• BONJOUR A TOUS ET

    bienvenue (2)

     CHEZ FRANCESCA 

  • UN FORUM discussion

    http://devantsoi.forumgratuit.org/

    ............ ICI ............
    http://devantsoi.forumgratuit.org/

  • téléchargement (4)

  • Ma PAGE FACEBOOK

    facebook image-inde

    https://www.
    facebook.com/francoise.salaun.750

  • DECOUVERTES !

    petit 7

  • BELLE VISITE A VOUS

    aniv1

    PETITS COINS DE PATRIMOINE QUI SERONT MIS EN LUMIERE AU DETOUR DE NOTRE REGION DE FRANCE...

  • Cathédrale St-Etienne-Auxerre

    St-Etienne Cathédral, Auxerre

    « La restauration est une opération qui doit garder un caractère exceptionnel. Elle a pour but de conserver et de révéler les valeurs esthétiques et historiques du monument et se fonde sur le respect de la substance ancienne et de documents authentiques. Elle s’arrête là où commence l’hypothèse, sur le plan des reconstitutions conjecturales, tout travail de complément reconnu indispensable pour raisons esthétiques ou techniques relève de la composition architecturale et portera la marque de notre temps. » citation Charte de Venise, art. 9, ICOMOS, 196.

  • M

    JE SUIS ORIGINAIRE MOI-MEME DE LA BOURGOGNE....

  • FRANCE EN IMAGES

    G

    « Un monument restauré traduit les connaissances, les ambitions, les goûts, non seulement du maître d’oeuvre mais aussi du maître d’ouvrage : c’est le vrai révélateur de l’appréhension des édifices par une génération donnée, qui leur permet de reconnaître pour sien un édifice centenaire. » citation de Françoise Bercé.

  • amis

  • Méta

  • amis

  • Architecture Française

    5

  • Artisanat Français

    1

  • A

  • amour-coeur-00040

  • montagne

    Tout devient patrimoine : l'architecture, les villes, le paysage, les bâtiments industriels, les équilibres écologiques, le code génétique.

  • 180px-Hlézard1

  • Patrimoine Français

    3

    Citation sur la France.
    !!!!
    La France, je l'aime corps et biens, en amoureux transi, en amant comblé. Je la parcours, je l'étreins, elle m'émerveille. C'est physique. Pour l'heure, c'est le plus beau pays du Monde, le plus gracieux, le plus spirituel, le plus agréable à vivre. En dépit de ses défauts, le peuple français a des réserves inépuisables de vigueur, d'astuce et de générosité. j'écris cela en toute connaissance de la déprime qui périodiquement enténèbre nos compatriotes. Ils ont une pente à l'autodénigrement, une autre au nihilisme. Je suis français au naturel et j'en tire autant de fierté que de volupté. J'ai pour ce vieux pays l'amour du preux pour sa gente dame, du soudard pour la servante d'auberge, de l'érudit pour ses grimoires, du paysan pour son enclos, du bourgeois pour ses rentes, du croyant des hautes époques pour les reliques de son saint patron... J'ai la France facile, comme d'autres ont le vin gai ; je l'ai au coeur et sous la semelle de mes godasses. Je suis français, ça n'a pas dépendu de moi et ça n'a jamais été un souci. Ni une obsession. Toujours un bonheur...

    Dictionnaire amoureux de la France - Denis Tillinac.

  • a bientot

Histoire et catastrophe en Ariège

Posté par francesca7 le 28 juillet 2013


VENEZ ME REJOINDRE SUR LE FORUM : http://devantsoi.forumgratuit.org/

 

Avec une économie qui n’évoluait guère et une population qui croissait sans cesse, la survie quotidienne en Ariège était souvent problématique. Le Code forestier et les procès sur les forêts privées avaient ôté aux habitants de la montagne une grande partie de leurs moyens de subsistance. Il ne leur restait qu’une terre ingrate et mal cultivée. À la première mauvaise récolte, c’était la catastrophe. Les années 1815-1816 et 1836-1837 furent terribles ; maires et préfets signalaient sans cesse que les habitants n’avaient plus rien à manger, qu’on avait donné les dernières pommes de terre au bétail qui mourait de faim, qu’on ne mangeait plus que « les herbes des montagnes ». On craignait les émeutes. Les paysans descendaient de la montagne pour aller mendier dans les villes, même lointaines, certains même volaient pour aller en prison et enfin manger. La misère atteignit son sommet en 1845 avec la maladie de la pomme de terre qui était devenue l’alimentation de base. Un flot de mendiants ariégeois envahit alors l’ensemble des Pyrénées.

Histoire et catastrophe en Ariège dans Ariège le-vernet

Cette disette chronique amenait une véritable misère physiologique. L’étude des motifs d’exemption de 1819 à 1826 a montré que l’Ariège était le département français le plus touché par les maladies des os et que le goitre y était six fois plus fréquent qu’ailleurs. Allié à un manque total d’hygiène, cet état de choses rendait les épidémies épouvantables : un Pradois sur sept mourut de la typhoïde en 1838 et le choléra fit ici en 1854 les plus grands ravages de France, avec quasiment un dixième des décès nationaux. Plusieurs villages de haute Ariège perdirent entre 15 et 20 % de leur population.

L’industrie métallurgique qui avait tant animé les Pyrénées ariégeoises était sur le déclin. Des méthodes archaïques l’empêchaient de supporter la concurrence des autres bassins industriels, le prix du fer baissait, les forges « chômaient » de plus en plus souvent ; bientôt elles s’arrêteraient, une à une.

On essaya de régler le problème des usages forestiers par les « cantonnements ». On partagea les domaines ; une partie, libérée des usages, restait au propriétaire d’origine (en général les forêts pour les forges), l’autre devenait en compensation propriété des usagers, donc des communes (souvent les vacants pour le bétail). Entre 1830 et 1860, les grands domaines de la montagne ariégeoise furent ainsi cantonnés, ce fut souvent contre le gré des usagers qui perdaient un usage précieux pour une propriété qui ne leur offrait guère que l’impôt foncier à payer. Ailleurs, les procès s’éternisèrent entre communes et administration forestière.

 dans Ariège

Alors, on s’en alla. Pays rural, réfractaire aux mutations industrielles, l’Ariège ne connaissait pas le développement urbain qui eût pu absorber sa propre émigration et elle se vida. À partir de 1846, la diminution fut régulière. On quittait la montagne mais, encore un temps, la population de la plaine augmenta :le terroir était plus riche et, producteur avant tout de céréales, il n’avait pas été touché par la maladie de la pomme de terre. L’arrondissement de Pamiers connut son maximum en 1851. Mais ce n’était que répit. Avec les ravages de l’épidémie de choléra de 1854, le déclin fut irréversible. Le département perdit globalement 8 % de sa population dans la décennie 1846-1856. La décennie suivante vit une stagnation, avec une reprise notable des migrations saisonnières, puis la baisse s’affirma, lentement mais sûrement, de 1866 à 1886. Après quoi, ce fut la chute vertigineuse.

Extrait du livre La vie en Ariège au XIXe siècle  – ch.1 

Laisser un commentaire

 

leprintempsdesconsciences |
Lechocdescultures |
Change Ton Monde |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | C'est LE REVE
| Détachement Terre Antilles ...
| ATELIER RELAIS DU TARN ET G...