• BONJOUR A TOUS ET

    bienvenue (2)

     CHEZ FRANCESCA 

  • UN FORUM discussion

    http://devantsoi.forumgratuit.org/

    ............ ICI ............
    http://devantsoi.forumgratuit.org/

  • téléchargement (4)

  • Ma PAGE FACEBOOK

    facebook image-inde

    https://www.
    facebook.com/francoise.salaun.750

  • DECOUVERTES !

    petit 7

  • BELLE VISITE A VOUS

    aniv1

    PETITS COINS DE PATRIMOINE QUI SERONT MIS EN LUMIERE AU DETOUR DE NOTRE REGION DE FRANCE...

  • Cathédrale St-Etienne-Auxerre

    St-Etienne Cathédral, Auxerre

    « La restauration est une opération qui doit garder un caractère exceptionnel. Elle a pour but de conserver et de révéler les valeurs esthétiques et historiques du monument et se fonde sur le respect de la substance ancienne et de documents authentiques. Elle s’arrête là où commence l’hypothèse, sur le plan des reconstitutions conjecturales, tout travail de complément reconnu indispensable pour raisons esthétiques ou techniques relève de la composition architecturale et portera la marque de notre temps. » citation Charte de Venise, art. 9, ICOMOS, 196.

  • M

    JE SUIS ORIGINAIRE MOI-MEME DE LA BOURGOGNE....

  • FRANCE EN IMAGES

    G

    « Un monument restauré traduit les connaissances, les ambitions, les goûts, non seulement du maître d’oeuvre mais aussi du maître d’ouvrage : c’est le vrai révélateur de l’appréhension des édifices par une génération donnée, qui leur permet de reconnaître pour sien un édifice centenaire. » citation de Françoise Bercé.

  • amis

  • Méta

  • amis

  • Architecture Française

    5

  • Artisanat Français

    1

  • A

  • amour-coeur-00040

  • montagne

    Tout devient patrimoine : l'architecture, les villes, le paysage, les bâtiments industriels, les équilibres écologiques, le code génétique.

  • 180px-Hlézard1

  • Patrimoine Français

    3

    Citation sur la France.
    !!!!
    La France, je l'aime corps et biens, en amoureux transi, en amant comblé. Je la parcours, je l'étreins, elle m'émerveille. C'est physique. Pour l'heure, c'est le plus beau pays du Monde, le plus gracieux, le plus spirituel, le plus agréable à vivre. En dépit de ses défauts, le peuple français a des réserves inépuisables de vigueur, d'astuce et de générosité. j'écris cela en toute connaissance de la déprime qui périodiquement enténèbre nos compatriotes. Ils ont une pente à l'autodénigrement, une autre au nihilisme. Je suis français au naturel et j'en tire autant de fierté que de volupté. J'ai pour ce vieux pays l'amour du preux pour sa gente dame, du soudard pour la servante d'auberge, de l'érudit pour ses grimoires, du paysan pour son enclos, du bourgeois pour ses rentes, du croyant des hautes époques pour les reliques de son saint patron... J'ai la France facile, comme d'autres ont le vin gai ; je l'ai au coeur et sous la semelle de mes godasses. Je suis français, ça n'a pas dépendu de moi et ça n'a jamais été un souci. Ni une obsession. Toujours un bonheur...

    Dictionnaire amoureux de la France - Denis Tillinac.

  • a bientot

Ariège, un pays de frontière

Posté par francesca7 le 7 avril 2013

 

Ni montagne ni frontière n’arrêtèrent jamais les hommes. Les Pyrénées ariégeoises étaient le lieu d’un intense passage. Il y avait les passants réguliers :marchands, colporteurs, muletiers et porteurs, acteurs du grand commerce franco-espagnol comme du petit commerce de frontière, celui qui permettait aux vallées de se procurer les produits de subsistance complémentaires. À certaines époques de l’année, c’était le passage en masse des troupeaux transhumants et aussi des ouvriers saisonniers, les moissonneurs, les vendangeurs, les forgeurs, les charbonniers qui allaient travailler en Espagne, celui des pèlerins allant vers les grands sanctuaires du sud ou des mendiants cherchant ailleurs une vie meilleure. La vie de la frontière animait les bourgs qui en étaient proches : là français, espagnols, andorrans se retrouvaient sur les marchés et les foires, dans les auberges et dans les fêtes.

Ariège, un pays de frontière dans Ariège fief-300x248

Les échanges frontaliers étaient protégés par les lies et passeries. Ces accords qui unissaient une vallée du versant nord à une vallée du versant sud garantissaient à l’origine la sécurité des bergers, des troupeaux et des marchands sur la frontière ; ils étaient devenus des traités de « surséance de guerre » qui faisaient que lorsqu’il y avait guerre entre la France et l’Espagne, l’état de guerre ne s’appliquait pas dans les vallées et que passages et échanges continuaient comme d’ordinaire. On ne pouvait toutefois ignorer les conflits :s’il n’y eut pas de batailles dans les Pyrénées centrales, trop difficiles d’accès, il y eut des incursions ennemies qui semaient la terreur, il y eut surtout des bandes de déserteurs ou de soldats laissés sans solde après la paix et devenus pillards. La frontière était le refuge de ceux qui étaient poursuivis dans leur Etat pour des actions politiques ou pour un engagement religieux. Elle l’était aussi pour ceux qui voulaient échapper à la loi, contrebandiers et bandits de grands chemins. Au pied des cols, les hôpitaux (Ax, Salau) portaient secours aux « passants » sans ressources ou blessés ou malades.

 L’accélération de l’Histoire à la fin du 18ème  siècle et au début du 19ème  a eu des conséquences dont la gravité n’est sans doute pas apparue tout de suite, mais qui allaient se révéler destructrices d’équilibres séculaires.

 

  Extrait du livre La vie en Ariège au XIXe siècle  – ch.1

 

Laisser un commentaire

 

leprintempsdesconsciences |
Lechocdescultures |
Change Ton Monde |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | C'est LE REVE
| Détachement Terre Antilles ...
| ATELIER RELAIS DU TARN ET G...