francoise.salaun.750

  • DECOUVERTES !

    petit 7

  • BELLE VISITE A VOUS

    aniv1

    PETITS COINS DE PATRIMOINE QUI SERONT MIS EN LUMIERE AU DETOUR DE NOTRE REGION DE FRANCE...

  • Cathédrale St-Etienne-Auxerre

    St-Etienne Cathédral, Auxerre

    « La restauration est une opération qui doit garder un caractère exceptionnel. Elle a pour but de conserver et de révéler les valeurs esthétiques et historiques du monument et se fonde sur le respect de la substance ancienne et de documents authentiques. Elle s’arrête là où commence l’hypothèse, sur le plan des reconstitutions conjecturales, tout travail de complément reconnu indispensable pour raisons esthétiques ou techniques relève de la composition architecturale et portera la marque de notre temps. » citation Charte de Venise, art. 9, ICOMOS, 196.

  • M

    JE SUIS ORIGINAIRE MOI-MEME DE LA BOURGOGNE....

  • FRANCE EN IMAGES

    G

    « Un monument restauré traduit les connaissances, les ambitions, les goûts, non seulement du maître d’oeuvre mais aussi du maître d’ouvrage : c’est le vrai révélateur de l’appréhension des édifices par une génération donnée, qui leur permet de reconnaître pour sien un édifice centenaire. » citation de Françoise Bercé.

  • amis

  • Méta

  • amis

  • Architecture Française

    5

  • Artisanat Français

    1

  • A

  • amour-coeur-00040

  • montagne

    Tout devient patrimoine : l'architecture, les villes, le paysage, les bâtiments industriels, les équilibres écologiques, le code génétique.

  • 180px-Hlézard1

  • Patrimoine Français

    3

    Citation sur la France.
    !!!!
    La France, je l'aime corps et biens, en amoureux transi, en amant comblé. Je la parcours, je l'étreins, elle m'émerveille. C'est physique. Pour l'heure, c'est le plus beau pays du Monde, le plus gracieux, le plus spirituel, le plus agréable à vivre. En dépit de ses défauts, le peuple français a des réserves inépuisables de vigueur, d'astuce et de générosité. j'écris cela en toute connaissance de la déprime qui périodiquement enténèbre nos compatriotes. Ils ont une pente à l'autodénigrement, une autre au nihilisme. Je suis français au naturel et j'en tire autant de fierté que de volupté. J'ai pour ce vieux pays l'amour du preux pour sa gente dame, du soudard pour la servante d'auberge, de l'érudit pour ses grimoires, du paysan pour son enclos, du bourgeois pour ses rentes, du croyant des hautes époques pour les reliques de son saint patron... J'ai la France facile, comme d'autres ont le vin gai ; je l'ai au coeur et sous la semelle de mes godasses. Je suis français, ça n'a pas dépendu de moi et ça n'a jamais été un souci. Ni une obsession. Toujours un bonheur...

    Dictionnaire amoureux de la France - Denis Tillinac.

  • a bientot

  • Accueil
  • > Archives pour le Dimanche 20 octobre 2013

Etre maître Braconnier

Posté par francesca7 le 20 octobre 2013

Etre maître Braconnier dans ARTISANAT FRANCAIS 220px-Alexis_Mauflastre_-_Retour_de_chasse_ou_Les_braconniers_bretonsLe braconnage désigne la chasse ou la pêche illégale.
Il se définit donc par rapport à la législation, et relativement à la règlementation qui l’applique ; concernant le permis de chasse ou pêche, les dates et lieux de chasse autorisées, et les listes d’espèces autorisées à la chasse/pêche (avec des tailles et âge à respecter le cas échéant).

La portée des effets du braconnage diffère selon qu’il concerne les espèces dites sédentaires, ou grandes migratrices (dans ce dernier cas, le braconnage dans une région ou un pays peut affecter la survie de la population de l’espèce dans un autre pays, ainsi que les services écosystémiques qu’elle rend). Avec des variations selon les lieux et les époques, il existe une large gamme de raisons au braconnage ; de l’alimentation de survie à la vente commerciale de poisson (dont civelle), viande, viande de brousse, peaux, corne, ivoire, carapaces ou trophées (dans ces derniers cas, les cadavres sont souvent simplement laissés sur place). La fragmentation forestière et le développement des réseaux routiers et de nouveaux moyens de transport (avion, hélicoptères, bateaux motorisés, quads) ont augmenté les surfaces braconnées, l’accès aux zones protégées et parfois l’ampleur du braconnage.

À l’origine, selon le Littré, le mot « braconnier » désignait celui qui dirige les chiens (braques).

Au xxe siècle, une partie du braconnage s’est internationalisé, et il est devenu plus technologique (pour le transport, la recherche de l’animal, l’armement, la revente, etc.). À une certaine époque, seule la noblesse anglaise possédait le droit de chasser avec des Lévriers. Les gens de condition inférieure ont alors croisé des Lévriers avec des chiens de travail pour créer le Lurcher. C’est le chien de braconnier par excellence.

images-41 dans ARTISANAT FRANCAISLe roman de Garin-le-Loherain, qui date du douzième siècle, nous montre le roi Pépin créant un maître-braconnier. A coup sûr, cette nomination serait plaisante si l’on supposait au mot braconnier le sens défavorable qui s’y attache aujourd’hui.

Il faut donc savoir que, dans l’origine, ce nom fut donné simplement aux valets qui soignaient, pour la chasse au chien d’arrêt, les chiens braques, si connus pour la finesse de leur odorat. Tout grand chasseur avait des braconniers dans ses équipages comme il avait des fauconniers, des loutriers, des louvetiers et des perdrisseurs.

Les braconniers abusèrent-ils des facilités qui leur étaient offertes de chasser à leur profit sur les terres du maître ? Les premiers chasseurs clandestins jugèrent-ils que l’usage du chien braque leur pouvait être d’un précieux usage ? Toujours est-il que le mot braconnier, détourné de son sens primitif, ne s’applique plus qu’aux chasseurs de contrebande, gens sans aveu, qui trouvent dans le vol déguisé du gibier de coupables moyens d’existence.

Si le braconnier pris au XIXe siècle en flagrant défit est ordinairement quitte pour quelques jours de prison, la législation ancienne m’en usait pas avec autant de douceur à son égard.

« Ceux qui chasseront aux grosses bêtes, dit une ordonnance du roi François Ier, et icelles prendront, pour la première foys seront condamnés à l’amende de 250 livres tournois ; ceux qui n’auront pas de quoy payer seront battus de verges jusqu’à effusion du sang ; la seconde foys seront battus de verges autour des forests et garennes où ils auront délinqué, et bannis, sur peine de la hart, de quinze lieues alentour des dites forests et garennes ; la tierce foys seront mis aux galères, ou battus de verges et bannis perpétuellement de nostre royaulme et leurs biens confisquez. »

Publié dans ARTISANAT FRANCAIS | Pas de Commentaire »

Le château d’ Essey Villeneuve

Posté par francesca7 le 20 octobre 2013

 

 Château de Villeneuve

Le château d’ Essey Villeneuve dans CHATEAUX DE FRANCE a-essey

              Cité pour la première fois en 1372, il appartenait à Hugues de Pontailler, mais vraisemblablement antérieur,
      le château ne resta jamais longtemps entre les mains d’une même famille. Il fut transformé par les Vienne qui le 
      possédèrent de 1500 à 1580, par Daniel de Bellujon, qui en fut maître de 1617 à 1669 et par les Saint Quantin du
      Bled qui le tinrent de 1670 à 1780. Les principaux travaux semblent se situer vers 1620 et 1740. Une restauration 
      générale, due à la famille de Champeaux, est intervenue en 1855. Les travaux effectués pour le comte de Blet au
      milieu du XVIIIe siècle ont peut-être concerné la façade ouest, dont les fenêtres sont différentes, mais surtout les
      communs et l’aménagement extérieur, que l’abbé Courtépée  décrivait comme « jardins immenses, beaux vergers, 
      terrasses, parterre, bosquets ».

      L’édifice est construit sur un terrain plat en fond de vallée. Entouré d’un fossé franchi au sud par un pont dormant,
      le logis se compose de trois corps de bâtiment : un corps central au nord, une aile en retour d’équerre à l’ouest et
      une aile à 45° à l’est. Il est flanqué sur les angles extérieurs de quatre tours hexagonales, d’une tour hexagonale demi-hors-oeuvre un peu plus haute s’élève au centre de la façade nord du corps central. Dans la partie est du sous-sol de ce bâtiment se trouve une salle couverte de voûtes d’ogives reposant au centre sur deux piliers de  section octogonale et du côté des murs sur des culots, dont certains sont figurés ; elle ouvrait au nord sur les douves par deux archères avec chambre de tir et au sud par une troisième archère occultée par la cour actuelle.

La façade sud du corps principal est précédée d’un escalier donnant accès à une belle & large terrasse. La porte de l’aile ouest, encadrée d’un bossage un sur deux, est surmontée d’un fronton brisé à volutes. Les fenêtres du rez-de-chaussée sont couronnées, hormis sur la façade ouest, d’un fronton triangulaire à base interrompue, les fenêtres  de l’étage de la façade nord, d’un fronton cintré, et celles des tours, de frontons  cintrés brisés à base interrompue. Le salon du rez-de-chaussée du corps central est pourvu d’une cheminée monumentale à décor sculpté et peint. De part et d’autre du portail en plein cintre qui donne accès à la cour, trois bâtiments de plan allongé constituent les communs…                                                                                                                           

                  

       Château de Villeneuve 21320 Essey, actuellement centre d’éducation spécialisé, ne se visite pas. Essey – Accueil des enfants souffrant d’un handicap mental : les IME

Les Instituts Médico-Educatifs (IME) sont des établissements médico-social tel que défini par la loi du 2 janvier 2002.

Ils sont agréés pour dispenser une éducation et un enseignement spécialisés pour des enfants et adolescents atteints de déficience à prédominance intellectuelle. Les tranches d’âges varient selon les établissements.

Ils regroupent les anciens IMP et IMPro. Les IME ont souvent été au départ des fondations caritatives, généralement à l’initiative de familles bourgeoises touchées par le handicap mental.

 

chateau-de-villeneuve-21_dd_small dans Côte d'Or

La Côte d’Or dispose de trésors d’architecture civile : des ruines féodales (Thil, Chaudenay, Vergy, Mont Saint Jean, Montbard), châteaux forts, maisons fortes (Châteauneuf Corcelles les Arts, Posanges), châteaux renaissance ou XVIIe siècle (Commarin, Bussy Rabutin, Epoisses, Chailly sur Armançon, Jours lès Baigneux) où les traces de système défensif  font place au goût du confort et de l’embellissement, châteaux édifiés au XVIIIe par la noblesse parlementaire, le château d’Arcelot à Anceau, le château Beaumont sur vingeanne, le château Lantenay, le château Grancey, le château Bressey/Tille, le château Vantoux à Messigny & Vantoux, château Fontaine Française à voir aussi le château de Montfort à l’architecture unique, il  a connu d’illustres propriétaires et hébergea le Saint Suaire de nombreuses années, et également les grands châteaux viticoles, Pommard etc Nous répertorions tous les châteaux de la Côte d’Or 21 : châteaux forts en cote or, forteresses & manoirs en cote d’or 21, vestiges de chateau et ruines importantes en cote or.

       

Actuellement 161 châteaux, 28 châteaux forts et 3 manoir recensés, les châteaux détruits et les mottes féodales ne sont pas recensés

 

Publié dans CHATEAUX DE FRANCE, Côte d'Or | 2 Commentaires »

Le château de Lux

Posté par francesca7 le 20 octobre 2013

 Image illustrative de l'article Château de Lux


Le château de Lux est une ancienne forteresse, maintes fois réaménagée à différentes époques. Il est situé à Lux en Bourgogne.

 

Il a été une ancienne propriété des gouverneurs de Bourgogne, des Saulx-Tavannes et des Condé.

Le château, la chapelle et les vestiges du xiiie siècle font l’objet d’une inscription au titre des monuments historiques depuis le8 janvier 1946

Le premier seigneur connu de Lux est Guy de Til-Châtel qui, en 1184, se plaça dans la mouvance du duc de Bourgogne et obtint l’autorisation de fortifier le château.

En 1443, il fut acquis par Odot de Malain. Les Malain, qui descendaient de banquiers enrichis au service des ducs, en firent une demeure à la fois puissante et élégante précédée d’une basse cour et défendue par quatre tours rondes, des courtines surmontées d’un chemin de ronde couvert, des fausses braies et des fossés alimentés en eau par la Tille qui baignait son flanc occidental. Il était en fort mauvais état quand roger de Bellegarde, gouverneur de Bourgogne; l’acquit en 1624. En 1646, il passa à Henri de Bourbon, prince de Condé, qui le céda en 1668 à Claude du Housset, marquis de Til-Châtel, lequel le donna à sa nièce, Catherine Daguesseau, lors de son mariage, en 1683, avec Charles-Marie de Saulx-Tavannes. Les Saulx-Tavannes l’ont conservé jusqu’en 1845 et l’ont totalement transformé: les fortifications ont disparu, les baies et les dispositions intérieures du corps de logis ont été modifiées par les architectes Le Jolivet et Jean Caristie de 1749 à 1751, de nouveaux aménagements intérieurs sont intervenus au début du XIXèS, les fossés ont été comblés et les abords transformés, d’abord en jardin à la française, puis parc à l’anglaise.

Le château de Lux dans CHATEAUX DE FRANCE 220px-chateau_de_lux_-_04A Lux, Les prospections aériennes et les fouilles archéologiques ont révélé l’existence d’un site gallo-romain d’une superficie de 9 ha. Le site présente de grands bâtiments organisés autour de cour. Les fouilles et prospection ont révélé la présence de maçonneries importantes, de mosaïques, d’hypocaustes et d’adductions d’eau. La nature exacte du site n’est cependant pas aisée à préciser. Le site ne constitue pas une agglomération ordinaire et ressemble plutôt à une très grande villa. Toutefois les bâtiments résidentiels de la pars urbana manquent et seule semble attestée la résidence d’un vilicus. La présence d’un bras fossile de la Tille le long de bâtiments et le plan de certains bâtiments peut laisser penser qu’il s’agit d’entrepôt liés à la navigation fluviale.

À partir de 1917, le village abrita l’un des plus grands hôpitaux vétérinaires de France, destiné aux chevaux et mis en place par l’armée américaine. Il se trouvait sur la route de Spoy, près de la Tille et de la voie de chemin de fer, afin de communiquer avec le camp et la gare régulatrice d’Is-sur-Tille.

 

 

 

Publié dans CHATEAUX DE FRANCE, Côte d'Or | Pas de Commentaire »

Le château de la reine Blanche

Posté par francesca7 le 20 octobre 2013

Le château de la reine Blanche dans CHATEAUX DE FRANCE telechargement-32

L’extrémité des étangs sur le territoire actuel de la commune de Coye, appartenant toujours au roi de france, ont été donné à l’abbaye de la Victoire, à proximité de Senlis, à sa fondation en 1223.

Situé face à l’étang de la Loge, ce petit château étrange, presque féerique, est construit dans un style néo-gothique. A l’origine il fut bâtis à la demande du seigneur de Viarmes, Pierre de Chambly et fut « médiévalisé » par l’architecte Victor Dubois, à la demande de Louis VI Henri de Bourbon-Condé en 1823, en fit de son petit château une halte de chasse. En 1828 la sculpture des trois statues, réalisée par messieurs Boichard et Thierry, fut placée sur la partie haute de l’édifice.

Son nom lui vient de la reine Blanche de Castille, mère du roi Saint-Louis, et fondatrice de l’abbaye de Royaumont, située non loin de Coye la forêt.

Malheureusement l’intérieur du château n’est pas ouvert au public, il est constitué de deux grandes pièces voûtées. Au rez-de-chaussée se trouve un grand salon, et à l’étage une salle à manger.

A ma connaissance ce château n’est plus utilisé pour quoi que ce soit, bien qu’apparemment l’inérieur soit toujours meublé de mobilier ancien et ouvragé. J’avoue que je trouve vraiment dommage qu’il soit impossible de le visiter, c’est un peu gâcher du patrimoine. Enfin, nous avons au moins la chance de pouvoir admirer sa magnifique et si particulière architecture extérieure. Personnellement, ce que j’aime le plus, ce sont les sortes de petites gargouilles qui soutiennent le balcon, entourant une petite lampe qui nous offre une jolie lumière jaune orangée lorsque le jour commence à décliner.

Parlons à présent des légendes qui entourent ce lieu, car vous vous doutez bien qu’il en existe, le paysage s’y prête tellement! Les arbres centenaires, les rochers couverts de mousse, les divers animaux qui s’y promènent et le château à l’architecture fantaisiste et au nom qui pourrait évoquer l’existence d’une dame blanche…Ça ne peut que laisser une grande place à l’imaginaire! Mais y’a-t-il un fond de vérité derrière ces légendes? Peut être bien…

La légende la plus célèbre est bien sûr celle de la dame blanche qui hanterait les étangs. Il paraîtrait qu’on peut l’apercevoir les nuits de pleine lune… Vous admettrez que tout ceci est très folklorique, et compte tenu du nom du château, ce n’est pas très étonnant que l’on se retrouve avec une telle légende. Cependant, je n’irais pas jusqu’à dire que l’étang n’est pas hanté…

La légende  veut que ce soit le fantôme de Blanche de Castille, qui y aurait fait une halte, sur le chemin de l’abbaye de Royaumont. Cependant il n’existe aucune preuve historique de son passage, qui est même jugé comme très peu probable.

Autre fait qui a tendance à alimenter l’imagination, l’écrivain Chataubriand écrivait sur ce lieu dans ses « Mémoires d’outre-tombe » en décrivant une étrange sensation de mélancolie et de tristesse qui émanerait du lieu. Ce qui n’est pas tout à fait faux, pourvu qu’on prête attention à des ressentis subtiles qui viennent se mêler à d’autres énergies plus merveilleuses issues de créatures discrètes.

Enfin, il existe une légende qui raconte qu’une reine

Gauloise aurait trouvé la mort, entraînée par sa monture, et que son fantôme hanterait toujours les alentours du château.

Comme pour toutes légendes, il y a une grande part d’imagination, d’autant que le lieu s’y prête énormément. Mais il y a des choses là bas, des énergies, qui n’appartiennent pas qu’à un esprit qui hanterait l’endroit, certains sont de passage, d’autre y ont élus domicile. Les énergies de l’histoire du lieu y sont également présentes, à travers la terre, à travers les arbres…Si vous y passez, n’hésitez pas à vous arrêter, à prendre le temps de vous asseoir près d’un tronc, de toucher son écorce, juste pour sentir ce qu’il a à vous raconter. Et puis ressentez la nature, ce lieu est très chargé et a beaucoup à offrir, pourvu qu’on sache s’ouvrir à lui.

Il ne faut pas se rendre là bas dans l’état d’esprit d’un chasseur de fantômes ou de légendes, il faut y aller en amoureux de la nature, avec beaucoup d’humilité, et laisser l’endroit se dévoiler petit à petit, car il ne parle qu’à ceux qui savent l’écouter…

Publié dans CHATEAUX DE FRANCE, LEGENDES-SUPERSTITIONS | Pas de Commentaire »

 

leprintempsdesconsciences |
Lechocdescultures |
Change Ton Monde |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | C'est LE REVE
| Détachement Terre Antilles ...
| ATELIER RELAIS DU TARN ET G...