• BONJOUR A TOUS ET

    bienvenue (2)

     CHEZ FRANCESCA 

  • UN FORUM discussion

    http://devantsoi.forumgratuit.org/

    ............ ICI ............
    http://devantsoi.forumgratuit.org/

  • téléchargement (4)

  • Ma PAGE FACEBOOK

    facebook image-inde

    https://www.
    facebook.com/francoise.salaun.750

  • DECOUVERTES !

    petit 7

  • BELLE VISITE A VOUS

    aniv1

    PETITS COINS DE PATRIMOINE QUI SERONT MIS EN LUMIERE AU DETOUR DE NOTRE REGION DE FRANCE...

  • Cathédrale St-Etienne-Auxerre

    St-Etienne Cathédral, Auxerre

    « La restauration est une opération qui doit garder un caractère exceptionnel. Elle a pour but de conserver et de révéler les valeurs esthétiques et historiques du monument et se fonde sur le respect de la substance ancienne et de documents authentiques. Elle s’arrête là où commence l’hypothèse, sur le plan des reconstitutions conjecturales, tout travail de complément reconnu indispensable pour raisons esthétiques ou techniques relève de la composition architecturale et portera la marque de notre temps. » citation Charte de Venise, art. 9, ICOMOS, 196.

  • M

    JE SUIS ORIGINAIRE MOI-MEME DE LA BOURGOGNE....

  • FRANCE EN IMAGES

    G

    « Un monument restauré traduit les connaissances, les ambitions, les goûts, non seulement du maître d’oeuvre mais aussi du maître d’ouvrage : c’est le vrai révélateur de l’appréhension des édifices par une génération donnée, qui leur permet de reconnaître pour sien un édifice centenaire. » citation de Françoise Bercé.

  • amis

  • Méta

  • amis

  • Architecture Française

    5

  • Artisanat Français

    1

  • A

  • amour-coeur-00040

  • montagne

    Tout devient patrimoine : l'architecture, les villes, le paysage, les bâtiments industriels, les équilibres écologiques, le code génétique.

  • 180px-Hlézard1

  • Patrimoine Français

    3

    Citation sur la France.
    !!!!
    La France, je l'aime corps et biens, en amoureux transi, en amant comblé. Je la parcours, je l'étreins, elle m'émerveille. C'est physique. Pour l'heure, c'est le plus beau pays du Monde, le plus gracieux, le plus spirituel, le plus agréable à vivre. En dépit de ses défauts, le peuple français a des réserves inépuisables de vigueur, d'astuce et de générosité. j'écris cela en toute connaissance de la déprime qui périodiquement enténèbre nos compatriotes. Ils ont une pente à l'autodénigrement, une autre au nihilisme. Je suis français au naturel et j'en tire autant de fierté que de volupté. J'ai pour ce vieux pays l'amour du preux pour sa gente dame, du soudard pour la servante d'auberge, de l'érudit pour ses grimoires, du paysan pour son enclos, du bourgeois pour ses rentes, du croyant des hautes époques pour les reliques de son saint patron... J'ai la France facile, comme d'autres ont le vin gai ; je l'ai au coeur et sous la semelle de mes godasses. Je suis français, ça n'a pas dépendu de moi et ça n'a jamais été un souci. Ni une obsession. Toujours un bonheur...

    Dictionnaire amoureux de la France - Denis Tillinac.

  • a bientot

Le Morvan, un pays de Forêts à travailler

Posté par francesca7 le 16 mars 2013

 

Le Morvan, un pays de Forêts à travailler dans ARTISANAT FRANCAIS foret

Ligne frontalière fictive tendue de Liernais à Précy sous Thil, la porte imaginaire de la belle et vaste forêt du Morvan prépare le voyageur à un changement rapide de paysages. Les bois gagnent leur bataille sur les prairies, charmes, chênes, tilleuls, érables champêtres coiffent progressivement les montagnes, quelquefois de mauvaise grâce avec les conifères, souvent nouveaux venus, épicéas, douglas et sapins qui, d’années en années, s’imposent régulièrement un peu plus ;

Sorbiers et bourdaines, sureaux à grappes et aubépines se partagent le sous-bois parfois égayé par les touches jaunes des genêts ou à l’automne, par les grains roses vifs des fusains. Cornouillers et ronciers distribuent généreusement leurs baies appréciées tandis qu’une belle variété de fougères s’étale langoureusement sous la fraîcheur disputant de temps à autre le terrain aux belles digitales pourpres dressées fièrement sur leurs longues tiges.

 

Forêt de calme et de paix abritant jalousement ses pierres de légendes, tâchant d’oublier l’époque, pas si lointaine, où l’homme la saignait à blanc. Au 18ème siècle, 30 000 hectares étaient annuellement abattus et 180 000 stères expédiés à Paris par voie d’eau. Toute une population vivait de cette exploitation interne. En 1737, on dénombrait 2 600 voituriers d’eau qui accompagnaient la production sur l’Yonne et la Seine en mars et avril. En 1840, 800 000 stères quittèrent la région. Des étangs, des lacs comme «Les Settons »furent créés pour augmenter par les lâchers d’eau le débit des rivières. Ponts et moulins en pâtissaient bien souvent et nombreuses furent les prairies dévastées par des stockages abusifs. 

coupeur-de-bois-2-248x300 dans MorvanQue d’hommes travaillaient pour ce commerce ! Bûcherons et mouleux à l’abattage, débardeurs aidés de boeufs et ânes, de trait, marqueurs qui frappaient l’empreinte du destinataire sur chaque bûche. L’organisation des trains de flottage s’effectuait à Clamecey, Château-Chinon se chargeant de la grande foire au bois de la Toussaints ; 18 à 20 jours de voyage attendaient les troncs jetés à l’eau avant d’atteindre la capitale.

Mais la forêt créa maintes autres professions. Fendeurs travaillant à débiter le bois ; les fendeurs en gros fendaient les merrains, planches servant à la confection des tonneaux, les fendeurs en petit fendaient les lattes, les tuiles de bois (bardeaux), tout cela dans des arbres d’au moins sept années. La femme du fendeur était bien souvent contrebandière d’allumettes qu’elle fabriquait avec un savant mélange de soufre et de phosphore, allumettes réputées bien meilleures que celles de la Régie. Les cercliers travaillaient châtaigniers, coudriers et cornouillers pour terminer la confection des tonneaux. Bien connu, le menuisier fabriquait aussi tout un assortiment d’outils agricoles.

Pour la vente, les « grosses » de 12 douzaines de sabots du sabotier se composaient d’un tiers de sabots pour femmes, un tiers pour hommes et un tiers pour enfants. Rouvray voyait œuvrer les armuriers experts dans la fabrication d’arquebuses, arbalètes puis crosses de fusils en noyer et en érable. Le tourneur sélectionnait poirier, charme et sorbier pour tailler les vis de pressoirs. Les écorcheurs ou leveurs, souvent des femmes détachaient l’écorce des jeunes chênes destinée aux tanneries, aidés par les taqueurs qui frappaient la tige si l’écorce résistait. Un centre important existait autrefois à Saulieu. Certaines écorces servaient à la teinture, mais en 1753, on faillit interdire de « teindre les toiles au noir » en raison de la consommation excessive de chênes. D’autres écorces, « arcelots », servaient à la confection de toitures.

Dans la deuxième moitié du 19ème siècle, les scieurs de long furent embauchés afin de découper les mauvais chênes en traverses pour le chemin de fer. Les galvachers assurèrent le lourds transport de ces traverses jusqu’aux chantiers, ou le débardage des troncs (à ne pas confondre avec les rouliers qui livraient très loin des chargements moins lourds). Plus tard, aidé par l’arrivée du charbon, le chemin de fer allait mettre un terme au ravage de la forêt et, hélas, de tout un mode de vie.

Creusant le bois rond à la tarière, le boisselier fabriquait ainsi des conduites d’eau, activité complémentaire à la création de mesures. Enfin, venaient les cendriers fournisseurs de potasse pour les usines ou de cendres pour la lessive et les engrais. Les coupeur-de-bois-1-300x223charbonniers transformant le petit bois en charbon de vois pour le maréchal-ferrant par exemple, et le salpêtrier soutenu par le Roi soucieux d’être alimenté en salpêtre pour la poudre à canon. Dans les forêts de Précy sous Thil, Saulieu et La Roche en Brenil, on produisait du fer sans laver le minerai dans des bas fourneaux d’un mètre cinquante à deux mètres de haut et d’un diamètre de quarante centimètres environ.

Au 14ème siècle, les hauts fourneaux apparurent, engloutissant 40 stères de bois pour faire une tonne de fonte, 60 tonnes pour une tonne der fer. En 1834, Saulieu possédait une usine métallurgique, deux forges et six usines de terre grossière.

Aujourd’hui, la forêt a retrouvé une vie plus calme. Bien sûr, certaines menaces subsistent, les plantations de remplacement n’ont pas toujours été fidèles aux traditions et bien des sangliers doivent regretter le temps où les chênes surpassaient en nombre les conifères à la croissance si rapide. Perchée sur une branche, la buse variable    surveille le sol à la recherche de rongeurs, couleuvres ou vipères, imprudemment démasqués. Rapace le plus connu et le plus répandu, la buse partage les lieux avec le milan royal, son cousin le milan noir qui quittera le pays pour l’Afrique à la fin de l’été et le faucon crécerelle aux ailes fines. Bien d ‘autres espèces encore sillonnent le ciel de la région sous l’œil attentif des chevreuils et des lièvres, mais ils seront moins couramment rencontrés au fil des promenades. Il est toujours on de rappeler que la plupart des hôtes de la forêt sont protégés depuis 1976, l’accès même de certains sites étant interdit en période de nidification.

Terminons ce chapitre sur la forêt par une information à l’intention des enfants. Chaque année, à l’approche de Noël, des sapins sont installés dans les maisons, décorés et participent à cette ambiance chaleureuse des fêtes de fin d’année. Plus d’un million de ces sapins, qui pour la plupart sont en fait des épicéas, viennent de la région de Saulieu, Précy sous Thil et Liernais. Alors maintenant, vous ne pourrez plus vous empêcher, au moins une fois l’an, d’avoir une pensée émue pour ce sympathique petit coin de Côte d’Or.

Une Réponse à “Le Morvan, un pays de Forêts à travailler”

  1. forestier dit :

    bonjour,
    est-il possible d’avoir les sources qui ont servi a cet article sur « un peuple de la foret » ? et les sources des photos anciennes ? merci,

    quelqu’un peut-il m’aider à comprendre ce peuple de la foret et si ils ont migres en saone-et-loire surtout les fendeurs de bois ?

    je recherche tout ce qui pourra m’aider a comprendre cette partie de notre histoire de gens du bois et pouvant m’apporter des pistes d’une famille Honel ou Aunel…  » dont un certain « François Honel né vers 1700-1705… mais ou ? qui a migré vers saint-ythaire 71 vers 1720′ et il est fendeur de bois,
    merci,

Laisser un commentaire

 

leprintempsdesconsciences |
Lechocdescultures |
Change Ton Monde |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | C'est LE REVE
| Détachement Terre Antilles ...
| ATELIER RELAIS DU TARN ET G...