• BONJOUR A TOUS ET

    bienvenue (2)

     CHEZ FRANCESCA 

  • UN FORUM discussion

    http://devantsoi.forumgratuit.org/

    ............ ICI ............
    http://devantsoi.forumgratuit.org/

  • téléchargement (4)

  • Ma PAGE FACEBOOK

    facebook image-inde

    https://www.
    facebook.com/francoise.salaun.750

  • DECOUVERTES !

    petit 7

  • BELLE VISITE A VOUS

    aniv1

    PETITS COINS DE PATRIMOINE QUI SERONT MIS EN LUMIERE AU DETOUR DE NOTRE REGION DE FRANCE...

  • Cathédrale St-Etienne-Auxerre

    St-Etienne Cathédral, Auxerre

    « La restauration est une opération qui doit garder un caractère exceptionnel. Elle a pour but de conserver et de révéler les valeurs esthétiques et historiques du monument et se fonde sur le respect de la substance ancienne et de documents authentiques. Elle s’arrête là où commence l’hypothèse, sur le plan des reconstitutions conjecturales, tout travail de complément reconnu indispensable pour raisons esthétiques ou techniques relève de la composition architecturale et portera la marque de notre temps. » citation Charte de Venise, art. 9, ICOMOS, 196.

  • M

    JE SUIS ORIGINAIRE MOI-MEME DE LA BOURGOGNE....

  • FRANCE EN IMAGES

    G

    « Un monument restauré traduit les connaissances, les ambitions, les goûts, non seulement du maître d’oeuvre mais aussi du maître d’ouvrage : c’est le vrai révélateur de l’appréhension des édifices par une génération donnée, qui leur permet de reconnaître pour sien un édifice centenaire. » citation de Françoise Bercé.

  • amis

  • Méta

  • amis

  • Architecture Française

    5

  • Artisanat Français

    1

  • A

  • amour-coeur-00040

  • montagne

    Tout devient patrimoine : l'architecture, les villes, le paysage, les bâtiments industriels, les équilibres écologiques, le code génétique.

  • 180px-Hlézard1

  • Patrimoine Français

    3

    Citation sur la France.
    !!!!
    La France, je l'aime corps et biens, en amoureux transi, en amant comblé. Je la parcours, je l'étreins, elle m'émerveille. C'est physique. Pour l'heure, c'est le plus beau pays du Monde, le plus gracieux, le plus spirituel, le plus agréable à vivre. En dépit de ses défauts, le peuple français a des réserves inépuisables de vigueur, d'astuce et de générosité. j'écris cela en toute connaissance de la déprime qui périodiquement enténèbre nos compatriotes. Ils ont une pente à l'autodénigrement, une autre au nihilisme. Je suis français au naturel et j'en tire autant de fierté que de volupté. J'ai pour ce vieux pays l'amour du preux pour sa gente dame, du soudard pour la servante d'auberge, de l'érudit pour ses grimoires, du paysan pour son enclos, du bourgeois pour ses rentes, du croyant des hautes époques pour les reliques de son saint patron... J'ai la France facile, comme d'autres ont le vin gai ; je l'ai au coeur et sous la semelle de mes godasses. Je suis français, ça n'a pas dépendu de moi et ça n'a jamais été un souci. Ni une obsession. Toujours un bonheur...

    Dictionnaire amoureux de la France - Denis Tillinac.

  • a bientot

La Cloche en elle-même

Posté par francesca7 le 7 février 2013

Une cloche est un objet simple destiné à l’émission d’un son. C’est un instrument de percussion et un idiophone. Sa forme est habituellement un tambour ouvert et évidé d’une seule pièce qui résonne après avoir été frappé. Un objet de cette forme est dit campaniforme.

La partie qui frappe le corps de la cloche est soit un battant, sorte de langue suspendue dans la cloche, soit une petite sphère libre comprise dans le corps de la cloche, soit un maillet ou un battant (souvent un tronc de bois suspendu par des cordes) séparé qui frappe la cloche depuis l’extérieur.La Cloche en elle-même dans CLOCHES de FRANCE 180px-cloche_saint-antoine_murat

La cloche est généralement surmontée dans sa partie supérieure, au-dessus de l’axe support, d’une masse métallique ou de bois jouant le rôle de contrepoids : le mouton. L’ensemble des cloches est supporté par un ensemble complexe de poutres en bois, le beffroi : le bois absorbe les vibrations importantes, ce que ne pourrait faire directement une maçonnerie.

Les cloches sont généralement faites en airain, mais certaines cloches ou clochettes peuvent être en fer, en fonte ou en acier (fondeur Jacob Holtzer d’Unieux). Les cloches sont fondues (fabriquées) et coulées par le fondeur de cloches (ou encore « saintier »). Le métal traditionnel pour ces cloches est un alliage : l’airain (un alliage de bronze), comprenant généralement en France 22 % d’étain et 78 % de cuivre. Connu comme du métal à cloche, cet alliage est aussi le même que pour les cymbales. Certaines petites cloches ou clochettes ont été faites en argent, en laiton ou encore en tombac (des alliages de cuivre et de zinc). On a même utilisé de la terre cuite, de la porcelaine, du verre ou du cristal.

L’étude des cloches s’appelle campanologie, et les collectionneurs de cloches sont appelés campanophiles.

Forme et modes de sonnerie

Sa forme la plus classique est la cloche d’église, en forme de coupe renversée, qui est suspendue dans une tour (le clocher) généralement via un portique en bois ou métallique, le beffroi (nom étendu par la suite à la tour maçonnée qui supporte l’ensemble), qui absorbe les vibrations de la mise en mouvement des cloches sans les retransmettre au clocher, qui risquerait la destruction, et sonnée en la faisant osciller manuellement ou mécaniquement, le battant accroché à l’intérieur frappant le corps de la cloche. La cloche est sonnée « à la volée » lorsqu’elle oscille sur son axe, le battant libre frappant l’intérieur. Il existe plusieurs types de volées.

La volée en rétrograde : L’axe de balancement de la cloche se situe au-dessous de l’axe de balancement du battant, et lorsque la cloche balance, le battant, qui est alors un poids mort, retombe sur la lèvre inférieure du vase sonore. Ce type de sonnerie est assez courant dans le Sud de la France, dans les petits clochers où le manque de place et/ou la robustesse du beffroi font défaut. L’avantage de cette sonnerie est donc le gain de place, mais la cloche ne développe pas toute sa puissance sonore et dans le cas d’une sonnerie lente, due à un mauvais équilibrage du joug, le battant peut, le temps que la cloche change d’oscillation, rester collé à la panse et par conséquent, étouffer le son. Le Rétro mitigé utilise la même disposition mécanique que le rétro-lancé, mais sans contrepoids au-dessus de l’axe du battant, il en résulte une sonnerie rétrograde où la cloche doit pratiquement se trouver à l’horizontale pour que la masse du battant entre en contact avec la cloche.

La volée en lancé franc : Dans ce cas, l’axe de balancement du battant est au-dessous de l’axe de balancement de la cloche, et, lorsque la cloche balance, le battant, qui n’est alors plus un poids mort, vient frapper la lèvre supérieure de la cloche. Cette sonnerie permet à la cloche de sonner à pleine puissance et de bien mettre en valeur ses harmoniques, surtout le hum, l’octave inférieure, en particulier pour les grosses cloches. L’inconvénient de cette sonnerie est qu’elle requiert plus de place, et la cloche doit avoir des oscillations plus importantes pour que le battant puisse faire son rôle. Le beffroi doit également absorber une force égale à trois fois le poids de la cloche lorsque celle-ci est en mouvement, imposant donc de lourdes constructions pour les cloches de gros profils.

 dans CLOCHES de FRANCELa volée en rétro-lancé : Il s’agit d’un mélange des deux sonneries précédentes, l’axe de balancement de la cloche est positionné de manière similaire à une sonnerie en rétrograde, mais à l’intérieur de la cloche, l’axe de balancement du battant est sur-abaissé. Le battant peut également être muni d’un contrepoids. On combine ainsi une puissance de frappe meilleure, avec un gain de place.

La volée en super-lancé : Même principe que la volée en lancé-franc, sauf que l’axe de balancement de la cloche se trouve même au-dessus des anses. Ce mode de sonnerie peut être utilisé pour plusieurs raisons. Dans un premier cas, il peut être utilisé pour ralentir la fréquence de balancement de la cloche, dans le but de ne pas imposer de trop gros efforts au beffroi ou par exemple, par manque de place, il aussi peut être utilisé afin d’augmenter la puissance de frappe du battant et par conséquence obtenir un son plus fort.

La volée tournante : Il s’agit d’une pratique assez courante dans le Sud de la France, en pays occitan ou dans le Lauragais, ainsi qu’en Espagne. Le poids du joug, beaucoup plus lourd, est étudié pour obtenir un meilleur équilibre de la cloche, et permet ainsi de réaliser des tours complets. Cette sonnerie développe au maximum le son de la cloche qui s’entend de fort loin. Le joug est généralement du type bois, avec montage de la cloche type lancé, ou montage type rétrograde avec joug cintré et contrepoids (joug type louison). Il s’agit également du type de sonnerie le plus spectaculaire.

Un autre mode de sonnerie très largement utilisé est le tintement. Cette méthode est employée pour faire retentir la cloche en utilisant un tinteur, extérieur ou intérieur à la cloche, dont la masse vient percuter la partie la plus épaisse de la panse de la cloche. Dans certains cas, si la cloche est fixe, le battant peut être utilisé à cet effet (c’est le cas notamment dans les églises orthodoxes, ainsi que dans certaine régions de France ou de Suisse où le sonneur se tient au côté des cloches, actionnant ainsi les battants à l’aide de ses mains et de ses pieds par l’intermédiaire de câbles.

Il existe aussi des cloches tubulaires. En Extrême-Orient, une cloche peut aussi reposer sur un coussin, en position renversée ; elle est alors frappée de l’extérieur, par le côté pour celles en métal, ou par dessus pour celles en bois.

Laisser un commentaire

 

leprintempsdesconsciences |
Lechocdescultures |
Change Ton Monde |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | C'est LE REVE
| Détachement Terre Antilles ...
| ATELIER RELAIS DU TARN ET G...