• BONJOUR A TOUS ET

    bienvenue (2)

     CHEZ FRANCESCA 

  • UN FORUM discussion

    http://devantsoi.forumgratuit.org/

    ............ ICI ............
    http://devantsoi.forumgratuit.org/

  • téléchargement (4)

  • Ma PAGE FACEBOOK

    facebook image-inde

    https://www.
    facebook.com/francoise.salaun.750

  • DECOUVERTES !

    petit 7

  • BELLE VISITE A VOUS

    aniv1

    PETITS COINS DE PATRIMOINE QUI SERONT MIS EN LUMIERE AU DETOUR DE NOTRE REGION DE FRANCE...

  • Cathédrale St-Etienne-Auxerre

    St-Etienne Cathédral, Auxerre

    « La restauration est une opération qui doit garder un caractère exceptionnel. Elle a pour but de conserver et de révéler les valeurs esthétiques et historiques du monument et se fonde sur le respect de la substance ancienne et de documents authentiques. Elle s’arrête là où commence l’hypothèse, sur le plan des reconstitutions conjecturales, tout travail de complément reconnu indispensable pour raisons esthétiques ou techniques relève de la composition architecturale et portera la marque de notre temps. » citation Charte de Venise, art. 9, ICOMOS, 196.

  • M

    JE SUIS ORIGINAIRE MOI-MEME DE LA BOURGOGNE....

  • FRANCE EN IMAGES

    G

    « Un monument restauré traduit les connaissances, les ambitions, les goûts, non seulement du maître d’oeuvre mais aussi du maître d’ouvrage : c’est le vrai révélateur de l’appréhension des édifices par une génération donnée, qui leur permet de reconnaître pour sien un édifice centenaire. » citation de Françoise Bercé.

  • amis

  • Méta

  • amis

  • Architecture Française

    5

  • Artisanat Français

    1

  • A

  • amour-coeur-00040

  • montagne

    Tout devient patrimoine : l'architecture, les villes, le paysage, les bâtiments industriels, les équilibres écologiques, le code génétique.

  • 180px-Hlézard1

  • Patrimoine Français

    3

    Citation sur la France.
    !!!!
    La France, je l'aime corps et biens, en amoureux transi, en amant comblé. Je la parcours, je l'étreins, elle m'émerveille. C'est physique. Pour l'heure, c'est le plus beau pays du Monde, le plus gracieux, le plus spirituel, le plus agréable à vivre. En dépit de ses défauts, le peuple français a des réserves inépuisables de vigueur, d'astuce et de générosité. j'écris cela en toute connaissance de la déprime qui périodiquement enténèbre nos compatriotes. Ils ont une pente à l'autodénigrement, une autre au nihilisme. Je suis français au naturel et j'en tire autant de fierté que de volupté. J'ai pour ce vieux pays l'amour du preux pour sa gente dame, du soudard pour la servante d'auberge, de l'érudit pour ses grimoires, du paysan pour son enclos, du bourgeois pour ses rentes, du croyant des hautes époques pour les reliques de son saint patron... J'ai la France facile, comme d'autres ont le vin gai ; je l'ai au coeur et sous la semelle de mes godasses. Je suis français, ça n'a pas dépendu de moi et ça n'a jamais été un souci. Ni une obsession. Toujours un bonheur...

    Dictionnaire amoureux de la France - Denis Tillinac.

  • a bientot

  • Accueil
  • > Archives pour le Jeudi 10 octobre 2013

Pascal Paoli, général de la Corse

Posté par francesca7 le 10 octobre 2013


Pascal Paoli, général de la Corse dans Corse 220px-paoliEn 1757, les Matra, appuyés par Gênes, et Colonna de Bozzi, allié de la France, soulèvent une révolte. Pascal Paoli, alors élu général de la Nation, les écrase. Il crée une marine qui lui permet de soumettre le Cap Corse en 1761 et de s’emparer de Capraia en 1767, mais échoue cependant dans sa tentative de prendre d’assaut les villes côtières génoises.

En 1756, les Français signent le traité de Compiègne qui accorde à Gênes des subsides et des troupes pour occuper Ajaccio, Calvi et Saint-Florentjusqu’en mars 1759. En 1758, Pascal Paoli fonde l’Île-Rousse. Quatre ans plus tard, il fait adopter le drapeau à la tête de Maure et crée une monnaie. Le 6 août 1764 est signé le second traité de Compiègne. Les troupes françaises s’engagent alors à tenir garnison dans les trois villes déjà occupées ainsi qu’à Bastia et à Algajola pendant quatre ans. En 1765, Corte devient la capitale de la Corse, et une université y est créée.

Bien que Pascal Paoli continue à correspondre avec le duc de Choiseul dans l’espoir d’assurer l’indépendance de la Corse, le 5 mai 1768, par le traité de Versailles, Gênes cède à la France la souveraineté sur l’île. Peu de temps après le Général tient le discours suivant à la consulta de corte:

« Braves Corses, courageuse jeunesse, mes chers et généreux compatriotes!

Toutes les Nations qui furent zélés pour leur liberté, comme l’est la nôtre, éprouvèrent des vicissitudes qui ont éternisé leur nom. On a que des peuples, non moins courageux, non moins puissants que nous, ont détruit la haine et fait échouer par leur fermeté les desseins démesurés de leur ennemis. Si pour maintenir la liberté, il ne fallait rien de plus que de désirer, certainement tout le monde en jouirait. Mais ce précieux joyau ne peut s’acquérir que par la vertu et le courage qui font triompher de tous les obstacles. La condition et les prérogatives d’un peuple libre sont trop considérables pour pouvoir en donner une juste idée; aussi sont-elles l’objet de l’étonnement et de l’envie de tous les hommes. Maintenant, intrépide jeunesse, voici le moment le plus critique.

Si nous ne nous forçons de braver le danger qui nous menace, c’est fait de notre réputation et de notre liberté. En vain jusqu’à ce jour nous nous sommes consolés par la considération de notre héroïsme. En vain nos ancêtres et nos chefs se sont donnés tant de pénibles soins; en vain ils ont répandu tant de sang d’une manière si glorieuse. Non, fameux et magnanimes défenseurs, qui avez sacrifié votre vie pour nous obtenir et conserver notre liberté, ne craignez pas que vos descendants vous faillent rougir de honte. Ils sont fermement résolus de suivre vos glorieuses traces, et de mourir plutôt que de porter le joug.

On nous fait craindre d’avoir à mesurer nos armes contre celles des Français; c’est ce que nous ne pouvons nous imaginer. Jamais nous ne croirons que le Roi Très-Chrétien, après avoir été médiateur dans notre différend avec les Génois, devienne aujourd’hui notre ennemi, et que Sa Majesté s’unisse assez étroitement à la République de Gênes pour vouloir soumettre un peuple également libre et plein de grandeur âme. Néanmoins au cas que la chose fût aussi réelle qu’elle parait être, et que le plus grand des monarques du monde s’armât pour faire la guerre à une nation si faible et si peu nombreuse, nous devons tout Portrait par William Beechey (1753-1839)espérer de notre courage. Persistons fermement dans la généreuse résolution de vivre et de mourir indépendants. Ce discours ne s’adresse point aux âmes lâches et timides. S’il s’en trouvait de telles parmi nous, nous les renoncerions pour nos compatriotes.

Tous les dignes Corses sont animés du plus beau feu, du plus intrépide courage, du zèle le plus ardent pour la liberté. Je compte autant de héros que de Corses. Voici l’occasion de vous montrer dignes de vous. Des troupes étrangères ont débarqué sur nos côtes pour risquer leur vie en sauveur d’une République tyrannique. Craindrions-nous de sacrifier la nôtre pour notre liberté et notre conservation. Généreuse jeunesse, chacun de nous est convaincu qu’il ne peut survivre à la perte de là liberté, à la ruine de la patrie. Jurons-tous de défendre l’une et l’autre jusqu’à la dernière goutte de notre sang. II n’est pas aisé de vaincre un peuple libre, et rien n’est impossible aux âmes nobles et magnanimes »

 

Publié dans Corse, FONDATEURS - PATRIMOINE | Pas de Commentaire »

l’Histoire de la Corse

Posté par francesca7 le 10 octobre 2013


l’Histoire de la Corse dans Corse 220px-corsica_prehistory_casteddu_daraghjuLes traces des premières occupations humaines datent du IXe millénaire avant l’ère chrétienne, notamment sur le site dit A Teppa di U Lupinu à Santo-Pietro-di-Tenda (Haute-Corse). La présence de plusieurs groupes humains est attestée au VII-VIe millénaire, au nord comme au sud de l’île. Il s’agit de groupes de chasseurs-cueilleurs et certainement pêcheurs, se nourrissant entre autres du lapin-rat (pika endémique du genre Prolagus) et également de coquillages. De cette époque ont été datés plusieurs sites et notamment celui de l’Araguinna Sennola, près de Bonifacio. Ce site, dont les fouilles ont commencé en 1966, a révélé un squelette féminin datant de -6500. À ce premier peuplement, dont on suppose aujourd’hui qu’il s’agissait avant tout de simples fréquentations épisodiques de groupes en provenance du littoral italien, succède une véritable colonisation de l’île avec la venue de communautés agropastorales néolithiques. L’arrivée de ces populations villageoises débute vers 5700 avant J.-C.

D. Binder et J. Guilaine font remarquer dans leur rapport Radiocarbone et processus de la néolithisation en Méditerranée centrale et occidentale que « dans la zone tyrrhénienne (Sardaigne,Corse, Latium, Toscane, Ligurie), les premiers horizons néolithiques dans la première moitié du VIe millénaire montrent généralement des styles céramiques structurés du Cardial et de l’Impressa ». La datation au carbone 14 a en effet donné de 5750 à 5350 av. J.-C., soit des dates contemporaines des autres sites italiens en Méditerranée.

Ce « néolithique ancien cardial » a été identifié en divers endroits comme à Saint-Florent, Vizzavona ou Filitosa et à Aleria (site de Terrina). Le premier néolithique en Corse appartient à la grande culture céramique de type Cardial ou Impressa (Gabriel Camps, 1988). Ce premier Néolithique est diffusé à travers toute l’île et a des caractéristiques très proches de la facies toscane méridionale, dite de Pienza. Gabriel Camps conclut : « C’est donc avec la Toscane voisine que la Corse présente [...] les plus grandes ressemblances », il insiste sur « la primauté des relations entre la Toscane et la Corse. » Cette primauté des relations remonte sans nul doute déjà au mésolithique et explique les dernières découvertes qui permettent de conclure sur cette période, sur le premier peuplement de la Corse : dès le néolithique, les Corses seraient une population venu de la péninsule italienne, dont la langue aurait été proche des parlers de Toscane et de Ligurie (sous-groupe dit tyrrhénien). Cette variante aurait été ensuite successivement influencée par la Sardaigne en ce qui concerne la Corse du Sud (dont la population aurait été proche des Ibères), puis par les Ligures (ou Celto-Ligures) pour toute l’île mais surtout la Corse septentrionale.

Les anciens parlers en Corse, avant l’occupation romaine, avaient donc probablement un fonds commun proto-toscan (ou proto-etrusque) avec diverses influences de peuples méditerranéens(Ibères, Ligures, Celtes, Peuples de la mer) et ont ensuite été profondément romanisés. Ils ne constituent au plus qu’un lointain substrat au corse moderne (et sa variante du Nord de la Sardaigne, le gallurais) qui est une langue très proche du toscan archaïsant. L’interjection répandue Ajo ! en est sans doute un reliquat.

À partir de -5000 le peuplement de l’île s’intensifie avec l’arrivée de migrants vraisemblablement Ligures venus par cabotage par l’archipel toscan. Dès le VIe millénaire, ces nouveaux groupes néolithiques amènent avec eux les céréales et les animaux domestiques (le chien, les ovins, les caprins et les porcins), pratiquent le défrichage; ce qui conduira à l’extinction d’une partie de la faune endémique. De nombreux échanges existent entre Corse et Sardaigne. Ils concernent l’approvisionnement des néolithiques corses en obsidienne et silex sardes, roches utilisées pour confectionner de nombreux outils. Des influences continentales sont aussi décelables. Au IVe millénaire la production lithique et céramique de l’île s’inscrit dans le courant chasséen du néolithique de l’ouest méditerranéen. À la fin du IVe millénaire, une métallurgie du cuivre local apparaît sur le site de Terrina. On peut dire qu’à cette époque existe une véritable société insulaire organisée en villages ayant entre eux un réseau d’échanges et où l’île entretient des rapports commerciaux constants avec ses voisins.

Les vestiges laissés par la préhistoire en font en outre l’un des endroits privilégiés de l’Europe pour l’étude de cette période, et l’île représente aussi la plus grande concentration de statues-menhirs et menhirs de toute la Méditerranée. À noter aussi la présence d’une peinture rupestre sur la commune d’Olmetta, la grotta scritta, datant d’environ 2000 ans avant J-C.

  • Les constructeurs de mégalithes220px-Monument-Solaro dans Corse

Les statues-menhirs qu’on trouve en divers endroits de l’île ; érigées entre -1500 et -800, représentent des guerriers portant épées courtes, ceintures ou baudriers, cuirasses sculptées en bas-relief. Celles-ci semblent monter la garde dans l’attente d’éventuels envahisseurs, comme pour en conjurer la venue. Ces statues-menhirs sont sans doutes autant de conjurations contre cet ennemi que de victoires dans un premier temps remportées sur lui.

Il convient de préciser que la Méditerranée, à cette époque, connut un développement économique important, avec l’expansion du commerce des métaux. Cet essor a sans doute contribué au renforcement des inégalités et a favorisé les actes de piratage. Les populations se sont alors retrouvées contraintes de se protéger, en édifiant des forteresses, à l’image des « castelli » de Corse ou des « nuraghes » (voir culture nuragique) de Sardaigne.

Proto-histoire

L’île est sans doute connue des Phéniciens, auxquels elle devrait son nom de Korsai.qui signifie « couvert de forêts » Les Phéniciens propagent dans leur sillage l’agriculture : la vigne et le vin, l’olivier et l’huile, le blé et le pain ; leur organisation de la cité et l’écriture. Ils exploitent et commercent dans le monde antique les mines de cuivre, de plomb, d’étain, d’argent et de fer.

Les Phéniciens sont considérés comme parmi les meilleurs navigateurs du monde antique de cette époque. Ce sont avant tout des commerçants, non des colons, ils ne s’installent qu’entre terre et mer, sur des îlots, dans des criques protégées, dans l’arrière-pays desquelles ils cultivent ce qui est nécessaire à l’alimentation de leurs comptoirs et au remplissage de leurs entrepôts pour le ravitaillement de leur navires. Malte, les îles Pélages, Utiqueet Motya en Sicile, Tharros et Nora dans le sud-ouest de la Sardaigne sont autant d’étapes sur leur route. Il n’est guère possible qu’ils n’aient abordé les rivages corses, même s’il ne subsiste aucune trace de leur passage sur l’île. Les cités côtières étrusques et ses ports, comme Pyrgi ou Populonia, sont autant de comptoirs pour eux et, pour conserver de bons rapports avec le pays des Tyrréniens, sans doute jugent-ils préférable de leur laisser la prérogative du commerce avec l’île d’Elbe et la Corse dont ils trouvent les produits sur les marchés d’Étrurie.

Les Étrusques entreprennent réellement l’exploitation de la Corse. Ils se sont en effet tacitement partagé la domination de la Méditerranée occidentale avec les Carthaginois (voir Carthage) pour en contrôler le commerce. Aux Carthaginois reviennent la Sardaigne, l’Afrique du Nord et le sud de l’Espagne, aux Étrusques la Corse et le littoral gaulois.

  • Le monde tyrrhénien

Selon Servius (Aen. X, 172), mentionné par Mario Torelli dans son Histoire des Étrusques, il est fait allusion à la fondation de Populonia (du nom du dieu étrusque Fufluns -Bacchus-), grand port et principal centre métallurgique de l’Étrurie, par les Corses, chassés par la suite par les habitants de Volterra. Ceci suggère qu’avant la naissance de l’Étrurie, lors de la période de la culture de Villanova, la population corse et la population de l’Italie centrale face à la Corse doit être sensiblement la même, et que pour le moins ils entretiennent des rapports étroits et se connaissent bien.

Le même texte fait également allusion à une histoire de piraterie sarde et corse dans l’aire tyrrhénienne, et ce durant le premier âge de fer. La barque votive figure dans les bronzes sardes et semble assez populaire dans ces îles de la Méditerranée occidentale. Les échanges commerciaux entre l’Étrurie, la Sardaigne et la Corse semblent avoir été particulièrement intenses à cette période. Sur cette toile de fond viennent s’insérer les Phéniciens, probables médiateurs, et tirant les ficelles des relations commerciales de la région.

220px-PirateLe latrocinium (la piraterie) qui est relaté par les sources anciennes, n’est que l’autre facette du commerce maritime, et semble marquer les relations de deux entités qui d’une part s’affrontent et d’autre font du commerce : d’une part la légendaire occupation corse de Populonia, et d’autre la relative domination étrusque le long de la côte orientale de la Corse à l’époque historique.

Les sources écrites, principalement grecques, sont souvent contradictoires et, en en recomposant le puzzle de bribes éparses qu’elles forment, on parvient à situer la Corse et son histoire dans le monde méditerranéen et particulièrement sa place et son rôle en Méditerranée occidentale, mais on ne sait que relativement peu de chose sur la vie de sa population. C’est davantage grâce aux fouilles archéologiques effectuées dans l’île qu’on peut en avoir une idée plus précise.

L’Antiquité

Les Phéniciens, venus de Tyr, commercent avec la Corse, mais ne s’y arrêtent pas.

Les Grecs de Phocée essaiment en Méditerranée occidentale et fondent vers 600 av. J.-C. une nouvelle Phocée (Marseille), puis, vers 565 av. J.-C.Alalia, sur la côte orientale corse. Quand on dit qu’ils fondent, ce n’est pas le terme exact : les Phocéens avaient pour habitude de fonder un comptoir commercial dans une ville déjà existante. Aussi bien à Phocée/Marseille qu’à Alalia, ils ont trouvé des populations regroupées en agglomération et ayant déjà des productions. Pour preuve, la rapidité avec laquelle les habitants d’Alalia ont maîtrisé les techniques de poterie des Phocéens (un siècle plus tard, ils produisaient des céramiques semblables, ce qui s’explique si l’on se souvient de la présence de Terrina (qui a donné son nom au Terrinien), site se trouvant dans le périmètre de la cité d’Alalia.

Chassés d’Asie Mineure par les Perses en 546 av. J.-C., les Phocéens se réfugient dans leurs comptoirs. Ils contrastent avec la population locale. Ils construisent une cité en dur, introduisent la vigne, l’olivier et le blé, enseignent l’écriture, exploitent les gisement d’argent, de fer et de plomb, tandis que les autochtones se replient sur les hauteurs, le maquis et la forêt pour y vivre de l’agriculture, de la récolte du miel et surtout de l’élevage (chèvre). Cependant, le commerce existe entre les deux.

Après l’invasion de l’île d’Elbe, les Étrusques, venus de Toscane, s’allient aux Carthaginois, héritiers des Phéniciens et maîtres des rivages nord-africains et de la Sardaigne. En 535 av. J.-C., leurs flottes affrontent celle des Phocéens au large d’Alalia. Après cette bataille, une partie des Phocéens émigre pour fonder Élée. La population du comptoir devient largement cosmopolite, et les trois peuples y cohabitent.

Cependant, en 453 av. J.-C., les Syracusains débarquent sur l’île et chassent les Etrusques (ce qui n’est pas le cas à Alalia qui demeure opulente et cosmopolite). Ils aménagent un port dans un golfe du sud de la plaine orientale : Port Syracusain (Porto-Vecchio). Plus tard, vers 280 av. J.-C., les Carthaginois, reviennent prendre la place des Syracusains. Seuls maîtres de l’île et de sa plus grande ville, Alalia, ils déciment la Corse en détruisant nombre d’arbres fruitiers et de plantes comestibles et en interdisant toute agriculture.

220px-Saintdevota

Sainte Devote

Les divisions politiques de l’île 

Au dire de Pline, les Romains divisèrent l’île en 33 civitates, civitas étant une commune étrangère ; cité, municipe ou colonie, elle se composait, en dehors de la ville quand il y en avait une, d’un territoire plus ou moins étendu. Ce territoire renfermait des vici, bourgs, des pagi, villages, des castella ou oppida, réduits fortifiés, des fermes et des grandes propriétés, fundi, villa et prædia. Cette dernière expression s’est conservée et, sous le nom de presa, les Corses désignent la partie cultivée du territoire par opposition à la portion réservée au libre parcours.

 

Publié dans Corse | Pas de Commentaire »

la Corse et ses Légendes

Posté par francesca7 le 10 octobre 2013

la Corse et ses Légendes dans Corse images-12

De l’origine des noms « Corsica » et « Cyrnos » 

Bien des légendes existent sur l’origine du nom donné à l’île de Corse. Parmi les plus tenaces, celle qui veut que les Grecs l’aient appelée Kallistê (en grec ancien Καλλίστη / Kallístê), et dont on sait aujourd’hui qu’elle est fausse.

Des historiens ont écrit :

  • « De vieux auteurs l’assurent et, dans la légende qu’ils nous ont transmise, une réalité précise apparaît sans doute. Une femme de la côte de Ligurie, voyant une génisse s’éloigner à la nage et revenir fort grasse, s’avisa de suivre l’animal dans son étrange et longue course. Sur le récit qu’elle fit de la terre inconnue qu’elle venait de découvrir, les Liguriens y firent passer beaucoup de leurs compagnons. Cette femme s’appelait Corsa, d’où vint le nom de Corse. C’est la légende éponyme que nous retrouvons à l’origine de toutes les cités antiques ; mais elle est de formation récente, car le premier nom de l’île est Cyrnos et non pas Corsica.

Vue de KarystosLa difficulté n’était point pour embarrasser les vieux chroniqueurs, grands amateurs de merveilleux et habitués à ne douter de rien. Il y a d’autres légendes, et plus prestigieuses, sinon moins fantaisistes. Un fils d’Héraclès, Cyrnos, aurait colonisé la Corse en lui donnant son nom. Giovanni della Grossa croit que la Corse a été peuplée par un chevalier troyen, appelé Corso ou Cor, et une nièce de Didon, nommée Sica, que Corso a bâti les villes de l’île et leur a donné les noms de ses fils et de son neveu, Aiazzo, Alero, Marino, Nebbino. C’est ainsi que la Grande-Bretagne a eu son Brut, la France son Francus et que la Corse a son Corso, neveu d’Enée ».

  • « L’île de Corse, nommée Cyrnos par les Grecs, était baignée au nord par la mer de Ligurie (Ligusticum mare), à l’est par la mer Tyrrhénienne, au sud par le détroit Taphros ou Gallicum qui la séparait de la Sardaigne (Sardinia), à l’ouest par la mer Ibérique ».

Plus loin, dans son étude sur l’occupation de l’île, Xavier Poli écrit : « L’unique texte sur lequel nous pouvons nous appuyer, pour avancer que les Libyens ont occupé la Corse, est tiré de la Phocide de Pausanias, qui écrivait au iie siècle de notre ère : « A peu de distance de la Sardaigne il est une île appelée par les Grecs Cyrnos et par les Libyens qui l’habitent Corsica ». Une partie non minime de la population, écrasée dans une sédition, passa de cette île dans celle de Sardaigne et se tailla dans la montagne un territoire où elle s’établit. Les Sardes nomment ces émigrés du nom qu’ils ont apporté de leur pays, Corses ».

« La légende est plus précise, Sardus fils d’Hercule et fondateur mythique de la Sardaigne aurait eu un frère Cyrnos. À la tête d’une nombreuse armée de Libyens, l’un et l’autre auraient quitté l’Afrique pour venir s’installer, le premier en Sardaigne, le second en Corse, donnant leurs noms aux deux îles ».

Selon Ptolémée « L’île de Cyrnos, qui est aussi appelée Corsica (variantes : Corsa, Corsi, Corsia), est bornée au nord et à l’ouest par la mer de Ligurie, à l’est par la mer Tyrrhénienne, au sud par la mer qui la sépare de l’île de Sardaigne … ».

Et Xavier Poli de conclure : « C’est de Chalcis, principale ville de l’Eubée, que partit la plus ancienne colonie que la Grèce envoya vers l’Occident ; elle alla fonder Cumes entre le XIe et VIIIe siècles av. J.-C.. Nous savons qu’un des points du territoire de Carystos, une des plus jolies villes de l’Eubée, portait le nom de Cyrnos. Il semblerait donc vraisemblable que Corsica fut baptisée Cyrnos par les colons de Cumes ; mais il convient aussi de dire que Cyrnos est un nom propre d’homme que nous trouvons dans Hérodote et dans Stobée ».

  • Pour sa part, dans son ouvrage Histoire de la Corse depuis les temps les plus anciens jusqu’à nos jours édité en 1839, Camille De Friess-Colonna exprime : « Aucun historien n’a jusqu’à ce jour donné une étymologie satisfaisante des noms de Cyrnos et de Corse. Les uns assurent que Cyrnos était un fils d’Hercule, qui donna son nom au pays que nous connaissons. Les autres, et Samuel Bochard est de ce nombre, prétendent que le nom de Cyrne voulant dire, en langue phénicienne, couvert de forêts, ce nom dut être imposé à la Corse d’aujourd’hui par les voyageurs phéniciens, qui furent frappés de la richesse de ses forêts.

220px-Porto-Vecchio_port_de_commerce dans LEGENDES-SUPERSTITIONSQuant au nom de Corse, il y a également des historiens qui veulent qu’il ait été donné à la Corse par Corsus, fils d’Hercule ; Bochart le fait dériver d’un mot phénicien, qui voudrait dire cornue, nom qui lui aurait été imposé à cause des nombreux promontoires qui s’avancent en pointe dans la mer, et des pics élevés qu’on aperçoit de loin, avant de l’atteindre. Filippini rapporte deux versions, que nous croyons devoir transcrire ici, pour faire voir jusqu’où peut aller la manie des étymologies. Voici la première : une femme de Ligurie, appelée Corsica, ayant suivi un taureau qui se rendait à la nage dans une terre inconnue, fut rejointe par ses parents, qui, étant arrivés sur ses traces dans un pays de très belle apparence, et où les pâturages étaient excellents, s’y établirent et appelèrent ce pays Corsica, du nom de la femme qui les y avait attirés. La seconde est qu’un neveu d’Enée appelé Corsus, ayant enlevé une nièce de Didon, appelée Sica, s’enfuit dans l’île à laquelle il donna le nom de Corsica. ».

 

Publié dans Corse, LEGENDES-SUPERSTITIONS | Pas de Commentaire »

 

leprintempsdesconsciences |
Lechocdescultures |
Change Ton Monde |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | C'est LE REVE
| Détachement Terre Antilles ...
| ATELIER RELAIS DU TARN ET G...